Transferts culturels juridico-politiques entre la France et l’Italie dans le premier XIXe siècle


Lundi 11 septembre 2017
Laboratoire Droit & Sociétés Religieuses
Bâtiment A, 2e étage
Faculté Jean Monnet, Université Paris-Sud
54 boulevard Desgranges, 92330 Sceaux (RER B, Robinson).

Organisé par :
Jean-Yves Frétigné, Maitre de conférences en histoire à l’Université de Rouen
François Jankowiak, Professeur d’histoire du droit à l’Université de Paris-Sud

Matinée sous la présidence de Jean-Yves Frétigné et François Jankowiak
09h00 Accueil des participants
9h30 Allocution de bienvenue du Professeur Antoine Latreille, Doyen de la Faculté Jean Monnet.
9h45-10h00 Présentation du séminaire, par Jean-Yves Frétigné (Université de Rouen) et François Jankowiak (Université Paris-Sud / Paris-Saclay).
10h00-10h30 Maria-Sofia Corciulo (Université de Rome – La Sapienza), L’intendant napoléonien dans le Royaume de Naples (1806-1815) interprète d’un modèle politico-institutionnel étranger à la tradition du Royaume de Naples.
10h30-11h00 Patrizia De Salvo (Université de Messine), Angleterre versus France : affrontement entre le Royaume de Naples sous la direction de Giuseppe Bonaparte puis de Gioacchino Murat et la Sicile sous la protection anglaise à partir de 1806.
11h00-11h30 Jean-Yves Frétigné (Université de Rouen), Pellegrino Rossi, commentateur et défenseur de la Charte constitutionnelle de 1830.
11h30-12h00 Débat

Après-midi sous la présidence de Jean-Yves Frétigné et François Jankowiak
14h30-15h00 Claudia Giurintano (Université de Palerme), Pellegrino Rossi rapporteur du projet de loi relatif à la constitution politique des colonies françaises (1841).
15h00-15h30 François Jankowiak (Université Paris-Sud / Paris-Saclay), Pellegrino Rossi et Pietro Gasparri : conceptions juridiques et gouvernement central de l’Église.
15h30-16h00 Vittoria Calabro (Université de Messine), Modèles des codes civils comparés: la discipline de la citoyenneté dans le premier Code civil du Royaume d’Italie (1865).
16h00 Pause
16h15-17h00 Table-ronde et discussion

Contact et inscription : colloques.jean-monnet@u-psud.fr

Programme complet

Appel: Entre France et Italie : échanges et réseaux intellectuels au XIXe siècle

Appel à contribution

Entre France et Italie : échanges et réseaux intellectuels au XIXe siècle

Transalpina, n° 21, coordonnée par Mariella Colin, Laura Fournier-Finocchiaro et Silvia Tatti

Présentation

La revue Transalpina, depuis sa fondation dans le cadre de l’équipe de recherche caennaise Identités, Représentations, Échanges (France-Italie), s’est régulièrement intéressée à la problématique de la réception de la littérature italienne en France (Transalpina 1996, 1999, 2005). Dans les volumes précédents, l’attention des chercheurs s’était portée sur la traduction et la vie des productions italiennes dans le contexte français, sur l’histoire de la circulation des textes et des idées de la péninsule dans l’hexagone et sur différentes traces des auteurs italiens de l’autre côté des Alpes. Ces publications, auxquelles il faut ajouter d’autres ouvrages collectifs publiés à Caen et à Paris (Decroisette 1992, Colin 1993, Colin 1995, Dubard-Luglio 2013), ont porté souvent sur un intervalle chronologique large, pour souligner la permanence et les constantes dans les échanges intellectuels entre France et Italie.

Dans le prolongement de ces travaux, il apparaît utile de poursuivre la réflexion et les recherches en portant attention à de nouvelles facettes des relations entre France et Italie, en approfondissant en particulier les réseaux intellectuels qui se mettent en place dans le contexte particulier du XIXe siècle et du Risorgimento. L’Europe du XIXe siècle est marquée par les bouleversements politiques, par la construction et la revendication des identités nationales (Thiesse 1999) ainsi que par des vagues d’exil successives et de plus en plus massives (Aprile 2010, Bistarelli 2011, Isabella 2011). Dans ce contexte, la France a eu un rôle particulier (Révolution française, occupation napoléonienne de l’Europe, participation aux guerres du Risorgimento) qui a modifié ses relations avec sa voisine européenne : modèle ou contre-modèle civilisationnel (Fournier-Habicht 2012), principale terre d’accueil des migrations politiques provoquées par les insurrections et révolutions italiennes (Rao 1992, Tatti 1999, Ponty 2003, Diaz 2014), terrain d’amitiés mais aussi de rivalités intellectuelles et politiques avec sa « sœur latine » (Bertrand-Frétigné-Giacone 2016).

En partenariat avec l’axe de recherche Rivoluzioni Restaurazione Risorgimento Letteratura italiana 1789-1870 de l’Associazione degli Italianisti (ADI), qui a commencé à explorer les écritures privées de l’Ottocento italien, nous souhaitons développer 4 axes de réflexion pour étudier la construction de réseaux de relations entre France et Italie au 19e siècle:

  1. Politique et diplomatie
  2. Presse et édition
  3. Littérature et Arts
  4. Correspondances, journaux intimes, mémoires, autobiographies.

Modalités de soumission

Les propositions d’articles, de 2000 signes maximum, en italien, en français, ou en anglais, sont à envoyer, accompagnées d’une brève présentation de l’auteur, à Mariella Colin (mariella.colin@unicaen.fr), Laura Fournier (fournierparis8@gmail.com) ou Silvia Tatti (silvia.tatti@uniroma1.it) avant le 30 avril 2017.

Les textes devront être remis en janvier 2018.

Bibliographie :

Aprile 2010 : Sylvie Aprile, Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions.

Bertrand-Frétigné-Giacone 2016 : Gilles Bertrand, Jean-Yves Frétigné, Alessandro Giacone, La France et l’Italie. Histoire de deux nations sœurs, de 1660 à nos jours, Paris, Armand Colin.

Bistarelli 2011 : Agostino Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologne, Il Mulino.

Colin 1993 : Traductions et réécritures, Mariella Colin (dir.), Caen, Cahiers de littératures en langues romanes, PUC.

Colin 1995 :  Heurs et malheurs de la littérature italienne en France, Mariella Colin (dir.), Caen, PUC.

Decroisette 1992 : La France et l’Italie. Traductions et échanges culturels, Françoise Decroisette (dir.), Caen, PUC.

Decroisette 1998: Voyage des textes de théâtre Italie-France-Italie, Françoise Decroisette (dir.), Paris, Presses universitaires de Vincennes.

Diaz 2014 : Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle, Paris, Armand Colin.

Dubard-Luglio 2013 : Les rivales latines. Lieux, modalités et figures de la confrontation franco-italienne, Frédérique Dubard de Gaillarbois, Davide Luglio (dir.), Revue des études italiennes, n°59.

Fournier-Habicht 2012 : Gallomanie et gallophobie. Le mythe français en Europe au XIXe siècle, Laura Fournier-Finocchiaro, Isabel Habicht (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Isabella 2011: Maurizio Isabella, Risorgimento in esilio. L’internazionale liberale e l’età delle rivoluzioni, Rome-Bari, Laterza.

Palazzolo 1987: Maria Iolanda Palazzolo, Un editore francese in lingua italiana: Louis Claude Baudry, Studi storici, 1.

Ponty 2003 : Jeanine Ponty, L’Immigration dans les textes : la France 1789-2002, Paris, Belin.

Ramaciotti 1995: Francia e italia nel XVIII secolo : immagini e pregiudizi reciprochi, Valeria Ramaciotti (dir), Alessandria, Edizioni dell’Orso.

Rao 1992 : Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia, Naples, Guida.

Tatti 1999a : Mariasilvia Tatti, Le tempeste della vita. La letteratura degli esuli italiani in Francia nel 1799, Paris, Champion.

Tatti 1999b : Mariasilvia Tatti, « Bohème letteraria italiana a Parigi nell’Ottocento », in Italia e Italie tra Rivoluzione e Restaurazione, M. Tatti (dir.), Rome, Bulzoni, p. 139-160.

Tatti 2013 : Mariasilvia Tatti, « Esuli e letterati. Per una storia culturale dell’esilio risorgimentale », in L’officina letteraria e culturale dell’età mazziniana (1815-1870). Giornate di studio, a cura di Q. Marini, G. Sertoli, S. Verdino, L. Cavaglieri, Novi Ligure, Città del Silenzio, p. 89-100

Tellini 2002: Gino Tellini, Scrivere lettere: tipologie epistolari nell’Ottocento italiano, Roma, Bulzoni.

Thiesse 1999 : Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe s., Paris, Le Seuil.

Transalpina 1996 :  Regards croisés, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°1.

Transalpina 1999 :  Lettres italiennes en France, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°3.

Transalpina 2005 : Lettres italiennes en France II, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°8.

Appel_transalpina_entre-france-et-italieweb

L’administration des institutions culturelles en France et en Italie (1860-1945)

colloque-rouen-8-9dec2016

L’administration des institutions culturelles en France et en Italie, approches comparées (des années 1860 à la Libération)

8-9 décembre 2016 – 9:30 – 18:00
Université de Rouen – Maison de l’Université – salle des conférences
Organisation: Jean-Yves Frétigné et Aurélien Poidevin (Université de Rouen-Normandie)

L’objet de ce colloque est de réfléchir aux enjeux de la législation et de la réglementation publiques en matière de vie culturelle, dans les secteurs du patrimoine, du théâtre, de l’opéra, des musées, de l’édition et du cinéma, sans oublier l’enseignement de l’histoire de l’art. Encore trop peu étudiée par les historiens, l’administration de la culture se prête à un riche dialogue interdisciplinaire entre juristes, politistes et historiens.
En nous questionnant sur la manière dont la fabrique des politiques de la culture est appréhendée en France et en Italie de la fin de l’Ancien Régime à la Libération, nous avons pour objectif de mieux comprendre la chaîne de production des textes réglementaires et le degré d’implication des acteurs dans la régulation de la vie artistique et culturelle.
Une attention particulière sera portée à la démocratisation de l’accès aux biens culturels qui caractérise depuis le tournant du XIXe et du XXe siècles la naissance et l’essor des politiques publiques de la culture.
Le colloque s’articule en trois temps :

Les prémisses des politiques culturelles
Approches générales des politiques culturelles en France et en Italie
Études de cas

Programme:
programme-rouen-8-9dec2016

La France et l’Italie. Histoire de deux nations soeurs, de 1660 à nos jours

histoire-de-deux-nations-soeurs

La France et l’Italie
Histoire de deux nations soeurs, de 1660 à nos jours

Gilles Bertrand
Jean-Yves Frétigné
Alessandro Giacone
octobre 2016
464 pages, 26.90 €

Sous l’Ancien Régime, des relations paradoxales se nouent entre la mosaïque des États italiens et le royaume de France. Celui-ci ne parvient pas à assurer sa domination politique sur la péninsule, tandis qu’Italiens et Français rivalisent sur le plan scientifique et artistique. L’irruption de la présence française sous Napoléon agit comme un électrochoc, rendant incontournables, des deux côtés des Alpes, les héritages révolutionnaires.
De la chute de l’empereur à l’arrivée au pouvoir de Mussolini, la France et l’Italie se pensent plus que jamais comme deux soeurs, dont les liens sont tissés d’estime et de solidarité mais aussi de mépris et de rivalité. Les tensions et les apaisements autour de la question romaine puis de la question coloniale vont rythmer leurs relations pendant plus d’un siècle.
Au cours du premier XXe siècle, les relations sont à la fois conflictuelles (en raison du fascisme et de la Seconde Guerre mondiale) et étroites (du fait de l’émigration italienne) ; depuis 1945, les deux États tentent ensemble de construire l’Europe, tandis que leurs peuples s’interpénètrent toujours davantage.
(présentation éditeur)

Table des matières

L’héritage du long XVIIIe siècle (1660-1789).
Le legs politique de l’Ancien Régime.
Pratiques de l’espace, échanges économiques et mobilité des individus.
Aller chercher chez l’autre ce qu’on n’a pas chez soi.
Un espace intellectuel et scientifique commun… et européen.

La secousse du moment révolutionnaire et impérial (1789-1815).
L’impact de la Révolution française et les effets de l’émigration.
Le « trienno » jacobin entre espoirs et désillusions (1796-1799).
Les années Napoléon.

Le temps des restaurations et des complicités romantiques (1815-1830). Une relation ambivalente entre les relents de la domination française et les débuts du Risorgimento.
Refuge sentimental et amitiés intellectuelles.
Un chassé-croisé politique.

De la question romaine à la question coloniale (1830-1922), les rapports entre Français et Italiens: entre l’estime et le mépris.

La France : un modèle pour les patriotes italiens (1830-1848)?
La naissance de la question romaine (1848-1849).
Napoléon III et l’Italie (1850-1861).
Entre Paris et Berlin (1861-1922).

La montée du fascisme italien et la Seconde Guerre mondiale (1922-1945).
Le temps de Mussolini.
France et Italie dans les années 1930.
La France et l’Italie en guerre.

La détente (1945-1981).
La reprise des rapports diplomatiques.
L’Italie devant le modèle gaulliste.
France et Italie pendant les années 1970.

Les deux soeurs latines dans le monde contemporain (1981-2015).
Les deux septennats de François Mitterrand.
La présidence Chirac et l' »anomalie Berlusconienne ».
Les relations franco-italiennes de 2007 à nos jours.
Les relations culturelles franco-italiennes

Les historiens français du XIXe siècle face au Risorgimento

Par Angelo Morabito, Université Paris-Est Créteil (UPEC), Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée (CRHEC-E.A. 4392)

Les historiens français du XIXe siècle face au Risorgimento : regards sur l’autre et discours sur soi aux temps de l’affirmation des identités nationales (1848-1914)

Résumé : Le phénomène d’affirmation de l’identité nationale italienne aboutissant à l’unité de la péninsule a suscité en France une très abondante littérature. Très tôt, des historiens français se sont penchés sur la question. L’étude de l’évolution de leurs récits élaborés sur la marche à l’unité italienne révèle par un jeu de miroir les changements d’interrogations concernant les représentations qu’ils élaborent en creux sur la France et son identité. Dans un premier temps, jusqu’en 1878, la situation de la péninsule est analysée comme un laboratoire expérimentant des formes politiques dont la connaissance peut être utile pour la France qui recherche à la même époque les voies pour stabiliser ses propres institutions. Dans un second temps, une fois l’unité réalisée et l’Italie s’affirmant comme une rivale potentielle dans le jeu international, le regard se décale : le processus unitaire n’est plus vu sous son versant institutionnel mais en fonction des enjeux des relations diplomatiques, pour en appeler à un rapprochement entre la France et l’Italie.

Lire le texte intégral:

Les Cahiers des Ecoles Doctorales de Montpellier: Histoire et imaginaire dans la construction des identités en Europe et dans le bassin méditerranéen.