Appel: Mostra augustea della romanità (1937-1938), un enjeu politique et culturel

Appel à communication
La Mostra augustea della romanità (1937-1938), un enjeu politique et culturel

La journée d’études aura lieu à l’Université Lille3, vendredi 13 octobre 2017, avec le soutien de CECILLE (EA 4074)

Délai de soumission des résumés: 1er février 2017

Argumentaire

Considérée par Emilio Gentile comme « la consécration de la continuité spirituelle entre la Rome antique et la Rome fasciste »[1], la Mostra augustea della romanità fut inaugurée le 23 septembre 1937 afin de célébrer le bimillénaire de la naissance d’Auguste, un an après que Mussolini, dans l’euphorie de la victoire italienne en Éthiopie, eut proclamé la renaissance de l’Empire.

Beaucoup reste à dire sur cette exposition de grande ampleur (82 salles), qui a donné lieu à la publication d’un catalogue de près de 800 pages. C’est donc à une analyse approfondie de cet événement que sera consacrée la journée d’étude, au cours de laquelle les intervenants envisageront dans des perspectives diverses le thème de la romanité et la récupération de la figure (ou du mythe) d’Auguste à laquelle se livre l’exposition. Celle-ci sera ainsi mise en relation avec des enjeux politiques ou géopolitiques précis, sera abordée dans une optique nationale ou internationale ou sera replacée dans le contexte tourmenté des années précédant la Deuxième Guerre mondiale. La « matérialité » de l’exposition ne sera pas pour autant négligée : si elle répond à un objectif idéologique évident, à un moment d’apogée pour le fascisme, elle s’inscrit aussi dans une politique et dans des pratiques culturelles  de masse, dont elle est sans nul doute un exemple parmi les plus représentatifs.

 Un résumé de la communication, rédigé en français ou en italien et incluant une brève présentation biobibliographique, est attendu pour le 1er février 2017. Il devra être envoyé à :

Jean-Philippe BAREIL (jean-philippe.bareil@univ-lille3.fr) ou Barbara MEAZZI (barbara.meazzi@unice.fr).

[1] Emilio GENTILE, Fascismo di pietra, Roma-Bari, Laterza, 2007, p. 143.

Former la nation. Historiographies, constructions mémorielles et pédagogies de masse en Europe méridionale et en Amérique Latine (XIXè-XXIè siècle)

affiche13mai

Journée d’études du Laboratoire d’Etudes Romanes (L.E.R., EA 4385)
Axes Histoire, Mémoire et Politique dans l’Europe méridionale (ERESCEC)/
Historicités latinoaméricaines (ALHIM)

Date : Vendredi 13 mai 2016
Horaires : 10h-18h
Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire – 7 E Boulevard Jourdan – 75007 Paris
Contact : natalia.molinaro02@univ-paris8.fr et natalia.molinaro@laposte.net

Descriptif :
Cette journée d’étude propose d’aborder les processus de construction nationale en Europe méridionale et en Amérique latine entre le XIXè et le XXIè siècle depuis une perspective comparatiste. Il s’agira d’observer comment et dans quelle mesure les cadres discursifs de la nation, ainsi que les pratiques pédagogiques qui leur sont associées, ont pu circuler d’un côté à l’autre de l’Atlantique : quels points communs, quels transferts, quelles différences entre ces deux espaces éloignés, mais dont l’histoire est étroitement liée ? Elle s’intéressera dans un premier temps à la construction mémorielle, notamment à la construction d’une mémoire officielle d’un passé traumatique resignifié et produisant de l’identité. Car « une nation, c’est une mémoire », comme l’affirmait Pierre Nora. Un second volet sera consacré à l’éventail de pratiques pédagogiques déployées par le pouvoir pour former la nation et donner corps à ses représentations, notamment à travers la performance. Cérémonies patriotiques, commémorations, mise en scène de l’histoire sont autant de procédés qui permettent de construire, reconstruire ou réaffirmer un sentiment d’appartenance nationale, en faisant appel à une mémoire commune. Quels mécanismes et procédés retrouve-t-on d’un côté à l’autre de l’Atlantique, en des espaces-temps certes différents, mais toujours marqués par l’enjeu mémoriel et l’impératif national ? En quoi ces pratiques sont-elles révélatrices d’influences et d’une circulation des idées ?

Programme:

10h00 : Présentation de la journée

Table 1 « L’autre » et la construction nationale
Modérateur : Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8)
10h20 : Brice Chamouleau (Université Paris 8) : Nacionalizar heterodoxias por eliminación: formas del homonacionalismo español
10h50 : Darío Lanfranca (Université Paris 8) : La célébration du sixième anniversaire des Vêpres siciliens de 1882 et le conflit entre l’idée d’autonomie et de nation dans la Sicile post-unitaire.
11h20 : Yves Léonard (Sciences Po. / L.E.R.) : L’empire et l’outremer dans la construction et l’affirmation de la nation au Portugal (XIXè-XXIè siècle).

Table 2 Pédagogies du national
Modératrice : Natalia Molinaro (Université Paris 8) :
14h00 : Laura Fournier (Université Paris 8) : Usages du passé romain et du concept de race latine dans la construction nationale de l’Italie après l’Unité
14h30 : Marie Salgues (Université Paris 8) : La construction de la nation au XIXe siècle dans le théâtre patriotique: les invariants d’un processus de définition identitaire
15h00 : Dalila Chine-Lehmann (Université Nanterre Paris-Ouest) : « Apprendre à aimer la patrie » : cérémonies civiques et intériorisation du sentiment patriotique dans les écoles mexicaines

Table 3 Constructions mémorielles et historiographies
Modératrice : Mercedes Yusta Rodrigo (Université Paris 8)
15h45 : Natalia Molinaro (Université Paris 8) : À propos des commémorations du 24 mars 2016. Etat des lieux des politiques de la mémoire en Argentine
16h15 : Paola Diaz (EHESS) : La vérité officielle sur les crimes du passé comme médiation de l’unité nationale. Les politiques de vérité au Chili post-dictature (1990-2004)
16h45 : Michèle Arrué (Université Paris 8) : Présentation du court-métrage de Nicolás Lasnibat
17h00 : Projection du court-métrage de Nicolás Lasnibat, Treinta años (2006), en présence du réalisateur.

Affiche JE 13 mai 2016
Programme JE 13 mai 2016