L’Italie pour bagage. Migrations, circulations et italianités, XIXe-XXIe siècles.

Palais de la Porte Dorée

Musée de l’histoire de l’immigration

L’Italie pour bagage.

Migrations, circulations et italianités, XIXe-XXIe siècles.

Vendredi 16 juin à l’Institut italien et samedi 17 juin au Musée

Colloque international organisé avec l’institut Culturel Italien de Paris

L’émigration italienne à partir de la fin du XIXe siècle constitue l’un des plus importants mouvements migratoires de l’histoire contemporaine. 26 millions d’Italiens ont quitté la Péninsule entre 1860 et 1960. Plus récemment, depuis le début des années 2000, une « nouvelle vague migratoire » d’Italiens plus qualifiés est apparue. Cette migration a donné lieu à une historiographie foisonnante. Ce colloque international et interdisciplinaire s’intéressera à l’articulation entre la circulation des Italiens dans le monde et leur rapport à l’Italie dans une perspective plus culturelle que politique.

Colloque en partenariat avec l’Institut Culturel Italien de Paris, le Centre d’Histoire de Sciences Po, le Centre de recherche en histoire européenne comparée, l’Ecole française de Rome, l’Institut Universitaire de France, le LARHRA, LIA Mediterrapolis, Sciences Po Paris, TELEMME.

Informations pratiques:

Vendredi 16 juin à l’Institut Italien

Samedi 17 juin au Musée national de l’histoire de l’immigration

Programme

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Contact : recherche.immigration@palais-portedoree.fr

Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle: questions et perspectives

Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle: questions et perspectives

Textes réunis et présentés par Laura Fournier-Finocchiaro et Cristina Climaco

Ces textes étudient et analysent la question de l’exil politique dans la terre d’accueil française pour trois pays d’Europe du Sud qui ont connu plusieurs vagues de migrations au cours des XIXe et XXe siècles. A travers l’analyse de cas de proscrits et exilés volontaires espagnols, italiens et portugais, les auteurs réfléchissent sur leur apport à la création de cultures politiques transnationales, ainsi que sur les actions de propagande politique élaborées sur le sol français et diffusées ensuite dans toute l’Europe.

Paris, L’Harmattan
Historiques – Travaux
juin 2017
ISBN : 978-2-343-11700-3 • 236 pages
Prix éditeur: 25 €

Sommaire

Revue d’histoire du XIXe siècle 53 | 2016 Mobilités, savoir-faire et innovations

Revue d’histoire du XIXe siècle

53 | 2016
Mobilités, savoir-faire et innovations

L’intégration des étrangers et des migrants dans les États de Savoie depuis l’époque moderne

Appel à communications – Call for papers

XIe colloque du P. R. I. D. A. E. S.
Programme de Recherche sur les Institutions et le Droit des Anciens États de Savoie
« L’intégration des étrangers et des migrants dans
les États de Savoie depuis l’époque moderne »
Torino, Campus Luigi Einaudi
23-24-25 Novembre 2017

Par leur position géographique à cheval sur les Alpes, les États de Savoie, constituent, depuis les temps modernes, un carrefour pour la circulation des hommes, des idées et des biens. Entre la France à l’ouest et, à l’est, la puissance autrichienne qui contrôle longtemps la plaine du Pô, mais en même temps tendus vers le sud et la Méditerranée (Nice, Gênes, la Sardaigne), les États de Savoie se sont construits en considérants les flux de population étrangère ou migrante comme une incontournable réalité.
L’objet du présent colloque est de mettre en lumière les modalités politiques, juridiques ou plus largement sociales mises en œuvre par les États de Savoie pour appréhender ces phénomènes et assurer l’intégration des étrangers et des migrants. En effet, dès le moyen-âge, on trouve dans les statuts des villes des dispositifs permettant d’associer les étrangers à la vie de la cité, leur réserver un statut, encadrer leurs activités et en tirer profit. Depuis, les mouvements de populations n’ont cessé de se multiplier pour de multiples raisons : migrations internes liées à l’exode rural ou aux activités économiques (commerce, industrie, chantiers navals, transports maritimes ou routiers, besoins de main d’œuvre, transhumance, activités agricoles, rizicoles ou forestières) ; mouvements de populations réfugiées à cause des guerres ou de régimes politiques que l’on cherche à fuir; déplacements de populations liés à des nécessités de peuplement ou véritables déportations; mouvements liés à l’appartenance religieuse (protestants, juifs, vaudois) ; mouvements liés à l’administration concernant les fonctionnaires en déplacement ou en poste. Selon les cas, l’étranger est aussi l’occupant, qui, à l’occasion de la guerre, s’installe plus ou moins durablement et qu’il faut aussi intégrer, parfois le mercenaire, ou bien celui qui menace les côtes ou les frontières, et qu’il faut contrôler ou repousser, ou bien encore l’espion qu’il faut surveiller. De même, les changements de souveraineté intervenus au milieu du XIXe siècle (annexion par la France de la Savoie et de Nice puis naissance du royaume d’Italie) créent de nouveaux étrangers dont il faut pareillement fixer le statut et garantir les droits. Enfin, selon les régions, le développement économique peut prendre appui sur de nouvelles catégories : le touriste étranger qui s’installe parfois durablement ou le migrant de l’intérieur dont on exploite la force de travail.
À chaque fois, la présence de l’étranger, du migrant (qu’il soit lui-même étranger (nonrégnicole) ou migrant de l’intérieur) pose question, et, sur le plan du droit et des institutions, cela se traduit par l’élaboration de politiques publiques spécifiques, de règles, de statuts, de droits réciproques (droit des personnes, droit d’asile, fiscalité, citoyenneté, statut professionnel) qui apparaissent comme des contraintes mais qui ouvrent aussi des perspectives d’échange et d’enrichissement mutuel. Parallèlement, des institutions, telles que l’Eglise, les confréries, les œuvres pies œuvrent pour l’accueil des étrangers et des migrants.
D’un point de vue davantage socio-économique, la présence d’étrangers et de migrants pose évidemment la question de leur intégration sociale et matérielle (accueil, intégration professionnelle, familiale, mariages mixtes, conditions d’existences) ou au contraire de leur mise à l’écart et de leur marginalisation. Enfin, sur le plan culturel, se posent de multiples questions en termes d’éducation, de langue, d’influences mutuelles voire de métissage culturel, mais également au regard des représentations que l’on se fait de l’étranger et du migrant. Se pose aussi la question des artistes étrangers, de leurs apports et de leur intégration. La problématique de ce colloque, aux profondes racines historique mais aux résonances très contemporaines, prend d’autant plus de relief dans le cadre des États de Savoie, en raison des expériences que fournit leur histoire d’État frontalier, mais aussi parce qu’ils donnent naissance à l’Italie, où se prolonge jusqu’à nos jours, avec une acuité particulière, la question de l’intégration des étrangers et des migrants. Aussi, le colloque est envisagé sur une longue période, des temps modernes jusqu’à nos jours, dans l’espace géographique des anciens États de Savoie, et en croisant les approches historiques, politiques, sociologiques, institutionnelles et juridiques.

Les langues du colloque étant l’italien et le français, la communication faite dans l’une des deux langues fera l’objet d’un résumé d’une page dans l’autre langue, distribué au moment du colloque.
Les propositions de communication devront parvenir à l’adresse suivante :
pridaes@unice.fr
en mentionnant :
– les coordonnées de l’auteur (adresse mail, téléphone)
– le titre (même provisoire) de la communication
– un bref résumé (10 lignes maximum)
– une présentation de l’auteur (10 lignes maximum)
Délai de réponse à l’appel à communication : au plus tard le 1er mai 2017

Dates du colloque : 23-24-25 novembre 2017

Comité scientifique
Gian Savino Pene Vidari (Pr. Histoire du droit, Turin)
Riccardo Ferrante (Pr. Histoire du droit, Gênes)
Renata Allio (Pr. Histoire économique, Turin)
Michel Bottin (Pr. Histoire du droit, Nice)
Enrico Genta (Pr. Histoire du droit, Turin)
Olivier Vernier (Pr. Histoire du droit, Nice)
Bruno Berthier (MCF. Histoire du droit, Chambéry)
Marc Ortolani (Pr. Histoire du droit, Nice)
Christian Sorrel (Pr. Histoire contemporaine, Lyon II)
Philippe Didier (Pr. Histoire du droit, Grenoble II)
Paola Casana (Pr. Histoire du droit, Turin)
Jean-Yves Coppolani (Pr. Histoire du droit, Corte)

Ugo Niccolò Foscolo entre Italie et Grèce

Colloque international interdisciplinaire
Ugo Niccolò Foscolo entre Italie et Grèce
9, 10 et 11 mars 2017 à Nice et à Vintimille
Organisation: Francesca Irene Sensini (Université de Nice Sophia Antipolis); Alberto Beniscelli (Università degli Studi di Genova); Christian Del Vento (Université Paris 3 Sorbonne)
Renseignements : Francesca Irene Sensini
convegnofoscolo2017@gmail.com

Programme

Jeudi 9 mars, 9h

Nice, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
Université Nice Sophia Antipolis
Pôle Universitaire Saint-Jean d’Angély 3, 25 av. François Mitterrand, Nice.

Allocutions d’ouverture

9 h 30, Francesca Irene Sensini (Université de Nice Sophia Antipolis), Introduction

Première Session Réceptions croisées

Président de séance, Giuseppe Nicoletti (Università degli Studi di Firenze)

10 h

  • Michael Paschalis (University of Crete), Andreas Kalvos, Ugo Foscolo and the Birth of the Later Phase of Modern Greek Literature;
  • Maria Tsoutsoura (Université Sorbonne nouvelle Paris 3), Exils, langues et nations chez trois poètes de Zante : Foscolo, Calvos et Solomos;

11 h Pause

11 h 30

  • Serena Ferrando (Università degli Studi di Genova), La dialettica mitopoiesi-realtà-illusione in Ugo Foscolo e Dionysios Solomos;
  • Roberto Capel Badino (Scuola Superiore di Studi Storici di San Marino), Ritorno a Zacinto: immagini della conversione linguistica di Andreas Kalvos;

12 h 30, Débat

13, Déjeuner

Présidente de séance, Aurélie Moioli (Université Nice Sophia Antipolis)

14 h 30

  • Alessandra Cenni (Université degli Studi di Roma « Tor Vergata »), Dalle «sacre sponde». Foscolo, Kalvos, Solomos : contatti, relazioni, scambi tra Grecia e Italia dei tre massimi poeti delle isole Ionie;
  • Claudio Chiancone (Université Grenoble Alpes), Nostalgia, frustrazione, ricerca di identità. Italia e Grecia negli scritti inediti di Mario Pieri

15 h 30, Pause

16 h

  • Maurizio Perugi (Université de Genève), La presenza di Guido Cavalcanti in Foscolo (e in Dionisio Solomós)

17 h, Débat

Vendredi 10 mars 9h

Nice, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

Deuxième Session, Foscolo et la Grèce classique

Enzo Neppi (Université Grenoble Alpes)

9 h 00

  • Agnieszka Fulinska (Université Jagellonne, Cracovie) Foscolo, Bonaparte and graeco-roman Imagery
  • Erminio Risso (Università degli Studi di Genova), Foscolo, Ettore, Plutarco: Jacopo Ortis lettore dei «Sepolcri»

10 h 30, Pause

11 h

  • Donatella Martinelli (Università degli Studi di Parma), La svolta del 1803: Foscolo riscopre la letteratura della Grecia antica nei testi originali
  • Francesca M. Falchi (Università degli Studi di Parma), Nel solco di Callimaco: La Chioma di Berenice tradotta da Ugo Foscolo
  • Gloria Larini (Istituto di Scienze Umane e Sociali, Firenze), Pensare in greco: possibili calchi strutturali e semantici dall’epica, dalla tragedia e dalla lirica greca nella poesia di Ugo Foscolo

12 h 30, Débat

13 h, Déjeuner

Président de séance: Arnaldo Bruni (Università degli Studi di Firenze)

14 h 30

  • Paola Cosentino (Università degli Studi di Genova), Foscolo lettore di Sofocle: sull’Aiace e dintorni;
  • Silvia Tatti (Università degli Studi di Roma «La Sapienza»), L’inarrivabile sublimità di Pindaro e l’ufficio della letteratura in Foscolo;
  • Beatrice Alfonzetti (Università degli Studi di Roma «La Sapienza»), Ettore e Ajace: allegoria politica e mito dei vinti in Foscolo;

16 h, Pause

16 h 30

  • Chiara Piola Caselli (Università degli Studi di Perugia), La cultura greca nella biblioteca londinese di Foscolo (1817-1826);
  • Ilaria Mangiavacchi (Università degli Studi di Firenze), La Grecia in Inghilterra: Foscolo autore di un’antologia classica.
  • Matteo Navone (Università degli Studi di Genova), Storia e storiografia greca negli scritti politici giovanili di Foscolo

18 h, Débat

Sabato 11 mars, 9h30

Vintimille, Jardin botanique Hanbury

9 h 30, Alberto Beniscelli (Università degli Studi di Genova), Introduction

Troisième Session, Foscolo philhellène

Président de séance

Président de séance: Alberto Beniscelli (Università degli Studi di Genova)

10 h

  • Paolo Borsa et Amalia Kolonia (Università degli Studi di Milano «La Statale»), Foscolo e la Grecia nell’epistolario «inglese»
  • Andrea Scardicchio (Università del Salento, Lecce), Foscolo, Mustoxidi e «la saggia Isabella»

11 h, Pause

11 h 30

  • Gerassimos Pagratis (University of Athens), Le Isole Ionie negli anni di Ugo Foscolo: società e cultura in transizione
  • Luca Beltrami (Università degli Studi di Genova) Foscolo e la questione delle Isole Ionie

12 h 30, Débât

13 h, Déjeuner

Président de séance: Christian Del Vento (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)

14 h 30

  • Stefano Verdino (Università degli Studi di Genova), Il caso Parga, Foscolo e gli interventi italiani coevi
  • Stathis Birtachas (University of Thessaloniki), Esilio risorgimentale e filellenismo combattente al tempo di Ugo Foscolo: il conte Giacinto Provana di Collegno in Grecia (1824-25)

15 h 30, Pause

16 h

  • Olimpia Gargano (Université de Nice Sophia Antipolis), «A frontier against the advance of the Mahometans»: l’Albania nelle pagine londinesi di Ugo Foscolo
  • Quinto Marini (Università degli Studi di Genova), Nievo, Foscolo, la Grecia

17 h Christian Del Vento (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), Conclusions

Visible dans la salle du colloque la vidéo-installation inspiré d’Ugo Foscolo et son œuvre, “Carta bianca”, réalisée par le collectif italien Augenblick (Italie, 2017)

Télécharger le programme

Appel: Entre France et Italie : échanges et réseaux intellectuels au XIXe siècle

Appel à contribution

Entre France et Italie : échanges et réseaux intellectuels au XIXe siècle

Transalpina, n° 21, coordonnée par Mariella Colin, Laura Fournier-Finocchiaro et Silvia Tatti

Présentation

La revue Transalpina, depuis sa fondation dans le cadre de l’équipe de recherche caennaise Identités, Représentations, Échanges (France-Italie), s’est régulièrement intéressée à la problématique de la réception de la littérature italienne en France (Transalpina 1996, 1999, 2005). Dans les volumes précédents, l’attention des chercheurs s’était portée sur la traduction et la vie des productions italiennes dans le contexte français, sur l’histoire de la circulation des textes et des idées de la péninsule dans l’hexagone et sur différentes traces des auteurs italiens de l’autre côté des Alpes. Ces publications, auxquelles il faut ajouter d’autres ouvrages collectifs publiés à Caen et à Paris (Decroisette 1992, Colin 1993, Colin 1995, Dubard-Luglio 2013), ont porté souvent sur un intervalle chronologique large, pour souligner la permanence et les constantes dans les échanges intellectuels entre France et Italie.

Dans le prolongement de ces travaux, il apparaît utile de poursuivre la réflexion et les recherches en portant attention à de nouvelles facettes des relations entre France et Italie, en approfondissant en particulier les réseaux intellectuels qui se mettent en place dans le contexte particulier du XIXe siècle et du Risorgimento. L’Europe du XIXe siècle est marquée par les bouleversements politiques, par la construction et la revendication des identités nationales (Thiesse 1999) ainsi que par des vagues d’exil successives et de plus en plus massives (Aprile 2010, Bistarelli 2011, Isabella 2011). Dans ce contexte, la France a eu un rôle particulier (Révolution française, occupation napoléonienne de l’Europe, participation aux guerres du Risorgimento) qui a modifié ses relations avec sa voisine européenne : modèle ou contre-modèle civilisationnel (Fournier-Habicht 2012), principale terre d’accueil des migrations politiques provoquées par les insurrections et révolutions italiennes (Rao 1992, Tatti 1999, Ponty 2003, Diaz 2014), terrain d’amitiés mais aussi de rivalités intellectuelles et politiques avec sa « sœur latine » (Bertrand-Frétigné-Giacone 2016).

En partenariat avec l’axe de recherche Rivoluzioni Restaurazione Risorgimento Letteratura italiana 1789-1870 de l’Associazione degli Italianisti (ADI), qui a commencé à explorer les écritures privées de l’Ottocento italien, nous souhaitons développer 4 axes de réflexion pour étudier la construction de réseaux de relations entre France et Italie au 19e siècle:

  1. Politique et diplomatie
  2. Presse et édition
  3. Littérature et Arts
  4. Correspondances, journaux intimes, mémoires, autobiographies.

Modalités de soumission

Les propositions d’articles, de 2000 signes maximum, en italien, en français, ou en anglais, sont à envoyer, accompagnées d’une brève présentation de l’auteur, à Mariella Colin (mariella.colin@unicaen.fr), Laura Fournier (fournierparis8@gmail.com) ou Silvia Tatti (silvia.tatti@uniroma1.it) avant le 30 avril 2017.

Les textes devront être remis en janvier 2018.

Bibliographie :

Aprile 2010 : Sylvie Aprile, Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions.

Bertrand-Frétigné-Giacone 2016 : Gilles Bertrand, Jean-Yves Frétigné, Alessandro Giacone, La France et l’Italie. Histoire de deux nations sœurs, de 1660 à nos jours, Paris, Armand Colin.

Bistarelli 2011 : Agostino Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologne, Il Mulino.

Colin 1993 : Traductions et réécritures, Mariella Colin (dir.), Caen, Cahiers de littératures en langues romanes, PUC.

Colin 1995 :  Heurs et malheurs de la littérature italienne en France, Mariella Colin (dir.), Caen, PUC.

Decroisette 1992 : La France et l’Italie. Traductions et échanges culturels, Françoise Decroisette (dir.), Caen, PUC.

Decroisette 1998: Voyage des textes de théâtre Italie-France-Italie, Françoise Decroisette (dir.), Paris, Presses universitaires de Vincennes.

Diaz 2014 : Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle, Paris, Armand Colin.

Dubard-Luglio 2013 : Les rivales latines. Lieux, modalités et figures de la confrontation franco-italienne, Frédérique Dubard de Gaillarbois, Davide Luglio (dir.), Revue des études italiennes, n°59.

Fournier-Habicht 2012 : Gallomanie et gallophobie. Le mythe français en Europe au XIXe siècle, Laura Fournier-Finocchiaro, Isabel Habicht (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Isabella 2011: Maurizio Isabella, Risorgimento in esilio. L’internazionale liberale e l’età delle rivoluzioni, Rome-Bari, Laterza.

Palazzolo 1987: Maria Iolanda Palazzolo, Un editore francese in lingua italiana: Louis Claude Baudry, Studi storici, 1.

Ponty 2003 : Jeanine Ponty, L’Immigration dans les textes : la France 1789-2002, Paris, Belin.

Ramaciotti 1995: Francia e italia nel XVIII secolo : immagini e pregiudizi reciprochi, Valeria Ramaciotti (dir), Alessandria, Edizioni dell’Orso.

Rao 1992 : Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia, Naples, Guida.

Tatti 1999a : Mariasilvia Tatti, Le tempeste della vita. La letteratura degli esuli italiani in Francia nel 1799, Paris, Champion.

Tatti 1999b : Mariasilvia Tatti, « Bohème letteraria italiana a Parigi nell’Ottocento », in Italia e Italie tra Rivoluzione e Restaurazione, M. Tatti (dir.), Rome, Bulzoni, p. 139-160.

Tatti 2013 : Mariasilvia Tatti, « Esuli e letterati. Per una storia culturale dell’esilio risorgimentale », in L’officina letteraria e culturale dell’età mazziniana (1815-1870). Giornate di studio, a cura di Q. Marini, G. Sertoli, S. Verdino, L. Cavaglieri, Novi Ligure, Città del Silenzio, p. 89-100

Tellini 2002: Gino Tellini, Scrivere lettere: tipologie epistolari nell’Ottocento italiano, Roma, Bulzoni.

Thiesse 1999 : Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe s., Paris, Le Seuil.

Transalpina 1996 :  Regards croisés, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°1.

Transalpina 1999 :  Lettres italiennes en France, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°3.

Transalpina 2005 : Lettres italiennes en France II, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°8.

Appel_transalpina_entre-france-et-italieweb

Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle

logo_du_musee_de_lhistoire_de_limmigration-jpeg

Journée d’études

Jeudi 19 janvier 2017 (9h45-17h00)
Musée national de l’Histoire de l’immigration
Atelier 4
293, Avenue Daumesnil 75012 Paris

PROGRAMME

9h45
Accueil des participants

10h00
Mot d’accueil par le Musée national de l’Histoire de l’immigration
Introduction de la journée d’études, Delphine Diaz, maîtresse de conférences, Université de Reims Champagne-Ardenne, responsable du programme ANR AsileuropeXIX
10h30-12h30
Première session présidée par Alexandre Dupont (IEP d’Aix-en-Provence)
Parler d’exil et d’asile politiques dans l’Europe du XIXe siècle
x Catherine Brice (UniversitéParis Est-Créteil-Val de Marne-IUF) : « Esuli, fuorusciti, emigrati…les nombreux mots du départ depuis les États italiens du XIXe siècle »
x Thomas C. Jones (Buckingham University) : « Defining « asylum »in Britain, 1815-1870»
x Romy Sánchez (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Juan Luis Simal (Universidad Autónoma de Madrid) : « Lexique du destierro espagnol : péninsule et Outre-Mer, c.1820-c.1880 »
x Katarzyna Papiez, (Université Paris-Sorbonne) : « Les mots de l’exil dans la« Grande Émigration » polonaise : émigration, exil, colonie »

Discussion

14h00-15h15
Deuxième session présidée par Laurent Dornel (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Les représentations de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle : mots, chansons, images
x Maïté Van Vyve (KU Leuven, Belgique) : « Entre le bon, la brute et le truand : les représentations de l’étranger dans les discours parlementaires en Belgique (1835-1875) »
x Laure Godineau (Université Paris XIII) : « Figures de l’exil dans la littérature communarde»

Discussion

15h30-16 h 45
x Sylvie Aprile (Université de Lille 3) : « Les exilés aux frontières, expériences et représentations dans l’Europe du XIXe siècle »
x Jeanne Moisand (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « De l’exilé honorable au criminel potentiel ? Éléments pour une conclusion ».

Discussion générale

Réservation obligatoire : asileurope@gmail.com

les_mots_de_lexil_dans_leurope_du_xixe_s

Appel: Viaggiatori. Circolazioni, scambi ed esilio (secoli XII-XX)

viaggiatori

Viaggiatori. Circolazioni, scambi ed esilio (secoli XII-XX)

Call For Papers

Exilés, émigrés, bannis (XIIème-XXème siècle)

[…] Tu lascerai ogne cosa diletta
più caramente; e questo è quello strale
che l’arco de lo essilio pria saetta.
Tu proverai sì come sa di sale
lo pane altrui, e come è duro calle
lo scendere e ‘l salir per l’altrui scale […]
Paradiso XVII, 55-60

Dans ces célèbres vers de la Divine Comédie, Dante rappelle la souffrance et la douleur propres à l’expérience psychologique de l’exil. En effet, l’idée qu’il représente un moment de grande tristesse, d’éloignement, de déracinement et d’isolement pour les hommes et les femmes qui l’ont vécu semble être particulièrement enracinée aussi bien au temps du poète florentin, que dans les époques qui l’ont précédé et suivi.

Pourtant, l’historiographie récente, en réfléchissant sur l’exil aussi bien volontaire que contraint, a privilégié l’analyse d’autres aspects liés à cette expérience, interrogeant l’exil à nouveaux frais. On a cru, par exemple, important d’interpréter l’expulsion, ou bien le départ volontaire de la terre d’origine, comme une opportunité, comme une possibilité de formation, ou encore comme une occasion pour commencer une activité, comme un moyen, enfin, pour lier des relations politiques, économiques, ou scientifiques[1]. De plus, l’attention s’est portée sur les conséquences, en termes de développement et d’amélioration technique et scientifique, de l’exil sur les sociétés qui ont accueilli les émigrés et sur celles de départ.  On a aussi réfléchi sur le poids de l’exil dans la diffusion des connaissances et la circulation des savoirs. On a constaté encore que l’émigration obligée, ou bien volontaire, ont été des moments des formation culturelle, intellectuelle et scientifique. On a considéré, enfin, que l’idée de nation semble aller de pair avec la mobilité politique des hommes en Europe et ailleurs[2].

Le premier numéro de la revue Viaggiatori se veut une nouvelle occasion de discussion sur l’exil en analysant, à propos d’un large arc chronologique (XIIème-XXème siècle), les pratiques administratives, ainsi que juridiques mises en place par les gouvernements et les sociétés qui ont accueilli les exilés. Celles-ci mettent en évidence les relations (politiques, économiques, culturelles, scientifiques) entre la communauté des émigrés et celle d’accueil; elles supposent de réfléchir, enfin, sur les catégories permettantes de désigner et de définir l’exil.

Les propositions d’articles, de 4.400 signes maximum en italien, en français, ou en anglais, sont à envoyer, accompagnées d’une brief curriculum vitæ de l’auteur, à la rédaction de la revue (direzione@viaggiatorijournal.comsegreteriaredazione@viaggiatorijournal.com) avant le 31 janvier 2017. Elles feront l’objet d’une double expertise à l’aveugle.

Les propositions peuvent s’inscrire dans l’un des domaines suivants :

  • Les pratiques administratives et juridiques d’accueil des exilés;
  • Les relations entre les exilés et la société d’accueil;
  • Les catégories d’identification et de définition de l’exil.

[1]    S. Aprile, Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010; A. Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologna, Il Mulino, 2012; D. Diaz, Un asile pour tous les peuples? Exilés, réfugiés et proscrits politiques en France 1813–1852, Paris, Armand Colin, 2014; M. Isabella, Risorgimento in Exile. Italian emigrés and the Liberal International in the Post–Napoleonic Era, Oxford–New York, Oxford University Press, 2009; A. M.Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792–1802), Napoli, Guida, 1992.

[2]    F. Caron, La dynamique de l’innovation. Changement technique et changement social (XVIe-XXe siècle), Paris, Gallimard, 2010; M. Cotte (a cura di), Circulations techniques: en amont de l’innovation, hommes, objets et idées en mouvement, Besançon-Belfort, Presses universitaires de Franche-Comté-UTBM, 2004; R. De Lorenzo, Sistemi patriottici. Tempi e spazi delle identità nazionali, «Meridiana», 2014, pp. 105-130; L. Roberts, Science and Global history 1750-1850. Local encounters and the global circulation of knowledge, «Itinerario», 33, 2009, pp. 7-8; S. Schaffer, L. Roberts, K. Raj, J. Delbourgo, The Brokered World, Go-Betweens and Global Intelligence, 1770–1820, Warson Publishing International, Uppsala University Press, 2009.

Appel: L’Italie pour bagage. Migration, circulations et italianité XIXe-XXIe siècles

logo_du_musee_de_lhistoire_de_limmigration-jpeg

Appel à communication – Colloque international
L’Italie pour bagage. Migration, circulations et italianité XIXe-XXIe siècles

Paris, Musée national de l’histoire de l’immigration/ Institut culturel italien
15-17 juin 2017

Délai de soumission des résumés: 20 décembre 2016

L’émigration italienne à travers le monde depuis la fin du XIXe siècle constitue l’un des plus importants mouvements migratoires de l’histoire contemporaine. 26 millions d’Italiens ont quitté la Péninsule des années 1860 aux années 1960. Plus récemment, depuis le début des années 2000, une « nouvelle vague migratoire » d’Italiens plus qualifiés est apparue. Tant en Italie que dans les pays d’accueil, cette migration a donné lieu à une historiographie foisonnante principalement portée sur les conditions de départ et d’accueil comme en témoigne les deux volumes (Partenza et Arrivi) de l’importante Storia dell’emigrazione italiana (Bevilacqua, De Clementi, Franzina, 2002). L’action de l’État italien envers ses « colonies » à l’étranger (Choate, 2008) mais aussi les effets socio-économiques de l’émigration sur les territoires d’origine (Douki, 1996) ont été notamment examinés. L’immigration a souvent été abordée dans une perspective de distinction continentale, entre Europe et Amériques notamment, et nationales. L’attention s’est focalisée sur les modalités d’intégration, parfois dans une dimension comparative, entre New York et Buenos Aires (Baily, 1999) ou entre Paris et New York (Rainhorn, 2005). Les études sur les Littles Italies, étendues au-delà du seul cas américain (Blanc-Chaléard, Bechelloni, Deschamps, Dreyfus, Vial 2007), ont mis l’accent sur la dimension territoriale et sociale permettant notamment d’appréhender des «chaînes migratoires» (MacDonald 1964) fondées sur le double localisme. L’émigration italienne conduit en effet nécessairement à articuler le local, le régional et le national (Franzina, 2014).

Les approches diasporiques (Ramirez, Pozzetta 1992 ; Tomasi 1994 ; Gabaccia 2000) et transnationales (Tirabassi 2005, Waldinger 2006), de même que les travaux sur les retours (Wyman 1996) ont contribué au renouvellement des études en invitant au dépassement du couple émigration/immigration pour favoriser une approche plus globale, hier comme aujourd’hui, attentive à l’ensemble de l’«espace migratoire» (Simon 2008) ou du «territoire circulatoire» (Tarrius 1994), que vient entériner le volume Migrazioni de la Storia d’Italia (Corti, Sanfilippo 2009).

Cette nouvelle approche transnationale et globale des migrations invite ainsi à interroger le paradigme de l’intégration. L’historiographie nord-américaine, influencée par le courant des ethnic studies, s’est efforcée de le dépasser en distinguant l’identité politique de l’identité culturelle, sans pour autant les opposer. Plus généralement le maintien et même le développement de nouvelles formes d’Italianità, conçue de la manière la plus générique comme une manière « d’être ou de sentir italien » (Enciclopedia Treccani), ont été mis en exergue et discuté dans les sciences sociales.

Dans le prolongement de ces travaux, il apparaît utile de poursuivre la réflexion et les échanges en portant attention à l’articulation entre la circulation des Italiens dans le monde et leur rapport à l’Italie dans une perspective plus culturelle que politique.

Dans le cadre de l’exposition Ciao Italia! organisée au Musée national de l’immigration à Paris le colloque international «L’Italie pour bagage. Migration, circulations et italianité XIXe-XXIe siècles» entend réunir des chercheurs issus de différentes disciplines.

Le questionnement portera d’une part sur le maintien, la transformation ou l’affirmation d’une culture italienne dans le processus migratoire ou après celui-ci. La réflexion se positionnera donc par-delà l’intégration ou le settlement, phénomènes qu’il ne s’agira pas de nier mais d’examiner sous un autre angle. En d’autres termes il s’agira d’essayer de comprendre ce que la migration fait à l’italianité : que reste-t-il de la culture, des pratiques, de l’identité (ou des identités) italienne pendant ou au terme voyage? Les allers-retours, les liens de toute nature, matériels ou culturels, avec la famille ou le pays d’origine viennent-ils maintenir, transformer ou renforcer cette part de l’identité des migrants? A travers quelles institutions, quelles structures sociales, grâce à quels supports ces liens se construisent-ils? Comment se transmettent-ils et évoluent-ils dans le temps?

D’autre part, et inversement, il s’agira de s’interroger sur la façon dont la migration interroge l’italianité en Italie : en quoi les comportements des migrants influencent-ils l’histoire nationale italienne, en particulier la construction et la nature d’une citoyenneté dans laquelle il conviendra d’interroger le rôle éventuel du localisme renforcé par les liens entretenus avec les Italiens de l’étranger. Ici aussi la question des vecteurs et des moyens rendant possible ce jeu de miroir entre les Italiens de l’étranger et l’histoire de leur pays d’origine sera posée.

En réunissant dans une même interrogation l’étude des Italiens et des Italiennes, de leurs pratiques et de leurs cultures en Italie et dans leurs destinations d’adoption à l’époque contemporaine et des différences de parcours migratoires des hommes et des femmes, ce colloque entend renforcer une histoire globale et culturelle des migrations italiennes. On s’efforcera, ce faisant, de souligner ses spécificités, ou au contraire ses similitudes, par rapport à d’autres migrations.

Les communications proposées devront s’inscrire dans cette problématique générale et plus spécifiquement dans l’une des thématiques suivantes :

Voyage (s) : on interrogera ici la complexité des voyages des Italiens (allers et retours, voyages multiples, migrations par étape), mais aussi l’entre-deux voyages (attente, transit). On privilégiera une réflexion sur les liens entre la forme, la durée, le rythme du voyage et la question de l’italianité (réseaux, chaînes migratoires, mobilisation de ressources diverses en cas de difficulté)
Bagage (s) : on privilégiera ici une approche matérielle de l’examen du ou des bagages des Italiens, bien que la dimension métaphorique du bagage – ce que l’on emporte avec soi – ne soit pas exclue. On s’interrogera sur le choix des objets ou éléments transportés ; sur les périls liés au transport, au vol ou à la perte des bagages ; ou encore sur l’absence de bagages.
– Papier (s) : papiers d’identités, lettres, archives familiales, presse, récits autobiographiques, argent… le papier ou les papiers sont ici le coeur de l’interrogation en tant que liens entre les migrants et leurs familles, entre migrants à l’étranger, ou en tant que témoignages de la migration à l’intention des générations suivantes.
Mots : dans le même esprit que pour le(s) papier(s) il s’agira à travers une réflexion sur la langue italienne, d’identifier et d’examiner un support de l’italianité. On portera une attention spécifique à la langue, à son évolution, à sa perte en une ou plusieurs générations, ou au contraire aux efforts déployés pour la maintenir. La chanson et la littérature, prenant ou non la migration comme sujet, seront considérées comme des manifestations de la culture italienne contribuant au déploiement d’une culture globale au-delà des frontières nationales.
Geste (s) : le questionnement portera sur les pratiques culturelles relevant de transferts ou d’échanges, d’influences mutuelles, entre la culture d’origine des migrants et celle des sociétés d’accueil. Des exemples pourront être développés pour des domaines aussi divers que l’agriculture, le sport, la religion, la cuisine, les techniques professionnelles, etc.
– Institutions : on s’attachera spécifiquement à interroger le rôle des institutions dans la fabrication, le maintien ou le renforcement d’une italianité dans la migration. Les rôles des consulats, de l’Eglise, d’associations pourront faire l’objet d’une attention spécifique.
Temporalités : des années 1870 à aujourd’hui, la migration italienne a considérablement évolué dans ses rythmes, dans ses destinations, dans ses modalités. Dans quelle mesure ce que l’on appelle italianité s’est-elle transformée au cours de la période? Certaines périodes politiques (Risorgimento, fascisme, années de plomb, Italie Berlusconienne, etc.) ont-elles joué un rôle particulier en la matière? La mémoire de la migration italienne contribue-t-elle aujourd’hui à créer une forme d’italianité spécifique et si oui laquelle? Comment l’italianité est-elle transmise au sein d’une famille, que celle-ci soit restée unie ou au contraire ait été désunie par le processus migratoire? Quel est le rôle du genre dans cette transmission ou dans cette non-transmission?

Les propositions de communication d’un maximum de 1500 signes (espaces compris) sont à envoyer à recherche.immigration@palais-portedoree.fr le 20 décembre 2016 au plus tard, accompagnées d’un court CV présentant leur auteur.
Les communications d’une durée maximale de 20 minutes pourront se faire en français, en anglais ou en italien.

Ardengo Soffici. Intellectuel, écrivain, poète et peintre, entre France, Italie et Russie

Ardengo_Soffici

Cahiers de la Méditerranée n°90, 2015