Musique italienne et sciences médicales au XIXe siècle


Laboratoire italien n°20/2017

Musique italienne et sciences médicales au XIXe siècle
Sous la direction de Céline FRIGAU MANNING

Comment comprendre l’attention que les sciences médicales du XIXe siècle accordent à la musique italienne, et à certaines de ses figures emblématiques en particulier ? En quoi s’intéressent-elles moins aux œuvres qu’au phénomène musical en soi, et à son action sur les corps et l’imagination ? Comment la musique italienne nourrit-elle des approches médicales originales ou s’en empare-t-elle ? Ce sont là quelques-unes des interrogations abordées par ce dossier, qui s’engage ainsi sur un terrain peu exploré, tant par l’histoire de la médecine que par l’histoire de la musique, en proposant un parcours en trois sections. La première, intitulée « Soigner par la musique », se penche sur les expériences thérapeutiques menées à Aversa et à Palerme dans la première moitié du siècle. La seconde, « Anatomies de la voix », se concentre sur le corps du chanteur, entre virtuosité et savoirs médicaux. La troisième revient sur la question du génie musical tel qu’elle se trouve médicalisée par le regard de phrénologues ou de Cesare Lombroso.

DOSSIER
Céline FRIGAU MANNING: Peuple d’Italie, « peuple musical » : une question médicale au XIXe siècle [Texte intégral]

I. Soigner par la musique. D’une physiologie des passions aux expérimentations thérapeutiques
Carmel RAZ: Music, theater, and the moral treatment: the Casa dei Matti in Aversa and Palermo [Texte intégral]

II. Anatomies de la voix. Le corps du chanteur entre virtuosité et savoirs médicaux
Sarah HIBBERD: “La Voix humaine”: dissecting Luigi Lablache [Texte intégral]
Marco BEGHELLI: Un’occasione perduta: lo studio anatomico e fisiologico dei musici castrati [Texte intégral]

III. Le génie médicalisé. Penser l’exceptionnalité du compositeur
Simone BARAL: Un’«armonica e magnifica fronte». La persistenza della frenologia nei discorsi medici italiani intorno al genio musicale [Texte intégral]
Jean-Christophe COFFIN: L’exploration du musicien italien à la fin du XIXe siècle : entre médicalisation et paradoxe [Texte intégral]
Pierangelo GENTILE: L’anomalia Verdi, ovvero la resa del professore: il pensiero di Cesare Lombroso sulla musica [Texte intégral]

TEXTES ET DOCUMENTS
Céline FRIGAU MANNING: « Cette femme éminente a touché l’âme universelle ». Une théorie médicale du talent de l’actrice-chanteuse dans La Pasta nell’Otello de Luigi Morando De Rizzoni (Vérone, Crescini, 1830) [Texte intégral]

Une religion politique. Les usages des martyrs révolutionnaires dans le Royaume des Deux-Siciles (années 1820 – années 1850)


Nous vous signalons, dans le dernier numéro de la Revue d’histoire moderne et contemporaine
2017/1 (n° 64-1)
l’article de:

Pierre-Marie Delpu: Une religion politique. Les usages des martyrs révolutionnaires dans le royaume des Deux-Siciles (années 1820-années 1850)
L’article s’intéresse aux usages politiques des martyrs libéraux et révolutionnaires dans le royaume des Deux-Siciles au début du XIXe siècle. Il cherche à montrer comment l’âge romantique a vu s’affirmer une culture des martyrs dans l’opposition libérale aux Bourbons, fondée sur le souvenir de la révolution manquée de 1799, puis enrichie dans les années 1840 des victimes de la répression des révolutions successives qu’a connues le royaume. Comme l’illustre le cas des provinces calabraises autour du « moment 1848 », la mémoire des martyrs a été à la fois l’un des supports privilégiés des identités locales et l’un des instruments principaux de la politisation du peuple à l’échelle locale, cristallisant des identités politiques très souvent imprécises. Cet aspect identitaire se maintient au début des années 1850, pendant que beaucoup de libéraux sont en exil dans le royaume de Piémont : alors que les martyrs deviennent des pères fondateurs de l’Italie en formation, ils servent surtout à illustrer la supériorité et le primat des Méridionaux dans le mouvement national italien.
Pages 7-31

Federico De Roberto e il Giornale illustrato dei viaggi e delle avventure di terra e di mare


Nous vous signalons, dans le dernier numéro de la revue Studi sul Settecento e l’Ottocento. Rivista internazionale di italianistica (Volume XII, Fabrizio Serra editore, Pisa – Roma, 2017),
l’article de

MICHELA TOPPANO, Federico De Roberto e il « Giornale illustrato dei viaggi e delle avventure di terra e di mare »
Il saggio analizza e riproduce sette articoli di carattere storico-geografico di Federico De Roberto apparsi sulla rivista fondata da Edoardo Sonzogno nel 1878, « Giornale illustrato dei viaggi e delle avventure di terra e di mare », e, a detta dell’A., ‘sfuggiti sinora a tutti gli studiosi derobertiani’. Gli scritti sono, secondo la Toppano, fonti dirette di eventi del tempo quali l’imperialismo e lo sviluppo scientifico-tecnologico e tasselli indispensabili per ricostruire, sul fronte teorico-ideologico, il puzzle ampio e variegato della produzione dell’autore: ‘Questi articoli […] permettono di seguire le modalità della formazione culturale giovanile di De Roberto. Riflettono preoccupazioni e interessi personali dell’autore siciliano, ma anche, più largamente, i dibattiti e le curiosità della società del tempo. Infine, permettono di valutare il contributo derobertiano alla costruzione di un discorso di stampo squisitamente positivistico che esprime una certa fiducia nel progresso tecnologico e commerciale, nelle possibilità di espansione della civiltà occidentale e nella sua capacità di dominare e addomesticare la ‘sauvagerie’ (del mondo naturale e di quello umano)’.
Pag. 37-61

Niccolò Tommaseo: Canti greci


Niccolò Tommaseo
I canti greci
a cura di Elena Maiolini
Milano, Guanda, 2017

Descrizione
Ammirati da Pier Paolo Pasolini come una delle più belle opere della letteratura italiana del pieno Ottocento e amati senza riserve da poeti come Giovanni Pascoli e Gabriele d’Annunzio, i Canti Greci di Niccolò Tommaseo intesero esprimere la freschezza della poesia autenticamente popolare, perseguendo un progetto culturale che fu senza dubbio uno dei più intensamente romantici della nostra letteratura. Lo scrittore dalmata compose un libro che ordinava e riorganizzava in quattro ampie parti (l’Amore, la famiglia, la Morte, Dio) la raccolta di « Chants populaires de la Grèce moderne » pubblicata a Parigi da Claude Fauriel nel 1824-1825, arricchendola però di nuovi canti e di traduzioni straordinariamente suggestive, in cui la cultura raffinata si incontra e si fonde con i versi della tradizione. La presente edizione, corredata dal puntuale commento di Elena Maiolini e da un ricco apparato di indici, riproduce fedelmente l’unica curata da Tommaseo, pubblicata a Venezia nel 1842 quale terzo volume dei « Canti popolari toscani corsi illirici greci ». Ripercorrendo e sottolineando i contorni di un’irripetibile combinazione di tradizioni linguistiche e culturali dell’Europa mediterranea, i Canti popolari di Tommaseo si presentano dunque come la migliore e più completa risposta del loro autore al programma letterario e civile annunciato l’anno precedente, con la pubblicazione delle Scintille: ravvivare una cultura stanca e sazia, promuovendo la conoscenza affettuosa dei popoli mediterranei attraverso un riconoscimento reciproco e una collaborazione tra italiani (corsi inclusi), greci e slavomeridionali.

Elena Maiolini a soutenu en 2015 sa thèse de doctorat en Études romanes, Italien « Le langage de passions » : la visione morale di Manzoni e le sue fonti à l’université Paris 4 sous la direction d’Andrea Fabiano et Pietro Gibellini.

1815 Italia ed Europa tra fratture e continuità


Istituto per la storia del Risorgimento italiano
Atti 36. 1815 Italia ed Europa tra fratture e continuità, Atti del LXVII Congresso di storia del Risorgimento italiano, 2017, pp.492

RELAZIONI:
ANTONINO DE FRANCESCO, Crisi ed eredità dell’età napoleonica: l’idea di Nazione;
JACQUES-OLIVER BOUDON, Le Congrès de Vienne: une refondation de l’Europe;
MARIA LUISA BETRI, Tra continuità e rotture: aspetti della vita culturale nell’Italia della Restaurazione;
LUIGI MASCILLI MIGLIORINI, 1815: Metternich e il principio dell’equilibrio europeo;
RENATA DE LORENZO, Da Murat al murattismo: il re, gli uomini, le generazioni;
LIVIO ANTONIELLI, Tra continuità e rivolgimento: il controllo del territorio tra fine Settecento e Unità;
ANDREAS GOTTSMANN, L’Italia e l’Austria al Congresso di Vienna;
GABRIELE CLEMENS, La politica museale e l’internazionalizzazione della cultura in Europa tra antico regime e Restaurazione (1750-1830);
SILVANO MONTALDO, Le scienze nell’Italia della restaurazione. Una questione sottovalutata;
FERNANDO MAZZOCCA, Francesco Hayez tra la celebrazione della gloria asburgica e il martirio patriottico;
VITTORIO CRISCUOLO, Il problema italiano al Congresso di Vienna;
MARINA CAFFIERO, La Chiesa e la questione ebraica nella Restaurazione: una svolta della politica papale;
PAOLA MAGNARELLI, Borghesi gentiluomini,gentiluomini borghesi:il filo rosso della politica;
CARLO CAPRA, Milano 1814-1816: continuità o rottura?
MARCO MERIGGI, Tra eredità napoleonica e revanche nobiliare.I corpi burocratici nell’Italia della Restaurazione (1815-1830);
EMANUELE PAGANO, Una rivoluzione scolastica. L’istruzione in Italia da Napoleone alla Restaurazione;

APPENDICE: ROSELLA FOLINO GALLO: Vincenzo Cuoco e la necessità degli insegnamenti di agricoltura

Edmondo De Amicis. Littérature et société

Transalpina n° 20 : Edmondo De Amicis. Littérature et société
À paraître en Octobre 2017
Textes recueillis par Mariella Colin
2017, 14 x 22, br., 300 p.
ISBN : 978-2-84133-857-3
18€

Edmondo De Amicis (1846-1908) est internationalement connu comme l’auteur de Cuore (1886), un livre pour la jeunesse qui, par la durée de sa lecture, a agi en Italie comme un puissant instrument d’unification nationale. Mais le succès durable de Cuore a fini par éclipser son œuvre, alors qu’il avait été l’écrivain le plus aimé de son temps, et qu’il avait joué un rôle de guide et de médiateur tout au long d’un parcours qui l’avait conduit des batailles du Risorgimento à l’adhésion au parti socialiste. Dans les dernières décennies, son œuvre a été constamment rééditée et revisitée par la critique ; un regain d’intérêt qui trouve une nouvelle confirmation dans ce numéro de Transalpina qui lui est entièrement consacré, dans le but de faire connaître au public français d’aujourd’hui l’un des intellectuels les plus représentatifs d’une époque exemplaire au plan idéologique et politique. Les études ici réunies offrent une vision d’ensemble de l’œuvre de De Amicis, dont elles retracent les étapes fondamentales en éclairant dans tous ses aspects cet écrivain à l’esprit toujours en éveil, qui sut exprimer les idéaux et les valeurs typiques de son temps, mais aussi percevoir mieux que quiconque l’importance des facteurs d’évolution en cours dans la société italienne, comme l’école, l’émigration et les luttes ouvrières.

Télécharger le sommaire

Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister

Nouvelles biographies historiques
Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister
Jean-Yves Frétigné
Paris, Armand Colin, septembre 2017
320 pages, 24.90 €

Présentation
Très fréquemment cité, Gramsci est pourtant une des figures intellectuelles et politiques majeures du siècle dernier dont la vie est très peu connue. Contre la présentation d’un Gramsci désincarné ou célébré en héros et martyr du communisme, cet ouvrage entend restituer l’homme en chair et en os, en montrant les étapes successives de son existence de sa Sardaigne natale à la prison fasciste, en passant par ses années estudiantines à Turin et son accession à la direction du Parti communiste d’Italie. Trop souvent réduite à quelques formules incantatoires, sa pensée, désormais considérée comme faisant partie du patrimoine classique des doctrines politiques du XXe siècle, trouve, en effet, sa véritable signification et sa modernité dans le contexte dans lequel elle se déploie.
Dans cette première biographie en français, Jean-Yves Frétigné nous fait découvrir un géant qui, contre Mussolini et Staline, défend un engagement au service d’un projet de renouveau politique adapté aux sociétés occidentales. En condamnant le fascisme et le communisme réel, sa pensée constitue, hier comme aujourd’hui, un remède et un antidote aux dérives et aux dévoiements de l’idéal révolutionnaire.

Diasporas 29-2017, Mobilités créatrices


Diasporas n° 29 – Mobilités créatrices. Acteurs, savoirs et pratiques en mouvement (XVIe – XIXe siècle)
Auteur : Catherine BRICE (coord.)
N° ISBN : 978-2-8107-0524-5
PRIX : 22.00 €
Format et nombre de pages : 16 x 24 cm – 194 p.
Parution le 7 septembre 2017

Les travaux sur les mobilités et ceux sur l’innovation sont rarement associés, alors même qu’il semble acquis que la mobilité (des idées, des personnes…) a une influence sur les capacités créatrices des sociétés. Ce nouveau numéro de Diasporas, largement expérimental, se propose de réfléchir aux effets transformateurs de la mobilité, en partant de la mobilité « géographique », c’est-à-dire du déplacement dans l’espace, et en tentant de saisir l’ensemble des transformations significatives qu’elle induit. Il s’agit, en effet, de mesurer la pleine portée du terme « innovation » : au-delà de la nouveauté surgie dans les domaines scientifique et technologique, les travaux les plus récents, inspirés par les notions d’« art de faire » (Certeau) ou encore d’« usages » (Edgerton), ont démontré que l’histoire de l’innovation peut toucher à l’ensemble des techniques et à tous les savoir-faire, qu’ils soient financiers, commerciaux, politiques ou encore artistiques. En tournant autour du « sujet mobile », ce sont autant les contacts des connaissances, des statuts qui nous intéressent que la transformation des cadres de saisie du réel. La capacité créatrice des mobilités est envisagée pour une période charnière, qui court du XVIe au XIXe siècle : temps de l’innovation par excellence, de la « modernisation », cette époque est aussi caractérisée par les déplacements liés aux voyages, aux guerres, aux expéditions et aux migrations ; tous sont pris en compte ici, avec une attention particulière pour les exils.

Catherine Brice est professeure d’histoire à l’université Paris-Est Créteil (UPEC) / Institut universitaire de France (IUF).

Sommaire
Introduction

Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle: questions et perspectives

Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle: questions et perspectives

Textes réunis et présentés par Laura Fournier-Finocchiaro et Cristina Climaco

Ces textes étudient et analysent la question de l’exil politique dans la terre d’accueil française pour trois pays d’Europe du Sud qui ont connu plusieurs vagues de migrations au cours des XIXe et XXe siècles. A travers l’analyse de cas de proscrits et exilés volontaires espagnols, italiens et portugais, les auteurs réfléchissent sur leur apport à la création de cultures politiques transnationales, ainsi que sur les actions de propagande politique élaborées sur le sol français et diffusées ensuite dans toute l’Europe.

Paris, L’Harmattan
Historiques – Travaux
juin 2017
ISBN : 978-2-343-11700-3 • 236 pages
Prix éditeur: 25 €

Sommaire

Revue d’histoire du XIXe siècle 53 | 2016 Mobilités, savoir-faire et innovations

Revue d’histoire du XIXe siècle

53 | 2016
Mobilités, savoir-faire et innovations