La république en Italie (1848-1948). Héritages, modèles, discours


Laboratoire italien n°19/ 2017 (exclusivement publié en ligne sur le portail Revues.org)
Sous la direction de Laura FOURNIER-FINOCCHIARO, Jean-Yves FRÉTIGNÉ et Silvia TATTI

Ce volume retrace le développement et la maturation de l’idée républicaine en Italie entre 1848 et 1948, par une double approche historique et littéraire. Le but est de déceler la spécificité d’une voie républicaine italienne, à partir des expériences locales de Rome, Venise, Milan et du Sud de l’Italie pendant le Risorgimento jusqu’aux années de la monarchie libérale et du fascisme. Les interventions sont regroupées autour de trois axes principaux : les mémoires des républiques italiennes de 1848-1849 et la construction d’un langage politique et littéraire local et en même temps national, les modèles et contre-modèles républicains étrangers à partir desquels se définit la voie italienne, les discours républicains sous la monarchie et sous le fascisme. La reconstruction de l’histoire d’un siècle à partir de cette perspective, entre la faillite du modèle républicain au moment de l’Unité et sa victoire après la deuxième guerre mondiale, explique la difficulté de l’Italie, encore aujourd’hui, à assumer son passé.

Sommaire

LA RÉPUBLIQUE EN ITALIE (1848-1948)
Laura Fournier-Finocchiaro, Jean-Yves Frétigné et Silvia Tatti • Introduction
Maurizio Ridolfi • La République du futur ! Projets et horizons républicains en Italie, du Risorgimento à la fin de la Monarchie

I. Héritages et mémoires des expériences républicaines italiennes
Eva Cecchinato • Mémoire, récits et héritage de la Révolution de 1848 à Venise
Gianluca Albergoni • Mémoire et héritage de la Révolution de 1848 à Milan, des Cinq journées à la fin du siècle
Silvia Tatti • Rhétorique et politique au cours du Risorgimento : la République romaine de 1849

II. La pensée républicaine italienne et ses modèles étrangers

Marco Barducci • Le projet républicain de Giuseppe Mazzini et l’Angleterre : de la démocratie éthique à la démocratie sociale, 1845-1850
Paolo Benvenuto et Jean-Yves Frétigné • Du modèle républicain français à sa marginalisation (1848-1914)
Daniele Fiorentino • Pas tout à fait un modèle : les États-Unis dans le mouvement risorgimental italien

III. De la difficulté de rester républicain

Antonino De Francesco • Après la révolution nationale : le républicanisme méridional dans l’Italie libérale
Matteo Palumbo • Les mots de la politique à l’ombre de la Sicile : Pisacane, Verga, De Roberto et Pirandello
Laura Fournier-Finocchiaro • L’évolution de l’inspiration poétique républicaine de Mameli à Carducci : de l’antimonarchisme mazzinien et jacobin à la « démocratie dynastique »
Stéfanie Prezioso • Guerre et « subversion patriotique » : les républicains italiens face au premier conflit mondial et à ses usages politiques

IV. Des républicains en résistance aux républicains aux portes du pouvoir
Éric Vial • L’idée républicaine dans l’émigration antifasciste en exil
Olivier Forlin • Fascisme et république
Frédéric Attal • Piero Calamandrei et la Constitution de 1948 : Calamandrei le juriste contre Piero l’intellectuel

Avis de parution Labo19

Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXè-XXIè siècle)

affiche13mai

Journée d’études du Laboratoire d’Etudes Romanes (L.E.R., EA 4385)
Axes Histoire, Mémoire et Politique dans l’Europe méridionale (ERESCEC)/
Historicités latinoaméricaines (ALHIM)

Date : Vendredi 13 mai 2016
Horaires : 10h-18h
Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire – 7 E Boulevard Jourdan – 75007 Paris
Contact : natalia.molinaro02@univ-paris8.fr et natalia.molinaro@laposte.net

Descriptif :
Cette journée d’étude propose d’aborder les processus de construction nationale en Europe méridionale et en Amérique latine entre le XIXè et le XXIè siècle depuis une perspective comparatiste. Il s’agira d’observer comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques pédagogiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique : quels points communs, quels transferts, quelles différences entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ? Elle s’intéressera dans un premier temps à la construction mémorielle, notamment à la construction d’une mémoire officielle d’un passé traumatique resignifié et produisant de l’identité. Car « une nation, c’est une mémoire », comme l’affirmait Pierre Nora. Un second volet sera consacré à l’éventail de pratiques pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés qui permettent de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale, en faisant appel à une mémoire commune. Quels mécanismes et procédés retrouve-t-on d’un côté à l’autre de l’Atlantique, en des espaces-temps certes différents, mais toujours marqués par l’enjeu mémoriel et l’impératif national ? En quoi ces pratiques sont-elles révélatrices d’influences et d’une circulation des idées ?

Programme:

10h00 : Présentation de la journée

Table 1 « L’autre » et la construction nationale
Modérateur : Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8)
10h20 : Brice Chamouleau (Université Paris 8) : Nacionalizar heterodoxias por eliminación: formas del homonacionalismo español
10h50 : Darío Lanfranca (Université Paris 8) : La célébration du sixième anniversaire des Vêpres siciliens de 1882 et le conflit entre l’idée d’autonomie et de nation dans la Sicile post-unitaire.
11h20 : Yves Léonard (Sciences Po. / L.E.R.) : L’empire et l’outremer dans la construction et l’affirmation de la nation au Portugal (XIXè-XXIè siècle).

Table 2 Pédagogies du national
Modératrice : Natalia Molinaro (Université Paris 8) :
14h00 : Laura Fournier (Université Paris 8) : Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité
14h30 : Marie Salgues (Université Paris 8) : La construction de la nation au XIXe siècle dans le théâtre patriotique: les invariants d’un processus de définition identitaire
15h00 : Dalila Chine-Lehmann (Université Nanterre Paris-Ouest) : « Apprendre à aimer la patrie » : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines

Table 3 Constructions mémorielles et historiographies
Modératrice : Mercedes Yusta Rodrigo (Université Paris 8)
15h45 : Natalia Molinaro (Université Paris 8) : À propos des commémorations du 24 mars 2016. Etat des lieux des politiques de la mémoire en Argentine
16h15 : Paola Diaz (EHESS) : La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale. Les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004)
16h45 : Michèle Arrué (Université Paris 8) : Présentation du court-métrage de Nicolás Lasnibat
17h00 : Projection du court-métrage de Nicolás Lasnibat, Treinta años (2006), en présence du réalisateur.

Affiche JE 13 mai 2016
Programme JE 13 mai 2016