Appel: Viaggiatori. Circolazioni, scambi ed esilio (secoli XII-XX)

viaggiatori

Viaggiatori. Circolazioni, scambi ed esilio (secoli XII-XX)

Call For Papers

Exilés, émigrés, bannis (XIIème-XXème siècle)

[…] Tu lascerai ogne cosa diletta
più caramente; e questo è quello strale
che l’arco de lo essilio pria saetta.
Tu proverai sì come sa di sale
lo pane altrui, e come è duro calle
lo scendere e ‘l salir per l’altrui scale […]
Paradiso XVII, 55-60

Dans ces célèbres vers de la Divine Comédie, Dante rappelle la souffrance et la douleur propres à l’expérience psychologique de l’exil. En effet, l’idée qu’il représente un moment de grande tristesse, d’éloignement, de déracinement et d’isolement pour les hommes et les femmes qui l’ont vécu semble être particulièrement enracinée aussi bien au temps du poète florentin, que dans les époques qui l’ont précédé et suivi.

Pourtant, l’historiographie récente, en réfléchissant sur l’exil aussi bien volontaire que contraint, a privilégié l’analyse d’autres aspects liés à cette expérience, interrogeant l’exil à nouveaux frais. On a cru, par exemple, important d’interpréter l’expulsion, ou bien le départ volontaire de la terre d’origine, comme une opportunité, comme une possibilité de formation, ou encore comme une occasion pour commencer une activité, comme un moyen, enfin, pour lier des relations politiques, économiques, ou scientifiques[1]. De plus, l’attention s’est portée sur les conséquences, en termes de développement et d’amélioration technique et scientifique, de l’exil sur les sociétés qui ont accueilli les émigrés et sur celles de départ.  On a aussi réfléchi sur le poids de l’exil dans la diffusion des connaissances et la circulation des savoirs. On a constaté encore que l’émigration obligée, ou bien volontaire, ont été des moments des formation culturelle, intellectuelle et scientifique. On a considéré, enfin, que l’idée de nation semble aller de pair avec la mobilité politique des hommes en Europe et ailleurs[2].

Le premier numéro de la revue Viaggiatori se veut une nouvelle occasion de discussion sur l’exil en analysant, à propos d’un large arc chronologique (XIIème-XXème siècle), les pratiques administratives, ainsi que juridiques mises en place par les gouvernements et les sociétés qui ont accueilli les exilés. Celles-ci mettent en évidence les relations (politiques, économiques, culturelles, scientifiques) entre la communauté des émigrés et celle d’accueil; elles supposent de réfléchir, enfin, sur les catégories permettantes de désigner et de définir l’exil.

Les propositions d’articles, de 4.400 signes maximum en italien, en français, ou en anglais, sont à envoyer, accompagnées d’une brief curriculum vitæ de l’auteur, à la rédaction de la revue (direzione@viaggiatorijournal.comsegreteriaredazione@viaggiatorijournal.com) avant le 31 janvier 2017. Elles feront l’objet d’une double expertise à l’aveugle.

Les propositions peuvent s’inscrire dans l’un des domaines suivants :

  • Les pratiques administratives et juridiques d’accueil des exilés;
  • Les relations entre les exilés et la société d’accueil;
  • Les catégories d’identification et de définition de l’exil.

[1]    S. Aprile, Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010; A. Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologna, Il Mulino, 2012; D. Diaz, Un asile pour tous les peuples? Exilés, réfugiés et proscrits politiques en France 1813–1852, Paris, Armand Colin, 2014; M. Isabella, Risorgimento in Exile. Italian emigrés and the Liberal International in the Post–Napoleonic Era, Oxford–New York, Oxford University Press, 2009; A. M.Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792–1802), Napoli, Guida, 1992.

[2]    F. Caron, La dynamique de l’innovation. Changement technique et changement social (XVIe-XXe siècle), Paris, Gallimard, 2010; M. Cotte (a cura di), Circulations techniques: en amont de l’innovation, hommes, objets et idées en mouvement, Besançon-Belfort, Presses universitaires de Franche-Comté-UTBM, 2004; R. De Lorenzo, Sistemi patriottici. Tempi e spazi delle identità nazionali, «Meridiana», 2014, pp. 105-130; L. Roberts, Science and Global history 1750-1850. Local encounters and the global circulation of knowledge, «Itinerario», 33, 2009, pp. 7-8; S. Schaffer, L. Roberts, K. Raj, J. Delbourgo, The Brokered World, Go-Betweens and Global Intelligence, 1770–1820, Warson Publishing International, Uppsala University Press, 2009.

Hubert Heyriès: Italia 1866. Storia di una guerra perduta e vinta

heyries_italia1866

Hubert Heyriès
Italia 1866. Storia di una guerra perduta e vinta
Traduit par M. Biasetti
Il Mulino, Biblioteca storica
2016

Dichiarata all’Austria da Vittorio Emanuele II il 20 giugno 1866 e conclusa il 3 ottobre con la pace di Vienna, la terza guerra d’indipendenza è stata a lungo sostanzialmente identificata con due sconfitte: quella di terra a Custoza il 24 giugno, e quella sul mare a Lissa il 20 luglio, appena temperate dall’effimero successo di Garibaldi a Bezzecca. Ciò ha relegato in secondo piano il fatto che con l’acquisizione del Veneto essa costituì una tappa fondamentale del processo di unificazione. Una guerra insomma al tempo stesso « perduta e vinta », che il libro affronta sotto una luce nuova, riportando al centro lo svolgimento concreto della campagna militare e l’esperienza dei soldati che la combatterono.