Le vie dell’italiano: mercanti, viaggiatori, migranti, cibernauti (e non solo). Percorsi e incroci tra letteratura, lingua, arte e civiltà

XXIII Congresso AIPI (Siena, Settembre 2018)

Le vie dell’italiano: mercanti, viaggiatori, migranti, cibernauti (e non solo)
Percorsi e incroci tra letteratura, lingua, arte e civiltà
Università per Stranieri di Siena, 5 – 8 settembre 2018

Il tema del congresso trae spunto dalla posizione e dalla storia di Siena, tappa importante della via Francigena, crocevia di scambi commerciali, finanziari e culturali eccellenti fin dall’età medievale, meta turistica e di culto, antica sede universitaria e ancora oggi polo di relazioni accademiche internazionali in innumerevoli settori, con le sue due Università (Siena Studi e Siena Stranieri), l’Accademia Musicale Chigiana, il Conservatorio “Rinaldo Franci” e l’Accademia Nazionale del Jazz, il museo del Santa Maria della Scale e dell’Opera del Duomo, la Pinacoteca. Una città oggi lontana dai centri nevralgici del potere e dalle grandi vie di comunicazione, eppure capace da sempre di stringere fitti legami con il resto del mondo, così come lo è la lingua e la cultura italiana. Su queste dinamiche di percorsi e incroci possibili, fra letteratura, lingua, arte e civiltà, fino alle manifestazioni contemporanee dell’accoglienza (turisti, lavoratori stranieri, richiedenti asilo), si propone di riflettere questo convegno, in cui il viaggio, la strada, il cammino (in senso fisico e metaforico) faranno da sfondo per rappresentare alcuni dei tanti aspetti che caratterizzano oggi la specificità dell’insegnamento dell’italiano come seconda lingua in Italia e nel mondo. Gli argomenti che saranno trattati toccheranno quindi, in prospettiva sia diacronica che sincronica, le evocazioni qui suggerite in relazione alle discipline più rilevanti per i professori di italiano in Italia e nel mondo, fra cui ricordiamo la letteratura, la linguistica italiana, la sociolinguistica, la glottodidattica, la linguistica educativa, la scienza delle comunicazioni, la storia dell’arte, l’antropologia culturale.

Coordinamento del Comitato Organizzatore: Pierangela Diadori (Università per Stranieri di Siena)

Comitato Scientifico dell’Università per Stranieri di Siena: Carla Bagna; Daniela Brogi; Pietro Cataldi; Giovanna Frosini; Alessandra Giannotti; Sabrina Machetti; Claudio Pizzorusso; Lucinda Spera; Massimiliano Tabusi; Donatella Troncarelli; Massimo Vedovelli; Andrea Villarini.

INFORMAZIONI SULLE SEZIONI TEMATICHE E CALL FOR PAPERS
www.infoaipi.org

Appel: Entre France et Italie : échanges et réseaux intellectuels au XIXe siècle

Appel à contribution

Entre France et Italie : échanges et réseaux intellectuels au XIXe siècle

Transalpina, n° 21, coordonnée par Mariella Colin, Laura Fournier-Finocchiaro et Silvia Tatti

Présentation

La revue Transalpina, depuis sa fondation dans le cadre de l’équipe de recherche caennaise Identités, Représentations, Échanges (France-Italie), s’est régulièrement intéressée à la problématique de la réception de la littérature italienne en France (Transalpina 1996, 1999, 2005). Dans les volumes précédents, l’attention des chercheurs s’était portée sur la traduction et la vie des productions italiennes dans le contexte français, sur l’histoire de la circulation des textes et des idées de la péninsule dans l’hexagone et sur différentes traces des auteurs italiens de l’autre côté des Alpes. Ces publications, auxquelles il faut ajouter d’autres ouvrages collectifs publiés à Caen et à Paris (Decroisette 1992, Colin 1993, Colin 1995, Dubard-Luglio 2013), ont porté souvent sur un intervalle chronologique large, pour souligner la permanence et les constantes dans les échanges intellectuels entre France et Italie.

Dans le prolongement de ces travaux, il apparaît utile de poursuivre la réflexion et les recherches en portant attention à de nouvelles facettes des relations entre France et Italie, en approfondissant en particulier les réseaux intellectuels qui se mettent en place dans le contexte particulier du XIXe siècle et du Risorgimento. L’Europe du XIXe siècle est marquée par les bouleversements politiques, par la construction et la revendication des identités nationales (Thiesse 1999) ainsi que par des vagues d’exil successives et de plus en plus massives (Aprile 2010, Bistarelli 2011, Isabella 2011). Dans ce contexte, la France a eu un rôle particulier (Révolution française, occupation napoléonienne de l’Europe, participation aux guerres du Risorgimento) qui a modifié ses relations avec sa voisine européenne : modèle ou contre-modèle civilisationnel (Fournier-Habicht 2012), principale terre d’accueil des migrations politiques provoquées par les insurrections et révolutions italiennes (Rao 1992, Tatti 1999, Ponty 2003, Diaz 2014), terrain d’amitiés mais aussi de rivalités intellectuelles et politiques avec sa « sœur latine » (Bertrand-Frétigné-Giacone 2016).

En partenariat avec l’axe de recherche Rivoluzioni Restaurazione Risorgimento Letteratura italiana 1789-1870 de l’Associazione degli Italianisti (ADI), qui a commencé à explorer les écritures privées de l’Ottocento italien, nous souhaitons développer 4 axes de réflexion pour étudier la construction de réseaux de relations entre France et Italie au 19e siècle:

  1. Politique et diplomatie
  2. Presse et édition
  3. Littérature et Arts
  4. Correspondances, journaux intimes, mémoires, autobiographies.

Modalités de soumission

Les propositions d’articles, de 2000 signes maximum, en italien, en français, ou en anglais, sont à envoyer, accompagnées d’une brève présentation de l’auteur, à Mariella Colin (mariella.colin@unicaen.fr), Laura Fournier (fournierparis8@gmail.com) ou Silvia Tatti (silvia.tatti@uniroma1.it) avant le 30 avril 2017.

Les textes devront être remis en janvier 2018.

Bibliographie :

Aprile 2010 : Sylvie Aprile, Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions.

Bertrand-Frétigné-Giacone 2016 : Gilles Bertrand, Jean-Yves Frétigné, Alessandro Giacone, La France et l’Italie. Histoire de deux nations sœurs, de 1660 à nos jours, Paris, Armand Colin.

Bistarelli 2011 : Agostino Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologne, Il Mulino.

Colin 1993 : Traductions et réécritures, Mariella Colin (dir.), Caen, Cahiers de littératures en langues romanes, PUC.

Colin 1995 :  Heurs et malheurs de la littérature italienne en France, Mariella Colin (dir.), Caen, PUC.

Decroisette 1992 : La France et l’Italie. Traductions et échanges culturels, Françoise Decroisette (dir.), Caen, PUC.

Decroisette 1998: Voyage des textes de théâtre Italie-France-Italie, Françoise Decroisette (dir.), Paris, Presses universitaires de Vincennes.

Diaz 2014 : Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle, Paris, Armand Colin.

Dubard-Luglio 2013 : Les rivales latines. Lieux, modalités et figures de la confrontation franco-italienne, Frédérique Dubard de Gaillarbois, Davide Luglio (dir.), Revue des études italiennes, n°59.

Fournier-Habicht 2012 : Gallomanie et gallophobie. Le mythe français en Europe au XIXe siècle, Laura Fournier-Finocchiaro, Isabel Habicht (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Isabella 2011: Maurizio Isabella, Risorgimento in esilio. L’internazionale liberale e l’età delle rivoluzioni, Rome-Bari, Laterza.

Palazzolo 1987: Maria Iolanda Palazzolo, Un editore francese in lingua italiana: Louis Claude Baudry, Studi storici, 1.

Ponty 2003 : Jeanine Ponty, L’Immigration dans les textes : la France 1789-2002, Paris, Belin.

Ramaciotti 1995: Francia e italia nel XVIII secolo : immagini e pregiudizi reciprochi, Valeria Ramaciotti (dir), Alessandria, Edizioni dell’Orso.

Rao 1992 : Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia, Naples, Guida.

Tatti 1999a : Mariasilvia Tatti, Le tempeste della vita. La letteratura degli esuli italiani in Francia nel 1799, Paris, Champion.

Tatti 1999b : Mariasilvia Tatti, « Bohème letteraria italiana a Parigi nell’Ottocento », in Italia e Italie tra Rivoluzione e Restaurazione, M. Tatti (dir.), Rome, Bulzoni, p. 139-160.

Tatti 2013 : Mariasilvia Tatti, « Esuli e letterati. Per una storia culturale dell’esilio risorgimentale », in L’officina letteraria e culturale dell’età mazziniana (1815-1870). Giornate di studio, a cura di Q. Marini, G. Sertoli, S. Verdino, L. Cavaglieri, Novi Ligure, Città del Silenzio, p. 89-100

Tellini 2002: Gino Tellini, Scrivere lettere: tipologie epistolari nell’Ottocento italiano, Roma, Bulzoni.

Thiesse 1999 : Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe s., Paris, Le Seuil.

Transalpina 1996 :  Regards croisés, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°1.

Transalpina 1999 :  Lettres italiennes en France, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°3.

Transalpina 2005 : Lettres italiennes en France II, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°8.

Appel_transalpina_entre-france-et-italieweb

Appel: Viaggiatori. Circolazioni, scambi ed esilio (secoli XII-XX)

viaggiatori

Viaggiatori. Circolazioni, scambi ed esilio (secoli XII-XX)

Call For Papers

Exilés, émigrés, bannis (XIIème-XXème siècle)

[…] Tu lascerai ogne cosa diletta
più caramente; e questo è quello strale
che l’arco de lo essilio pria saetta.
Tu proverai sì come sa di sale
lo pane altrui, e come è duro calle
lo scendere e ‘l salir per l’altrui scale […]
Paradiso XVII, 55-60

Dans ces célèbres vers de la Divine Comédie, Dante rappelle la souffrance et la douleur propres à l’expérience psychologique de l’exil. En effet, l’idée qu’il représente un moment de grande tristesse, d’éloignement, de déracinement et d’isolement pour les hommes et les femmes qui l’ont vécu semble être particulièrement enracinée aussi bien au temps du poète florentin, que dans les époques qui l’ont précédé et suivi.

Pourtant, l’historiographie récente, en réfléchissant sur l’exil aussi bien volontaire que contraint, a privilégié l’analyse d’autres aspects liés à cette expérience, interrogeant l’exil à nouveaux frais. On a cru, par exemple, important d’interpréter l’expulsion, ou bien le départ volontaire de la terre d’origine, comme une opportunité, comme une possibilité de formation, ou encore comme une occasion pour commencer une activité, comme un moyen, enfin, pour lier des relations politiques, économiques, ou scientifiques[1]. De plus, l’attention s’est portée sur les conséquences, en termes de développement et d’amélioration technique et scientifique, de l’exil sur les sociétés qui ont accueilli les émigrés et sur celles de départ.  On a aussi réfléchi sur le poids de l’exil dans la diffusion des connaissances et la circulation des savoirs. On a constaté encore que l’émigration obligée, ou bien volontaire, ont été des moments des formation culturelle, intellectuelle et scientifique. On a considéré, enfin, que l’idée de nation semble aller de pair avec la mobilité politique des hommes en Europe et ailleurs[2].

Le premier numéro de la revue Viaggiatori se veut une nouvelle occasion de discussion sur l’exil en analysant, à propos d’un large arc chronologique (XIIème-XXème siècle), les pratiques administratives, ainsi que juridiques mises en place par les gouvernements et les sociétés qui ont accueilli les exilés. Celles-ci mettent en évidence les relations (politiques, économiques, culturelles, scientifiques) entre la communauté des émigrés et celle d’accueil; elles supposent de réfléchir, enfin, sur les catégories permettantes de désigner et de définir l’exil.

Les propositions d’articles, de 4.400 signes maximum en italien, en français, ou en anglais, sont à envoyer, accompagnées d’une brief curriculum vitæ de l’auteur, à la rédaction de la revue (direzione@viaggiatorijournal.comsegreteriaredazione@viaggiatorijournal.com) avant le 31 janvier 2017. Elles feront l’objet d’une double expertise à l’aveugle.

Les propositions peuvent s’inscrire dans l’un des domaines suivants :

  • Les pratiques administratives et juridiques d’accueil des exilés;
  • Les relations entre les exilés et la société d’accueil;
  • Les catégories d’identification et de définition de l’exil.

[1]    S. Aprile, Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010; A. Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologna, Il Mulino, 2012; D. Diaz, Un asile pour tous les peuples? Exilés, réfugiés et proscrits politiques en France 1813–1852, Paris, Armand Colin, 2014; M. Isabella, Risorgimento in Exile. Italian emigrés and the Liberal International in the Post–Napoleonic Era, Oxford–New York, Oxford University Press, 2009; A. M.Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792–1802), Napoli, Guida, 1992.

[2]    F. Caron, La dynamique de l’innovation. Changement technique et changement social (XVIe-XXe siècle), Paris, Gallimard, 2010; M. Cotte (a cura di), Circulations techniques: en amont de l’innovation, hommes, objets et idées en mouvement, Besançon-Belfort, Presses universitaires de Franche-Comté-UTBM, 2004; R. De Lorenzo, Sistemi patriottici. Tempi e spazi delle identità nazionali, «Meridiana», 2014, pp. 105-130; L. Roberts, Science and Global history 1750-1850. Local encounters and the global circulation of knowledge, «Itinerario», 33, 2009, pp. 7-8; S. Schaffer, L. Roberts, K. Raj, J. Delbourgo, The Brokered World, Go-Betweens and Global Intelligence, 1770–1820, Warson Publishing International, Uppsala University Press, 2009.