La république en Italie (1848-1948). Héritages, modèles, discours


Laboratoire italien n°19/ 2017 (exclusivement publié en ligne sur le portail Revues.org)
Sous la direction de Laura FOURNIER-FINOCCHIARO, Jean-Yves FRÉTIGNÉ et Silvia TATTI

Ce volume retrace le développement et la maturation de l’idée républicaine en Italie entre 1848 et 1948, par une double approche historique et littéraire. Le but est de déceler la spécificité d’une voie républicaine italienne, à partir des expériences locales de Rome, Venise, Milan et du Sud de l’Italie pendant le Risorgimento jusqu’aux années de la monarchie libérale et du fascisme. Les interventions sont regroupées autour de trois axes principaux : les mémoires des républiques italiennes de 1848-1849 et la construction d’un langage politique et littéraire local et en même temps national, les modèles et contre-modèles républicains étrangers à partir desquels se définit la voie italienne, les discours républicains sous la monarchie et sous le fascisme. La reconstruction de l’histoire d’un siècle à partir de cette perspective, entre la faillite du modèle républicain au moment de l’Unité et sa victoire après la deuxième guerre mondiale, explique la difficulté de l’Italie, encore aujourd’hui, à assumer son passé.

Sommaire

LA RÉPUBLIQUE EN ITALIE (1848-1948)
Laura Fournier-Finocchiaro, Jean-Yves Frétigné et Silvia Tatti • Introduction
Maurizio Ridolfi • La République du futur ! Projets et horizons républicains en Italie, du Risorgimento à la fin de la Monarchie

I. Héritages et mémoires des expériences républicaines italiennes
Eva Cecchinato • Mémoire, récits et héritage de la Révolution de 1848 à Venise
Gianluca Albergoni • Mémoire et héritage de la Révolution de 1848 à Milan, des Cinq journées à la fin du siècle
Silvia Tatti • Rhétorique et politique au cours du Risorgimento : la République romaine de 1849

II. La pensée républicaine italienne et ses modèles étrangers

Marco Barducci • Le projet républicain de Giuseppe Mazzini et l’Angleterre : de la démocratie éthique à la démocratie sociale, 1845-1850
Paolo Benvenuto et Jean-Yves Frétigné • Du modèle républicain français à sa marginalisation (1848-1914)
Daniele Fiorentino • Pas tout à fait un modèle : les États-Unis dans le mouvement risorgimental italien

III. De la difficulté de rester républicain

Antonino De Francesco • Après la révolution nationale : le républicanisme méridional dans l’Italie libérale
Matteo Palumbo • Les mots de la politique à l’ombre de la Sicile : Pisacane, Verga, De Roberto et Pirandello
Laura Fournier-Finocchiaro • L’évolution de l’inspiration poétique républicaine de Mameli à Carducci : de l’antimonarchisme mazzinien et jacobin à la « démocratie dynastique »
Stéfanie Prezioso • Guerre et « subversion patriotique » : les républicains italiens face au premier conflit mondial et à ses usages politiques

IV. Des républicains en résistance aux républicains aux portes du pouvoir
Éric Vial • L’idée républicaine dans l’émigration antifasciste en exil
Olivier Forlin • Fascisme et république
Frédéric Attal • Piero Calamandrei et la Constitution de 1948 : Calamandrei le juriste contre Piero l’intellectuel

Avis de parution Labo19

La France et l’Italie. Histoire de deux nations soeurs, de 1660 à nos jours

histoire-de-deux-nations-soeurs

La France et l’Italie
Histoire de deux nations soeurs, de 1660 à nos jours

Gilles Bertrand
Jean-Yves Frétigné
Alessandro Giacone
octobre 2016
464 pages, 26.90 €

Sous l’Ancien Régime, des relations paradoxales se nouent entre la mosaïque des États italiens et le royaume de France. Celui-ci ne parvient pas à assurer sa domination politique sur la péninsule, tandis qu’Italiens et Français rivalisent sur le plan scientifique et artistique. L’irruption de la présence française sous Napoléon agit comme un électrochoc, rendant incontournables, des deux côtés des Alpes, les héritages révolutionnaires.
De la chute de l’empereur à l’arrivée au pouvoir de Mussolini, la France et l’Italie se pensent plus que jamais comme deux soeurs, dont les liens sont tissés d’estime et de solidarité mais aussi de mépris et de rivalité. Les tensions et les apaisements autour de la question romaine puis de la question coloniale vont rythmer leurs relations pendant plus d’un siècle.
Au cours du premier XXe siècle, les relations sont à la fois conflictuelles (en raison du fascisme et de la Seconde Guerre mondiale) et étroites (du fait de l’émigration italienne) ; depuis 1945, les deux États tentent ensemble de construire l’Europe, tandis que leurs peuples s’interpénètrent toujours davantage.
(présentation éditeur)

Table des matières

L’héritage du long XVIIIe siècle (1660-1789).
Le legs politique de l’Ancien Régime.
Pratiques de l’espace, échanges économiques et mobilité des individus.
Aller chercher chez l’autre ce qu’on n’a pas chez soi.
Un espace intellectuel et scientifique commun… et européen.

La secousse du moment révolutionnaire et impérial (1789-1815).
L’impact de la Révolution française et les effets de l’émigration.
Le « trienno » jacobin entre espoirs et désillusions (1796-1799).
Les années Napoléon.

Le temps des restaurations et des complicités romantiques (1815-1830). Une relation ambivalente entre les relents de la domination française et les débuts du Risorgimento.
Refuge sentimental et amitiés intellectuelles.
Un chassé-croisé politique.

De la question romaine à la question coloniale (1830-1922), les rapports entre Français et Italiens: entre l’estime et le mépris.

La France : un modèle pour les patriotes italiens (1830-1848)?
La naissance de la question romaine (1848-1849).
Napoléon III et l’Italie (1850-1861).
Entre Paris et Berlin (1861-1922).

La montée du fascisme italien et la Seconde Guerre mondiale (1922-1945).
Le temps de Mussolini.
France et Italie dans les années 1930.
La France et l’Italie en guerre.

La détente (1945-1981).
La reprise des rapports diplomatiques.
L’Italie devant le modèle gaulliste.
France et Italie pendant les années 1970.

Les deux soeurs latines dans le monde contemporain (1981-2015).
Les deux septennats de François Mitterrand.
La présidence Chirac et l' »anomalie Berlusconienne ».
Les relations franco-italiennes de 2007 à nos jours.
Les relations culturelles franco-italiennes