La France d’Antonio Gramsci


Colloque international
La France d’Antonio Gramsci
23-24-25 novembre
ENS Lyon

Lieu: Site Descartes
Salles : D8.006 les jeudi 23 novembre et vendredi 24 novembre
D2.034 le samedi 25 novembre

Intervenants:
Francesca Antonini, Giulio Azzolini, Leonardo Casalino, Vincent Charbonnier, Giuseppe Cospito, Romain Descendre, Jean-Yves Frétigné, Antony Crézégut, Yohann Douet, Michele Fiorillo, Gianni Francioni, Fabio Frosini, Natalìa Gaboardi, Jacques Guilhaumou, Giuliano Guzzone, Robert Jackson, Marie Lucas, Jean-Pierre Potier, Giuseppe Vacca, Jean-Claude Zancarini

Organisateurs:
Triangle. Action, discours, pensée politique et économique
Labex COMOD
Fondazione Gramsci
Università di Pavia

Description
Pour contribuer à célébrer en France le quatre-vingtième anniversaire de la mort du grand penseur italien (1891-1937), nous invitons les chercheurs à un travail collectif sur « la France d’Antonio Gramsci », dans le cadre d’un colloque qui se tiendra à Lyon (lieu important pour l’histoire du communisme italien et du rôle qu’y joua Gramsci, puisque s’y tint, en janvier 1926, le 3e congrès du PC d’I).

Comme cela se vérifie également à l’échelle mondiale, le nom de Gramsci est depuis quelques années très présent dans l’espace public français, tant dans les champs politique et journalistique que dans les débats théoriques et les sciences sociales ; on note aussi des travaux français récents sur Gramsci et sa réception en France. En revanche, bien peu a été fait sur la présence de la France dans son œuvre et c’est bien cet aspect que nous entendons traiter.

Le colloque « la France d’Antonio Gramsci » se penchera donc sur la place et la fonction de l’histoire, de la politique et de la culture françaises dans la réflexion de Gramsci. Cette question n’a jusqu’ici pas fait l’objet d’études systématiques. Il est pourtant incontestable que la formation de Gramsci est en large part constituée de culture française et que, tout au long de son œuvre, la France lui sert de point de référence à partir duquel penser la situation italienne. C’est particulièrement vrai dans la mise en évidence du rôle de la politique française – avec l’économie anglaise et la philosophie allemande – comme une des trois sources du marxisme. Au delà de cette première constatation, la présence d’auteurs, événements et thèmes français dans ses textes – au premier rang desquels les Cahiers de prison – est particulièrement forte et bien connue de la critique. Il s’agira donc d’examiner certains de ses concepts les plus importants (jacobinisme, national-populaire…), certaines de ses thématiques historiques (les Lumières, la Révolution française, les rapports ville-campagne…), politiques (syndicalisme révolutionnaire, Maurras et l’Action française…) et culturelles (culture française, intellectuels français…) en les mettant en résonance avec sa réflexion d’ensemble et le rythme de sa pensée. Gramsci pense la France, son histoire et sa culture, mais son intention vise bien au-delà !

Ce colloque se tiendra malheureusement en l’absence d’André Tosel, qui fit tant pour la diffusion de l’œuvre de Gramsci en France. André avait chaleureusement soutenu l’idée d’organiser à Lyon un événement commémorant le penseur italien et il devait bien sûr faire partie de son conseil scientifique. Sa générosité et son enthousiasme nous manqueront autant que sa science. Un hommage lui sera rendu pendant le colloque.

Conseil scientifique: Giuseppe Cospito (Università di Pavia), Romain Descendre (ENS de Lyon), Gianni Francioni (Università di Pavia), Fabio Frosini (Università di Urbino), Pierre Girard (Université Lyon 3), Guido Liguori (Università della Calabria), Giuseppe Vacca (Fondazione Gramsci), Jean-Claude Zancarini (ENS de Lyon)

Entrée libre

Contacts:
Romain Descendre Mail: romain.descendre@ens-lyon.fr
Jean-Claude Zancarini Mail: jean-claude.zancarini@ens-lyon.fr

Voir programme

Diasporas 29-2017, Mobilités créatrices


Diasporas n° 29 – Mobilités créatrices. Acteurs, savoirs et pratiques en mouvement (XVIe – XIXe siècle)
Auteur : Catherine BRICE (coord.)
N° ISBN : 978-2-8107-0524-5
PRIX : 22.00 €
Format et nombre de pages : 16 x 24 cm – 194 p.
Parution le 7 septembre 2017

Les travaux sur les mobilités et ceux sur l’innovation sont rarement associés, alors même qu’il semble acquis que la mobilité (des idées, des personnes…) a une influence sur les capacités créatrices des sociétés. Ce nouveau numéro de Diasporas, largement expérimental, se propose de réfléchir aux effets transformateurs de la mobilité, en partant de la mobilité « géographique », c’est-à-dire du déplacement dans l’espace, et en tentant de saisir l’ensemble des transformations significatives qu’elle induit. Il s’agit, en effet, de mesurer la pleine portée du terme « innovation » : au-delà de la nouveauté surgie dans les domaines scientifique et technologique, les travaux les plus récents, inspirés par les notions d’« art de faire » (Certeau) ou encore d’« usages » (Edgerton), ont démontré que l’histoire de l’innovation peut toucher à l’ensemble des techniques et à tous les savoir-faire, qu’ils soient financiers, commerciaux, politiques ou encore artistiques. En tournant autour du « sujet mobile », ce sont autant les contacts des connaissances, des statuts qui nous intéressent que la transformation des cadres de saisie du réel. La capacité créatrice des mobilités est envisagée pour une période charnière, qui court du XVIe au XIXe siècle : temps de l’innovation par excellence, de la « modernisation », cette époque est aussi caractérisée par les déplacements liés aux voyages, aux guerres, aux expéditions et aux migrations ; tous sont pris en compte ici, avec une attention particulière pour les exils.

Catherine Brice est professeure d’histoire à l’université Paris-Est Créteil (UPEC) / Institut universitaire de France (IUF).

Sommaire
Introduction

La république en Italie (1848-1948). Héritages, modèles, discours


Laboratoire italien n°19/ 2017 (exclusivement publié en ligne sur le portail Revues.org)
Sous la direction de Laura FOURNIER-FINOCCHIARO, Jean-Yves FRÉTIGNÉ et Silvia TATTI

Ce volume retrace le développement et la maturation de l’idée républicaine en Italie entre 1848 et 1948, par une double approche historique et littéraire. Le but est de déceler la spécificité d’une voie républicaine italienne, à partir des expériences locales de Rome, Venise, Milan et du Sud de l’Italie pendant le Risorgimento jusqu’aux années de la monarchie libérale et du fascisme. Les interventions sont regroupées autour de trois axes principaux : les mémoires des républiques italiennes de 1848-1849 et la construction d’un langage politique et littéraire local et en même temps national, les modèles et contre-modèles républicains étrangers à partir desquels se définit la voie italienne, les discours républicains sous la monarchie et sous le fascisme. La reconstruction de l’histoire d’un siècle à partir de cette perspective, entre la faillite du modèle républicain au moment de l’Unité et sa victoire après la deuxième guerre mondiale, explique la difficulté de l’Italie, encore aujourd’hui, à assumer son passé.

Sommaire

LA RÉPUBLIQUE EN ITALIE (1848-1948)
Laura Fournier-Finocchiaro, Jean-Yves Frétigné et Silvia Tatti • Introduction
Maurizio Ridolfi • La République du futur ! Projets et horizons républicains en Italie, du Risorgimento à la fin de la Monarchie

I. Héritages et mémoires des expériences républicaines italiennes
Eva Cecchinato • Mémoire, récits et héritage de la Révolution de 1848 à Venise
Gianluca Albergoni • Mémoire et héritage de la Révolution de 1848 à Milan, des Cinq journées à la fin du siècle
Silvia Tatti • Rhétorique et politique au cours du Risorgimento : la République romaine de 1849

II. La pensée républicaine italienne et ses modèles étrangers

Marco Barducci • Le projet républicain de Giuseppe Mazzini et l’Angleterre : de la démocratie éthique à la démocratie sociale, 1845-1850
Paolo Benvenuto et Jean-Yves Frétigné • Du modèle républicain français à sa marginalisation (1848-1914)
Daniele Fiorentino • Pas tout à fait un modèle : les États-Unis dans le mouvement risorgimental italien

III. De la difficulté de rester républicain

Antonino De Francesco • Après la révolution nationale : le républicanisme méridional dans l’Italie libérale
Matteo Palumbo • Les mots de la politique à l’ombre de la Sicile : Pisacane, Verga, De Roberto et Pirandello
Laura Fournier-Finocchiaro • L’évolution de l’inspiration poétique républicaine de Mameli à Carducci : de l’antimonarchisme mazzinien et jacobin à la « démocratie dynastique »
Stéfanie Prezioso • Guerre et « subversion patriotique » : les républicains italiens face au premier conflit mondial et à ses usages politiques

IV. Des républicains en résistance aux républicains aux portes du pouvoir
Éric Vial • L’idée républicaine dans l’émigration antifasciste en exil
Olivier Forlin • Fascisme et république
Frédéric Attal • Piero Calamandrei et la Constitution de 1948 : Calamandrei le juriste contre Piero l’intellectuel

Avis de parution Labo19

La France et l’Italie. Histoire de deux nations soeurs, de 1660 à nos jours

histoire-de-deux-nations-soeurs

La France et l’Italie
Histoire de deux nations soeurs, de 1660 à nos jours

Gilles Bertrand
Jean-Yves Frétigné
Alessandro Giacone
octobre 2016
464 pages, 26.90 €

Sous l’Ancien Régime, des relations paradoxales se nouent entre la mosaïque des États italiens et le royaume de France. Celui-ci ne parvient pas à assurer sa domination politique sur la péninsule, tandis qu’Italiens et Français rivalisent sur le plan scientifique et artistique. L’irruption de la présence française sous Napoléon agit comme un électrochoc, rendant incontournables, des deux côtés des Alpes, les héritages révolutionnaires.
De la chute de l’empereur à l’arrivée au pouvoir de Mussolini, la France et l’Italie se pensent plus que jamais comme deux soeurs, dont les liens sont tissés d’estime et de solidarité mais aussi de mépris et de rivalité. Les tensions et les apaisements autour de la question romaine puis de la question coloniale vont rythmer leurs relations pendant plus d’un siècle.
Au cours du premier XXe siècle, les relations sont à la fois conflictuelles (en raison du fascisme et de la Seconde Guerre mondiale) et étroites (du fait de l’émigration italienne) ; depuis 1945, les deux États tentent ensemble de construire l’Europe, tandis que leurs peuples s’interpénètrent toujours davantage.
(présentation éditeur)

Table des matières

L’héritage du long XVIIIe siècle (1660-1789).
Le legs politique de l’Ancien Régime.
Pratiques de l’espace, échanges économiques et mobilité des individus.
Aller chercher chez l’autre ce qu’on n’a pas chez soi.
Un espace intellectuel et scientifique commun… et européen.

La secousse du moment révolutionnaire et impérial (1789-1815).
L’impact de la Révolution française et les effets de l’émigration.
Le « trienno » jacobin entre espoirs et désillusions (1796-1799).
Les années Napoléon.

Le temps des restaurations et des complicités romantiques (1815-1830). Une relation ambivalente entre les relents de la domination française et les débuts du Risorgimento.
Refuge sentimental et amitiés intellectuelles.
Un chassé-croisé politique.

De la question romaine à la question coloniale (1830-1922), les rapports entre Français et Italiens: entre l’estime et le mépris.

La France : un modèle pour les patriotes italiens (1830-1848)?
La naissance de la question romaine (1848-1849).
Napoléon III et l’Italie (1850-1861).
Entre Paris et Berlin (1861-1922).

La montée du fascisme italien et la Seconde Guerre mondiale (1922-1945).
Le temps de Mussolini.
France et Italie dans les années 1930.
La France et l’Italie en guerre.

La détente (1945-1981).
La reprise des rapports diplomatiques.
L’Italie devant le modèle gaulliste.
France et Italie pendant les années 1970.

Les deux soeurs latines dans le monde contemporain (1981-2015).
Les deux septennats de François Mitterrand.
La présidence Chirac et l' »anomalie Berlusconienne ».
Les relations franco-italiennes de 2007 à nos jours.
Les relations culturelles franco-italiennes