Médias, politique et révolution à la fin des années 1860. Les échos de la bataille de Mentana

Appel à communications

Médias, politique et révolution à la fin des années 1860. Les échos de la bataille de Mentana

Colloque international (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), 9-10 novembre 2017

Argumentaire :
Sauf pour les spécialistes du Risorgimento italien, la bataille de Mentana (3 novembre 1867) est un événement aujourd’hui largement oublié : on se souvient vaguement de la phrase du général de Failly qui fit scandale (« Les chassepots ont fait merveille ») mais il est clair que l’épisode n’a pas eu grande influence sur l’achèvement de l’unité italienne, puisque la défaite des volontaires garibaldiens n’a assuré qu’un bref répit à l’État pontifical. L’enjeu européen paraît plus mince encore : à Sadowa l’année précédente comme à Sedan, trois ans plus tard, ce furent des armées autrement importantes qui s’affrontèrent et le destin de l’Europe qui se joua véritablement.
Sur le moment pourtant l’événement eut en Europe un retentissement considérable et souleva les passions : l’émotion fut grande, bien entendu chez la plupart des catholiques du fait du péril couru par le Saint-Siège, mais aussi chez tous ceux, nombreux et divers, qui considéraient à l’inverse la cause de l’unité italienne avec sympathie, qu’ils aient ou non Garibaldi pour héros. En France, en un temps où la manifestation de rue était non seulement proscrite, mais presqu’inenvisageable, les membres français de la pacifique Association internationale des travailleurs, scandalisés, furent à deux doigts de descendre dans la rue ; et il y eut quand même à Paris quelques protestations publiques.
Nous n’entendons pas reprendre l’étude de l’événement lui-même, mais plutôt en envisager une vision transnationale, à la suite d’une partie de l’historiographie récente du Risorgimento, qui s’est attachée à élargir l’approche de la construction nationale à l’échelle européenne. Le colloque aurait ainsi pour objectif de compléter les approches traditionnelles, qui furent non seulement strictement politiques et diplomatiques, mais en définitive étroitement nationales dans leur conception.
Il s’agirait de reprendre le dossier de cet événement oublié. Il faudrait en premier lieu, nous semble-t-il, interroger la construction de l’événement comme tel, dans un contexte politique et médiatique qui n’a que peu à voir avec les périodes plus récentes d’où l’on a souvent daté la « naissance de l’événement », c’est-à-dire la toute fin du dix-neuvième siècle et le début du vingtième siècle. Celle du Royaume-Uni mise à part, la presse de la fin des années 1860 n’est nulle part vraiment libre ; les réseaux d’information internationaux n’ont pas encore la rapidité qu’ils acquerront peu après ; la presse populaire d’information est encore dans l’enfance, la plupart des journaux restent chers, leurs tirages limités, les illustrations rares, plutôt des gravures que des photographies. Comment dans ces conditions un événement, surtout s’il est survenu à l’étranger comme c’est le cas de Mentana, peut-il faire irruption dans l’actualité, frapper les esprits, obliger à prendre position ?
En second lieu, nous voudrions examiner la place de Mentana dans les affrontements politiques à l’échelle européenne. Il s’agirait de retracer l’écho de Mentana dans les quelques organisations qui se voulaient supra-nationales, l’A.I.T évidemment, mais aussi plus largement le courant radical qui se rassemble autour de la Ligue de la paix et de la Liberté, voire dans les milieux libre-penseurs de ce temps. Mais aussi bien chercher à voir si, et dans quelle mesure, l’événement contribue dans différents pays (car les situations étaient diverses) à reconfigurer les engagements en faveur ou en défaveur du pouvoir temporel des papes, ce que Mentana a pu changer dans l’affrontement des « catholiques » et des « anticléricaux », en faveur ou en défaveur du « libéralisme » ou de la « Révolution », tous deux anathématisés par l’Eglise de Pie IX.
Enfin, nous aurions voulu envisager Mentana comme révolution manquée, qui marque la fin d’une époque, celle d’un Risorgimento qui aurait voulu se faire en dehors des cadres et de la logique des Etats, mais plus largement comme l’échec d’un modèle révolutionnaire typique du dix-neuvième siècle, qu’on pourrait qualifier de romantique à condition de rester attentif à la multiplicité des formes qu’il a pu prendre. En d’autres termes, les révolutions du vingtième siècle n’ont plus rien à voir avec Mentana, et plus grand’chose non plus, on le sait maintenant, avec la Commune de Paris. Peut-être en ayant à l’esprit la grande expérience révolutionnaire que furent la Gloriosa espagnole puis le sexennio democrático qui suivit (1868-74), il nous semble intéressant de réfléchir sur les leçons de Mentana, ce qui se termine avec l’échec de Garibaldi, et d’en rechercher les modalités et les causes.

Modalités pratiques :
Les propositions (2.000 signes environ), qui devront s’intégrer à l’un des trois axes du colloque, doivent être envoyées par courriel à colloquementana@gmail.com avant le 30 avril 2017. Elles seront assorties d’une brève présentation des auteurs (statut, affiliation institutionnelle et publications principales).
La réponse aux propositions interviendra aux alentours du 15 mai.
Les frais de transport et d’hébergement seront pris en charge par le Centre de recherches en histoire du XIXe siècle.
Une publication des actes est prévue.

Langue des communications :
Français

Dates du colloque :
Le colloque, organisé par le Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne), se tiendra en Sorbonne le 9 novembre, avec une possible prolongation le 10 en fonction du nombre de propositions retenues. Le calendrier, ainsi que le programme, seront envoyés aux contributeurs le 15 mai.

Comité d’organisation :
Pierre-Marie Delpu (Aix-Marseille Université, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)
Arthur Hérisson (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)
Vincent Robert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)

Comité scientifique :
Jacques-Olivier Boudon (Université Paris-Sorbonne)
Philippe Boutry (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Catherine Brice (Universié Paris Est Créteil Val de Marne)
Jean-Yves Frétigné (Université de Rouen)
Daniele Menozzi (Scuola normale superiore di Pisa)

Présence italienne en Algérie

Présence italienne et niçoise (de langue italienne) dans Labyrinthe algérien, Passé masqué, Passé retrouvé de Maurice Mauviel.

Pour une grande part, au-delà d’une expérience fondatrice de l’auteur dans le Sersou steppique algérien, l’intention profonde qui a guidé l’auteur était de prolonger le projet qui anima Albert Camus dans son dernier ouvrage, Le premier homme, inachevé car interrompu par une mort brutale en janvier 1960. Il désirait arracher à l’oubli les muets de l’Histoire , souvent des humbles. Parmi ceux-ci on trouve très tôt de nombreux Italiens. Dès 1847, la baronne Speranza Schwartz, qui deviendra la grande amie de Giuseppe Garibaldi rencontra, lors d’une hardie chevauchée entre Guelma et Bône ‘ Annaba) un pauvre Toscan qu’elle présente ainsi dans un livre peu connu :

À ce moment un homme à la fierté toute militaire, dont les principes révolutionnaires se trahissaient à son apparence de Sans-culotte, prit mon cheval par la bride pour me faire traverser en toute sécurité le fort courant. Qui êtes-vous, mon ami ? demandai-je en français à cette obligeante personne, après qu’elle eût aidé mon cheval à traverser l’eau en prenant des risques. « Sono un povero colone », me répondit-il en pur toscan, « un povero cantiniere, abito una capanuccia vicino all’osteria del Ruisseau d’or » . Il poursuivit en me disant que des affaires exigeaient qu’il aille à Bona. Il supposait que nos Seigneuries lui permettraient de voyager avec elles « Giacchè questi stradaccie non essendo troppo sicure, si fanno tali .Je n’aurais pas été étonnée de rencontrer de nombreux Espagnols, Allemands, Polonais ou Hongrois à Bône. Mais, pénétrée comme je l’étais d’une grande prédilection pour tout ce qui touche l’Italie, de voir ce pauvre exilé me toucha profondément. Je lui exprimai mon étonnement : comment avait-il pu avoir le cœur d’échanger le jardin de l’Europe pour ces tristes steppes de l’Afrique?

[Elpis Melena (Speranza Von Schwartz), Leaves from a Lady’s Diary of her Travels in Barbary, Londres, Henri Colburn, 1850, vol. 2, pp. 12-13.]

Pensons à ces petits groupes de travailleurs exilés dans les villages du Constantinois peu après l’époque où un povero colone de Toscane vivait dans une misérable cabane près du Ruisseau d’or en 1847. Albert Lentin, jeune Français vivant seul enfant européen dans le village d’El-Hassi non loin de Sétif et communiquant uniquement en langue arabe avec les habitants, a croqué sur le vif, dans ses souvenirs, la vie quotidienne d’ouvriers italiens travaillant pour la puissante Compagnie capitaliste Genevoise à qui fut attribuée sous le Second Empire un immense domaine sur lequel elle régnait durement. Bien souvent leur conditions d’existence n’étaient pas très éloignée de celles de la population locale. En 1898 plusieurs dizaines d’ouvriers, en majorité italiens, assuraient un certain nombre de tâches dans l’Empire de la Compagnie genevoise. Bruno, le Piémontais, bohème ascétique, était tour à tour maçon, jardinier et apiculteur. Carlo (« le père Charles ») travaillait depuis quarante ans dans l’une des fermes de la Compagnie ainsi que son compatriote Casinelli. Le bon père Bruno entretenait des relations amicales avec la population musulmane du village . Albert Lentin , dans des souvenirs, rappelle qu’ à l’issue d’un modeste repas de polenta et de pâtes, Bruno , qui avait un grand cœur, conservait une part pour les enfants les plus pauvres d’El-Hassi.

Le Diario algérien de Giuseppe Bottai accorde une place importante aux soldats italiens qui avaient été capturés en Sicile par les troupes américaines. Les témoignages des captifs sont rares, on sait que Vittorio Sereni attendit vingt ans pour informer ses lecteurs qu’il avait été capturé vers treize heures trente le 24 juillet 1943 à Paeco près de Trapani, la veille de l’écroulement du régime. Le 25 juillet et le 8 septembre ( le jour de la morte della Patria) ont pesé sur les esprits et probablement suscité l’autocensure des prisonniers qui pouvaient narrer leur infortune. Si Giuseppe Bottai et Vittorio Sereni ont évoqué la silhouette, les gestes et les souffrance de certains prisonniers, nous sommes réduits imaginer la vie que des centaines d’autres captifs ont connue. Notamment les centaines d’entre eux qui ont construit ce qu’on appelait la « rocade sud », route reliant, d’Est en Ouest, les villes des Hauts-Plateaux. On imagine la vie très difficile qu’ont connue ces hommes, retenus dans des camps entourés de barbelés comme ceux qu’a décrits Vittorio Sereni en Oranie. Les chaleurs excessives en plus.

En Algérie Giuseppe Bottai s’est entretenu dans un train avec deux prisonniers un Napolitain et un gars des Marches qui venaient d’être libérés après de longues épreuves et une détention difficile. Bottai évoque également deux prisonniers italiens, Pasquale et Bruno travaillant comme des esclaves dans une ferme des Boers d’Afrique du Sud.
Bottai s’attarde également sur les légionnaires de divers pays dont les Italiens. Les pages qu’il consacre à deux amis proches, Gottardo et le Calabrais Pelaja sont croquées sur le vif et mettent en relief les conséquences d’une longue acculturation sur leur personnalité et leur langue originelle. L’un d’eux, en dépit de ses efforts, ne peut plus trouver un mot d’italien après les nombreuses années passées à la Légion. Ses camarades de chambrée, au grand étonnement de Bottai, lui assurent qu’il utilise son ancien idiome, la nuit, lorsqu’il sommeille et rêve à voix haute.
Le dernier fragments d’Algeria, Carnet d’Algérie, s’intitule Male del Reticolato, avec la mention « 1945 » ; le Mal des barbelés dans les camps, lieux d’exil et d’attente où les prisonniers foulaient chaque jour quelques mètres carrés, imprègne le texte qui a probablement été remanié ou complété ultérieurement.
Vittorio Sereni écrit :

Già un male si è insinuato in questi versi. Lo chiamerò male del reticolato, seppure non sia il caso di riccorrere a un termine che vada o venga oltre o da oltre il filo spinato.

[Gli strumenti umani et Diario d’Algeria (Arnaldo Mondadori, Milan, 1986) sont disponibles en version bilingue, Les instruments humains précédé de Journal d’Algérie, traduit de l’italien par Philippe Renard et Bernard Simeone, Préface de Bernard Simone , Postface de Philippe Renard, Verdier, Collection « Terra d’altri », 1986. Il semble que ce livre ne soit guère connu des historiens de l’Algérie.]

La réédition de Gli immediati dintorni dans Vittorio Sereni : Poesie e Prose (Mondadori, 2013) permet de voir quels sont les petits textes en prose écrits par Sereni sur l’Algérie. Taccuino d’Algeria (1944), édité par Via del Vento en 2000 reprend ceux qui ont été édités dans Gli immediati dintorni et en ajoute cinq. Le Taccuino reprend également Male del Reticolato (il s’agit bien sûr des barbelés des camps d’internement d’Algérie (et du Maroc).

La préface de Pier Vincenzo Mengaldi au gros recueil Poesie e Prose (2013) permet de mieux comprendre que Vittorio Sereni a difficilement fait un retour sur sa vie dans les camps d’Algérie, il lui a fallu une vingtaine d’années pour l’évoquer partiellement. Taccuino d’Algeria est paru après sa disparition. Ce qui explique le caractère incisif, allusif et hermétique de Diario d’Algeria et d’autres poèmes. Observons qu’il en a été de même pour le Diario 1944-1948 (Journal d’Algérie) de Giuseppe Bottai qu’i n’a pas désiré faire paraître de son vivant.

La moyenne statistique des prisonniers italiens en Afrique du Nord entre juin et novembre 1944 s’établit comme suit : 16170 détenus par les Anglais, 56000 par les Américains et 4300 par les Français. Nous ne possédons pas d’études sur eux, ce qui rend les témoignages de Giuseppe Bottai et de Vittorio Sereni très précieux.

Les Scene della vita militare in Algeria d’Aristide Calani ont été largement exploitées dans mon livre pour diverses raisons. Tout d’abord c’est un récit totalement oublié et d’un accès difficile (nous avons utilisé l’édition de 1856, Napoli, Stabilimento Tipografico.) Le Piémontais Aristide Calani fut, un temps le protecteur de Giuseppe Beghelli, auteur de Grimaldi-Lascaris ed I bastardi di Casa Savoia, Turin, 1872.) Pour ce qui est de l’Algérie nous pensons que le jeune auteur natif de Briga (La Brigue, Alpes-Maritimes) a été influencé par le récit de son protecteur de Turin. D’autre part, contrairement à ce qu’on pourrait croire au premier abord, Aristide Calani dans Scene della vita militare in Algeria fait preuve d’un sens de l’observation ethnographique aigu. L’idylle entre un ancien captif sarde (capturé avant 1830) et une Algérienne ne semble pas relever de la seule fiction, un certain nombre d’éléments attestent d’un solide fond de vérité.

Œuvres de Niçois de langue italienne dans Labyrinthe algérien, Passé masqué, Passé retrouvé

Avant l’annexion de 1860 et encore un peu après, tant que la littérature de langue italienne a survécu au rouleau compresseur de la francisation. Dès la rentrée scolaire d’octobre 1860 l’enseignement de la langue italienne fut supprimé dans l’enseignement public et les collégiens qui suivaient un cursus italien dominant durent s’exiler à Cuneo, San Remo, Turin… pour achever leurs études secondaires. Ce fut le cas de Giuseppe Beghelli que ses parents envoyèrent au collège de Cuneo.

Nous avons retenu des poètes, historiens et romanciers chez lesquels la fascination de l’Orient est souvent mise en scène. Les Niçois de naguère étaient de grands voyageurs, d’autre part, avant 1860, le souvenir des expéditions barbaresques était très vivant dans la mémoire collective (comme la correspondance de Garibaldi le montre en ses dernières années).

I Provenzali a Nizza (Nice, 1852) de Francesco Trucchi accorde un large place au Moyen Orient ainsi qu’au Maghreb et aux déserts. Dès 1844, dans la Strenna nicese (Nice, Tipografia dei Fratelli Panis), l’auteur de Dei primi scopritori del nuovo mondo (Florence, 1842) écrivait L’Urri del Paradiso (Lirica da un Romanzo Orientale), pp. 37-41.

L’agent secret de Mazzini, le Niçois Henri( Enrico) Sappia fit paraître à Londres, en 1871, dans la « Gazzetta Italiana di Londra », dont il était le rédacteur, sous le pseudonyme de A. Pietri, un roman intitulé La Fioraia d’Holborn. On y découvre un conspirateur républicain italien qui trouve refuge dans une tribu algérienne jalouse de sa liberté. Dans la « Gazzetta italiana di Londra » Sappia suivait de près la politique française en Algérie et la répression des soulèvements (c’est en 1871 que celui du célèbre insurgé El-Mokrani fut écrasé).

Dans Grimaldi-Lascaris ed i Bastardi di Casa Savoia de Giuseppe Beghelli (Turin, 1872) on trouve de nombreuses allusions aux incursions des Barbaresques dans les Alpes-Maritimes et une pochade burlesque sur la fuite du duc de Savoie, sur la plage de Villefranche-sur-Mer, devant une poignée d’Algériens conduits par des corsaires sardes.

En 1865, Beghelli, âgé seulement de 18 ans, écrivit dans le périodique « Il BuonUmore » de Turin (dont il deviendra très vite le rédacteur) une charge contre la politique répressive menée en Algérie contre les autochtones.

Quelques années plus tard, Enrico Sappia écrira dans la « Gazzetta italiana di Londra », le 13 octobre 1871 :

Il Gaulois ( quotidien parisien) di ieri ha la sfrontezza di rendere responsabile dell’asilio che il Bey di Tunisia vienne accordato ai Capi rebelli del’ultima insurrezione algerina.

D’autres Niçois ont également écrit sur l’Orient. Notamment Gian Battista Bottero, futur député de Nice au Parlement subalpin. Très opposé à l’annexion de Nice à la France il s’exilera à Turin après 1860 où il fondra « La Gazzetta del Popolo ». À peine âgé de 22 ans il écrivit et publia à Nice, en 1844, dans le premier numéro de la « Strenna Nicese » un long poème intitulé Matilde (sous titré Leggenda). Le jeune poète y rêve d’amours orientaux.

Il faudrait faire une place particulière au fils de pauvres émigrés siciliens, Mario Scalesi, né à Tunis en 1892. Comme il a fréquenté l’école française dans cette ville son recueil de Poèmes d’un maudit est écrit en langue française. Estropié très jeune, il mourut à trente ans dans un asile à Palerme. Il adorait sa mère usée par les travaux et n’osait exprimer ses sentiments, un peu comme le jeune Albert Camus à Belcourt, le faubourg populaire d’Alger.

[Les Poèmes d’un Maudit suivis de Poèmes d’Orient et Poèmes de guerre et divers, textes recueillis et annotés par Abderrazak Bannour, Université de Tunis, 1996 présentation d’Yvonne Fracassetti Brondino (première édition, 1923, puis 1930 et 1935).]

Source: Maurice Mauviel (avril 2016)

Maurice Mauviel: Documents inédits

Sur le site web mauricemauviel.eu ont été mis en ligne des documents nouveaux en langue française et en langue italienne. Certains tirés des Archives nationales de France, des Archives départementales des Bouches du Rhône ( Aix-en-Provence) et des Archives de la commune de Tende sont inédits.
Scrutin_annexion_nice

L’annexion de Nice à la France en 1860

Cliquer « Documents inédits, nov 2012.