Le vie dell’italiano: mercanti, viaggiatori, migranti, cibernauti (e non solo). Percorsi e incroci tra letteratura, lingua, arte e civiltà

XXIII Congresso AIPI (Siena, Settembre 2018)

Le vie dell’italiano: mercanti, viaggiatori, migranti, cibernauti (e non solo)
Percorsi e incroci tra letteratura, lingua, arte e civiltà
Università per Stranieri di Siena, 5 – 8 settembre 2018

Il tema del congresso trae spunto dalla posizione e dalla storia di Siena, tappa importante della via Francigena, crocevia di scambi commerciali, finanziari e culturali eccellenti fin dall’età medievale, meta turistica e di culto, antica sede universitaria e ancora oggi polo di relazioni accademiche internazionali in innumerevoli settori, con le sue due Università (Siena Studi e Siena Stranieri), l’Accademia Musicale Chigiana, il Conservatorio “Rinaldo Franci” e l’Accademia Nazionale del Jazz, il museo del Santa Maria della Scale e dell’Opera del Duomo, la Pinacoteca. Una città oggi lontana dai centri nevralgici del potere e dalle grandi vie di comunicazione, eppure capace da sempre di stringere fitti legami con il resto del mondo, così come lo è la lingua e la cultura italiana. Su queste dinamiche di percorsi e incroci possibili, fra letteratura, lingua, arte e civiltà, fino alle manifestazioni contemporanee dell’accoglienza (turisti, lavoratori stranieri, richiedenti asilo), si propone di riflettere questo convegno, in cui il viaggio, la strada, il cammino (in senso fisico e metaforico) faranno da sfondo per rappresentare alcuni dei tanti aspetti che caratterizzano oggi la specificità dell’insegnamento dell’italiano come seconda lingua in Italia e nel mondo. Gli argomenti che saranno trattati toccheranno quindi, in prospettiva sia diacronica che sincronica, le evocazioni qui suggerite in relazione alle discipline più rilevanti per i professori di italiano in Italia e nel mondo, fra cui ricordiamo la letteratura, la linguistica italiana, la sociolinguistica, la glottodidattica, la linguistica educativa, la scienza delle comunicazioni, la storia dell’arte, l’antropologia culturale.

Coordinamento del Comitato Organizzatore: Pierangela Diadori (Università per Stranieri di Siena)

Comitato Scientifico dell’Università per Stranieri di Siena: Carla Bagna; Daniela Brogi; Pietro Cataldi; Giovanna Frosini; Alessandra Giannotti; Sabrina Machetti; Claudio Pizzorusso; Lucinda Spera; Massimiliano Tabusi; Donatella Troncarelli; Massimo Vedovelli; Andrea Villarini.

INFORMAZIONI SULLE SEZIONI TEMATICHE E CALL FOR PAPERS
www.infoaipi.org

Viaggiatori 1/1: L’esilio come viaggio: categorie, pratiche ed esperienze


Viaggiatori, Anno 1, Numero 1 (09/2017)

L’esilio come viaggio: categorie, pratiche ed esperienze

Indice

Fabio D’Angelo
Premessa

Pratiche amministrative e categorie dell’esilio

Amandine Gouttefarde
Faut-il accueillir ou non les exilés ? Représentation d’un dilemme dans la littérature grecque archaïque et classique
Alberto CarreraIl diritto del cittadino di abbandonare la patria. Il concetto di esilio ne Le Droit des Gens di Emer de Vattel (1714-1764)
Martin Biersack
Negotiating usefulness: The Utilitarian Approach to Immigration in Bourbon Spanish-America
Camille Cordier-Montvenoux
« Étranger d’origine, mais Français de coeur ». Une histoire des relations entre les exilés et la société d’accueil puydômoise, 1830-1940
Ronan Richard
« D’où venez-vous braves gens ? » L’exil de masse de réfugiés de la Prmière Guerre mondiale dans l’Ouest de la France
Monica Lanzoni
Les exilés politiques italiens et la Doctrine Mitterrand: le juridique, le politique et l’asile français

Scritture ed esperienze dell’esilio

Michaela Bjuggfält-Châteaux
Renault de Montauban: les exils de père en fils
Estela Bonnaffoux
Tamquam exul, ignotus et neglectus: deux italiens en terres étrangères. L’exemple de Pierre Martyr d’Anghiera et de Théodore Guaineri
Antonietta Angelica Zucconi
Un giornale dall’esilio. L’esule-L’exilé: giornale di letteratura italiana antica e moderna
Éric Vial
Les États-Unis vus par le parti communiste italien en exil en France, entre Fronts Populaires et débuts de la Seconde Guerre mondiale

Varia

Rosa Maria Delli Quadri
Alla ricerca di modelli politici. Latinoamericani e Vecchio Mondo nel XIX secolo
Julio Seoane
A non globalized cultural cosmopolitanism
Lorenzo Scillitani
Il viaggio in piroga della Luna e del Sole: la genesi della morale nell’antropologia mitologica di Lévi-Strauss

Fonti

Andrea Candela
Il viaggio settecentesco di Paolo Sangiorgio in Valsassina
Libera Paola Arena
L’alto novarese nei viaggi di Carlo Amoretti (1797-1798). Il viaggio osservativo-descrittivo di un poligrafo ligure di fine Settecento

Recensioni

Nicolas Bourguinat
M.-N. Bourguet, Le monde dans un carnet. Alexander von Humboldt en Italie (1805)
Maurice Carrez
A. Orlandini Carcreff, Au pays des vendeurs de vent. Voyager en Laponie et en Finlande (XVe-XIXe siècle)
Alexandre Dupont
C. Brice, D. Diaz (eds.), Mobilités, savoir-faire et innovations

Lettere, memorie e viaggi tra Italia ed Europa. Metodi e casi di ricerca (1789-1870)

Gruppo di ricerca ADI Rivoluzioni Restaurazione Risorgimento. Letteratura italiana 1789-1870

Lettere, memorie e viaggi tra Italia ed Europa. Metodi e casi di ricerca (1789-1870)
Roma, lunedì 15 maggio 2017 – Aula C
Dipartimento di studi greco-latini, italiani, scenico-musicali Facoltà di Lettere e Filosofia
Sapienza Università di Roma

Programma

ore 11
Silvia Tatti, Stefano Verdino Introduzione ai lavori
Luca Badini Confalonieri (Università di Torino) Per l’edizione dell’epistolario di Carlo Botta
Dirk Vanden Berghe (Vrije Universiteit Brussel) Le lettere d’esilio dei fratelli Ruffini
Sabina Gola (Université Libre de Bruxelles) Corrispondenza degli esuli italiani con la marchesa Costanza Arconati Visconti (1821-1839)
Chiara Licameli (Sapienza Università di Roma) Le scritture private dell’Archivio della famiglia Gnoli
Davide Pettinicchio (Sapienza Università di Roma) Per l’edizione critica dell’epistolario di Giuseppe Gioacchino Belli
Angelo Pagliardini (Universität Innsbruck) Il Risorgimento in Belli
Chiara Tavella (Università di Torino) Scritture private dell’Ottocento piemontese. Il caso di Santorre di Santa Rosa, Luigi Ornato e Luigi Provana (1798-1832).

ore 13.30-14.30 pausa pranzo

ore 14.30
Rosa Necchi (Università di Parma) Le lettere dall’Inghilterra di Giacomo Tommasini
Corrado Viola (Università di Verona) Il fondo Mosconi di Sandrà (Vr)
Andrea Scardicchio (Università di Lecce) Lettere, memorie e viaggi tra Grecia e Italia. Il caso di Andrea Mustoxidi (1785-1860)
Marius Rusu (Sapienza Università di Roma) Per un commercio di libri transalpino: l’inedito diario di viaggio di Giuseppe Molini a Parigi, 10 giugno-24 agosto 1844

ore 15.30
Rivoluzioni Restaurazione Risorgimento. Letteratura italiana (1789-1870): prospettive di ricerca

ore 16.30
L’Ottocento che vorremmo: quali libri introvabili ristampare oggi? Intervengono tutti i partecipanti al seminario.

ore 17.30 Conclusione dei lavori
Partecipano, oltre ai relatori: Beatrice Alfonzetti, Novella Bellucci, Valter Boggione, Valerio Cammarotto, Andrea Campana, Fabio Danelon, Christian Del Vento, Francesca Fedi, Fabio Forner, Laura Fournier Finocchiaro, Gianmarco Gaspari, Laura Melosi, Laura Nay, William Spaggiari, Duccio Tongiorgi.

Programme

Appel: Viaggiatori. Circolazioni, scambi ed esilio (secoli XII-XX)

viaggiatori

Viaggiatori. Circolazioni, scambi ed esilio (secoli XII-XX)

Call For Papers

Exilés, émigrés, bannis (XIIème-XXème siècle)

[…] Tu lascerai ogne cosa diletta
più caramente; e questo è quello strale
che l’arco de lo essilio pria saetta.
Tu proverai sì come sa di sale
lo pane altrui, e come è duro calle
lo scendere e ‘l salir per l’altrui scale […]
Paradiso XVII, 55-60

Dans ces célèbres vers de la Divine Comédie, Dante rappelle la souffrance et la douleur propres à l’expérience psychologique de l’exil. En effet, l’idée qu’il représente un moment de grande tristesse, d’éloignement, de déracinement et d’isolement pour les hommes et les femmes qui l’ont vécu semble être particulièrement enracinée aussi bien au temps du poète florentin, que dans les époques qui l’ont précédé et suivi.

Pourtant, l’historiographie récente, en réfléchissant sur l’exil aussi bien volontaire que contraint, a privilégié l’analyse d’autres aspects liés à cette expérience, interrogeant l’exil à nouveaux frais. On a cru, par exemple, important d’interpréter l’expulsion, ou bien le départ volontaire de la terre d’origine, comme une opportunité, comme une possibilité de formation, ou encore comme une occasion pour commencer une activité, comme un moyen, enfin, pour lier des relations politiques, économiques, ou scientifiques[1]. De plus, l’attention s’est portée sur les conséquences, en termes de développement et d’amélioration technique et scientifique, de l’exil sur les sociétés qui ont accueilli les émigrés et sur celles de départ.  On a aussi réfléchi sur le poids de l’exil dans la diffusion des connaissances et la circulation des savoirs. On a constaté encore que l’émigration obligée, ou bien volontaire, ont été des moments des formation culturelle, intellectuelle et scientifique. On a considéré, enfin, que l’idée de nation semble aller de pair avec la mobilité politique des hommes en Europe et ailleurs[2].

Le premier numéro de la revue Viaggiatori se veut une nouvelle occasion de discussion sur l’exil en analysant, à propos d’un large arc chronologique (XIIème-XXème siècle), les pratiques administratives, ainsi que juridiques mises en place par les gouvernements et les sociétés qui ont accueilli les exilés. Celles-ci mettent en évidence les relations (politiques, économiques, culturelles, scientifiques) entre la communauté des émigrés et celle d’accueil; elles supposent de réfléchir, enfin, sur les catégories permettantes de désigner et de définir l’exil.

Les propositions d’articles, de 4.400 signes maximum en italien, en français, ou en anglais, sont à envoyer, accompagnées d’une brief curriculum vitæ de l’auteur, à la rédaction de la revue (direzione@viaggiatorijournal.comsegreteriaredazione@viaggiatorijournal.com) avant le 31 janvier 2017. Elles feront l’objet d’une double expertise à l’aveugle.

Les propositions peuvent s’inscrire dans l’un des domaines suivants :

  • Les pratiques administratives et juridiques d’accueil des exilés;
  • Les relations entre les exilés et la société d’accueil;
  • Les catégories d’identification et de définition de l’exil.

[1]    S. Aprile, Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010; A. Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologna, Il Mulino, 2012; D. Diaz, Un asile pour tous les peuples? Exilés, réfugiés et proscrits politiques en France 1813–1852, Paris, Armand Colin, 2014; M. Isabella, Risorgimento in Exile. Italian emigrés and the Liberal International in the Post–Napoleonic Era, Oxford–New York, Oxford University Press, 2009; A. M.Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792–1802), Napoli, Guida, 1992.

[2]    F. Caron, La dynamique de l’innovation. Changement technique et changement social (XVIe-XXe siècle), Paris, Gallimard, 2010; M. Cotte (a cura di), Circulations techniques: en amont de l’innovation, hommes, objets et idées en mouvement, Besançon-Belfort, Presses universitaires de Franche-Comté-UTBM, 2004; R. De Lorenzo, Sistemi patriottici. Tempi e spazi delle identità nazionali, «Meridiana», 2014, pp. 105-130; L. Roberts, Science and Global history 1750-1850. Local encounters and the global circulation of knowledge, «Itinerario», 33, 2009, pp. 7-8; S. Schaffer, L. Roberts, K. Raj, J. Delbourgo, The Brokered World, Go-Betweens and Global Intelligence, 1770–1820, Warson Publishing International, Uppsala University Press, 2009.

Appel: L’Italie pour bagage. Migration, circulations et italianité XIXe-XXIe siècles

logo_du_musee_de_lhistoire_de_limmigration-jpeg

Appel à communication – Colloque international
L’Italie pour bagage. Migration, circulations et italianité XIXe-XXIe siècles

Paris, Musée national de l’histoire de l’immigration/ Institut culturel italien
15-17 juin 2017

Délai de soumission des résumés: 20 décembre 2016

L’émigration italienne à travers le monde depuis la fin du XIXe siècle constitue l’un des plus importants mouvements migratoires de l’histoire contemporaine. 26 millions d’Italiens ont quitté la Péninsule des années 1860 aux années 1960. Plus récemment, depuis le début des années 2000, une « nouvelle vague migratoire » d’Italiens plus qualifiés est apparue. Tant en Italie que dans les pays d’accueil, cette migration a donné lieu à une historiographie foisonnante principalement portée sur les conditions de départ et d’accueil comme en témoigne les deux volumes (Partenza et Arrivi) de l’importante Storia dell’emigrazione italiana (Bevilacqua, De Clementi, Franzina, 2002). L’action de l’État italien envers ses « colonies » à l’étranger (Choate, 2008) mais aussi les effets socio-économiques de l’émigration sur les territoires d’origine (Douki, 1996) ont été notamment examinés. L’immigration a souvent été abordée dans une perspective de distinction continentale, entre Europe et Amériques notamment, et nationales. L’attention s’est focalisée sur les modalités d’intégration, parfois dans une dimension comparative, entre New York et Buenos Aires (Baily, 1999) ou entre Paris et New York (Rainhorn, 2005). Les études sur les Littles Italies, étendues au-delà du seul cas américain (Blanc-Chaléard, Bechelloni, Deschamps, Dreyfus, Vial 2007), ont mis l’accent sur la dimension territoriale et sociale permettant notamment d’appréhender des «chaînes migratoires» (MacDonald 1964) fondées sur le double localisme. L’émigration italienne conduit en effet nécessairement à articuler le local, le régional et le national (Franzina, 2014).

Les approches diasporiques (Ramirez, Pozzetta 1992 ; Tomasi 1994 ; Gabaccia 2000) et transnationales (Tirabassi 2005, Waldinger 2006), de même que les travaux sur les retours (Wyman 1996) ont contribué au renouvellement des études en invitant au dépassement du couple émigration/immigration pour favoriser une approche plus globale, hier comme aujourd’hui, attentive à l’ensemble de l’«espace migratoire» (Simon 2008) ou du «territoire circulatoire» (Tarrius 1994), que vient entériner le volume Migrazioni de la Storia d’Italia (Corti, Sanfilippo 2009).

Cette nouvelle approche transnationale et globale des migrations invite ainsi à interroger le paradigme de l’intégration. L’historiographie nord-américaine, influencée par le courant des ethnic studies, s’est efforcée de le dépasser en distinguant l’identité politique de l’identité culturelle, sans pour autant les opposer. Plus généralement le maintien et même le développement de nouvelles formes d’Italianità, conçue de la manière la plus générique comme une manière « d’être ou de sentir italien » (Enciclopedia Treccani), ont été mis en exergue et discuté dans les sciences sociales.

Dans le prolongement de ces travaux, il apparaît utile de poursuivre la réflexion et les échanges en portant attention à l’articulation entre la circulation des Italiens dans le monde et leur rapport à l’Italie dans une perspective plus culturelle que politique.

Dans le cadre de l’exposition Ciao Italia! organisée au Musée national de l’immigration à Paris le colloque international «L’Italie pour bagage. Migration, circulations et italianité XIXe-XXIe siècles» entend réunir des chercheurs issus de différentes disciplines.

Le questionnement portera d’une part sur le maintien, la transformation ou l’affirmation d’une culture italienne dans le processus migratoire ou après celui-ci. La réflexion se positionnera donc par-delà l’intégration ou le settlement, phénomènes qu’il ne s’agira pas de nier mais d’examiner sous un autre angle. En d’autres termes il s’agira d’essayer de comprendre ce que la migration fait à l’italianité : que reste-t-il de la culture, des pratiques, de l’identité (ou des identités) italienne pendant ou au terme voyage? Les allers-retours, les liens de toute nature, matériels ou culturels, avec la famille ou le pays d’origine viennent-ils maintenir, transformer ou renforcer cette part de l’identité des migrants? A travers quelles institutions, quelles structures sociales, grâce à quels supports ces liens se construisent-ils? Comment se transmettent-ils et évoluent-ils dans le temps?

D’autre part, et inversement, il s’agira de s’interroger sur la façon dont la migration interroge l’italianité en Italie : en quoi les comportements des migrants influencent-ils l’histoire nationale italienne, en particulier la construction et la nature d’une citoyenneté dans laquelle il conviendra d’interroger le rôle éventuel du localisme renforcé par les liens entretenus avec les Italiens de l’étranger. Ici aussi la question des vecteurs et des moyens rendant possible ce jeu de miroir entre les Italiens de l’étranger et l’histoire de leur pays d’origine sera posée.

En réunissant dans une même interrogation l’étude des Italiens et des Italiennes, de leurs pratiques et de leurs cultures en Italie et dans leurs destinations d’adoption à l’époque contemporaine et des différences de parcours migratoires des hommes et des femmes, ce colloque entend renforcer une histoire globale et culturelle des migrations italiennes. On s’efforcera, ce faisant, de souligner ses spécificités, ou au contraire ses similitudes, par rapport à d’autres migrations.

Les communications proposées devront s’inscrire dans cette problématique générale et plus spécifiquement dans l’une des thématiques suivantes :

Voyage (s) : on interrogera ici la complexité des voyages des Italiens (allers et retours, voyages multiples, migrations par étape), mais aussi l’entre-deux voyages (attente, transit). On privilégiera une réflexion sur les liens entre la forme, la durée, le rythme du voyage et la question de l’italianité (réseaux, chaînes migratoires, mobilisation de ressources diverses en cas de difficulté)
Bagage (s) : on privilégiera ici une approche matérielle de l’examen du ou des bagages des Italiens, bien que la dimension métaphorique du bagage – ce que l’on emporte avec soi – ne soit pas exclue. On s’interrogera sur le choix des objets ou éléments transportés ; sur les périls liés au transport, au vol ou à la perte des bagages ; ou encore sur l’absence de bagages.
– Papier (s) : papiers d’identités, lettres, archives familiales, presse, récits autobiographiques, argent… le papier ou les papiers sont ici le coeur de l’interrogation en tant que liens entre les migrants et leurs familles, entre migrants à l’étranger, ou en tant que témoignages de la migration à l’intention des générations suivantes.
Mots : dans le même esprit que pour le(s) papier(s) il s’agira à travers une réflexion sur la langue italienne, d’identifier et d’examiner un support de l’italianité. On portera une attention spécifique à la langue, à son évolution, à sa perte en une ou plusieurs générations, ou au contraire aux efforts déployés pour la maintenir. La chanson et la littérature, prenant ou non la migration comme sujet, seront considérées comme des manifestations de la culture italienne contribuant au déploiement d’une culture globale au-delà des frontières nationales.
Geste (s) : le questionnement portera sur les pratiques culturelles relevant de transferts ou d’échanges, d’influences mutuelles, entre la culture d’origine des migrants et celle des sociétés d’accueil. Des exemples pourront être développés pour des domaines aussi divers que l’agriculture, le sport, la religion, la cuisine, les techniques professionnelles, etc.
– Institutions : on s’attachera spécifiquement à interroger le rôle des institutions dans la fabrication, le maintien ou le renforcement d’une italianité dans la migration. Les rôles des consulats, de l’Eglise, d’associations pourront faire l’objet d’une attention spécifique.
Temporalités : des années 1870 à aujourd’hui, la migration italienne a considérablement évolué dans ses rythmes, dans ses destinations, dans ses modalités. Dans quelle mesure ce que l’on appelle italianité s’est-elle transformée au cours de la période? Certaines périodes politiques (Risorgimento, fascisme, années de plomb, Italie Berlusconienne, etc.) ont-elles joué un rôle particulier en la matière? La mémoire de la migration italienne contribue-t-elle aujourd’hui à créer une forme d’italianité spécifique et si oui laquelle? Comment l’italianité est-elle transmise au sein d’une famille, que celle-ci soit restée unie ou au contraire ait été désunie par le processus migratoire? Quel est le rôle du genre dans cette transmission ou dans cette non-transmission?

Les propositions de communication d’un maximum de 1500 signes (espaces compris) sont à envoyer à recherche.immigration@palais-portedoree.fr le 20 décembre 2016 au plus tard, accompagnées d’un court CV présentant leur auteur.
Les communications d’une durée maximale de 20 minutes pourront se faire en français, en anglais ou en italien.

Appel: La fabrique transnationale de la «science nationale» en Italie (1839-fin des années 1920)

Appel à contributions pour les MEFRIM- Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée.
Dossier coordonné par Marie Bossaert (EFR) et Antonin Durand (ENS)

Délai de soumission des résumés: 1er décembre 2016

Processus éditorial :

Le présent appel vise à rassembler des propositions de contributions qui seront sélectionnées par un comité scientifique composé des deux coordinateurs et de Fabrice Jesné, directeur des études de l’École française de Rome. Les propositions retenues seront ensuite discutées lors d’un atelier fermé qui se tiendra à l’École française de Rome les 02 et 03 mars 2017, ayant vocation à préparer un numéro thématique des Mélanges de l’École française de Rome ; les frais de transport et d’hébergement des intervenants seront pris en charge par les organisateurs. L’atelier aura également pour objet de discuter l’architecture de ce dossier et son introduction générale, afin de favoriser sa cohésion scientifique et éditoriale. A l’issue de l’atelier, le dossier sera soumis à la procédure d’évaluation normale des MEFRIM (expertise anonyme).

Argumentaire scientifique :

L’histoire des savoirs en Italie a été profondément renouvelée par l’histoire sociale et culturelle du Risorgimento, qu’elle a contribuée en retour à refonder. Ainsi les travaux de Mauro Moretti et d’Ilaria Porciani ont-ils contribué à rendre son importance à l’université comme facteur d’intégration de la nouvelle nation et à la science comme ciment de l’unité nationale, tout en pensant la constitution d’un champ académique national dans le nouvel État italien. Ces développements s’inscrivaient dans un renouveau plus vaste de l’histoire des savoirs, sur le plan international. Dans le même temps, en effet, de nouveaux horizons s’ouvraient pour cette historiographie avec l’essor considérable des études transnationales, qui proposaient plus généralement une relecture du nation building. Or l’historiographie italienne des savoirs est restée relativement à l’écart de ce mouvement. La science et ses praticiens ne sont certes pas complètement absents de ces études, mais l’articulation entre l’intensité précoce de leurs circulations transnationales et l’émergence de la science nationale comme vecteur d’intégration et de rayonnement national mérite d’être mieux connue.

En effet, l’Italie, construction nationale récente, qui doit intégrer des traditions scientifiques hétérogènes, constitue un cas particulièrement intéressant : ses savants se sont bien souvent formés à l’étranger, en exil d’abord, puis à l’occasion de séjours d’échanges. Plus généralement, les Italiens entendent donner à leur nation toute sa place sur la scène scientifique internationale, dans une perspective d’échanges et de rivalités. Nous proposons de nous interroger sur les dynamiques transnationales à l’œuvre dans l’élaboration de la science nationale italienne dans le long Risorgimento. L’objectif n’est pas de remplacer un paradigme par un autre, mais bien plutôt d’enrichir notre compréhension du phénomène de nationalisation de la science italienne, tout en contribuant par l’analyse du cas italien à la remise en question du « nationalisme méthodologique » dans l’histoire des sciences et des savoirs et en situant les Italiens sur la carte des échanges scientifiques internationaux.

La question sera abordée à partir de 1839, date de la première réunion des scientifiques italiens, tenue à Pise. Ce congrès, qui rassemble des savants originaires des différents États de la péninsule, a longtemps été considéré comme une étape importante du Risorgimento, et de la « renaissance » de la science italienne. L’étude prend pour terminus ad quem la fin des années 1920, temps de nationalisation de la science italienne, voulue par les autorités fascistes. Elle se traduit par la création de la Reale Accademia d’Italia en 1929, institution qui absorbe et reformule l’Accademia dei Lincei, et par l’utilisation des congrès internationaux comme vitrine de la science italienne – ainsi du Congrès des mathématiciens à Bologne, en 1928, ou de celui des physiciens à Côme un an plus tard. À Rome, à Bologne ou à Côme, l’objectif est le même : promouvoir le « génie » italien, et partant, le régime. La périodisation choisie enjambe volontairement deux transitions politiques fortes – l’Unité italienne, la naissance du régime fasciste, de manière à interroger l’entrelacs des enjeux nationaux et transnationaux en amont et en aval de la construction de ces deux césures fortes de l’histoire politique italienne.

Plusieurs thèmes ont été identifiés, déclinés dans les rubriques suivantes pressenties pour le dossier :

1/ Lieux de savoir :

 – congrès nationaux et internationaux : l’historiographie des congrès a eu tendance à dissocier artificiellement l’âge des congrès nationaux de la première moitié du XIXe siècle et celui des congrès internationaux, qui s’ouvre à la fin du siècle. Or les premiers, longtemps étudiés à l’aune du politique – comme autant d’étapes dans l’unification – présentaient un caractère ouvert, à l’image de leurs équivalents nationaux en Europe : environ 10 % des participants étaient étrangers, tandis que les Italiens se rendaient en nombre aux congrès allemands, français, anglais ou encore suisses. Il paraît donc important de remettre en avant la dimension transnationale de ces premiers congrès, tout en revenant sur le rôle des congrès internationaux dans la construction de la science nationale.

 – les institutions savantes, et leurs collaborateurs étrangers

 – la circulation des modèles institutionnels : en quoi les universités et institutions savantes italiennes s’inspirent-elles de leurs voisins européens, avec lesquels elles entendent dialoguer et rivaliser ? Les emprunts aux systèmes allemands, français et plus généralement européens ont été bien étudiés, dans une perspective essentiellement comparatiste : on cherchera ici à mettre l’accent sur les vecteurs concrets de circulation de ces modèles.

 – les revues savantes italiennes : quelle était la part de collaborateurs étrangers, et comment fonctionnaient ces collaborations ? S’inspiraient-elles de revues non-italiennes ? Quelle était leur diffusion hors d’Italie ?

 2/ Les pérégrinations scientifiques

 – les mobilités savantes : on sera attentif à la circulation des savants (et des artefacts) et aux réseaux. Plusieurs types de mobilité pourront être envisagés : contraintes (exil) ou volontaires (voyage, séjour d’études, mission) ; fruit d’initiative individuelles ou organisées par l’État (à travers l’octroi de bourses d’études, par exemple) ou par d’autres organismes. On s’interrogera sur l’institutionnalisation – étatique ou non – des circulations transnationales.

 – Ces pérégrinations seront envisagées dans les deux sens : les Italiens hors d’Italie, les savants étrangers en Italie – on y ajoutera, pour la période pré-unitaire, les déplacements de savants originaires des différents États italiens dans la péninsule même.

 3/ Savoirs sur l’étranger et construction nationale

 Dans quelle mesure les savoirs sur l’étranger participent-ils de la construction nationale italienne ? À travers l’histoire, l’anthropologie ou encore les langues et littératures étrangères, on réfléchira au rôle des connaissances sur les cultures étrangères – qu’elles aient été ou non en interaction avec les Italiens – dans le façonnement d’une histoire de la nation italienne.

 Ces propositions ne prétendent pas à l’exhaustivité : tout thème connexe permettant de traiter la problématique proposée sera pris en considération ; les rubriques elles-mêmes peuvent être matière à débat.

Modalités de soumission :

 Les propositions d’articles, présentées sous la forme de résumés de 5000 signes environ, précisant les sources utilisées et les liens avec la problématique et les thèmes exposés, devront être envoyées à Marie Bossaert (Marie.Bossaert(at)gmail.com) et Antonin Durand (Antonin.Durand(at)ens.fr) avant le 1erdécembre 2016. Elles pourront être rédigées en français, en italien ou en anglais.

Calendrier prévisionnel :

 1er décembre 2016 : soumission des résumés

 15 décembre 2016 : sélection des propositions

 2-3 mars 2017 : atelier fermé à l’École française de Rome.

 31 juillet 2017 : remise des articles pour expertise en vue d’une parution fin 2018.

Télécharger l’appel en français ici

 Scaricare il bando in italiano qui