La cultura e la letteratura italiana dell’esilio nell’Ottocento: nuove indagini

L’esule di Antonio Ciseri (1860 circa), Museo Civico di Lugano

Seminario di studi
La cultura e la letteratura italiana dell’esilio nell’Ottocento: nuove indagini

Bruxelles, 19-20 marzo 2018
Université Libre de Bruxelles – Vrije Universiteit Brussel

Appello a comunicazioni

La presenza, nelle vicinanze di Bruxelles, di una nutrita colonia di esuli nei primi decenni dell’Ottocento ci ha indotto a proporre una rinnovata riflessione sul tema dell’esilio negli anni del Risorgimento, sulle sue modalità, sulle risultanze letterarie e culturali di quelle esperienze. L’incontro si svolgerà a Bruxelles, all’Université Libre “ULB” e alla Vrije Universiteit “VUB” nei giorni 19 e 20 marzo 2018, intorno al tema dell’esilio. La lezione introduttiva Scrivere in esilio: dalle origini al Risorgimento di Silvia Tatti per la Cattedra Emile Lorand di Linguistica e di Letteratura, che proseguirà alla VUB fino al 23 marzo, fungerà da opportuna introduzione a una giornata di studi divisa sulle due sedi universitarie della capitale belga ed è intesa anche come incontro della sezione belga dell’Istituto per la Storia del Risorgimento.
I temi degli interventi potranno vertere su:
– le modalità dell’esilio (la sanzione dell’allontanamento dalla patria, la relegazione, l’esilio volontario ecc.);
– i rapporti degli esuli con le comunità di arrivo e di provenienza;
– le reti di esuli in Europa;
– le costanti e i caratteri unificanti dell’esperienza degli esuli;
– la produzione letteraria e l’attività culturale legata all’esilio;
ecc.

Aspettiamo le vostre proposte di relazione per il 29 ottobre 2017 agli indirizzi email Dirk.Vanden.Berghe@vub.be, Sabina.Gola@ulb.ac.be e Claudio.Gigante@ulb.ac.be. Per ora un titolo è sufficiente, vi chiederemo più avanti una breve descrizione dell’argomento. Gli interventi, previsti per il pomeriggio del 19 marzo all’università ULB e per la mattina del 20 marzo all’università VUB, avranno una durata di 25 minuti.
Stiamo valutando l’ipotesi di far confluire le relazioni del seminario (dieci all’incirca) in un volume collettaneo, pubblicato presso l’editore internazionale Peter Lang, nella collana “Il secolo lungo. Letteratura italiana 1796-1918”, diretta da Claudio Gigante e Dirk Vanden Berghe.

Ai relatori potremo offrire almeno l’alloggio per la notte di domenica 18 marzo nell’U-Residence della Vrije Universiteit Brussel (stanze singole confortevoli nella foresteria nuova; la disponibilità attuale di doppie è scarsa) e i pranzi dei giorni 19 e 20 marzo. Dovremo valutare più avanti se saremo in grado di coprire la seconda notte nell’U-Residence (lunedì 19 marzo) ma, per chi lo desidera, potremo in ogni modo prenotarla fin da ora: vogliate quindi specificarlo nella vostra risposta. Per il viaggio andata e ritorno, vi chiediamo di usufruire dei vostri propri fondi di ricerca.

Dirk Vanden Berghe (Vrije Universiteit Brussel)
Sabina Gola e Claudio Gigante (Université Libre de Bruxelles)

Per la costruzione dell’identità nazionale. Francesco De Sanctis e Pasquale Stanislao Mancini dalla provincia meridionale all’Europa


CONVEGNO DI STUDI

Per la costruzione dell’identità nazionale
Francesco De Sanctis e Pasquale Stanislao Mancini dalla provincia meridionale all’Europa
Napoli, 25 -28 ottobre 2017

25 ottobre, ore 15,00 Società Napoletana di Storia Patria

Saluti delle Autorità
Francesco Paolo Tronca, Commissario dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano
Annunziata Berrino, Presidente del Comitato di Napoli dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano
Andreas Gottsmann, Rappresentante dei Gruppi esteri dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano

Presiede: Anna Maria Rao, Università degli studi di Napoli Federico II

I SESSIONE: Presenze
Giuseppe Galasso, Il liberalismo
Renata De Lorenzo, La formazione giovanile: da allievi a maestri
Aurelio Cernigliaro, De Sanctis e Mancini nella vita politica

26 ottobre, ore 9,00 Società Napoletana di Storia Patria

Presiede Annunziata Berrino, Comitato di Napoli dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano

II SESSIONE: L’esilio
Umberto Levra, L’esilio torinese di Pasquale Stanislao Mancini
Laura Nay, Francesco De Sanctis: la letteratura in esilio di un «bambino politico»

Profili intellettuali
Luigi Mascilli Migliorini, Eredità e allievi: la “scuola” di De Sanctis e Mancini
Giuseppe Monsagrati, Tra letteratura, politica e giornalismo. L’idea di laicità di Francesco De Sanctis e di Pasquale Stanislao Mancini

26 ottobre ore 15,30 Biblioteca Nazionale Vittorio Emanuele III

Presiede Andrea Ciampani, Università di Roma LUMSA

IV SESSIONE: Linguaggi
Nicola De Blasi, La lingua e lo stile di Francesco De Sanctis
Guido Melis, La lingua e le idee di Pasquale Stanislao Mancini

Nazione e famiglia
Roberto Balzani, Mancini, De Sanctis e la ricerca di una sintesi interpretativa per l’identità nazionale
Laura Guidi, Reti e ruoli femminili nei percorsi di vita di Francesco De Sanctis e Pasquale Stanislao Mancini

27 ottobre, ore 9,00 Società Napoletana di Storia Patria

Presiede Jean-Yves Frétigné, Gruppi esteri dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano

V SESSIONE: Contesti
Paolo Macry, Le lettere del ministro De Sanctis (1861-1862)
Cosimo Ceccuti, Francesco De Sanctis, Nuova Antologia e l’ambiente culturale fiorentino

Professioni e politica
Alfio Signorelli, Francesco De Sanctis, Pasquale Stanislao Mancini e le professioni giuridiche
Marco Meriggi, Il giornalismo

27 ottobre, ore 15,30 Gallerie d’Italia – Palazzo Zevallos Stigliano
Presiede Romano Ugolini, Università degli studi di Perugia

VII SESSIONE: L’ambito internazionale
John A. Davis, La dimensione europea
Erik Jayme, Mancini: l’internazionalista europeo
Laura Fournier-Finocchiaro, La fortuna di De Sanctis in Europa

Segretaria scientifica: Paola Milone e Donatella Zampano
Segreteria organizzativa: Francesca Esposito, Marco Esposito e Francesca Neri

Informazioni:
Tel. 0815510353
Email:info@risorgimento-napoli.com

Brochure

Les exilés italiens en France dans les années 1830 et la gazette littéraire «L’Italiano»

Vendredi 13 octobre 2017, de 18h30 à 20h
BnF I François Mitterrand
quai François Mauriac, Paris 13e Salle 70

Conférence: Les exilés italiens en France dans les années 1830 et la gazette littéraire «L’Italiano»

Madame Ilaria Gabbani, docteur ès Lettres, traductrice. Université de Pise, Université Paris 3 Sorbonne, Centre CIRCE

La publication à Paris, en 1836, de la gazette littéraire « L’Italiano » demeure un épisode peu connu de l’histoire de la diaspora italienne du Risorgimento. Écrit presque entièrement en italien, destiné à la communauté des exilés comme au public de la péninsule, le journal avait comme objectif un ambitieux programme de critique littéraire visant à l’élaboration d’une nouvelle littérature nationale. En dépit de sa nature identitaire, ce projet était le fruit d’un dialogue fécond avec la littérature européenne du XIXe siècle, un recueil de traductions de drames ayant même été envisagé. Entre éloges et âpres critiques, c’est surtout la culture française du XIXe siècle qui joue un rôle prépondérant dans le développement du projet littéraire défendu par la gazette.

Cycle de conférences Histoire de l’Italie : les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles
Coordination: Emanuela Prosdotti, chargée de collections en histoire de l’Italie. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF

Entrée libre

Le vie dell’italiano: mercanti, viaggiatori, migranti, cibernauti (e non solo). Percorsi e incroci tra letteratura, lingua, arte e civiltà

XXIII Congresso AIPI (Siena, Settembre 2018)

Le vie dell’italiano: mercanti, viaggiatori, migranti, cibernauti (e non solo)
Percorsi e incroci tra letteratura, lingua, arte e civiltà
Università per Stranieri di Siena, 5 – 8 settembre 2018

Il tema del congresso trae spunto dalla posizione e dalla storia di Siena, tappa importante della via Francigena, crocevia di scambi commerciali, finanziari e culturali eccellenti fin dall’età medievale, meta turistica e di culto, antica sede universitaria e ancora oggi polo di relazioni accademiche internazionali in innumerevoli settori, con le sue due Università (Siena Studi e Siena Stranieri), l’Accademia Musicale Chigiana, il Conservatorio “Rinaldo Franci” e l’Accademia Nazionale del Jazz, il museo del Santa Maria della Scale e dell’Opera del Duomo, la Pinacoteca. Una città oggi lontana dai centri nevralgici del potere e dalle grandi vie di comunicazione, eppure capace da sempre di stringere fitti legami con il resto del mondo, così come lo è la lingua e la cultura italiana. Su queste dinamiche di percorsi e incroci possibili, fra letteratura, lingua, arte e civiltà, fino alle manifestazioni contemporanee dell’accoglienza (turisti, lavoratori stranieri, richiedenti asilo), si propone di riflettere questo convegno, in cui il viaggio, la strada, il cammino (in senso fisico e metaforico) faranno da sfondo per rappresentare alcuni dei tanti aspetti che caratterizzano oggi la specificità dell’insegnamento dell’italiano come seconda lingua in Italia e nel mondo. Gli argomenti che saranno trattati toccheranno quindi, in prospettiva sia diacronica che sincronica, le evocazioni qui suggerite in relazione alle discipline più rilevanti per i professori di italiano in Italia e nel mondo, fra cui ricordiamo la letteratura, la linguistica italiana, la sociolinguistica, la glottodidattica, la linguistica educativa, la scienza delle comunicazioni, la storia dell’arte, l’antropologia culturale.

Coordinamento del Comitato Organizzatore: Pierangela Diadori (Università per Stranieri di Siena)

Comitato Scientifico dell’Università per Stranieri di Siena: Carla Bagna; Daniela Brogi; Pietro Cataldi; Giovanna Frosini; Alessandra Giannotti; Sabrina Machetti; Claudio Pizzorusso; Lucinda Spera; Massimiliano Tabusi; Donatella Troncarelli; Massimo Vedovelli; Andrea Villarini.

INFORMAZIONI SULLE SEZIONI TEMATICHE E CALL FOR PAPERS
www.infoaipi.org

Viaggiatori 1/1: L’esilio come viaggio: categorie, pratiche ed esperienze


Viaggiatori, Anno 1, Numero 1 (09/2017)

L’esilio come viaggio: categorie, pratiche ed esperienze

Indice

Fabio D’Angelo
Premessa

Pratiche amministrative e categorie dell’esilio

Amandine Gouttefarde
Faut-il accueillir ou non les exilés ? Représentation d’un dilemme dans la littérature grecque archaïque et classique
Alberto CarreraIl diritto del cittadino di abbandonare la patria. Il concetto di esilio ne Le Droit des Gens di Emer de Vattel (1714-1764)
Martin Biersack
Negotiating usefulness: The Utilitarian Approach to Immigration in Bourbon Spanish-America
Camille Cordier-Montvenoux
« Étranger d’origine, mais Français de coeur ». Une histoire des relations entre les exilés et la société d’accueil puydômoise, 1830-1940
Ronan Richard
« D’où venez-vous braves gens ? » L’exil de masse de réfugiés de la Prmière Guerre mondiale dans l’Ouest de la France
Monica Lanzoni
Les exilés politiques italiens et la Doctrine Mitterrand: le juridique, le politique et l’asile français

Scritture ed esperienze dell’esilio

Michaela Bjuggfält-Châteaux
Renault de Montauban: les exils de père en fils
Estela Bonnaffoux
Tamquam exul, ignotus et neglectus: deux italiens en terres étrangères. L’exemple de Pierre Martyr d’Anghiera et de Théodore Guaineri
Antonietta Angelica Zucconi
Un giornale dall’esilio. L’esule-L’exilé: giornale di letteratura italiana antica e moderna
Éric Vial
Les États-Unis vus par le parti communiste italien en exil en France, entre Fronts Populaires et débuts de la Seconde Guerre mondiale

Varia

Rosa Maria Delli Quadri
Alla ricerca di modelli politici. Latinoamericani e Vecchio Mondo nel XIX secolo
Julio Seoane
A non globalized cultural cosmopolitanism
Lorenzo Scillitani
Il viaggio in piroga della Luna e del Sole: la genesi della morale nell’antropologia mitologica di Lévi-Strauss

Fonti

Andrea Candela
Il viaggio settecentesco di Paolo Sangiorgio in Valsassina
Libera Paola Arena
L’alto novarese nei viaggi di Carlo Amoretti (1797-1798). Il viaggio osservativo-descrittivo di un poligrafo ligure di fine Settecento

Recensioni

Nicolas Bourguinat
M.-N. Bourguet, Le monde dans un carnet. Alexander von Humboldt en Italie (1805)
Maurice Carrez
A. Orlandini Carcreff, Au pays des vendeurs de vent. Voyager en Laponie et en Finlande (XVe-XIXe siècle)
Alexandre Dupont
C. Brice, D. Diaz (eds.), Mobilités, savoir-faire et innovations

Diasporas 29-2017, Mobilités créatrices


Diasporas n° 29 – Mobilités créatrices. Acteurs, savoirs et pratiques en mouvement (XVIe – XIXe siècle)
Auteur : Catherine BRICE (coord.)
N° ISBN : 978-2-8107-0524-5
PRIX : 22.00 €
Format et nombre de pages : 16 x 24 cm – 194 p.
Parution le 7 septembre 2017

Les travaux sur les mobilités et ceux sur l’innovation sont rarement associés, alors même qu’il semble acquis que la mobilité (des idées, des personnes…) a une influence sur les capacités créatrices des sociétés. Ce nouveau numéro de Diasporas, largement expérimental, se propose de réfléchir aux effets transformateurs de la mobilité, en partant de la mobilité « géographique », c’est-à-dire du déplacement dans l’espace, et en tentant de saisir l’ensemble des transformations significatives qu’elle induit. Il s’agit, en effet, de mesurer la pleine portée du terme « innovation » : au-delà de la nouveauté surgie dans les domaines scientifique et technologique, les travaux les plus récents, inspirés par les notions d’« art de faire » (Certeau) ou encore d’« usages » (Edgerton), ont démontré que l’histoire de l’innovation peut toucher à l’ensemble des techniques et à tous les savoir-faire, qu’ils soient financiers, commerciaux, politiques ou encore artistiques. En tournant autour du « sujet mobile », ce sont autant les contacts des connaissances, des statuts qui nous intéressent que la transformation des cadres de saisie du réel. La capacité créatrice des mobilités est envisagée pour une période charnière, qui court du XVIe au XIXe siècle : temps de l’innovation par excellence, de la « modernisation », cette époque est aussi caractérisée par les déplacements liés aux voyages, aux guerres, aux expéditions et aux migrations ; tous sont pris en compte ici, avec une attention particulière pour les exils.

Catherine Brice est professeure d’histoire à l’université Paris-Est Créteil (UPEC) / Institut universitaire de France (IUF).

Sommaire
Introduction

L’Italie pour bagage. Migrations, circulations et italianités, XIXe-XXIe siècles.

Palais de la Porte Dorée

Musée de l’histoire de l’immigration

L’Italie pour bagage.

Migrations, circulations et italianités, XIXe-XXIe siècles.

Vendredi 16 juin à l’Institut italien et samedi 17 juin au Musée

Colloque international organisé avec l’institut Culturel Italien de Paris

L’émigration italienne à partir de la fin du XIXe siècle constitue l’un des plus importants mouvements migratoires de l’histoire contemporaine. 26 millions d’Italiens ont quitté la Péninsule entre 1860 et 1960. Plus récemment, depuis le début des années 2000, une « nouvelle vague migratoire » d’Italiens plus qualifiés est apparue. Cette migration a donné lieu à une historiographie foisonnante. Ce colloque international et interdisciplinaire s’intéressera à l’articulation entre la circulation des Italiens dans le monde et leur rapport à l’Italie dans une perspective plus culturelle que politique.

Colloque en partenariat avec l’Institut Culturel Italien de Paris, le Centre d’Histoire de Sciences Po, le Centre de recherche en histoire européenne comparée, l’Ecole française de Rome, l’Institut Universitaire de France, le LARHRA, LIA Mediterrapolis, Sciences Po Paris, TELEMME.

Informations pratiques:

Vendredi 16 juin à l’Institut Italien

Samedi 17 juin au Musée national de l’histoire de l’immigration

Programme

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Contact : recherche.immigration@palais-portedoree.fr

Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle: questions et perspectives

Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle: questions et perspectives

Textes réunis et présentés par Laura Fournier-Finocchiaro et Cristina Climaco

Ces textes étudient et analysent la question de l’exil politique dans la terre d’accueil française pour trois pays d’Europe du Sud qui ont connu plusieurs vagues de migrations au cours des XIXe et XXe siècles. A travers l’analyse de cas de proscrits et exilés volontaires espagnols, italiens et portugais, les auteurs réfléchissent sur leur apport à la création de cultures politiques transnationales, ainsi que sur les actions de propagande politique élaborées sur le sol français et diffusées ensuite dans toute l’Europe.

Paris, L’Harmattan
Historiques – Travaux
juin 2017
ISBN : 978-2-343-11700-3 • 236 pages
Prix éditeur: 25 €

Sommaire

Revue d’histoire du XIXe siècle 53 | 2016 Mobilités, savoir-faire et innovations

Revue d’histoire du XIXe siècle

53 | 2016
Mobilités, savoir-faire et innovations

L’intégration des étrangers et des migrants dans les États de Savoie depuis l’époque moderne

Appel à communications – Call for papers

XIe colloque du P. R. I. D. A. E. S.
Programme de Recherche sur les Institutions et le Droit des Anciens États de Savoie
« L’intégration des étrangers et des migrants dans
les États de Savoie depuis l’époque moderne »
Torino, Campus Luigi Einaudi
23-24-25 Novembre 2017

Par leur position géographique à cheval sur les Alpes, les États de Savoie, constituent, depuis les temps modernes, un carrefour pour la circulation des hommes, des idées et des biens. Entre la France à l’ouest et, à l’est, la puissance autrichienne qui contrôle longtemps la plaine du Pô, mais en même temps tendus vers le sud et la Méditerranée (Nice, Gênes, la Sardaigne), les États de Savoie se sont construits en considérants les flux de population étrangère ou migrante comme une incontournable réalité.
L’objet du présent colloque est de mettre en lumière les modalités politiques, juridiques ou plus largement sociales mises en œuvre par les États de Savoie pour appréhender ces phénomènes et assurer l’intégration des étrangers et des migrants. En effet, dès le moyen-âge, on trouve dans les statuts des villes des dispositifs permettant d’associer les étrangers à la vie de la cité, leur réserver un statut, encadrer leurs activités et en tirer profit. Depuis, les mouvements de populations n’ont cessé de se multiplier pour de multiples raisons : migrations internes liées à l’exode rural ou aux activités économiques (commerce, industrie, chantiers navals, transports maritimes ou routiers, besoins de main d’œuvre, transhumance, activités agricoles, rizicoles ou forestières) ; mouvements de populations réfugiées à cause des guerres ou de régimes politiques que l’on cherche à fuir; déplacements de populations liés à des nécessités de peuplement ou véritables déportations; mouvements liés à l’appartenance religieuse (protestants, juifs, vaudois) ; mouvements liés à l’administration concernant les fonctionnaires en déplacement ou en poste. Selon les cas, l’étranger est aussi l’occupant, qui, à l’occasion de la guerre, s’installe plus ou moins durablement et qu’il faut aussi intégrer, parfois le mercenaire, ou bien celui qui menace les côtes ou les frontières, et qu’il faut contrôler ou repousser, ou bien encore l’espion qu’il faut surveiller. De même, les changements de souveraineté intervenus au milieu du XIXe siècle (annexion par la France de la Savoie et de Nice puis naissance du royaume d’Italie) créent de nouveaux étrangers dont il faut pareillement fixer le statut et garantir les droits. Enfin, selon les régions, le développement économique peut prendre appui sur de nouvelles catégories : le touriste étranger qui s’installe parfois durablement ou le migrant de l’intérieur dont on exploite la force de travail.
À chaque fois, la présence de l’étranger, du migrant (qu’il soit lui-même étranger (nonrégnicole) ou migrant de l’intérieur) pose question, et, sur le plan du droit et des institutions, cela se traduit par l’élaboration de politiques publiques spécifiques, de règles, de statuts, de droits réciproques (droit des personnes, droit d’asile, fiscalité, citoyenneté, statut professionnel) qui apparaissent comme des contraintes mais qui ouvrent aussi des perspectives d’échange et d’enrichissement mutuel. Parallèlement, des institutions, telles que l’Eglise, les confréries, les œuvres pies œuvrent pour l’accueil des étrangers et des migrants.
D’un point de vue davantage socio-économique, la présence d’étrangers et de migrants pose évidemment la question de leur intégration sociale et matérielle (accueil, intégration professionnelle, familiale, mariages mixtes, conditions d’existences) ou au contraire de leur mise à l’écart et de leur marginalisation. Enfin, sur le plan culturel, se posent de multiples questions en termes d’éducation, de langue, d’influences mutuelles voire de métissage culturel, mais également au regard des représentations que l’on se fait de l’étranger et du migrant. Se pose aussi la question des artistes étrangers, de leurs apports et de leur intégration. La problématique de ce colloque, aux profondes racines historique mais aux résonances très contemporaines, prend d’autant plus de relief dans le cadre des États de Savoie, en raison des expériences que fournit leur histoire d’État frontalier, mais aussi parce qu’ils donnent naissance à l’Italie, où se prolonge jusqu’à nos jours, avec une acuité particulière, la question de l’intégration des étrangers et des migrants. Aussi, le colloque est envisagé sur une longue période, des temps modernes jusqu’à nos jours, dans l’espace géographique des anciens États de Savoie, et en croisant les approches historiques, politiques, sociologiques, institutionnelles et juridiques.

Les langues du colloque étant l’italien et le français, la communication faite dans l’une des deux langues fera l’objet d’un résumé d’une page dans l’autre langue, distribué au moment du colloque.
Les propositions de communication devront parvenir à l’adresse suivante :
pridaes@unice.fr
en mentionnant :
– les coordonnées de l’auteur (adresse mail, téléphone)
– le titre (même provisoire) de la communication
– un bref résumé (10 lignes maximum)
– une présentation de l’auteur (10 lignes maximum)
Délai de réponse à l’appel à communication : au plus tard le 1er mai 2017

Dates du colloque : 23-24-25 novembre 2017

Comité scientifique
Gian Savino Pene Vidari (Pr. Histoire du droit, Turin)
Riccardo Ferrante (Pr. Histoire du droit, Gênes)
Renata Allio (Pr. Histoire économique, Turin)
Michel Bottin (Pr. Histoire du droit, Nice)
Enrico Genta (Pr. Histoire du droit, Turin)
Olivier Vernier (Pr. Histoire du droit, Nice)
Bruno Berthier (MCF. Histoire du droit, Chambéry)
Marc Ortolani (Pr. Histoire du droit, Nice)
Christian Sorrel (Pr. Histoire contemporaine, Lyon II)
Philippe Didier (Pr. Histoire du droit, Grenoble II)
Paola Casana (Pr. Histoire du droit, Turin)
Jean-Yves Coppolani (Pr. Histoire du droit, Corte)