Edmondo De Amicis. Littérature et société

Transalpina n° 20 : Edmondo De Amicis. Littérature et société
À paraître en Octobre 2017
Textes recueillis par Mariella Colin
2017, 14 x 22, br., 300 p.
ISBN : 978-2-84133-857-3
18€

Edmondo De Amicis (1846-1908) est internationalement connu comme l’auteur de Cuore (1886), un livre pour la jeunesse qui, par la durée de sa lecture, a agi en Italie comme un puissant instrument d’unification nationale. Mais le succès durable de Cuore a fini par éclipser son œuvre, alors qu’il avait été l’écrivain le plus aimé de son temps, et qu’il avait joué un rôle de guide et de médiateur tout au long d’un parcours qui l’avait conduit des batailles du Risorgimento à l’adhésion au parti socialiste. Dans les dernières décennies, son œuvre a été constamment rééditée et revisitée par la critique ; un regain d’intérêt qui trouve une nouvelle confirmation dans ce numéro de Transalpina qui lui est entièrement consacré, dans le but de faire connaître au public français d’aujourd’hui l’un des intellectuels les plus représentatifs d’une époque exemplaire au plan idéologique et politique. Les études ici réunies offrent une vision d’ensemble de l’œuvre de De Amicis, dont elles retracent les étapes fondamentales en éclairant dans tous ses aspects cet écrivain à l’esprit toujours en éveil, qui sut exprimer les idéaux et les valeurs typiques de son temps, mais aussi percevoir mieux que quiconque l’importance des facteurs d’évolution en cours dans la société italienne, comme l’école, l’émigration et les luttes ouvrières.

Télécharger le sommaire

Edmondo De Amicis et la mémoire des batailles du Risorgimento

La mémoire des batailles du Risorgimento est au cœur de la production journalistique et littéraire du jeune De Amicis, qui, contrairement à une opinion largement répandue, au lieu de se faire le chantre de l’armée nationale en donne une vision critique. Dans La vita militare, la défaite de Custoza (1866) est restituée de manière éclatée, mais historiquement exacte, dans trois nouvelles : Quel giorno, Il figlio del reggimento et Partenza e ritorno. Ricordi del 1866. La bataille de Solferino et San Martino (1859) est évoquée lors de l’inauguration de l’ossuaire sur les mêmes lieux – dans l’Album di Solferino e San Martino, puis dans les Ricordi del 1870-71 -, de manière tout aussi véridique et fort éloignée de la version officielle mettant sur un pied d’égalité les deux combats. Un point de vue que De Amicis défendra à nouveau en août 1870, lorsqu’il cherchera à rallier ses compatriotes à la France en guerre contre la Prusse, en leur rappelant le rôle déterminant de l’armée française dans la seconde guerre d’indépendance. Ce n’est que la prise de Rome, à laquelle il assistera en tant que journaliste, qui offrira à l’Italie une issue victorieuse et sans ambiguïté.

Mariella Colin, membre de la SEFRI: « Edmondo De Amicis et la mémoire des batailles du Risorgimento », Rassegna storica del Risorgimento anni 2014-2015-2016, p. 299-322.

Images du soldat au XIXe siècle

Images du soldat au XIXe siècle
Italies n°20, 2016
Stefano Magni, dir.
ISBN: 9791032000892
220 pages.

Résumé:
Ce numéro 20 d’Italies est consacré aux images du soldat italien. Il poursuit l’expérience du numéro 19. Si le premier numéro a été focalisé sur le XXe et XXIe siècles (les guerres mondiales et les récentes missions internationales de l’armée italienne), celui-ci accueille des contributions concernant le XIXe siècle (le Risorgimento et les premières considérations sur la nouvelle armée nationale). L’idée d’aborder le sujet de l’image du soldat italien dans la revue Italies s’insère dans un projet de recherche affirmé et naît de la volonté de créer une collaboration sur ce sujet entre toutes les forces intellectuelles du CAER. En effet, si c’est la vie culturelle qui intéresse les études littéraires, il est aussi vrai que ce sont les faits d’armes qui ont souvent dessiné le visage de la nation italienne et que ces événements ont captivé l’attention des intellectuels : des volontaires garibaldiens aux milices envoyées endiguer le phénomène du brigandage ; des masses de fantassins dans les tranchées aux héros de la Résistance, jusqu’aux missions en Afghanistan.
Ce numéro accueille une vaste réflexion sur le Risorgimento. C’est avec ce moment historique que les intellectuels se confrontent véritablement avec la pensée militaire. Et nombre d’articles nous montrent les différents facettes et auteurs de ce vaste phénomène : Massimo D’Azeglio, Ippolito Nievo, Caterina Percoto, Francesco Faà di Bruno, jusqu’à De Amicis, Pascoli et Carducci.

Sommaire:

Stefano Magni, Pourquoi s’interroger encore sur l’image du soldat italien?
Maria Luisa Pani, « Fuggiro al par del vento, al par del lampo » Parodia della guerra e eroismo nei Paralipomeni di Leopardi
Laura Guidobaldi, Dal pennello alla parola, dalla spada all’azione Il soldato Massimo d’Azeglio
Alessandro Marignani, Figure del soldato in Le Confessioni d’un Italiano di Ippolito Nievo
Anne Demorieux, L’image des soldats dans les écrits de Caterina Percoto ou comment mettre sa plume au service de « la santa causa dei popoli »
Rémy Fuentes, Francesco Faà di Bruno. Portrait d’un soldat à la lumière de sa correspondance
Federico Lenzi, La présence du soldat dans l’opéra italien du xixe siècle
Laura Fournier-Finocchiaro, Mythes et figures du soldat patriote et de la nation armée chez Carducci et Pascoli
Fabrice De Poli, I soldati di Pascoli Tra « nazione armata » ed « esercito permanente »
Luca Bani, « Un’istituzione che io mi proponevo di abbattere » La rappresentazione del soldato e della vita militare in Una nobile follia di Igino Ugo Tarchetti
Marco Caccavo, Carmine Crocco e il brigantaggio meridionale
Mariella Colin, Les soldats et l’armée nationale vus par les livres d’école et la littérature enfantine de l’Italie libérale (1860-1900)

Télécharger le sommaire

Le pacifisme à la veille de la Première Guerre mondiale

pacifismo

Présentation de l’ouvrage “Profeti inascoltati – Il pacifismo alla prova della Grande Guerra”, vendredi 29 avril, à 19 heures

en présence de Fulvio Senardi, directeur de l’ouvrage, Giovanni Capecchi, professeur de littérature italienne de l’Université pour Etrangers de Pérouse et Nicola Guarino (Altritaliani).

Lieu: LA LIBRERIA – 87 rue du Faubourg Poissonnière, 75010 Paris

Issu du colloque qui s’est tenu en 2014 sous les auspices de l’Istituto Giuliano di Storia, Cultura e Documentazione di Trieste e Gorizia, le volume qui vous sera présenté réunit treize contributions de spécialistes italiens et français sous la direction de Fulvio Senardi. Il se propose d’analyser les grandes tendances des mouvements pacifistes européens, vigoureux et actifs à la charnière du XIXe et XXe siècle, mais impuissants à empêcher le déclenchement de la Première guerre mondiale.

Dans sa dense introduction, Senardi synthétise le parcours des deux plus importants mouvements pacifistes européens, celui du libéralisme bourgeois et celui du socialisme d’avant-guerre, à travers les idéaux qui les inspirèrent, les personnalités qui les incarnèrent, les dissensions qui les parcoururent.

Si l’idée d’une “fraternité nationale” unit, lors de l’été 1914, la société bourgeoise et les classes populaires, les failles s’ouvrirent rapidement. Ce fut le «OUI» à la guerre des jeunes gens issus des classes cultivées, qui virent dans le conflit une transgression des valeurs libérales de leur origine à travers le culte de la virilité, une formation morale fondée sur le courage et le sacrifice ou encore l’espoir d’un “sang nouveau” irriguant leur propre “classe anémiée”.

En revanche le «NON» à la guerre des masses populaires fut globalement celui du refus d’une guerre “impérialiste” du capitalisme européen; il fit fond sur l’internationalisme socialiste mais appela faiblement à la désertion de masse et à la grève générale jusqu’à ce que les grandes puissances, par patriotisme nationaliste, votent pour une “guerre juste”. Coexisteront en Italie, une période de neutralité et une poussée interventionniste “démocratique”, s’inscrivant dans l’idée d’un achèvement des guerres du Risorgimento.

Le volume réserve une section aux “raisons de la paix” dans la littérature italienne. Sans que soient oubliés les bellicistes tels que D’Annunzio ou Corradini, les écrits de De Amicis, Carducci, puis de Palazzeschi, Serao, Pascoli, jusqu’aux “scissions” de Svevo, font l’objet d’études sur la “sensibilité” pacifiste des hommes de lettres, plus que sur une croyance ferme et inébranlable. Dictée parfois par l’antimilitarisme courageux d’un Lucini, elle reflète aussi l’irrésolution, voire l’opportunisme de certains écrivains.

Prophètes sans audience, incompris, pourrait-on dire, mais voix témoignant de débats fondamentaux que certains, tel un Jaurès ou une Rosa Luxemburg, payèrent de leur vie. Prophètes «désarmés», aurait dit Machiavel, qui ne purent faire coïncider idéal et action, au sein d’un monde gagné par l’impérialisme du capital industriel ainsi que par la violence nationaliste.

La rencontre se déroulera en italien et s’achèvera sur un verre amical.

Source: Altritaliani.net