Mythe des origines et réalité politique : La Mostra augustea della romanità (1937-1938)


JOURNÉE D’ÉTUDE / VENDREDI 13 OCTOBRE 2017
Université de Lille, Sciences Humaines et Sociales
Maison de la Recherche, Bât. F, salle F0.42

Mythe des origines et réalité politique : La Mostra augustea della romanità (1937-1938)

Matinée : la Mostra augustea dans son contexte

9h00 / Jean-Philippe BAREIL (Université de Lille)
Accueil et introduction de la journée.
9h30 / Christine HOËT-VAN CAUWENBERGHE (Université de Lille)
Auguste, maître de Rome, prince de l’Empire romain.
10h15 / Chiara RUFFINENGO (Université de Lille)
L’archéologie dans l’élaboration d’une romanité mythique.
11h00 / Pause
11h15 / Donatello ARAMINI (Università di Roma Tre)
L’Istituto di studi romani e il recupero del mito di Augusto durante il bimillenario del 1937.
12h00 / Marie-Laurence HAACK (Université de Picardie)
Les Etrusques dans la Mostra augustea.
12h 45 / Questions et débat

Après-midi : prolongements conceptuels et spatiaux

14h45 / Béatrice SICA (University College London)
Le dictateur à cheval, entre antiquité et modernité.
15h30 /Antonella MAURI (Université de Lille)
La romanité mise au service du projet racial à partir de 1938.
16h15 / Jérémy GUEDJ (Université de Nice)
La réception française de la Mostra augustea.
17h00 / Débat et conclusion des travaux par Barbara MEAZZI (Université de Nice).

INFORMATION ET CONTACT
cecille@univ-lille3.fr

La circulation des intellectuels de droite dans l’Europe du Sud de l’entre-deux-guerres (Italie, Portugal, Espagne)

MARDI 20 JUIN 2017, 9H30-18H00
Colloque
« La circulation des intellectuels de droite dans l’Europe du Sud de l’entre-deux-guerres (Italie, Portugal, Espagne) »

Lieu : Maison d’Italie
Cité Universitaire
7E Boulevard Jourdan
75014 Paris

Co-organisé par le Laboratoire d’Etudes Romanes, Université Paris 8, Axe « Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale, XIXe et XXe siècles » et l’Institut de Sciences Sociales (ICS), Université de Lisbonne

9h30 : Ouverture des travaux

Matin : Modératrice : Alessandra Tarquini (Université de Rome)

1. Les milieux de la Droite française et les associations fascistes internationales
10h00 Olivier Dard (Université Paris 4) : Charles Maurras et sa relation aux fascismes
10h30 Jeremy Guedj (Université de Nice) : Les immigrés d’Europe méridionale en France devant la propagande fasciste et réactionnaire dans l’entre-deux-guerres

Discussion

2. La propagande fasciste italienne en France et sa réception
11h15 Francesca Cavarocchi (Université de Florence) : Le réseau des organisations italiennes en France comme outil de la diplomatie culturelle fasciste
11h45 Laura Fournier-Finocchiaro (Université Paris 8-LER) : La réception de la culture fasciste chez les italianisants français

Après-midi : Modérateur : Antonio Costa Pinto (ICS, Lisbonne)

3. Intellectuels portugais de Droite en France
14h00 Annarita Gori (ICS, Lisbonne) : Augusto de Castro et la création de l’Association de la Presse Latine
14h30 Yves Léonard (IEP Paris-LER) : Le parcours d’António Eça de Queiroz (1889-1968)

15h00 Discussion

4. La « fascisation » de la droite espagnole
15h15 Nicolas Sesma (Université de Grenoble) : Nations chirales. Les droites françaises et les droites espagnoles
15h45 Steven Forti (Université de Barcelone) : la transition des dirigeants politiques de la gauche au fascisme (les cas de Nicola Bombacci, Paul Marion et Óscar Pérez Solís)

16h30 Conclusion

Coordination:
Laura Fournier-Finocchiaro : laura.fournier@univ-paris8.fr
Cristina Climaco : cristina.climaco@univ-paris8.fr
Annarita Gori : annarita.gori@ics.ulisboa.pt

Programme

Passant Passé, Héritages et expérience des temps

Journée d’études / Colloque
Université Paris 8 / LER

Mardi 30 et mercredi 31 mai 2017, 9h-18h

Passant Passé
Héritages et expériences des temps
Ecole doctorale Pratiques et théories du sens (ED 31)
Laboratoire d’Etudes Romanes (EA 4385)

Mardi 30 mai
Journée d’études de l’ED Pratiques et théories du sens
Conférences de Frédérique Langue (CNRS), Marie-Claire Lavabre (Paris Ouest-Nanterre) et Alain Vaillant (Paris Ouest-Nanterre).

Interventions de Françoise Crémoux, Enrique Fernández, Jean-Louis Fournel,
Julio Premat, Xavier Tabet, Mercedes Yusta (Université Paris 8 – Laboratoire d’Etudes Romanes).
Mercredi 31 mai
Conférence de Lionel Ruffel (Université Paris 8).

Interventions de Diego Alonso (Reed College), Marie-Anne Matard (Université Paris 8), Nadia Tahir (Université de Caen Normandie), Cristina Bernaldo, Brice Chamouleau, Isabel Desmet, Claudia Jareño, Santiago Uhía, Diego Vecchio (Laboratoire d’Etudes Romanes – Université Paris 8).

Université Paris 8
Salle B106
2 rue de la Liberté
93526 Saint Denis Cedex
Métro Ligne 13, Saint Denis Université

Contact : julio.premat@univ-paris8.fr
Programme détaillé

La république en Italie (1848-1948). Héritages, modèles, discours


Laboratoire italien n°19/ 2017 (exclusivement publié en ligne sur le portail Revues.org)
Sous la direction de Laura FOURNIER-FINOCCHIARO, Jean-Yves FRÉTIGNÉ et Silvia TATTI

Ce volume retrace le développement et la maturation de l’idée républicaine en Italie entre 1848 et 1948, par une double approche historique et littéraire. Le but est de déceler la spécificité d’une voie républicaine italienne, à partir des expériences locales de Rome, Venise, Milan et du Sud de l’Italie pendant le Risorgimento jusqu’aux années de la monarchie libérale et du fascisme. Les interventions sont regroupées autour de trois axes principaux : les mémoires des républiques italiennes de 1848-1849 et la construction d’un langage politique et littéraire local et en même temps national, les modèles et contre-modèles républicains étrangers à partir desquels se définit la voie italienne, les discours républicains sous la monarchie et sous le fascisme. La reconstruction de l’histoire d’un siècle à partir de cette perspective, entre la faillite du modèle républicain au moment de l’Unité et sa victoire après la deuxième guerre mondiale, explique la difficulté de l’Italie, encore aujourd’hui, à assumer son passé.

Sommaire

LA RÉPUBLIQUE EN ITALIE (1848-1948)
Laura Fournier-Finocchiaro, Jean-Yves Frétigné et Silvia Tatti • Introduction
Maurizio Ridolfi • La République du futur ! Projets et horizons républicains en Italie, du Risorgimento à la fin de la Monarchie

I. Héritages et mémoires des expériences républicaines italiennes
Eva Cecchinato • Mémoire, récits et héritage de la Révolution de 1848 à Venise
Gianluca Albergoni • Mémoire et héritage de la Révolution de 1848 à Milan, des Cinq journées à la fin du siècle
Silvia Tatti • Rhétorique et politique au cours du Risorgimento : la République romaine de 1849

II. La pensée républicaine italienne et ses modèles étrangers

Marco Barducci • Le projet républicain de Giuseppe Mazzini et l’Angleterre : de la démocratie éthique à la démocratie sociale, 1845-1850
Paolo Benvenuto et Jean-Yves Frétigné • Du modèle républicain français à sa marginalisation (1848-1914)
Daniele Fiorentino • Pas tout à fait un modèle : les États-Unis dans le mouvement risorgimental italien

III. De la difficulté de rester républicain

Antonino De Francesco • Après la révolution nationale : le républicanisme méridional dans l’Italie libérale
Matteo Palumbo • Les mots de la politique à l’ombre de la Sicile : Pisacane, Verga, De Roberto et Pirandello
Laura Fournier-Finocchiaro • L’évolution de l’inspiration poétique républicaine de Mameli à Carducci : de l’antimonarchisme mazzinien et jacobin à la « démocratie dynastique »
Stéfanie Prezioso • Guerre et « subversion patriotique » : les républicains italiens face au premier conflit mondial et à ses usages politiques

IV. Des républicains en résistance aux républicains aux portes du pouvoir
Éric Vial • L’idée républicaine dans l’émigration antifasciste en exil
Olivier Forlin • Fascisme et république
Frédéric Attal • Piero Calamandrei et la Constitution de 1948 : Calamandrei le juriste contre Piero l’intellectuel

Avis de parution Labo19

Appel: Mostra augustea della romanità (1937-1938), un enjeu politique et culturel

Appel à communication
La Mostra augustea della romanità (1937-1938), un enjeu politique et culturel

La journée d’études aura lieu à l’Université Lille3, vendredi 13 octobre 2017, avec le soutien de CECILLE (EA 4074)

Délai de soumission des résumés: 1er février 2017

Argumentaire

Considérée par Emilio Gentile comme « la consécration de la continuité spirituelle entre la Rome antique et la Rome fasciste »[1], la Mostra augustea della romanità fut inaugurée le 23 septembre 1937 afin de célébrer le bimillénaire de la naissance d’Auguste, un an après que Mussolini, dans l’euphorie de la victoire italienne en Éthiopie, eut proclamé la renaissance de l’Empire.

Beaucoup reste à dire sur cette exposition de grande ampleur (82 salles), qui a donné lieu à la publication d’un catalogue de près de 800 pages. C’est donc à une analyse approfondie de cet événement que sera consacrée la journée d’étude, au cours de laquelle les intervenants envisageront dans des perspectives diverses le thème de la romanité et la récupération de la figure (ou du mythe) d’Auguste à laquelle se livre l’exposition. Celle-ci sera ainsi mise en relation avec des enjeux politiques ou géopolitiques précis, sera abordée dans une optique nationale ou internationale ou sera replacée dans le contexte tourmenté des années précédant la Deuxième Guerre mondiale. La « matérialité » de l’exposition ne sera pas pour autant négligée : si elle répond à un objectif idéologique évident, à un moment d’apogée pour le fascisme, elle s’inscrit aussi dans une politique et dans des pratiques culturelles  de masse, dont elle est sans nul doute un exemple parmi les plus représentatifs.

 Un résumé de la communication, rédigé en français ou en italien et incluant une brève présentation biobibliographique, est attendu pour le 1er février 2017. Il devra être envoyé à :

Jean-Philippe BAREIL (jean-philippe.bareil@univ-lille3.fr) ou Barbara MEAZZI (barbara.meazzi@unice.fr).

[1] Emilio GENTILE, Fascismo di pietra, Roma-Bari, Laterza, 2007, p. 143.

L’administration des institutions culturelles en France et en Italie (1860-1945)

colloque-rouen-8-9dec2016

L’administration des institutions culturelles en France et en Italie, approches comparées (des années 1860 à la Libération)

8-9 décembre 2016 – 9:30 – 18:00
Université de Rouen – Maison de l’Université – salle des conférences
Organisation: Jean-Yves Frétigné et Aurélien Poidevin (Université de Rouen-Normandie)

L’objet de ce colloque est de réfléchir aux enjeux de la législation et de la réglementation publiques en matière de vie culturelle, dans les secteurs du patrimoine, du théâtre, de l’opéra, des musées, de l’édition et du cinéma, sans oublier l’enseignement de l’histoire de l’art. Encore trop peu étudiée par les historiens, l’administration de la culture se prête à un riche dialogue interdisciplinaire entre juristes, politistes et historiens.
En nous questionnant sur la manière dont la fabrique des politiques de la culture est appréhendée en France et en Italie de la fin de l’Ancien Régime à la Libération, nous avons pour objectif de mieux comprendre la chaîne de production des textes réglementaires et le degré d’implication des acteurs dans la régulation de la vie artistique et culturelle.
Une attention particulière sera portée à la démocratisation de l’accès aux biens culturels qui caractérise depuis le tournant du XIXe et du XXe siècles la naissance et l’essor des politiques publiques de la culture.
Le colloque s’articule en trois temps :

Les prémisses des politiques culturelles
Approches générales des politiques culturelles en France et en Italie
Études de cas

Programme:
programme-rouen-8-9dec2016

La France et l’Italie. Histoire de deux nations soeurs, de 1660 à nos jours

histoire-de-deux-nations-soeurs

La France et l’Italie
Histoire de deux nations soeurs, de 1660 à nos jours

Gilles Bertrand
Jean-Yves Frétigné
Alessandro Giacone
octobre 2016
464 pages, 26.90 €

Sous l’Ancien Régime, des relations paradoxales se nouent entre la mosaïque des États italiens et le royaume de France. Celui-ci ne parvient pas à assurer sa domination politique sur la péninsule, tandis qu’Italiens et Français rivalisent sur le plan scientifique et artistique. L’irruption de la présence française sous Napoléon agit comme un électrochoc, rendant incontournables, des deux côtés des Alpes, les héritages révolutionnaires.
De la chute de l’empereur à l’arrivée au pouvoir de Mussolini, la France et l’Italie se pensent plus que jamais comme deux soeurs, dont les liens sont tissés d’estime et de solidarité mais aussi de mépris et de rivalité. Les tensions et les apaisements autour de la question romaine puis de la question coloniale vont rythmer leurs relations pendant plus d’un siècle.
Au cours du premier XXe siècle, les relations sont à la fois conflictuelles (en raison du fascisme et de la Seconde Guerre mondiale) et étroites (du fait de l’émigration italienne) ; depuis 1945, les deux États tentent ensemble de construire l’Europe, tandis que leurs peuples s’interpénètrent toujours davantage.
(présentation éditeur)

Table des matières

L’héritage du long XVIIIe siècle (1660-1789).
Le legs politique de l’Ancien Régime.
Pratiques de l’espace, échanges économiques et mobilité des individus.
Aller chercher chez l’autre ce qu’on n’a pas chez soi.
Un espace intellectuel et scientifique commun… et européen.

La secousse du moment révolutionnaire et impérial (1789-1815).
L’impact de la Révolution française et les effets de l’émigration.
Le « trienno » jacobin entre espoirs et désillusions (1796-1799).
Les années Napoléon.

Le temps des restaurations et des complicités romantiques (1815-1830). Une relation ambivalente entre les relents de la domination française et les débuts du Risorgimento.
Refuge sentimental et amitiés intellectuelles.
Un chassé-croisé politique.

De la question romaine à la question coloniale (1830-1922), les rapports entre Français et Italiens: entre l’estime et le mépris.

La France : un modèle pour les patriotes italiens (1830-1848)?
La naissance de la question romaine (1848-1849).
Napoléon III et l’Italie (1850-1861).
Entre Paris et Berlin (1861-1922).

La montée du fascisme italien et la Seconde Guerre mondiale (1922-1945).
Le temps de Mussolini.
France et Italie dans les années 1930.
La France et l’Italie en guerre.

La détente (1945-1981).
La reprise des rapports diplomatiques.
L’Italie devant le modèle gaulliste.
France et Italie pendant les années 1970.

Les deux soeurs latines dans le monde contemporain (1981-2015).
Les deux septennats de François Mitterrand.
La présidence Chirac et l' »anomalie Berlusconienne ».
Les relations franco-italiennes de 2007 à nos jours.
Les relations culturelles franco-italiennes

Ardengo Soffici. Intellectuel, écrivain, poète et peintre, entre France, Italie et Russie

Ardengo_Soffici

Cahiers de la Méditerranée n°90, 2015

Séminaire: Machiavélisme et républicanisme au XIXème siècle en Italie et en France

Vendredi 6 mars 2015 à 14h30 : Machiavélisme et républicanisme au XIXème siècle en Italie et en France, avec Paolo Carta (Université de Trento) et Giuseppe Sciara (Université de
Gênes/Paris 8)
Séminaire d’Etudes italiennes 2014/2015 organisé par le LER (Laboratoire d’Etudes romanes, EA 4385) de l’Université Paris 8 – Vincennes-Saint-Denis et le CIRCE (EA 3979 LECEMO) de l’Université Sorbonne Paris 3.
Lieu : Université Sorbonne Nouvelle Salle D 35 – En italien
Responsables : Christian Del Vento (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) – Xavier Tabet (Université Paris 8)