Les Français et l’Unité italienne : 1848-1870

Guerre d’Italie. Bataille de Solferino (24 juin 1859). L’empereur Napoléon III donne l’ordre aux chasseurs et aux voltigeurs de la Garde d’enlever Solferino [estampe]

Vendredi 17 novembre 2017, de 18h30 à 20h
BnF I François Mitterrand
quai François Mauriac, Paris 13e Salle 70

Conférence: Les Français et l’Unité italienne : 1848-1870

Madame Laura Fournier-Finocchiaro, Maître de conférences HDR en études italiennes. Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Entre 1848 et 1870, on constate un très vif intérêt en France pour la question de l’indépendance et de l’unité italienne. Globalement sensible et favorable à l’idée de combattre l’influence autrichienne en Italie, l’opinion française est régulièrement informée par la presse qui, pendant la guerre d’indépendance de 1859-1860, développe massivement la pratique journalistique de la correspondance de guerre. À cet égard, on remarque que la France construit son image propre du Risorgimento italien où le rôle joué par la personnalité de Napoléon III est fortement valorisé. Inversement, l’historiographie italienne revendique, pour sa part, l’indépendance de l’action politique dans l’unification de la péninsule par rapport à l’appui venu des Français.

Cycle de conférences Histoire de l’Italie : les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles
Coordination: Emanuela Prosdotti, chargée de collections en histoire de l’Italie. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF

Entrée libre

Diasporas 29-2017, Mobilités créatrices


Diasporas n° 29 – Mobilités créatrices. Acteurs, savoirs et pratiques en mouvement (XVIe – XIXe siècle)
Auteur : Catherine BRICE (coord.)
N° ISBN : 978-2-8107-0524-5
PRIX : 22.00 €
Format et nombre de pages : 16 x 24 cm – 194 p.
Parution le 7 septembre 2017

Les travaux sur les mobilités et ceux sur l’innovation sont rarement associés, alors même qu’il semble acquis que la mobilité (des idées, des personnes…) a une influence sur les capacités créatrices des sociétés. Ce nouveau numéro de Diasporas, largement expérimental, se propose de réfléchir aux effets transformateurs de la mobilité, en partant de la mobilité « géographique », c’est-à-dire du déplacement dans l’espace, et en tentant de saisir l’ensemble des transformations significatives qu’elle induit. Il s’agit, en effet, de mesurer la pleine portée du terme « innovation » : au-delà de la nouveauté surgie dans les domaines scientifique et technologique, les travaux les plus récents, inspirés par les notions d’« art de faire » (Certeau) ou encore d’« usages » (Edgerton), ont démontré que l’histoire de l’innovation peut toucher à l’ensemble des techniques et à tous les savoir-faire, qu’ils soient financiers, commerciaux, politiques ou encore artistiques. En tournant autour du « sujet mobile », ce sont autant les contacts des connaissances, des statuts qui nous intéressent que la transformation des cadres de saisie du réel. La capacité créatrice des mobilités est envisagée pour une période charnière, qui court du XVIe au XIXe siècle : temps de l’innovation par excellence, de la « modernisation », cette époque est aussi caractérisée par les déplacements liés aux voyages, aux guerres, aux expéditions et aux migrations ; tous sont pris en compte ici, avec une attention particulière pour les exils.

Catherine Brice est professeure d’histoire à l’université Paris-Est Créteil (UPEC) / Institut universitaire de France (IUF).

Sommaire
Introduction

La république en Italie (1848-1948). Héritages, modèles, discours


Laboratoire italien n°19/ 2017 (exclusivement publié en ligne sur le portail Revues.org)
Sous la direction de Laura FOURNIER-FINOCCHIARO, Jean-Yves FRÉTIGNÉ et Silvia TATTI

Ce volume retrace le développement et la maturation de l’idée républicaine en Italie entre 1848 et 1948, par une double approche historique et littéraire. Le but est de déceler la spécificité d’une voie républicaine italienne, à partir des expériences locales de Rome, Venise, Milan et du Sud de l’Italie pendant le Risorgimento jusqu’aux années de la monarchie libérale et du fascisme. Les interventions sont regroupées autour de trois axes principaux : les mémoires des républiques italiennes de 1848-1849 et la construction d’un langage politique et littéraire local et en même temps national, les modèles et contre-modèles républicains étrangers à partir desquels se définit la voie italienne, les discours républicains sous la monarchie et sous le fascisme. La reconstruction de l’histoire d’un siècle à partir de cette perspective, entre la faillite du modèle républicain au moment de l’Unité et sa victoire après la deuxième guerre mondiale, explique la difficulté de l’Italie, encore aujourd’hui, à assumer son passé.

Sommaire

LA RÉPUBLIQUE EN ITALIE (1848-1948)
Laura Fournier-Finocchiaro, Jean-Yves Frétigné et Silvia Tatti • Introduction
Maurizio Ridolfi • La République du futur ! Projets et horizons républicains en Italie, du Risorgimento à la fin de la Monarchie

I. Héritages et mémoires des expériences républicaines italiennes
Eva Cecchinato • Mémoire, récits et héritage de la Révolution de 1848 à Venise
Gianluca Albergoni • Mémoire et héritage de la Révolution de 1848 à Milan, des Cinq journées à la fin du siècle
Silvia Tatti • Rhétorique et politique au cours du Risorgimento : la République romaine de 1849

II. La pensée républicaine italienne et ses modèles étrangers

Marco Barducci • Le projet républicain de Giuseppe Mazzini et l’Angleterre : de la démocratie éthique à la démocratie sociale, 1845-1850
Paolo Benvenuto et Jean-Yves Frétigné • Du modèle républicain français à sa marginalisation (1848-1914)
Daniele Fiorentino • Pas tout à fait un modèle : les États-Unis dans le mouvement risorgimental italien

III. De la difficulté de rester républicain

Antonino De Francesco • Après la révolution nationale : le républicanisme méridional dans l’Italie libérale
Matteo Palumbo • Les mots de la politique à l’ombre de la Sicile : Pisacane, Verga, De Roberto et Pirandello
Laura Fournier-Finocchiaro • L’évolution de l’inspiration poétique républicaine de Mameli à Carducci : de l’antimonarchisme mazzinien et jacobin à la « démocratie dynastique »
Stéfanie Prezioso • Guerre et « subversion patriotique » : les républicains italiens face au premier conflit mondial et à ses usages politiques

IV. Des républicains en résistance aux républicains aux portes du pouvoir
Éric Vial • L’idée républicaine dans l’émigration antifasciste en exil
Olivier Forlin • Fascisme et république
Frédéric Attal • Piero Calamandrei et la Constitution de 1948 : Calamandrei le juriste contre Piero l’intellectuel

Avis de parution Labo19