Le pacifisme à la veille de la Première Guerre mondiale

pacifismo

Présentation de l’ouvrage “Profeti inascoltati – Il pacifismo alla prova della Grande Guerra”, vendredi 29 avril, à 19 heures

en présence de Fulvio Senardi, directeur de l’ouvrage, Giovanni Capecchi, professeur de littérature italienne de l’Université pour Etrangers de Pérouse et Nicola Guarino (Altritaliani).

Lieu: LA LIBRERIA – 87 rue du Faubourg Poissonnière, 75010 Paris

Issu du colloque qui s’est tenu en 2014 sous les auspices de l’Istituto Giuliano di Storia, Cultura e Documentazione di Trieste e Gorizia, le volume qui vous sera présenté réunit treize contributions de spécialistes italiens et français sous la direction de Fulvio Senardi. Il se propose d’analyser les grandes tendances des mouvements pacifistes européens, vigoureux et actifs à la charnière du XIXe et XXe siècle, mais impuissants à empêcher le déclenchement de la Première guerre mondiale.

Dans sa dense introduction, Senardi synthétise le parcours des deux plus importants mouvements pacifistes européens, celui du libéralisme bourgeois et celui du socialisme d’avant-guerre, à travers les idéaux qui les inspirèrent, les personnalités qui les incarnèrent, les dissensions qui les parcoururent.

Si l’idée d’une “fraternité nationale” unit, lors de l’été 1914, la société bourgeoise et les classes populaires, les failles s’ouvrirent rapidement. Ce fut le «OUI» à la guerre des jeunes gens issus des classes cultivées, qui virent dans le conflit une transgression des valeurs libérales de leur origine à travers le culte de la virilité, une formation morale fondée sur le courage et le sacrifice ou encore l’espoir d’un “sang nouveau” irriguant leur propre “classe anémiée”.

En revanche le «NON» à la guerre des masses populaires fut globalement celui du refus d’une guerre “impérialiste” du capitalisme européen; il fit fond sur l’internationalisme socialiste mais appela faiblement à la désertion de masse et à la grève générale jusqu’à ce que les grandes puissances, par patriotisme nationaliste, votent pour une “guerre juste”. Coexisteront en Italie, une période de neutralité et une poussée interventionniste “démocratique”, s’inscrivant dans l’idée d’un achèvement des guerres du Risorgimento.

Le volume réserve une section aux “raisons de la paix” dans la littérature italienne. Sans que soient oubliés les bellicistes tels que D’Annunzio ou Corradini, les écrits de De Amicis, Carducci, puis de Palazzeschi, Serao, Pascoli, jusqu’aux “scissions” de Svevo, font l’objet d’études sur la “sensibilité” pacifiste des hommes de lettres, plus que sur une croyance ferme et inébranlable. Dictée parfois par l’antimilitarisme courageux d’un Lucini, elle reflète aussi l’irrésolution, voire l’opportunisme de certains écrivains.

Prophètes sans audience, incompris, pourrait-on dire, mais voix témoignant de débats fondamentaux que certains, tel un Jaurès ou une Rosa Luxemburg, payèrent de leur vie. Prophètes «désarmés», aurait dit Machiavel, qui ne purent faire coïncider idéal et action, au sein d’un monde gagné par l’impérialisme du capital industriel ainsi que par la violence nationaliste.

La rencontre se déroulera en italien et s’achèvera sur un verre amical.

Source: Altritaliani.net

Ardengo Soffici. Intellectuel, écrivain, poète et peintre, entre France, Italie et Russie

Ardengo_Soffici

Cahiers de la Méditerranée n°90, 2015

Présence italienne en Algérie

Présence italienne et niçoise (de langue italienne) dans Labyrinthe algérien, Passé masqué, Passé retrouvé de Maurice Mauviel.

Pour une grande part, au-delà d’une expérience fondatrice de l’auteur dans le Sersou steppique algérien, l’intention profonde qui a guidé l’auteur était de prolonger le projet qui anima Albert Camus dans son dernier ouvrage, Le premier homme, inachevé car interrompu par une mort brutale en janvier 1960. Il désirait arracher à l’oubli les muets de l’Histoire , souvent des humbles. Parmi ceux-ci on trouve très tôt de nombreux Italiens. Dès 1847, la baronne Speranza Schwartz, qui deviendra la grande amie de Giuseppe Garibaldi rencontra, lors d’une hardie chevauchée entre Guelma et Bône ‘ Annaba) un pauvre Toscan qu’elle présente ainsi dans un livre peu connu :

À ce moment un homme à la fierté toute militaire, dont les principes révolutionnaires se trahissaient à son apparence de Sans-culotte, prit mon cheval par la bride pour me faire traverser en toute sécurité le fort courant. Qui êtes-vous, mon ami ? demandai-je en français à cette obligeante personne, après qu’elle eût aidé mon cheval à traverser l’eau en prenant des risques. « Sono un povero colone », me répondit-il en pur toscan, « un povero cantiniere, abito una capanuccia vicino all’osteria del Ruisseau d’or » . Il poursuivit en me disant que des affaires exigeaient qu’il aille à Bona. Il supposait que nos Seigneuries lui permettraient de voyager avec elles « Giacchè questi stradaccie non essendo troppo sicure, si fanno tali .Je n’aurais pas été étonnée de rencontrer de nombreux Espagnols, Allemands, Polonais ou Hongrois à Bône. Mais, pénétrée comme je l’étais d’une grande prédilection pour tout ce qui touche l’Italie, de voir ce pauvre exilé me toucha profondément. Je lui exprimai mon étonnement : comment avait-il pu avoir le cœur d’échanger le jardin de l’Europe pour ces tristes steppes de l’Afrique?

[Elpis Melena (Speranza Von Schwartz), Leaves from a Lady’s Diary of her Travels in Barbary, Londres, Henri Colburn, 1850, vol. 2, pp. 12-13.]

Pensons à ces petits groupes de travailleurs exilés dans les villages du Constantinois peu après l’époque où un povero colone de Toscane vivait dans une misérable cabane près du Ruisseau d’or en 1847. Albert Lentin, jeune Français vivant seul enfant européen dans le village d’El-Hassi non loin de Sétif et communiquant uniquement en langue arabe avec les habitants, a croqué sur le vif, dans ses souvenirs, la vie quotidienne d’ouvriers italiens travaillant pour la puissante Compagnie capitaliste Genevoise à qui fut attribuée sous le Second Empire un immense domaine sur lequel elle régnait durement. Bien souvent leur conditions d’existence n’étaient pas très éloignée de celles de la population locale. En 1898 plusieurs dizaines d’ouvriers, en majorité italiens, assuraient un certain nombre de tâches dans l’Empire de la Compagnie genevoise. Bruno, le Piémontais, bohème ascétique, était tour à tour maçon, jardinier et apiculteur. Carlo (« le père Charles ») travaillait depuis quarante ans dans l’une des fermes de la Compagnie ainsi que son compatriote Casinelli. Le bon père Bruno entretenait des relations amicales avec la population musulmane du village . Albert Lentin , dans des souvenirs, rappelle qu’ à l’issue d’un modeste repas de polenta et de pâtes, Bruno , qui avait un grand cœur, conservait une part pour les enfants les plus pauvres d’El-Hassi.

Le Diario algérien de Giuseppe Bottai accorde une place importante aux soldats italiens qui avaient été capturés en Sicile par les troupes américaines. Les témoignages des captifs sont rares, on sait que Vittorio Sereni attendit vingt ans pour informer ses lecteurs qu’il avait été capturé vers treize heures trente le 24 juillet 1943 à Paeco près de Trapani, la veille de l’écroulement du régime. Le 25 juillet et le 8 septembre ( le jour de la morte della Patria) ont pesé sur les esprits et probablement suscité l’autocensure des prisonniers qui pouvaient narrer leur infortune. Si Giuseppe Bottai et Vittorio Sereni ont évoqué la silhouette, les gestes et les souffrance de certains prisonniers, nous sommes réduits imaginer la vie que des centaines d’autres captifs ont connue. Notamment les centaines d’entre eux qui ont construit ce qu’on appelait la « rocade sud », route reliant, d’Est en Ouest, les villes des Hauts-Plateaux. On imagine la vie très difficile qu’ont connue ces hommes, retenus dans des camps entourés de barbelés comme ceux qu’a décrits Vittorio Sereni en Oranie. Les chaleurs excessives en plus.

En Algérie Giuseppe Bottai s’est entretenu dans un train avec deux prisonniers un Napolitain et un gars des Marches qui venaient d’être libérés après de longues épreuves et une détention difficile. Bottai évoque également deux prisonniers italiens, Pasquale et Bruno travaillant comme des esclaves dans une ferme des Boers d’Afrique du Sud.
Bottai s’attarde également sur les légionnaires de divers pays dont les Italiens. Les pages qu’il consacre à deux amis proches, Gottardo et le Calabrais Pelaja sont croquées sur le vif et mettent en relief les conséquences d’une longue acculturation sur leur personnalité et leur langue originelle. L’un d’eux, en dépit de ses efforts, ne peut plus trouver un mot d’italien après les nombreuses années passées à la Légion. Ses camarades de chambrée, au grand étonnement de Bottai, lui assurent qu’il utilise son ancien idiome, la nuit, lorsqu’il sommeille et rêve à voix haute.
Le dernier fragments d’Algeria, Carnet d’Algérie, s’intitule Male del Reticolato, avec la mention « 1945 » ; le Mal des barbelés dans les camps, lieux d’exil et d’attente où les prisonniers foulaient chaque jour quelques mètres carrés, imprègne le texte qui a probablement été remanié ou complété ultérieurement.
Vittorio Sereni écrit :

Già un male si è insinuato in questi versi. Lo chiamerò male del reticolato, seppure non sia il caso di riccorrere a un termine che vada o venga oltre o da oltre il filo spinato.

[Gli strumenti umani et Diario d’Algeria (Arnaldo Mondadori, Milan, 1986) sont disponibles en version bilingue, Les instruments humains précédé de Journal d’Algérie, traduit de l’italien par Philippe Renard et Bernard Simeone, Préface de Bernard Simone , Postface de Philippe Renard, Verdier, Collection « Terra d’altri », 1986. Il semble que ce livre ne soit guère connu des historiens de l’Algérie.]

La réédition de Gli immediati dintorni dans Vittorio Sereni : Poesie e Prose (Mondadori, 2013) permet de voir quels sont les petits textes en prose écrits par Sereni sur l’Algérie. Taccuino d’Algeria (1944), édité par Via del Vento en 2000 reprend ceux qui ont été édités dans Gli immediati dintorni et en ajoute cinq. Le Taccuino reprend également Male del Reticolato (il s’agit bien sûr des barbelés des camps d’internement d’Algérie (et du Maroc).

La préface de Pier Vincenzo Mengaldi au gros recueil Poesie e Prose (2013) permet de mieux comprendre que Vittorio Sereni a difficilement fait un retour sur sa vie dans les camps d’Algérie, il lui a fallu une vingtaine d’années pour l’évoquer partiellement. Taccuino d’Algeria est paru après sa disparition. Ce qui explique le caractère incisif, allusif et hermétique de Diario d’Algeria et d’autres poèmes. Observons qu’il en a été de même pour le Diario 1944-1948 (Journal d’Algérie) de Giuseppe Bottai qu’i n’a pas désiré faire paraître de son vivant.

La moyenne statistique des prisonniers italiens en Afrique du Nord entre juin et novembre 1944 s’établit comme suit : 16170 détenus par les Anglais, 56000 par les Américains et 4300 par les Français. Nous ne possédons pas d’études sur eux, ce qui rend les témoignages de Giuseppe Bottai et de Vittorio Sereni très précieux.

Les Scene della vita militare in Algeria d’Aristide Calani ont été largement exploitées dans mon livre pour diverses raisons. Tout d’abord c’est un récit totalement oublié et d’un accès difficile (nous avons utilisé l’édition de 1856, Napoli, Stabilimento Tipografico.) Le Piémontais Aristide Calani fut, un temps le protecteur de Giuseppe Beghelli, auteur de Grimaldi-Lascaris ed I bastardi di Casa Savoia, Turin, 1872.) Pour ce qui est de l’Algérie nous pensons que le jeune auteur natif de Briga (La Brigue, Alpes-Maritimes) a été influencé par le récit de son protecteur de Turin. D’autre part, contrairement à ce qu’on pourrait croire au premier abord, Aristide Calani dans Scene della vita militare in Algeria fait preuve d’un sens de l’observation ethnographique aigu. L’idylle entre un ancien captif sarde (capturé avant 1830) et une Algérienne ne semble pas relever de la seule fiction, un certain nombre d’éléments attestent d’un solide fond de vérité.

Œuvres de Niçois de langue italienne dans Labyrinthe algérien, Passé masqué, Passé retrouvé

Avant l’annexion de 1860 et encore un peu après, tant que la littérature de langue italienne a survécu au rouleau compresseur de la francisation. Dès la rentrée scolaire d’octobre 1860 l’enseignement de la langue italienne fut supprimé dans l’enseignement public et les collégiens qui suivaient un cursus italien dominant durent s’exiler à Cuneo, San Remo, Turin… pour achever leurs études secondaires. Ce fut le cas de Giuseppe Beghelli que ses parents envoyèrent au collège de Cuneo.

Nous avons retenu des poètes, historiens et romanciers chez lesquels la fascination de l’Orient est souvent mise en scène. Les Niçois de naguère étaient de grands voyageurs, d’autre part, avant 1860, le souvenir des expéditions barbaresques était très vivant dans la mémoire collective (comme la correspondance de Garibaldi le montre en ses dernières années).

I Provenzali a Nizza (Nice, 1852) de Francesco Trucchi accorde un large place au Moyen Orient ainsi qu’au Maghreb et aux déserts. Dès 1844, dans la Strenna nicese (Nice, Tipografia dei Fratelli Panis), l’auteur de Dei primi scopritori del nuovo mondo (Florence, 1842) écrivait L’Urri del Paradiso (Lirica da un Romanzo Orientale), pp. 37-41.

L’agent secret de Mazzini, le Niçois Henri( Enrico) Sappia fit paraître à Londres, en 1871, dans la « Gazzetta Italiana di Londra », dont il était le rédacteur, sous le pseudonyme de A. Pietri, un roman intitulé La Fioraia d’Holborn. On y découvre un conspirateur républicain italien qui trouve refuge dans une tribu algérienne jalouse de sa liberté. Dans la « Gazzetta italiana di Londra » Sappia suivait de près la politique française en Algérie et la répression des soulèvements (c’est en 1871 que celui du célèbre insurgé El-Mokrani fut écrasé).

Dans Grimaldi-Lascaris ed i Bastardi di Casa Savoia de Giuseppe Beghelli (Turin, 1872) on trouve de nombreuses allusions aux incursions des Barbaresques dans les Alpes-Maritimes et une pochade burlesque sur la fuite du duc de Savoie, sur la plage de Villefranche-sur-Mer, devant une poignée d’Algériens conduits par des corsaires sardes.

En 1865, Beghelli, âgé seulement de 18 ans, écrivit dans le périodique « Il BuonUmore » de Turin (dont il deviendra très vite le rédacteur) une charge contre la politique répressive menée en Algérie contre les autochtones.

Quelques années plus tard, Enrico Sappia écrira dans la « Gazzetta italiana di Londra », le 13 octobre 1871 :

Il Gaulois ( quotidien parisien) di ieri ha la sfrontezza di rendere responsabile dell’asilio che il Bey di Tunisia vienne accordato ai Capi rebelli del’ultima insurrezione algerina.

D’autres Niçois ont également écrit sur l’Orient. Notamment Gian Battista Bottero, futur député de Nice au Parlement subalpin. Très opposé à l’annexion de Nice à la France il s’exilera à Turin après 1860 où il fondra « La Gazzetta del Popolo ». À peine âgé de 22 ans il écrivit et publia à Nice, en 1844, dans le premier numéro de la « Strenna Nicese » un long poème intitulé Matilde (sous titré Leggenda). Le jeune poète y rêve d’amours orientaux.

Il faudrait faire une place particulière au fils de pauvres émigrés siciliens, Mario Scalesi, né à Tunis en 1892. Comme il a fréquenté l’école française dans cette ville son recueil de Poèmes d’un maudit est écrit en langue française. Estropié très jeune, il mourut à trente ans dans un asile à Palerme. Il adorait sa mère usée par les travaux et n’osait exprimer ses sentiments, un peu comme le jeune Albert Camus à Belcourt, le faubourg populaire d’Alger.

[Les Poèmes d’un Maudit suivis de Poèmes d’Orient et Poèmes de guerre et divers, textes recueillis et annotés par Abderrazak Bannour, Université de Tunis, 1996 présentation d’Yvonne Fracassetti Brondino (première édition, 1923, puis 1930 et 1935).]

Source: Maurice Mauviel (avril 2016)

Nice et l’Italie ou les singulières conséquences de l’amnésie historique qui a suivi l’annexion du 24 mars 1860

bres

Giuseppe Bres en 1920, quatre ans avant sa disparition. Ses savants travaux, trop peu connus, sont tous écrits en langue italienne.

Textes oubliés, rares ou refoulés recueillis par Maurice Mauviel
Douvres la Délivrande (Normandie), avril 2016

Nous regroupons quelques écrits et témoignages tombés dans l’oubli. Pis, nombre d’entre eux ont été volontairement ignorés ou longtemps dissimulés voire détruits afin d’effacer un passé qui démentait la version officielle de l’histoire.

Télécharger le Document intégral