Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister

Nouvelles biographies historiques
Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister
Jean-Yves Frétigné
Paris, Armand Colin, septembre 2017
320 pages, 24.90 €

Présentation
Très fréquemment cité, Gramsci est pourtant une des figures intellectuelles et politiques majeures du siècle dernier dont la vie est très peu connue. Contre la présentation d’un Gramsci désincarné ou célébré en héros et martyr du communisme, cet ouvrage entend restituer l’homme en chair et en os, en montrant les étapes successives de son existence de sa Sardaigne natale à la prison fasciste, en passant par ses années estudiantines à Turin et son accession à la direction du Parti communiste d’Italie. Trop souvent réduite à quelques formules incantatoires, sa pensée, désormais considérée comme faisant partie du patrimoine classique des doctrines politiques du XXe siècle, trouve, en effet, sa véritable signification et sa modernité dans le contexte dans lequel elle se déploie.
Dans cette première biographie en français, Jean-Yves Frétigné nous fait découvrir un géant qui, contre Mussolini et Staline, défend un engagement au service d’un projet de renouveau politique adapté aux sociétés occidentales. En condamnant le fascisme et le communisme réel, sa pensée constitue, hier comme aujourd’hui, un remède et un antidote aux dérives et aux dévoiements de l’idéal révolutionnaire.

Diasporas 29-2017, Mobilités créatrices


Diasporas n° 29 – Mobilités créatrices. Acteurs, savoirs et pratiques en mouvement (XVIe – XIXe siècle)
Auteur : Catherine BRICE (coord.)
N° ISBN : 978-2-8107-0524-5
PRIX : 22.00 €
Format et nombre de pages : 16 x 24 cm – 194 p.
Parution le 7 septembre 2017

Les travaux sur les mobilités et ceux sur l’innovation sont rarement associés, alors même qu’il semble acquis que la mobilité (des idées, des personnes…) a une influence sur les capacités créatrices des sociétés. Ce nouveau numéro de Diasporas, largement expérimental, se propose de réfléchir aux effets transformateurs de la mobilité, en partant de la mobilité « géographique », c’est-à-dire du déplacement dans l’espace, et en tentant de saisir l’ensemble des transformations significatives qu’elle induit. Il s’agit, en effet, de mesurer la pleine portée du terme « innovation » : au-delà de la nouveauté surgie dans les domaines scientifique et technologique, les travaux les plus récents, inspirés par les notions d’« art de faire » (Certeau) ou encore d’« usages » (Edgerton), ont démontré que l’histoire de l’innovation peut toucher à l’ensemble des techniques et à tous les savoir-faire, qu’ils soient financiers, commerciaux, politiques ou encore artistiques. En tournant autour du « sujet mobile », ce sont autant les contacts des connaissances, des statuts qui nous intéressent que la transformation des cadres de saisie du réel. La capacité créatrice des mobilités est envisagée pour une période charnière, qui court du XVIe au XIXe siècle : temps de l’innovation par excellence, de la « modernisation », cette époque est aussi caractérisée par les déplacements liés aux voyages, aux guerres, aux expéditions et aux migrations ; tous sont pris en compte ici, avec une attention particulière pour les exils.

Catherine Brice est professeure d’histoire à l’université Paris-Est Créteil (UPEC) / Institut universitaire de France (IUF).

Sommaire
Introduction

Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle: questions et perspectives

Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle: questions et perspectives

Textes réunis et présentés par Laura Fournier-Finocchiaro et Cristina Climaco

Ces textes étudient et analysent la question de l’exil politique dans la terre d’accueil française pour trois pays d’Europe du Sud qui ont connu plusieurs vagues de migrations au cours des XIXe et XXe siècles. A travers l’analyse de cas de proscrits et exilés volontaires espagnols, italiens et portugais, les auteurs réfléchissent sur leur apport à la création de cultures politiques transnationales, ainsi que sur les actions de propagande politique élaborées sur le sol français et diffusées ensuite dans toute l’Europe.

Paris, L’Harmattan
Historiques – Travaux
juin 2017
ISBN : 978-2-343-11700-3 • 236 pages
Prix éditeur: 25 €

Sommaire

Revue d’histoire du XIXe siècle 53 | 2016 Mobilités, savoir-faire et innovations

Revue d’histoire du XIXe siècle

53 | 2016
Mobilités, savoir-faire et innovations

Mario Pieri, Memorie II (dicembre 1811- settembre 1818)

Mario Pieri
Memorie II (dicembre 1811 — settembre 1818)
a cura di Claudio Chiancone
premessa di Roberto Cardini
trascrizione del testo a cura di Angelo Fabrizi e Roberta Masini
Aracne editrice, 2017

Présentation de l’éditeur

Caso rarissimo di letterato che, per mezzo secolo, annota quotidianamente pensieri, letture, incontri e frequentazioni, Mario Pieri (Corfù 1776–Firenze 1852) nelle sue Memorie manoscritte ci ha lasciato un prezioso affresco dell’Italia di primo Ottocento e un vivace spaccato della vita culturale del suo tempo. Ma questi diari sono anche la testimonianza di un uomo alla ricerca della propria identità e della propria missione letteraria. Personalità complessa e frastagliata, consapevole ammasso di contraddizioni, egli ci offre una cronaca originale non solo per gli eventi che racconta, ma anche per il taglio fortemente soggettivo e psicologico che fa pensare a una lunga confessione, o a un interminabile romanzo di formazione. Il volume raccoglie la seconda tappa del suo percorso letterario e umano: il momento cruciale della sua formazione estetica e letteraria, tra il 1811 e il 1818, in non casuale coincidenza con eventi epocali della storia politica e culturale europea quali la caduta di Napoleone, l’inizio del dominio asburgico, gli albori della polemica classico–romantica.

Claudio Chiancone (Trévise, 1977) est professeur agrégé et chercheur en littérature et histoire culturelle italienne au Laboratoire LUHCIE (Université Grenoble Alpes). Ses recherches portent principalement sur la sociabilité littéraire et sur les écrits du for privé à l’époque moderne (correspondances inédites, salons, cercles littéraires et politiques, journaux, mémoires). Il est l’auteur de trois volumes et d’une cinquantaine d’essais portant sur plusieurs figures intellectuelles dont Cesarotti, Bettinelli, Foscolo, Leopardi, Stendhal, De Roberto. En 2014 il a donné naissance au projet “Archivio Sonoro 1968” qui vise à recueillir des témoignages inédits sur l’époque de la contestation. En 2015, avec Enzo Neppi, Chiara Piola Caselli et Christian Del Vento, il a dirigé le volume Foscolo et la culture européenne (Grenoble, ELLUG, 2015).

La république en Italie (1848-1948). Héritages, modèles, discours


Laboratoire italien n°19/ 2017 (exclusivement publié en ligne sur le portail Revues.org)
Sous la direction de Laura FOURNIER-FINOCCHIARO, Jean-Yves FRÉTIGNÉ et Silvia TATTI

Ce volume retrace le développement et la maturation de l’idée républicaine en Italie entre 1848 et 1948, par une double approche historique et littéraire. Le but est de déceler la spécificité d’une voie républicaine italienne, à partir des expériences locales de Rome, Venise, Milan et du Sud de l’Italie pendant le Risorgimento jusqu’aux années de la monarchie libérale et du fascisme. Les interventions sont regroupées autour de trois axes principaux : les mémoires des républiques italiennes de 1848-1849 et la construction d’un langage politique et littéraire local et en même temps national, les modèles et contre-modèles républicains étrangers à partir desquels se définit la voie italienne, les discours républicains sous la monarchie et sous le fascisme. La reconstruction de l’histoire d’un siècle à partir de cette perspective, entre la faillite du modèle républicain au moment de l’Unité et sa victoire après la deuxième guerre mondiale, explique la difficulté de l’Italie, encore aujourd’hui, à assumer son passé.

Sommaire

LA RÉPUBLIQUE EN ITALIE (1848-1948)
Laura Fournier-Finocchiaro, Jean-Yves Frétigné et Silvia Tatti • Introduction
Maurizio Ridolfi • La République du futur ! Projets et horizons républicains en Italie, du Risorgimento à la fin de la Monarchie

I. Héritages et mémoires des expériences républicaines italiennes
Eva Cecchinato • Mémoire, récits et héritage de la Révolution de 1848 à Venise
Gianluca Albergoni • Mémoire et héritage de la Révolution de 1848 à Milan, des Cinq journées à la fin du siècle
Silvia Tatti • Rhétorique et politique au cours du Risorgimento : la République romaine de 1849

II. La pensée républicaine italienne et ses modèles étrangers

Marco Barducci • Le projet républicain de Giuseppe Mazzini et l’Angleterre : de la démocratie éthique à la démocratie sociale, 1845-1850
Paolo Benvenuto et Jean-Yves Frétigné • Du modèle républicain français à sa marginalisation (1848-1914)
Daniele Fiorentino • Pas tout à fait un modèle : les États-Unis dans le mouvement risorgimental italien

III. De la difficulté de rester républicain

Antonino De Francesco • Après la révolution nationale : le républicanisme méridional dans l’Italie libérale
Matteo Palumbo • Les mots de la politique à l’ombre de la Sicile : Pisacane, Verga, De Roberto et Pirandello
Laura Fournier-Finocchiaro • L’évolution de l’inspiration poétique républicaine de Mameli à Carducci : de l’antimonarchisme mazzinien et jacobin à la « démocratie dynastique »
Stéfanie Prezioso • Guerre et « subversion patriotique » : les républicains italiens face au premier conflit mondial et à ses usages politiques

IV. Des républicains en résistance aux républicains aux portes du pouvoir
Éric Vial • L’idée républicaine dans l’émigration antifasciste en exil
Olivier Forlin • Fascisme et république
Frédéric Attal • Piero Calamandrei et la Constitution de 1948 : Calamandrei le juriste contre Piero l’intellectuel

Avis de parution Labo19

Napoléon et l’Italie : Histoire militaire de l’Italie napoléonienne, 1805-1815


Napoléon et l’Italie
Histoire militaire de l’Italie napoléonienne, 1805-1815
Juan-Carlos Carmigniani, Gilles Boué
Histoire et collections , Paris, 2016
ISBN : 978-2-35250-291-3
272 pages

Quatrième de couverture

Le fait le plus remarquable dans la carrière politique de Napoléon, c’est qu’il n’a jamais séparé, en sa pensée et dans son cœur la France de l’Italie. Au fronton de l’Arc de triomphe du carrousel, il y a gravé à la même hauteur les Armes de France et les Armes d’Italie. L’Empereur a toujours porté la décoration de la Couronne de Fer à côté de la légion d’honneur ; et jusqu’à Sainte Hélène, jusqu’à son dernier soupir, on pouvait voir, confondues sur sa poitrine le rouge de la Légion d’honneur de France et l’orange liseré de vert de la couronne d’Italie. L’Empereur montrait ainsi combien Metternich avait tort lorsqu’on lui prêtait cette célèbre expression : « Italie n’est rien qu’une expression géographique ». Expression géographique peut être aux yeux des Autrichiens, mais pièce maîtresse dans la réécriture de l’Europe napoléonienne.

Les liens entre Napoléon et l’Italie restent trop souvent réduits à ses fulgurantes campagnes de 1796 et de 1800. Cette histoire d’amour, faite de moments de bonheur mais aussi de rancoeur, se poursuivit bien au-delà de Marengo. L’histoire de Napoléon et l’Italie de 1805 à 1815, c’est d’abord celle d’une absence. Napoléon ne revit que deux fois l’Italie en 10 ans (du 19 avril au 8 juillet 1805, puis du 21 novembre au 28 décembre 1807). Et pourtant, il n’y eut pas un seul jour sans que deux, trois ou quatre lettres ne partent par la poste ou le télégraphe (à partir de 1809), pour Milan, Rome ou Naples. Cette permanence dans la pensée impériale, illustrait la volonté de faire de l’Italie un état modèle « à la française ».

L’Italie, c’est le petit frère que l’on aide à grandir sous un regard sévère, permanent et vigilant mais aussi plein de tendresse.

Le Palais Farnese

Le Palais Farnese / Il Palazzo Farnese
Ambassade de France en Italie / Ambasciata di Francia in Italia
Jean-Yves Frétigné, Carolina Vincenti
Editions internationales du patrimoine, Paris, décembre 2016
ISBN : 979-10-90756-21-2
306 pages, 79€

Préface:

En 1874, Rome, ville éternelle, était depuis peu la capitale d’un État beaucoup plus jeune qu’elle. C’est à cette date qu’Emmanuel de Noailles, nommé ambassadeur de France en Italie, s’installa au palais Farnèse devenu ainsi le siège de l’ambassade, et qui accueillera également l’École française de Rome. Noailles n’était cependant pas le premier Français à en avoir goûté la beauté, le palais ayant déjà, plus tôt dans l’Histoire, logé nombre d’ambassadeurs du roi de France auprès du souverain pontife. Les envoyés d’Henri II, de Louis XIII, de Louis XIV, eurent ainsi l’honneur de travailler, entre deux courbes du Tibre, dans ce joyau emblématique de la Renaissance et dont Stendhal louera après eux la « majesté farouche ». Depuis plus de 140 ans, la République française y a sa représentation en Italie.

Né du génie d’artistes glorieux, né également des rêves de magni-ficence de celui qui deviendrait Paul III, Alessandro Farnèse, ce palais est ainsi lié à l’histoire de la France, ou plutôt : l’histoire de la France lui est liée. Lui rendre hommage, et par là exprimer notre reconnaissance envers l’Italie, est l’intention de cet ouvrage.

Le palais Farnèse appartient à l’Italie et il occupe une place de choix dans le cœur des Italiens. De même, l’hôtel de La Rochefoucauld-Doudeauville, qui abrite l’ambassade d’Italie à Paris, appartient à la France : c’est en vertu de la réciprocité de baux emphytéotiques que nos deux pays bénéficient de demeures historiques pour leurs représentations diplomatiques.

La plus belle des ambassades sises à Rome ? On le dit, mais quoi qu’il en soit je reste certaine, à l’instar de mes prédécesseurs, qu’avoir la responsabilité de protéger et de faire vivre ce patrimoine exceptionnel est un honneur — et j’ai eu celui de mener à son terme en 2015 la magnifique restauration de la célèbre Galerie des Carrache.

Quatre siècles après la réalisation des fresques lumineuses de la galerie par les frères Carrache, cinq siècles après la reconstruction du palais acquis par Alessandro Farnese, nous voici encore éblouis devant cet édifice, raffiné et imposant à la fois — expression de l’idéal de la Renaissance. Sangallo, puis l’immense Michel-Ange, Giacomo della Porta et Vignola ont élevé le Farnèse, ils sont la preuve, s’il en était besoin, que les architectes sont des artistes majeurs. Daniele da Volterra, les frères Zuccari, les frères Carrache déjà nommés, Salviati, le Dominiquin… on pourrait continuer la liste des artistes qui ont contribué à faire du Farnèse celui que l’on connaît encore aujourd’hui. Aussi nombreux et divers furent-ils, ces architectes et peintres œuvrant à la construction et à l’aménagement du palais au long des années lui ont donné son style et sa cohérence reconnus par-delà les époques. « Il semble jeté au moule, tant il est uni ; c’est un dé », écrivait Montesquieu.

De la Renaissance au Risorgimento, du Risorgimento à aujourd’hui et pour longtemps encore : le Farnèse symbolise l’esprit de fraternité qui unit les deux peuples italien et français.

Au-delà de la magnificence architecturale qui le caractérise, il incarne en effet le lien entre deux pays, la France et l’Italie, qui entretiennent depuis si longtemps des relations d’amitié riches, construites sur des liens anciens. Liens tissés par l’histoire tant il est vrai qu’au fil des siècles, nos peuples et nos cultures se sont bien souvent définis et construits l’un par rapport à l’autre, l’un à travers l’autre. Liens profonds, car les deux pays sont l’un comme l’autre héritiers de la civilisation latine, et la passion italienne en France comme la passion française en Italie ont profondément influencé nos modes de vie et de pensée.

C’est pour honorer et sans cesse renforcer ces liens qu’il est de notre devoir d’animer le palais et de lui donner vie. C’est par exemple dans cet esprit qu’a été conçue hier l’exposition « Palais Farnèse : de la Renaissance à l’Ambassade de France » en 2010- 2011 qui marqua le public italien avec le retour momentané des collections de la famille Farnèse en leur palais. C’est cette même logique qui a été adoptée pour Design@Farnèse, organisé durant tout l’été 2016, permettant aux designers français contemporains de montrer l’expression de leur créativité, et faisant par là même du palais un symbole d’un mariage réussi entre le patrimoine et la création. Il est aussi ouvert aux visites neuf fois par semaine. Le palais Farnèse, lieu historique d’exception, est un lieu vivant.

Il est enfin et surtout pour notre pays un outil de travail à nul autre pareil, qui lui permet d’être au centre de la vie politique, économique, diplomatique et culturelle à Rome et dans toute l’Italie. Il contribue ainsi au rayonnement de la France et au développement de relations bilatérales denses au service d’une Europe en paix et solidaire.

Ce beau livre est une première découverte du monument qui nous a été confié ; dans l’espoir que ses lecteurs feront le pas de venir le visiter et avec la certitude qu’ils en deviendront, s’ils ne le sont pas déjà, ses admirateurs voire ses amoureux.

Catherine Colonna
Ambassadrice de France en Italie

Images du soldat au XIXe siècle

Images du soldat au XIXe siècle
Italies n°20, 2016
Stefano Magni, dir.
ISBN: 9791032000892
220 pages.

Résumé:
Ce numéro 20 d’Italies est consacré aux images du soldat italien. Il poursuit l’expérience du numéro 19. Si le premier numéro a été focalisé sur le XXe et XXIe siècles (les guerres mondiales et les récentes missions internationales de l’armée italienne), celui-ci accueille des contributions concernant le XIXe siècle (le Risorgimento et les premières considérations sur la nouvelle armée nationale). L’idée d’aborder le sujet de l’image du soldat italien dans la revue Italies s’insère dans un projet de recherche affirmé et naît de la volonté de créer une collaboration sur ce sujet entre toutes les forces intellectuelles du CAER. En effet, si c’est la vie culturelle qui intéresse les études littéraires, il est aussi vrai que ce sont les faits d’armes qui ont souvent dessiné le visage de la nation italienne et que ces événements ont captivé l’attention des intellectuels : des volontaires garibaldiens aux milices envoyées endiguer le phénomène du brigandage ; des masses de fantassins dans les tranchées aux héros de la Résistance, jusqu’aux missions en Afghanistan.
Ce numéro accueille une vaste réflexion sur le Risorgimento. C’est avec ce moment historique que les intellectuels se confrontent véritablement avec la pensée militaire. Et nombre d’articles nous montrent les différents facettes et auteurs de ce vaste phénomène : Massimo D’Azeglio, Ippolito Nievo, Caterina Percoto, Francesco Faà di Bruno, jusqu’à De Amicis, Pascoli et Carducci.

Sommaire:

Stefano Magni, Pourquoi s’interroger encore sur l’image du soldat italien?
Maria Luisa Pani, « Fuggiro al par del vento, al par del lampo » Parodia della guerra e eroismo nei Paralipomeni di Leopardi
Laura Guidobaldi, Dal pennello alla parola, dalla spada all’azione Il soldato Massimo d’Azeglio
Alessandro Marignani, Figure del soldato in Le Confessioni d’un Italiano di Ippolito Nievo
Anne Demorieux, L’image des soldats dans les écrits de Caterina Percoto ou comment mettre sa plume au service de « la santa causa dei popoli »
Rémy Fuentes, Francesco Faà di Bruno. Portrait d’un soldat à la lumière de sa correspondance
Federico Lenzi, La présence du soldat dans l’opéra italien du xixe siècle
Laura Fournier-Finocchiaro, Mythes et figures du soldat patriote et de la nation armée chez Carducci et Pascoli
Fabrice De Poli, I soldati di Pascoli Tra « nazione armata » ed « esercito permanente »
Luca Bani, « Un’istituzione che io mi proponevo di abbattere » La rappresentazione del soldato e della vita militare in Una nobile follia di Igino Ugo Tarchetti
Marco Caccavo, Carmine Crocco e il brigantaggio meridionale
Mariella Colin, Les soldats et l’armée nationale vus par les livres d’école et la littérature enfantine de l’Italie libérale (1860-1900)

Télécharger le sommaire