La France d’Antonio Gramsci


Colloque international
La France d’Antonio Gramsci
23-24-25 novembre
ENS Lyon

Lieu: Site Descartes
Salles : D8.006 les jeudi 23 novembre et vendredi 24 novembre
D2.034 le samedi 25 novembre

Intervenants:
Francesca Antonini, Giulio Azzolini, Leonardo Casalino, Vincent Charbonnier, Giuseppe Cospito, Romain Descendre, Jean-Yves Frétigné, Antony Crézégut, Yohann Douet, Michele Fiorillo, Gianni Francioni, Fabio Frosini, Natalìa Gaboardi, Jacques Guilhaumou, Giuliano Guzzone, Robert Jackson, Marie Lucas, Jean-Pierre Potier, Giuseppe Vacca, Jean-Claude Zancarini

Organisateurs:
Triangle. Action, discours, pensée politique et économique
Labex COMOD
Fondazione Gramsci
Università di Pavia

Description
Pour contribuer à célébrer en France le quatre-vingtième anniversaire de la mort du grand penseur italien (1891-1937), nous invitons les chercheurs à un travail collectif sur « la France d’Antonio Gramsci », dans le cadre d’un colloque qui se tiendra à Lyon (lieu important pour l’histoire du communisme italien et du rôle qu’y joua Gramsci, puisque s’y tint, en janvier 1926, le 3e congrès du PC d’I).

Comme cela se vérifie également à l’échelle mondiale, le nom de Gramsci est depuis quelques années très présent dans l’espace public français, tant dans les champs politique et journalistique que dans les débats théoriques et les sciences sociales ; on note aussi des travaux français récents sur Gramsci et sa réception en France. En revanche, bien peu a été fait sur la présence de la France dans son œuvre et c’est bien cet aspect que nous entendons traiter.

Le colloque « la France d’Antonio Gramsci » se penchera donc sur la place et la fonction de l’histoire, de la politique et de la culture françaises dans la réflexion de Gramsci. Cette question n’a jusqu’ici pas fait l’objet d’études systématiques. Il est pourtant incontestable que la formation de Gramsci est en large part constituée de culture française et que, tout au long de son œuvre, la France lui sert de point de référence à partir duquel penser la situation italienne. C’est particulièrement vrai dans la mise en évidence du rôle de la politique française – avec l’économie anglaise et la philosophie allemande – comme une des trois sources du marxisme. Au delà de cette première constatation, la présence d’auteurs, événements et thèmes français dans ses textes – au premier rang desquels les Cahiers de prison – est particulièrement forte et bien connue de la critique. Il s’agira donc d’examiner certains de ses concepts les plus importants (jacobinisme, national-populaire…), certaines de ses thématiques historiques (les Lumières, la Révolution française, les rapports ville-campagne…), politiques (syndicalisme révolutionnaire, Maurras et l’Action française…) et culturelles (culture française, intellectuels français…) en les mettant en résonance avec sa réflexion d’ensemble et le rythme de sa pensée. Gramsci pense la France, son histoire et sa culture, mais son intention vise bien au-delà !

Ce colloque se tiendra malheureusement en l’absence d’André Tosel, qui fit tant pour la diffusion de l’œuvre de Gramsci en France. André avait chaleureusement soutenu l’idée d’organiser à Lyon un événement commémorant le penseur italien et il devait bien sûr faire partie de son conseil scientifique. Sa générosité et son enthousiasme nous manqueront autant que sa science. Un hommage lui sera rendu pendant le colloque.

Conseil scientifique: Giuseppe Cospito (Università di Pavia), Romain Descendre (ENS de Lyon), Gianni Francioni (Università di Pavia), Fabio Frosini (Università di Urbino), Pierre Girard (Université Lyon 3), Guido Liguori (Università della Calabria), Giuseppe Vacca (Fondazione Gramsci), Jean-Claude Zancarini (ENS de Lyon)

Entrée libre

Contacts:
Romain Descendre Mail: romain.descendre@ens-lyon.fr
Jean-Claude Zancarini Mail: jean-claude.zancarini@ens-lyon.fr

Voir programme

Rencontre à la Librairie Pedone autour de la biographie de Gramsci le mercredi 15 novembre

RENCONTRE

Mercredi 15 Novembre

dédicace à partir de 18 h
Présentation à 18h45 par Jean-Yves Frétigné
de son ouvrage
Antonio Gramsci vivre, c’est résister
avec Madame la professeure Marie-Anne Matard-Bonucci

Librairie Pedone – 13 rue Soufflot – 75005 Paris

Jean-Yves Frétigné nous fait découvrir un géant qui, contre Mussolini et Staline, défend un engagement au service d’un projet de renouveau politique adapté aux sociétés occidentales. En condamnant le fascisme et le communisme réel, sa pensée constitue, hier comme aujourd’hui, un remède et un antidote aux dérives et aux dévoiements de l’idéal révolutionnaire.

Marie-Anne Matard-Bonucci, professeure d’histoire contemporaine, qui avec Jean-Yves Frétigné a été membre de l’Ecole française de Rome, introduira la discussion.

affiche-Gramsci

Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister

Nouvelles biographies historiques
Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister
Jean-Yves Frétigné
Paris, Armand Colin, septembre 2017
320 pages, 24.90 €

Présentation
Très fréquemment cité, Gramsci est pourtant une des figures intellectuelles et politiques majeures du siècle dernier dont la vie est très peu connue. Contre la présentation d’un Gramsci désincarné ou célébré en héros et martyr du communisme, cet ouvrage entend restituer l’homme en chair et en os, en montrant les étapes successives de son existence de sa Sardaigne natale à la prison fasciste, en passant par ses années estudiantines à Turin et son accession à la direction du Parti communiste d’Italie. Trop souvent réduite à quelques formules incantatoires, sa pensée, désormais considérée comme faisant partie du patrimoine classique des doctrines politiques du XXe siècle, trouve, en effet, sa véritable signification et sa modernité dans le contexte dans lequel elle se déploie.
Dans cette première biographie en français, Jean-Yves Frétigné nous fait découvrir un géant qui, contre Mussolini et Staline, défend un engagement au service d’un projet de renouveau politique adapté aux sociétés occidentales. En condamnant le fascisme et le communisme réel, sa pensée constitue, hier comme aujourd’hui, un remède et un antidote aux dérives et aux dévoiements de l’idéal révolutionnaire.