La circulation des intellectuels de droite dans l’Europe du Sud de l’entre-deux-guerres (Italie, Portugal, Espagne)

MARDI 20 JUIN 2017, 9H30-18H00
Colloque
« La circulation des intellectuels de droite dans l’Europe du Sud de l’entre-deux-guerres (Italie, Portugal, Espagne) »

Lieu : Maison d’Italie
Cité Universitaire
7E Boulevard Jourdan
75014 Paris

Co-organisé par le Laboratoire d’Etudes Romanes, Université Paris 8, Axe « Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale, XIXe et XXe siècles » et l’Institut de Sciences Sociales (ICS), Université de Lisbonne

9h30 : Ouverture des travaux

Matin : Modératrice : Alessandra Tarquini (Université de Rome)

1. Les milieux de la Droite française et les associations fascistes internationales
10h00 Olivier Dard (Université Paris 4) : Charles Maurras et sa relation aux fascismes
10h30 Jeremy Guedj (Université de Nice) : Les immigrés d’Europe méridionale en France devant la propagande fasciste et réactionnaire dans l’entre-deux-guerres

Discussion

2. La propagande fasciste italienne en France et sa réception
11h15 Francesca Cavarocchi (Université de Florence) : Le réseau des organisations italiennes en France comme outil de la diplomatie culturelle fasciste
11h45 Laura Fournier-Finocchiaro (Université Paris 8-LER) : La réception de la culture fasciste chez les italianisants français

Après-midi : Modérateur : Antonio Costa Pinto (ICS, Lisbonne)

3. Intellectuels portugais de Droite en France
14h00 Annarita Gori (ICS, Lisbonne) : Augusto de Castro et la création de l’Association de la Presse Latine
14h30 Yves Léonard (IEP Paris-LER) : Le parcours d’António Eça de Queiroz (1889-1968)

15h00 Discussion

4. La « fascisation » de la droite espagnole
15h15 Nicolas Sesma (Université de Grenoble) : Nations chirales. Les droites françaises et les droites espagnoles
15h45 Steven Forti (Université de Barcelone) : la transition des dirigeants politiques de la gauche au fascisme (les cas de Nicola Bombacci, Paul Marion et Óscar Pérez Solís)

16h30 Conclusion

Coordination:
Laura Fournier-Finocchiaro : laura.fournier@univ-paris8.fr
Cristina Climaco : cristina.climaco@univ-paris8.fr
Annarita Gori : annarita.gori@ics.ulisboa.pt

Programme

Le traumatisme de Caporetto

Appel à communications
UNIVERSITE SORBONNE NOUVELLE-PARIS 3
Le traumatisme de Caporetto. Histoire, littérature et arts
COLLOQUE INTERNATIONAL
Paris, 9 et 10 novembre 2017

CIRCE (Centre Interdisciplinaire de Recherche sur la Culture des Échanges) EA 3979 LECEMO
Comité d’organisation : Maria Pia De Paulis-Dalembert, Alessandro Giacone, Francesca Belviso

La bataille de Caporetto (24 octobre – 12 novembre 1917) sur le front italo-autrichien a représenté un traumatisme profond pour la nation italienne. Aujourd’hui encore, dans le langage courant, le mot « Caporetto » est synonyme de défaite, de désastre.
Cent ans après cette blessure individuelle et collective, dans une optique pluridisciplinaire et interdisciplinaire, et par le biais de la notion complexe de « traumatisme », ce colloque international voudrait s’interroger sur les aspects historiques, politiques, militaires qui ont entraîné la défaite. Les angles d’approches, les types de documents, les genres et les formes littéraires, artistiques pour aborder cet événement ponctuel seront multiples : textes politiques et militaires, presse, récits, journaux intimes, témoignages, romans, poésie, documentaires. L’expérience de Caporetto a été (re)vécue par les écrivains-soldats et/ou soldats-écrivains et abordée sous l’angle du témoignage d’un trauma individuel obsédant. La réflexion prendra en compte également les conséquences inédites, parce que difficiles à appréhender et à comprendre à l’époque, sur le plan physique et psychique.
Les stratifications temporelles – concernant aussi bien la lecture historiographique, militaire et politique que les écrits mémoriels et fictionnels – représentent un facteur important pour la réappropriation d’un fait qui n’a eu de cesse de questionner l’histoire et l’identité italiennes. Dans le processus de remémoration (non seulement des faits, mais aussi du fonctionnement/bouleversement du langage du corps), les formes de la représentation du choc subi sont à appréhender autant dans la dimension de l’immédiateté du vécu que dans la revisitation mémorielle a posteriori. La restitution d’un traumatisme étant par essence reconstruction de la mémoire du traumatisme lui-même, il s’agira d’étudier les mécanismes par lesquels la rupture violente d’un équilibre déjà instable revit dans le langage autobiographique ou artistique entendu aussi comme exutoire et résilience.

Appel_Caporetto

Les propositions de communication (en français ou en italien, avec titre et résumé de 2000 signes environ), accompagnées d’une courte notice biobibliographique, sont à adresser au plus tard le 5 juillet 2017 à :
Maria Pia De Paulis-Dalembert : maria-pia.dalembert@univ-paris3.fr
Alesandro Giacone: giaconea@gmail.com
Francesca Belviso : francebelviso@hotmail.com

L’Italie pour bagage. Migrations, circulations et italianités, XIXe-XXIe siècles.

Palais de la Porte Dorée

Musée de l’histoire de l’immigration

L’Italie pour bagage.

Migrations, circulations et italianités, XIXe-XXIe siècles.

Vendredi 16 juin à l’Institut italien et samedi 17 juin au Musée

Colloque international organisé avec l’institut Culturel Italien de Paris

L’émigration italienne à partir de la fin du XIXe siècle constitue l’un des plus importants mouvements migratoires de l’histoire contemporaine. 26 millions d’Italiens ont quitté la Péninsule entre 1860 et 1960. Plus récemment, depuis le début des années 2000, une « nouvelle vague migratoire » d’Italiens plus qualifiés est apparue. Cette migration a donné lieu à une historiographie foisonnante. Ce colloque international et interdisciplinaire s’intéressera à l’articulation entre la circulation des Italiens dans le monde et leur rapport à l’Italie dans une perspective plus culturelle que politique.

Colloque en partenariat avec l’Institut Culturel Italien de Paris, le Centre d’Histoire de Sciences Po, le Centre de recherche en histoire européenne comparée, l’Ecole française de Rome, l’Institut Universitaire de France, le LARHRA, LIA Mediterrapolis, Sciences Po Paris, TELEMME.

Informations pratiques:

Vendredi 16 juin à l’Institut Italien

Samedi 17 juin au Musée national de l’histoire de l’immigration

Programme

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Contact : recherche.immigration@palais-portedoree.fr

Les frères Rosselli : un sacrifice en héritage

Les frères Rosselli : un sacrifice en héritage

Colloque

Mardi 6 juin 2017 de 10h à 18h ; conférence à 19h
IICPARIGI – 50, rue de Varenne – 75007 Paris

Le 9 juin 1937, à Bagnoles-de-l’Orne, Carlo et Nello Rosselli sont assassinés par l’organisation terroriste française La Cagoule, avec la complicité du gouvernement fasciste italien. Carlo Rosselli vivait en exil en France depuis 1930. C’est là qu’il avait créé le mouvement politique Giustizia e Libertà (Justice et Liberté) et publié son ouvrage théorique de référence, Socialisme libéral (Librairie Valois, Paris, 1930). Qui étaient ces deux frères, et pourquoi étaient-ils considérés aussi dangereux ? Quel héritage humain et politique nous ont-ils laissé ? En quoi influencèrent-ils la Résistance et la Constitution Italienne ? Quatre-vingts ans après ce double meurtre, l’Institut, en collaboration avec la fondation Circolo Rosselli de Florence, l’association Dante Alighieri de Paris et l’Université Cergy-Pontoise, consacre une journée d’études et une soirée à ces deux symboles de l’antifascisme italien.

> De 10h à 18h, colloque international avec Valdo Spini,président de la fondation Circolo Fratelli Rosselli, Alessandro Giacone de l’Université Grenoble-Alpes, Michele Canonica,président de l’association Dante Alighieri de Paris, Michele Mioni de l’Université Paris 1, Simone Visciola de l’Université de Toulon, Isabelle Richet et Thibault Guichard de l’Université Paris 8, Éric Vial et Diego Dilettoso de l’Université de Cergy-Pontoise, Patrizia Dogliani de l’Université de Bologne, Marco Bresciani de l’Université de Pise, Francesca Tortorella de l’Université de Strasbourg, Olivier Dard de l’Université Paris-Sorbonne, Éric Panthou des archives de Clermont-Ferrand.

> À 19h, au terme du colloque, Valdo Spini, Gilles Pécout, Éric Vial, Alessandro Giacone et Francesco Margiotta Broglio, professeur émérite à l’Université de Florence, feront revivre la mémoire des frères Rosselli et animeront un moment de discussion sur la valeur historique et politique de leur sacrifice.

Mardi 6 juin 2017

9h30 Apertura del convegno : Fabio Gambaro, direttore dell’IIC ;

Gilles Pécout, recteur de l’Académie de Paris (s.r.)

Saluto degli organizzatori : Valdo Spini, Michele Canonica, Alessandro Giacone

10h00 : Sessione n. 1 (presidenza : Alessandro Giacone)

Giustizia e libertà et la stampa/Giustizia e libertà et la presse

Diego Dilettoso, Université Cergy-Pontoise : Carlo Rosselli, Giustizia e Libertà, e la stampa quotidiana francese

Eric Vial, Université Cergy-Pontoise : Les envois clandestins de la presse de Giustizia e libertà

Thibault Guichard, Université Paris 8: Ecriture, culture et lecture de la presse gielliste dans les années trente

11h30 : Sessione n. 2 (presidenza : Antonio Bechelloni)

Carlo Rosselli e la sua generazione/Carlo Rosselli dans sa génération

Patrizia Dogliani, Università di Bologna : La generazione dei fratelli Rosselli dall’interventismo democratico alla guerra di Spagna

Michele Mioni, Université Paris 1, Un intellettuale eclettico ed europeo. Il percorso di Carlo Rosselli dal laburismo alla lotta internazionale contro il fascismo

(pausa buffet)

14h00 : Sessione n. 3 (presidenza : Eric Vial)

I Rosselli : una famiglia nella storia/ Les Rosselli, une famille dans l’histoire

Isabelle Richet, Université Paris 8: Marion et Carlo Rosselli: le personnel, le politique, et l’expérience de l’exil

Simone Visciola, Université de Toulon : Storia e libertà: il « problema » della militanza in Nello Rosselli storico

Marina Calloni, Università degli studi Milano-Bicocca : « Questa che narro è la mia verità: la sola che riconosco come tale ». Amelia Rosselli dopo la morte dei figli

15h30 : Sessione n. 4 (presidenza : Eric Vial)

Chi erano gli assassini ?/Du côté des assassins

Olivier Dard, Université Paris 4 : Dernières nouvelles de la Cagoule

Eric Panthou, Archives de Cermont-Ferrand : L’itinéraire d’un ingénieur cagoulard et terroriste

16h30 : Sessione n. 5 (presidenza : Michele Canonica)

Ideologia ed eredità dei Rosselli/Idéologie et héritage des Rosselli

Francesca Tortorella, Université de Strasbourg : L’idea d’Europa unita nel movimento Giustizia e Libertà

Marco Bresciani, Università di Pisa : Carlo Rosselli e il problema del totalitarismo

17h30 : Conclusioni della giornata/Conclusions de la journée

Valdo Spini, Presidente Fondazione Circolo Fratelli Rosselli di Firenze : I Rosselli e noi

19h00 : Saluto di Fabio Gambaro, direttore dell’IIC

La storia e l’attualità dei Fratelli Rosselli, nell’80° anniversario del loro assassinio

Interventi di Francesco Margiotta Broglio, Mario Di Napoli, Valdo Spini, Eric Vial

Proiezione del documentario di Rai Storia « Carlo e Nello Rosselli » di Federico Parodi

*

Mercoledì 7 giugno, a Bagnoles de l’Orne, presso il monumento che ricorda Carlo e Nello Rosselli, su invito delle autorità locali, si svolgerà una cerimonia di commemorazione. Chi volesse prenotarsi per il pullman che il giorno 7 giugno trasporterà i partecipanti da Parigi a Bagnoles de l’Orne può rivolgersi all’indirizzo fondazione.circolorosselli@gmail.com. Il pullman è messo a disposizione dalla Fondazione. Posti liberi sino ad esaurimento.

Passant Passé, Héritages et expérience des temps

Journée d’études / Colloque
Université Paris 8 / LER

Mardi 30 et mercredi 31 mai 2017, 9h-18h

Passant Passé
Héritages et expériences des temps
Ecole doctorale Pratiques et théories du sens (ED 31)
Laboratoire d’Etudes Romanes (EA 4385)

Mardi 30 mai
Journée d’études de l’ED Pratiques et théories du sens
Conférences de Frédérique Langue (CNRS), Marie-Claire Lavabre (Paris Ouest-Nanterre) et Alain Vaillant (Paris Ouest-Nanterre).

Interventions de Françoise Crémoux, Enrique Fernández, Jean-Louis Fournel,
Julio Premat, Xavier Tabet, Mercedes Yusta (Université Paris 8 – Laboratoire d’Etudes Romanes).
Mercredi 31 mai
Conférence de Lionel Ruffel (Université Paris 8).

Interventions de Diego Alonso (Reed College), Marie-Anne Matard (Université Paris 8), Nadia Tahir (Université de Caen Normandie), Cristina Bernaldo, Brice Chamouleau, Isabel Desmet, Claudia Jareño, Santiago Uhía, Diego Vecchio (Laboratoire d’Etudes Romanes – Université Paris 8).

Université Paris 8
Salle B106
2 rue de la Liberté
93526 Saint Denis Cedex
Métro Ligne 13, Saint Denis Université

Contact : julio.premat@univ-paris8.fr
Programme détaillé

Lettere, memorie e viaggi tra Italia ed Europa. Metodi e casi di ricerca (1789-1870)

Gruppo di ricerca ADI Rivoluzioni Restaurazione Risorgimento. Letteratura italiana 1789-1870

Lettere, memorie e viaggi tra Italia ed Europa. Metodi e casi di ricerca (1789-1870)
Roma, lunedì 15 maggio 2017 – Aula C
Dipartimento di studi greco-latini, italiani, scenico-musicali Facoltà di Lettere e Filosofia
Sapienza Università di Roma

Programma

ore 11
Silvia Tatti, Stefano Verdino Introduzione ai lavori
Luca Badini Confalonieri (Università di Torino) Per l’edizione dell’epistolario di Carlo Botta
Dirk Vanden Berghe (Vrije Universiteit Brussel) Le lettere d’esilio dei fratelli Ruffini
Sabina Gola (Université Libre de Bruxelles) Corrispondenza degli esuli italiani con la marchesa Costanza Arconati Visconti (1821-1839)
Chiara Licameli (Sapienza Università di Roma) Le scritture private dell’Archivio della famiglia Gnoli
Davide Pettinicchio (Sapienza Università di Roma) Per l’edizione critica dell’epistolario di Giuseppe Gioacchino Belli
Angelo Pagliardini (Universität Innsbruck) Il Risorgimento in Belli
Chiara Tavella (Università di Torino) Scritture private dell’Ottocento piemontese. Il caso di Santorre di Santa Rosa, Luigi Ornato e Luigi Provana (1798-1832).

ore 13.30-14.30 pausa pranzo

ore 14.30
Rosa Necchi (Università di Parma) Le lettere dall’Inghilterra di Giacomo Tommasini
Corrado Viola (Università di Verona) Il fondo Mosconi di Sandrà (Vr)
Andrea Scardicchio (Università di Lecce) Lettere, memorie e viaggi tra Grecia e Italia. Il caso di Andrea Mustoxidi (1785-1860)
Marius Rusu (Sapienza Università di Roma) Per un commercio di libri transalpino: l’inedito diario di viaggio di Giuseppe Molini a Parigi, 10 giugno-24 agosto 1844

ore 15.30
Rivoluzioni Restaurazione Risorgimento. Letteratura italiana (1789-1870): prospettive di ricerca

ore 16.30
L’Ottocento che vorremmo: quali libri introvabili ristampare oggi? Intervengono tutti i partecipanti al seminario.

ore 17.30 Conclusione dei lavori
Partecipano, oltre ai relatori: Beatrice Alfonzetti, Novella Bellucci, Valter Boggione, Valerio Cammarotto, Andrea Campana, Fabio Danelon, Christian Del Vento, Francesca Fedi, Fabio Forner, Laura Fournier Finocchiaro, Gianmarco Gaspari, Laura Melosi, Laura Nay, William Spaggiari, Duccio Tongiorgi.

Programme

Les racines de l’eugénisme

Vendredi 28 Avril 2017
Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8
Laboratoire d’Etudes Romanes (L.E.R., EA 4385) : Axes Histoire, Mémoire et Politique dans l’Europe méridionale/Historicités latino-américaines
Les racines de l’eugénisme

– Richard Cleminson (Université de Leeds), L’eugénisme dans la péninsule ibérique : entre l’eugénisme latin et l’eugénisme allemand.
– Nancy Gonzalez Salazar (Institut national d’études démographiques), Combattre la dégénérescence de la race. La précoce réception et adaptation des préceptes eugénistes en Uruguay (1830 – 1898).
– Silvano Montaldo (Université de Turin), Races, dégénérescence et eugénisme dans l’Italie du Post-Risorgimento.

Horaire : 14h30-18h00
Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris,
7 E Boulevard Jourdan, 75014 Paris.
Entrée libre.

Contacts : myusta@free.fr ; xavier.tabet@wanadoo.fr; enrique.fernandez@yahoo.fr

Médias, politique et révolution à la fin des années 1860. Les échos de la bataille de Mentana

Appel à communications

Médias, politique et révolution à la fin des années 1860. Les échos de la bataille de Mentana

Colloque international (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), 9-10 novembre 2017

Argumentaire :
Sauf pour les spécialistes du Risorgimento italien, la bataille de Mentana (3 novembre 1867) est un événement aujourd’hui largement oublié : on se souvient vaguement de la phrase du général de Failly qui fit scandale (« Les chassepots ont fait merveille ») mais il est clair que l’épisode n’a pas eu grande influence sur l’achèvement de l’unité italienne, puisque la défaite des volontaires garibaldiens n’a assuré qu’un bref répit à l’État pontifical. L’enjeu européen paraît plus mince encore : à Sadowa l’année précédente comme à Sedan, trois ans plus tard, ce furent des armées autrement importantes qui s’affrontèrent et le destin de l’Europe qui se joua véritablement.
Sur le moment pourtant l’événement eut en Europe un retentissement considérable et souleva les passions : l’émotion fut grande, bien entendu chez la plupart des catholiques du fait du péril couru par le Saint-Siège, mais aussi chez tous ceux, nombreux et divers, qui considéraient à l’inverse la cause de l’unité italienne avec sympathie, qu’ils aient ou non Garibaldi pour héros. En France, en un temps où la manifestation de rue était non seulement proscrite, mais presqu’inenvisageable, les membres français de la pacifique Association internationale des travailleurs, scandalisés, furent à deux doigts de descendre dans la rue ; et il y eut quand même à Paris quelques protestations publiques.
Nous n’entendons pas reprendre l’étude de l’événement lui-même, mais plutôt en envisager une vision transnationale, à la suite d’une partie de l’historiographie récente du Risorgimento, qui s’est attachée à élargir l’approche de la construction nationale à l’échelle européenne. Le colloque aurait ainsi pour objectif de compléter les approches traditionnelles, qui furent non seulement strictement politiques et diplomatiques, mais en définitive étroitement nationales dans leur conception.
Il s’agirait de reprendre le dossier de cet événement oublié. Il faudrait en premier lieu, nous semble-t-il, interroger la construction de l’événement comme tel, dans un contexte politique et médiatique qui n’a que peu à voir avec les périodes plus récentes d’où l’on a souvent daté la « naissance de l’événement », c’est-à-dire la toute fin du dix-neuvième siècle et le début du vingtième siècle. Celle du Royaume-Uni mise à part, la presse de la fin des années 1860 n’est nulle part vraiment libre ; les réseaux d’information internationaux n’ont pas encore la rapidité qu’ils acquerront peu après ; la presse populaire d’information est encore dans l’enfance, la plupart des journaux restent chers, leurs tirages limités, les illustrations rares, plutôt des gravures que des photographies. Comment dans ces conditions un événement, surtout s’il est survenu à l’étranger comme c’est le cas de Mentana, peut-il faire irruption dans l’actualité, frapper les esprits, obliger à prendre position ?
En second lieu, nous voudrions examiner la place de Mentana dans les affrontements politiques à l’échelle européenne. Il s’agirait de retracer l’écho de Mentana dans les quelques organisations qui se voulaient supra-nationales, l’A.I.T évidemment, mais aussi plus largement le courant radical qui se rassemble autour de la Ligue de la paix et de la Liberté, voire dans les milieux libre-penseurs de ce temps. Mais aussi bien chercher à voir si, et dans quelle mesure, l’événement contribue dans différents pays (car les situations étaient diverses) à reconfigurer les engagements en faveur ou en défaveur du pouvoir temporel des papes, ce que Mentana a pu changer dans l’affrontement des « catholiques » et des « anticléricaux », en faveur ou en défaveur du « libéralisme » ou de la « Révolution », tous deux anathématisés par l’Eglise de Pie IX.
Enfin, nous aurions voulu envisager Mentana comme révolution manquée, qui marque la fin d’une époque, celle d’un Risorgimento qui aurait voulu se faire en dehors des cadres et de la logique des Etats, mais plus largement comme l’échec d’un modèle révolutionnaire typique du dix-neuvième siècle, qu’on pourrait qualifier de romantique à condition de rester attentif à la multiplicité des formes qu’il a pu prendre. En d’autres termes, les révolutions du vingtième siècle n’ont plus rien à voir avec Mentana, et plus grand’chose non plus, on le sait maintenant, avec la Commune de Paris. Peut-être en ayant à l’esprit la grande expérience révolutionnaire que furent la Gloriosa espagnole puis le sexennio democrático qui suivit (1868-74), il nous semble intéressant de réfléchir sur les leçons de Mentana, ce qui se termine avec l’échec de Garibaldi, et d’en rechercher les modalités et les causes.

Modalités pratiques :
Les propositions (2.000 signes environ), qui devront s’intégrer à l’un des trois axes du colloque, doivent être envoyées par courriel à colloquementana@gmail.com avant le 30 avril 2017. Elles seront assorties d’une brève présentation des auteurs (statut, affiliation institutionnelle et publications principales).
La réponse aux propositions interviendra aux alentours du 15 mai.
Les frais de transport et d’hébergement seront pris en charge par le Centre de recherches en histoire du XIXe siècle.
Une publication des actes est prévue.

Langue des communications :
Français

Dates du colloque :
Le colloque, organisé par le Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne), se tiendra en Sorbonne le 9 novembre, avec une possible prolongation le 10 en fonction du nombre de propositions retenues. Le calendrier, ainsi que le programme, seront envoyés aux contributeurs le 15 mai.

Comité d’organisation :
Pierre-Marie Delpu (Aix-Marseille Université, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)
Arthur Hérisson (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)
Vincent Robert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)

Comité scientifique :
Jacques-Olivier Boudon (Université Paris-Sorbonne)
Philippe Boutry (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Catherine Brice (Universié Paris Est Créteil Val de Marne)
Jean-Yves Frétigné (Université de Rouen)
Daniele Menozzi (Scuola normale superiore di Pisa)

L’intégration des étrangers et des migrants dans les États de Savoie depuis l’époque moderne

Appel à communications – Call for papers

XIe colloque du P. R. I. D. A. E. S.
Programme de Recherche sur les Institutions et le Droit des Anciens États de Savoie
« L’intégration des étrangers et des migrants dans
les États de Savoie depuis l’époque moderne »
Torino, Campus Luigi Einaudi
23-24-25 Novembre 2017

Par leur position géographique à cheval sur les Alpes, les États de Savoie, constituent, depuis les temps modernes, un carrefour pour la circulation des hommes, des idées et des biens. Entre la France à l’ouest et, à l’est, la puissance autrichienne qui contrôle longtemps la plaine du Pô, mais en même temps tendus vers le sud et la Méditerranée (Nice, Gênes, la Sardaigne), les États de Savoie se sont construits en considérants les flux de population étrangère ou migrante comme une incontournable réalité.
L’objet du présent colloque est de mettre en lumière les modalités politiques, juridiques ou plus largement sociales mises en œuvre par les États de Savoie pour appréhender ces phénomènes et assurer l’intégration des étrangers et des migrants. En effet, dès le moyen-âge, on trouve dans les statuts des villes des dispositifs permettant d’associer les étrangers à la vie de la cité, leur réserver un statut, encadrer leurs activités et en tirer profit. Depuis, les mouvements de populations n’ont cessé de se multiplier pour de multiples raisons : migrations internes liées à l’exode rural ou aux activités économiques (commerce, industrie, chantiers navals, transports maritimes ou routiers, besoins de main d’œuvre, transhumance, activités agricoles, rizicoles ou forestières) ; mouvements de populations réfugiées à cause des guerres ou de régimes politiques que l’on cherche à fuir; déplacements de populations liés à des nécessités de peuplement ou véritables déportations; mouvements liés à l’appartenance religieuse (protestants, juifs, vaudois) ; mouvements liés à l’administration concernant les fonctionnaires en déplacement ou en poste. Selon les cas, l’étranger est aussi l’occupant, qui, à l’occasion de la guerre, s’installe plus ou moins durablement et qu’il faut aussi intégrer, parfois le mercenaire, ou bien celui qui menace les côtes ou les frontières, et qu’il faut contrôler ou repousser, ou bien encore l’espion qu’il faut surveiller. De même, les changements de souveraineté intervenus au milieu du XIXe siècle (annexion par la France de la Savoie et de Nice puis naissance du royaume d’Italie) créent de nouveaux étrangers dont il faut pareillement fixer le statut et garantir les droits. Enfin, selon les régions, le développement économique peut prendre appui sur de nouvelles catégories : le touriste étranger qui s’installe parfois durablement ou le migrant de l’intérieur dont on exploite la force de travail.
À chaque fois, la présence de l’étranger, du migrant (qu’il soit lui-même étranger (nonrégnicole) ou migrant de l’intérieur) pose question, et, sur le plan du droit et des institutions, cela se traduit par l’élaboration de politiques publiques spécifiques, de règles, de statuts, de droits réciproques (droit des personnes, droit d’asile, fiscalité, citoyenneté, statut professionnel) qui apparaissent comme des contraintes mais qui ouvrent aussi des perspectives d’échange et d’enrichissement mutuel. Parallèlement, des institutions, telles que l’Eglise, les confréries, les œuvres pies œuvrent pour l’accueil des étrangers et des migrants.
D’un point de vue davantage socio-économique, la présence d’étrangers et de migrants pose évidemment la question de leur intégration sociale et matérielle (accueil, intégration professionnelle, familiale, mariages mixtes, conditions d’existences) ou au contraire de leur mise à l’écart et de leur marginalisation. Enfin, sur le plan culturel, se posent de multiples questions en termes d’éducation, de langue, d’influences mutuelles voire de métissage culturel, mais également au regard des représentations que l’on se fait de l’étranger et du migrant. Se pose aussi la question des artistes étrangers, de leurs apports et de leur intégration. La problématique de ce colloque, aux profondes racines historique mais aux résonances très contemporaines, prend d’autant plus de relief dans le cadre des États de Savoie, en raison des expériences que fournit leur histoire d’État frontalier, mais aussi parce qu’ils donnent naissance à l’Italie, où se prolonge jusqu’à nos jours, avec une acuité particulière, la question de l’intégration des étrangers et des migrants. Aussi, le colloque est envisagé sur une longue période, des temps modernes jusqu’à nos jours, dans l’espace géographique des anciens États de Savoie, et en croisant les approches historiques, politiques, sociologiques, institutionnelles et juridiques.

Les langues du colloque étant l’italien et le français, la communication faite dans l’une des deux langues fera l’objet d’un résumé d’une page dans l’autre langue, distribué au moment du colloque.
Les propositions de communication devront parvenir à l’adresse suivante :
pridaes@unice.fr
en mentionnant :
– les coordonnées de l’auteur (adresse mail, téléphone)
– le titre (même provisoire) de la communication
– un bref résumé (10 lignes maximum)
– une présentation de l’auteur (10 lignes maximum)
Délai de réponse à l’appel à communication : au plus tard le 1er mai 2017

Dates du colloque : 23-24-25 novembre 2017

Comité scientifique
Gian Savino Pene Vidari (Pr. Histoire du droit, Turin)
Riccardo Ferrante (Pr. Histoire du droit, Gênes)
Renata Allio (Pr. Histoire économique, Turin)
Michel Bottin (Pr. Histoire du droit, Nice)
Enrico Genta (Pr. Histoire du droit, Turin)
Olivier Vernier (Pr. Histoire du droit, Nice)
Bruno Berthier (MCF. Histoire du droit, Chambéry)
Marc Ortolani (Pr. Histoire du droit, Nice)
Christian Sorrel (Pr. Histoire contemporaine, Lyon II)
Philippe Didier (Pr. Histoire du droit, Grenoble II)
Paola Casana (Pr. Histoire du droit, Turin)
Jean-Yves Coppolani (Pr. Histoire du droit, Corte)

Ugo Niccolò Foscolo entre Italie et Grèce

Colloque international interdisciplinaire
Ugo Niccolò Foscolo entre Italie et Grèce
9, 10 et 11 mars 2017 à Nice et à Vintimille
Organisation: Francesca Irene Sensini (Université de Nice Sophia Antipolis); Alberto Beniscelli (Università degli Studi di Genova); Christian Del Vento (Université Paris 3 Sorbonne)
Renseignements : Francesca Irene Sensini
convegnofoscolo2017@gmail.com

Programme

Jeudi 9 mars, 9h

Nice, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
Université Nice Sophia Antipolis
Pôle Universitaire Saint-Jean d’Angély 3, 25 av. François Mitterrand, Nice.

Allocutions d’ouverture

9 h 30, Francesca Irene Sensini (Université de Nice Sophia Antipolis), Introduction

Première Session Réceptions croisées

Président de séance, Giuseppe Nicoletti (Università degli Studi di Firenze)

10 h

  • Michael Paschalis (University of Crete), Andreas Kalvos, Ugo Foscolo and the Birth of the Later Phase of Modern Greek Literature;
  • Maria Tsoutsoura (Université Sorbonne nouvelle Paris 3), Exils, langues et nations chez trois poètes de Zante : Foscolo, Calvos et Solomos;

11 h Pause

11 h 30

  • Serena Ferrando (Università degli Studi di Genova), La dialettica mitopoiesi-realtà-illusione in Ugo Foscolo e Dionysios Solomos;
  • Roberto Capel Badino (Scuola Superiore di Studi Storici di San Marino), Ritorno a Zacinto: immagini della conversione linguistica di Andreas Kalvos;

12 h 30, Débat

13, Déjeuner

Présidente de séance, Aurélie Moioli (Université Nice Sophia Antipolis)

14 h 30

  • Alessandra Cenni (Université degli Studi di Roma « Tor Vergata »), Dalle «sacre sponde». Foscolo, Kalvos, Solomos : contatti, relazioni, scambi tra Grecia e Italia dei tre massimi poeti delle isole Ionie;
  • Claudio Chiancone (Université Grenoble Alpes), Nostalgia, frustrazione, ricerca di identità. Italia e Grecia negli scritti inediti di Mario Pieri

15 h 30, Pause

16 h

  • Maurizio Perugi (Université de Genève), La presenza di Guido Cavalcanti in Foscolo (e in Dionisio Solomós)

17 h, Débat

Vendredi 10 mars 9h

Nice, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

Deuxième Session, Foscolo et la Grèce classique

Enzo Neppi (Université Grenoble Alpes)

9 h 00

  • Agnieszka Fulinska (Université Jagellonne, Cracovie) Foscolo, Bonaparte and graeco-roman Imagery
  • Erminio Risso (Università degli Studi di Genova), Foscolo, Ettore, Plutarco: Jacopo Ortis lettore dei «Sepolcri»

10 h 30, Pause

11 h

  • Donatella Martinelli (Università degli Studi di Parma), La svolta del 1803: Foscolo riscopre la letteratura della Grecia antica nei testi originali
  • Francesca M. Falchi (Università degli Studi di Parma), Nel solco di Callimaco: La Chioma di Berenice tradotta da Ugo Foscolo
  • Gloria Larini (Istituto di Scienze Umane e Sociali, Firenze), Pensare in greco: possibili calchi strutturali e semantici dall’epica, dalla tragedia e dalla lirica greca nella poesia di Ugo Foscolo

12 h 30, Débat

13 h, Déjeuner

Président de séance: Arnaldo Bruni (Università degli Studi di Firenze)

14 h 30

  • Paola Cosentino (Università degli Studi di Genova), Foscolo lettore di Sofocle: sull’Aiace e dintorni;
  • Silvia Tatti (Università degli Studi di Roma «La Sapienza»), L’inarrivabile sublimità di Pindaro e l’ufficio della letteratura in Foscolo;
  • Beatrice Alfonzetti (Università degli Studi di Roma «La Sapienza»), Ettore e Ajace: allegoria politica e mito dei vinti in Foscolo;

16 h, Pause

16 h 30

  • Chiara Piola Caselli (Università degli Studi di Perugia), La cultura greca nella biblioteca londinese di Foscolo (1817-1826);
  • Ilaria Mangiavacchi (Università degli Studi di Firenze), La Grecia in Inghilterra: Foscolo autore di un’antologia classica.
  • Matteo Navone (Università degli Studi di Genova), Storia e storiografia greca negli scritti politici giovanili di Foscolo

18 h, Débat

Sabato 11 mars, 9h30

Vintimille, Jardin botanique Hanbury

9 h 30, Alberto Beniscelli (Università degli Studi di Genova), Introduction

Troisième Session, Foscolo philhellène

Président de séance

Président de séance: Alberto Beniscelli (Università degli Studi di Genova)

10 h

  • Paolo Borsa et Amalia Kolonia (Università degli Studi di Milano «La Statale»), Foscolo e la Grecia nell’epistolario «inglese»
  • Andrea Scardicchio (Università del Salento, Lecce), Foscolo, Mustoxidi e «la saggia Isabella»

11 h, Pause

11 h 30

  • Gerassimos Pagratis (University of Athens), Le Isole Ionie negli anni di Ugo Foscolo: società e cultura in transizione
  • Luca Beltrami (Università degli Studi di Genova) Foscolo e la questione delle Isole Ionie

12 h 30, Débât

13 h, Déjeuner

Président de séance: Christian Del Vento (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)

14 h 30

  • Stefano Verdino (Università degli Studi di Genova), Il caso Parga, Foscolo e gli interventi italiani coevi
  • Stathis Birtachas (University of Thessaloniki), Esilio risorgimentale e filellenismo combattente al tempo di Ugo Foscolo: il conte Giacinto Provana di Collegno in Grecia (1824-25)

15 h 30, Pause

16 h

  • Olimpia Gargano (Université de Nice Sophia Antipolis), «A frontier against the advance of the Mahometans»: l’Albania nelle pagine londinesi di Ugo Foscolo
  • Quinto Marini (Università degli Studi di Genova), Nievo, Foscolo, la Grecia

17 h Christian Del Vento (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), Conclusions

Visible dans la salle du colloque la vidéo-installation inspiré d’Ugo Foscolo et son œuvre, “Carta bianca”, réalisée par le collectif italien Augenblick (Italie, 2017)

Télécharger le programme