Cesare Lombroso et la culture française – débats, conflits et collaborations


Colloque international
4-6 décembre 2017
Cesare Lombroso et la culture française – débats, conflits et collaborations
Torino

Présentation
Cette rencontre a pour intention de fournir une analyse des relations que Cesare Lombroso et l’école positiviste de droit pénal ont entretenues dans plusieurs domaines (criminologie, psychiatrie, littérature et critique d’art, sciences historiques et politiques) avec le monde français de la deuxième partie du XIXe siècle. Ces relations, bien que connues depuis longtemps, n’ont pas encore été étudiées dans leur ensemble. Lors du IIe Congrès international d’Anthropologie criminelle, qui eut lieu à Paris en 1889, les théories lombrosiennes furent rejetées par les principaux représentants de l’anthropologie française. De ce fait, les chercheurs se sont davantage intéressés à ceux qui les critiquaient qu’à ceux qui les suivaient, et à la circulation de ses idées au sein de la culture positiviste. Des études plus récentes ont au contraire démontré l’existence d’une action conjointe. La correspondance entre Lombroso et certaines figures clés de l’intelligentsia française de l’époque permet d’aborder aujourd’hui cette question de façon plus systématique, en confrontant les discussions, les thèmes et les points de désaccord, mais aussi les influences et les collaborations réciproques.

Programme
Lundi 4 décembre, 14h30
Palazzo degli Instituti Anatomici, salle C
Corso Massimo d’Azeglio 52

SALUTATIONS AUX AUTORITÉS
INTRODUCTION par Silvano Montaldo et Xavier Tabet
Première section: L’HOMO CRIMINALIS DES LUMIÈRES À LOMBROSO
Michel Porret (Université de Genève), La peine de mort dans l’école française et dans l’école italienne
Simone Baral (Université de Turin – Doctorat), De la phrénologie à l’anthropologie criminelle
Jean-Yves Frétigné (Université de Rouen), Les correspondants français de Lombroso
Anne Devarieux (Université de Caen), Tarde et Lombroso
Xavier Tabet (Université Paris 8), Zola et Lombroso

Mardi 5 décembre, 9h00
Fondazione Einaudi
Via Pincipe Amedeo 34

Deuxième section: LES PATHOLOGIES DE LA POLITIQUE
Nathalie Richard (Université du Maine, Le Mans), Taine et Lombroso
Elena Bovo (Université de Franche-Comté), De l’anthropologie criminelle à la psychologie des foules
Ernesto De Cristofaro (Università de Catania), Les anarchistes et le délit politique entre la France et l’Italie
Martine Kaluszynski (Université de Grenoble), Lacassagne versus Lombroso. Mythe et réalité
Alessio Petrizzo (Collegium Institut d’études avancées de Lyon), L’étude du tatouage entre Turin et Lyon

Mardi 5 décembre, 15h00
Fondazione Einaudi
Via Pincipe Amedeo 34

Troisième section: HISTOIRE, PHILOLOGIE, RACISME
Enrico Artifoni (Université de Turin), Les études historiques et l’anthropologie criminelle entre l’Italie et la France à l’époque de Lombroso
Emanuele D’Antonio (Université de Turin), Le judaïsme, l’antisémitisme et l’affaire Dreyfus
Claude Olivier Doron (Université Paris VII), Lombroso, Féré et Dallemagne
Silvano Montaldo (Université de Turin), Liaisons dangereuses: Lombroso, Richet, Maxwell, Forel et l’eugénisme

Mercredi 6 décembre, 9h00
Fondazione Einaudi
Via Pincipe Amedeo 34

Quatrième section: DE LA DÉGÉNÉRESCENCE À LA SOCIOLOGIE
Jean-Christophe Coffin (Université Paris 8), Morel et Lombroso
Gianfranco Venturini (Doctorat en Histoire des sciences, Université de Pise), Entre Leopardi et Zola: la pathobiographie des écrivains
Lydia Couet (Doctorante contractuelle, Université de Bourgogne – Centre Georges Chevrier), Lombroso et son influence sur les premiers collectionneurs d’ « Art des fous » en France à la fin du XIXème et au début du XXème siècle
Maddalena Carli (Université de Teramo), Lombroso et Sorel
Francesco Paolo De Ceglia (Université de Bari), Vaincus par une sorcière. Lombroso, Richet et les recherches métapsychiques sur Eusapia Palladino

Congresso Lombroso

La France d’Antonio Gramsci


Colloque international
La France d’Antonio Gramsci
23-24-25 novembre
ENS Lyon

Lieu: Site Descartes
Salles : D8.006 les jeudi 23 novembre et vendredi 24 novembre
D2.034 le samedi 25 novembre

Intervenants:
Francesca Antonini, Giulio Azzolini, Leonardo Casalino, Vincent Charbonnier, Giuseppe Cospito, Romain Descendre, Jean-Yves Frétigné, Antony Crézégut, Yohann Douet, Michele Fiorillo, Gianni Francioni, Fabio Frosini, Natalìa Gaboardi, Jacques Guilhaumou, Giuliano Guzzone, Robert Jackson, Marie Lucas, Jean-Pierre Potier, Giuseppe Vacca, Jean-Claude Zancarini

Organisateurs:
Triangle. Action, discours, pensée politique et économique
Labex COMOD
Fondazione Gramsci
Università di Pavia

Description
Pour contribuer à célébrer en France le quatre-vingtième anniversaire de la mort du grand penseur italien (1891-1937), nous invitons les chercheurs à un travail collectif sur « la France d’Antonio Gramsci », dans le cadre d’un colloque qui se tiendra à Lyon (lieu important pour l’histoire du communisme italien et du rôle qu’y joua Gramsci, puisque s’y tint, en janvier 1926, le 3e congrès du PC d’I).

Comme cela se vérifie également à l’échelle mondiale, le nom de Gramsci est depuis quelques années très présent dans l’espace public français, tant dans les champs politique et journalistique que dans les débats théoriques et les sciences sociales ; on note aussi des travaux français récents sur Gramsci et sa réception en France. En revanche, bien peu a été fait sur la présence de la France dans son œuvre et c’est bien cet aspect que nous entendons traiter.

Le colloque « la France d’Antonio Gramsci » se penchera donc sur la place et la fonction de l’histoire, de la politique et de la culture françaises dans la réflexion de Gramsci. Cette question n’a jusqu’ici pas fait l’objet d’études systématiques. Il est pourtant incontestable que la formation de Gramsci est en large part constituée de culture française et que, tout au long de son œuvre, la France lui sert de point de référence à partir duquel penser la situation italienne. C’est particulièrement vrai dans la mise en évidence du rôle de la politique française – avec l’économie anglaise et la philosophie allemande – comme une des trois sources du marxisme. Au delà de cette première constatation, la présence d’auteurs, événements et thèmes français dans ses textes – au premier rang desquels les Cahiers de prison – est particulièrement forte et bien connue de la critique. Il s’agira donc d’examiner certains de ses concepts les plus importants (jacobinisme, national-populaire…), certaines de ses thématiques historiques (les Lumières, la Révolution française, les rapports ville-campagne…), politiques (syndicalisme révolutionnaire, Maurras et l’Action française…) et culturelles (culture française, intellectuels français…) en les mettant en résonance avec sa réflexion d’ensemble et le rythme de sa pensée. Gramsci pense la France, son histoire et sa culture, mais son intention vise bien au-delà !

Ce colloque se tiendra malheureusement en l’absence d’André Tosel, qui fit tant pour la diffusion de l’œuvre de Gramsci en France. André avait chaleureusement soutenu l’idée d’organiser à Lyon un événement commémorant le penseur italien et il devait bien sûr faire partie de son conseil scientifique. Sa générosité et son enthousiasme nous manqueront autant que sa science. Un hommage lui sera rendu pendant le colloque.

Conseil scientifique: Giuseppe Cospito (Università di Pavia), Romain Descendre (ENS de Lyon), Gianni Francioni (Università di Pavia), Fabio Frosini (Università di Urbino), Pierre Girard (Université Lyon 3), Guido Liguori (Università della Calabria), Giuseppe Vacca (Fondazione Gramsci), Jean-Claude Zancarini (ENS de Lyon)

Entrée libre

Contacts:
Romain Descendre Mail: romain.descendre@ens-lyon.fr
Jean-Claude Zancarini Mail: jean-claude.zancarini@ens-lyon.fr

Voir programme

Journée d’études « Bibliothèques d’auteur »


Bibliothèques d’auteur : problèmes, méthodes, outils
Biblioteche d’autore : problemi, metodologie, strumenti

Samedi 18 Novembre 2017
MAISON DE LA RECHERCHE
Salle Athéna – 4 rue des Irlandais – 75005 Paris

Journée organisée avec le soutien de :
Commission de la Recherche de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 Direction des Affaires Internationales de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 EA 3979 LECEMO
Universités de Bologne, Grenoble-Alpes, Padoue, Rome «La Sapienza» Université Franco-Italienne

On connaît l’importance que peut avoir l’étude de la bibliothèque d’un écrivain dans la compréhension de son œuvre et de la culture de son époque. Néanmoins, lorsqu’on étudie ce type de bibliothèques plusieurs difficultés théoriques se posent. Différentes précautions s’avèrent alors nécessaires concernant le statut de la bibliothèque. Se pose ici le problème complexe – mais incontournable lorsqu’on étudie une bibliothèque privée au XVIIIe siècle – des frontières entre une bibliothèque de famille et la collection qui appartint effectivement au personnage étudié, les livres qu’il lut et qu’il étudia. C’est une question cruciale puisque la nature intellectuelle d’une bibliothèque et la possibilité même d’en faire un objet d’étude dépendent du choix des volumes et, donc, de l’identification exacte de la personne qui les a choisis, tout en offrant des informations sur les circuits et le commerce des livres et, parfois, en contribuant à la définition d’un canon littéraire. Cette question amène, ensuite, à s’interroger sur le statut de son possesseur, l’écrivain : qu’est-ce que la bibliothèque d’un écrivain ? A-t-elle un statut spécifique ? A partir de quelle époque peut-on parler de bibliothèque d’écrivain ? Comment la délimiter au sein de collections parfois plus importantes dans lesquelles l’écrivain puisait ses lectures ?
La journée d’études cherchera à donner quelques réponses à ces questions et aux autres qui sont soulevées par l’étude des bibliothèques d’auteur, aussi bien à travers des interventions plus générales, qu’à travers la présentation de cas d’étude spécifiques mais représentatifs des problèmes et des enjeux méthodologiques liés à l’étude des bibliothèques d’écrivains.

Programme

Samedi 18 novembre
9h15 Allocutions d’ouverture

Bibliothèques d’écrivains
Présidence : Elena Pierazzo (Grenoble-Alpes)
9h45Christian Del Vento (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Qu’est-ce qu’une
bibliothèque d’auteur ?
Dirk van Hulle (Anvers), Writers’ Libraries, Extant and Virtual: The Case of Beckett’s Books.
Chiara Piola Caselli (Pérouse), Le biblioteche di Foscolo. Cataloghi e volumi. 11h15 Discussion

11h30 Pause

Présidence : Silvia Tatti (Rome «La Sapienza»)
11h45 Franco Tomasi (Padoue), La biblioteca del Tasso: problemi interpretativi e
soluzioni lologiche.
Carlo Londero (Udine), La gondola di Stravinski. Fluttuazioni tra prosa e poesia nelle carte di Beniamino Dal Fabbro.
12h45 Discussion 13h00 Buffet

Bibliothèques de chercheurs

Présidence : Gino Ruozzi (Bologne)
14h30 Paolo Tinti (Bologne), La « chasse aux livres » du professeur: la bibliothèque-
laboratoire de Piero Camporesi.
Marco Veglia (Bologne), La biblioteca di Carducci (ovvero, la lologia, la poesia
e le cicale).
Carlo Alberto Girotto (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3),
Daniele Franco (DBU Sorbonne Nouvelle), Filippo Fonio (Grenoble Alpes), Claire Mouraby (SID Grenoble Alpes), Transferts culturels entre Italie et France, XIXe-XXIe siècle : valoriser les bibliothèques et archives de chercheurs.

16h00 Discussion

16h15 Pause

16h30 Conclusions méthodologiques avec la participation de Chiara Lastraioli (Tours, CESR), Laura Nay (Turin), Yann Sordet (Paris, Bibliothèque Mazarine).

Comité scientifique :
Chiara Lastraioli, Laura Nay, Amedeo Quondam Yann Sordet, Stefano Verdino
Organisation :
Christian Del Vento : christian.del-vento@sorbonne-nouvelle.fr Carlo Alberto Girotto : carlo-alberto.girotto@sorbonne-nouvelle.fr

Télécharger le programme

Rencontre à la Librairie Pedone autour de la biographie de Gramsci le mercredi 15 novembre

RENCONTRE

Mercredi 15 Novembre

dédicace à partir de 18 h
Présentation à 18h45 par Jean-Yves Frétigné
de son ouvrage
Antonio Gramsci vivre, c’est résister
avec Madame la professeure Marie-Anne Matard-Bonucci

Librairie Pedone – 13 rue Soufflot – 75005 Paris

Jean-Yves Frétigné nous fait découvrir un géant qui, contre Mussolini et Staline, défend un engagement au service d’un projet de renouveau politique adapté aux sociétés occidentales. En condamnant le fascisme et le communisme réel, sa pensée constitue, hier comme aujourd’hui, un remède et un antidote aux dérives et aux dévoiements de l’idéal révolutionnaire.

Marie-Anne Matard-Bonucci, professeure d’histoire contemporaine, qui avec Jean-Yves Frétigné a été membre de l’Ecole française de Rome, introduira la discussion.

affiche-Gramsci

Les Français et l’Unité italienne : 1848-1870

Guerre d’Italie. Bataille de Solferino (24 juin 1859). L’empereur Napoléon III donne l’ordre aux chasseurs et aux voltigeurs de la Garde d’enlever Solferino [estampe]

Vendredi 17 novembre 2017, de 18h30 à 20h
BnF I François Mitterrand
quai François Mauriac, Paris 13e Salle 70

Conférence: Les Français et l’Unité italienne : 1848-1870

Madame Laura Fournier-Finocchiaro, Maître de conférences HDR en études italiennes. Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Entre 1848 et 1870, on constate un très vif intérêt en France pour la question de l’indépendance et de l’unité italienne. Globalement sensible et favorable à l’idée de combattre l’influence autrichienne en Italie, l’opinion française est régulièrement informée par la presse qui, pendant la guerre d’indépendance de 1859-1860, développe massivement la pratique journalistique de la correspondance de guerre. À cet égard, on remarque que la France construit son image propre du Risorgimento italien où le rôle joué par la personnalité de Napoléon III est fortement valorisé. Inversement, l’historiographie italienne revendique, pour sa part, l’indépendance de l’action politique dans l’unification de la péninsule par rapport à l’appui venu des Français.

Cycle de conférences Histoire de l’Italie : les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles
Coordination: Emanuela Prosdotti, chargée de collections en histoire de l’Italie. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF

Entrée libre

Médias, politique et révolution à la fin des années 1860 : les échos de la bataille de Mentana


Médias, politique et révolution à la fin des années 1860 : les échos de la bataille de Mentana

Colloque international organisé par le Centre d’Histoire du XIXe siècle
9 et 10 novembre 2017
Salle des Actes Centre Sorbonne 17 rue de la Sorbonne – 75006 Paris
Inscriptions sur crhxixe@univ-paris1.fr ou par téléphone au 01 40 46 28 20

Programme Mentana

Le traumatisme de Caporetto. Histoire, littérature et arts


Colloque international à l’occasion du centenaire de la bataille de Caporetto (1917)
Le traumatisme de Caporetto. Histoire, littérature et arts

9 -10 novembre 2017
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (Maison de la Recherche) et Maison d’Italie, Cité Internationale Universitaire de Paris

CIRCE (Centre Interdisciplinaire de Recherche sur la Culture des Echanges)
Équipe d’accueil : EA 3979 LECEMO
Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
LUCHIE (Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe)
Université Grenoble-Alpes

Responsables :
Maria Pia De Paulis-Dalembert : maria-pia.dalembert@univ-paris3.fr
Francesca Belviso : francescabelviso@u-picardie.fr
Alessandro Giacone : giaconea@gmail.com

Comité scientifique :Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Francesca Belviso (Université d’Amiens), Manuela Bertone (Univer-sité de Nice Sophia Antipolis), Bruna Bianchi (Université Ca’ Foscari, Venise), Angelo d’Orsi (Université de Turin), Maria Pia De Paulis-Dalembert (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Alessandro Giacone (Université Gre-noble-Alpes), Nicola Labanca (Université de Sienne), Christophe Mileschi (Université Paris-Nanterre), Fulvio Senardi (Istituto Giuliano di Storia Cultura e Documenta-zione di Trieste e Gorizia)

La bataille de Caporetto (24 octobre – 9 novembre 1917), soit la douzième bataille de l’Isonzo, a représenté un traumatisme profond pour la nation italienne. Aujourd’hui encore, dans le langage courant, le mot Caporetto est synonyme de défaite, de désastre. Les soldats italiens sont repoussés par les Autrichiens et les Allemands au-delà de l’Isonzo et du Tagliamento jusqu’au fleuve Piave, et subissent le choc supplémentaire d’une défaite assortie de l’accusation de désertion et de trahison par les Hauts Commandements. Cent ans après cette blessure individuelle et collective, dans une optique pluridisciplinaire et interdisciplinaire, et par le biais de la notion de traumatisme, ce colloque international interroge les aspects historiques, politiques, militaires à l’origine de la défaite. Il étudie aussi les formes par lesquelles les soldats-écrivains élaborent le témoignage d’un trauma individuel obsédant, inscrit dans une dimension collective et historique. Les stratifications temporelles – concernant aussi bien la lecture historiographique, militaire et politique que les écrits mémoriels et fictionnels – sont un facteur important pour la réappropriation d’un fait qui n’a eu de cesse de questionner l’histoire et l’identité italiennes. Dans le processus de remémoration (non seulement des faits, mais aussi du fonctionnement / bouleverse-ment du langage du corps), la représentation du choc subi est à appréhender autant dans la dimension de l’immédiateté du vécu que dans la revisitation mémorielle a posteriori. La restitution d’un traumatisme étant par essence reconstruction de la mémoire de l’expérience traumatique elle-même, il s’agira d’étudier les mécanismes par lesquels la rupture violente d’un équilibre déjà instable revit dans le langage autobiographique ou artistique entendu aussi comme exutoire et résilience.

Voir programme

Per la costruzione dell’identità nazionale. Francesco De Sanctis e Pasquale Stanislao Mancini dalla provincia meridionale all’Europa


CONVEGNO DI STUDI

Per la costruzione dell’identità nazionale
Francesco De Sanctis e Pasquale Stanislao Mancini dalla provincia meridionale all’Europa
Napoli, 25 -28 ottobre 2017

25 ottobre, ore 15,00 Società Napoletana di Storia Patria

Saluti delle Autorità
Francesco Paolo Tronca, Commissario dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano
Annunziata Berrino, Presidente del Comitato di Napoli dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano
Andreas Gottsmann, Rappresentante dei Gruppi esteri dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano

Presiede: Anna Maria Rao, Università degli studi di Napoli Federico II

I SESSIONE: Presenze
Giuseppe Galasso, Il liberalismo
Renata De Lorenzo, La formazione giovanile: da allievi a maestri
Aurelio Cernigliaro, De Sanctis e Mancini nella vita politica

26 ottobre, ore 9,00 Società Napoletana di Storia Patria

Presiede Annunziata Berrino, Comitato di Napoli dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano

II SESSIONE: L’esilio
Umberto Levra, L’esilio torinese di Pasquale Stanislao Mancini
Laura Nay, Francesco De Sanctis: la letteratura in esilio di un «bambino politico»

Profili intellettuali
Luigi Mascilli Migliorini, Eredità e allievi: la “scuola” di De Sanctis e Mancini
Giuseppe Monsagrati, Tra letteratura, politica e giornalismo. L’idea di laicità di Francesco De Sanctis e di Pasquale Stanislao Mancini

26 ottobre ore 15,30 Biblioteca Nazionale Vittorio Emanuele III

Presiede Andrea Ciampani, Università di Roma LUMSA

IV SESSIONE: Linguaggi
Nicola De Blasi, La lingua e lo stile di Francesco De Sanctis
Guido Melis, La lingua e le idee di Pasquale Stanislao Mancini

Nazione e famiglia
Roberto Balzani, Mancini, De Sanctis e la ricerca di una sintesi interpretativa per l’identità nazionale
Laura Guidi, Reti e ruoli femminili nei percorsi di vita di Francesco De Sanctis e Pasquale Stanislao Mancini

27 ottobre, ore 9,00 Società Napoletana di Storia Patria

Presiede Jean-Yves Frétigné, Gruppi esteri dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano

V SESSIONE: Contesti
Paolo Macry, Le lettere del ministro De Sanctis (1861-1862)
Cosimo Ceccuti, Francesco De Sanctis, Nuova Antologia e l’ambiente culturale fiorentino

Professioni e politica
Alfio Signorelli, Francesco De Sanctis, Pasquale Stanislao Mancini e le professioni giuridiche
Marco Meriggi, Il giornalismo

27 ottobre, ore 15,30 Gallerie d’Italia – Palazzo Zevallos Stigliano
Presiede Romano Ugolini, Università degli studi di Perugia

VII SESSIONE: L’ambito internazionale
John A. Davis, La dimensione europea
Erik Jayme, Mancini: l’internazionalista europeo
Laura Fournier-Finocchiaro, La fortuna di De Sanctis in Europa

Segretaria scientifica: Paola Milone e Donatella Zampano
Segreteria organizzativa: Francesca Esposito, Marco Esposito e Francesca Neri

Informazioni:
Tel. 0815510353
Email:info@risorgimento-napoli.com

Brochure

Mythe des origines et réalité politique : La Mostra augustea della romanità (1937-1938)


JOURNÉE D’ÉTUDE / VENDREDI 13 OCTOBRE 2017
Université de Lille, Sciences Humaines et Sociales
Maison de la Recherche, Bât. F, salle F0.42

Mythe des origines et réalité politique : La Mostra augustea della romanità (1937-1938)

Matinée : la Mostra augustea dans son contexte

9h00 / Jean-Philippe BAREIL (Université de Lille)
Accueil et introduction de la journée.
9h30 / Christine HOËT-VAN CAUWENBERGHE (Université de Lille)
Auguste, maître de Rome, prince de l’Empire romain.
10h15 / Chiara RUFFINENGO (Université de Lille)
L’archéologie dans l’élaboration d’une romanité mythique.
11h00 / Pause
11h15 / Donatello ARAMINI (Università di Roma Tre)
L’Istituto di studi romani e il recupero del mito di Augusto durante il bimillenario del 1937.
12h00 / Marie-Laurence HAACK (Université de Picardie)
Les Etrusques dans la Mostra augustea.
12h 45 / Questions et débat

Après-midi : prolongements conceptuels et spatiaux

14h45 / Béatrice SICA (University College London)
Le dictateur à cheval, entre antiquité et modernité.
15h30 /Antonella MAURI (Université de Lille)
La romanité mise au service du projet racial à partir de 1938.
16h15 / Jérémy GUEDJ (Université de Nice)
La réception française de la Mostra augustea.
17h00 / Débat et conclusion des travaux par Barbara MEAZZI (Université de Nice).

INFORMATION ET CONTACT
cecille@univ-lille3.fr

Les exilés italiens en France dans les années 1830 et la gazette littéraire «L’Italiano»

Vendredi 13 octobre 2017, de 18h30 à 20h
BnF I François Mitterrand
quai François Mauriac, Paris 13e Salle 70

Conférence: Les exilés italiens en France dans les années 1830 et la gazette littéraire «L’Italiano»

Madame Ilaria Gabbani, docteur ès Lettres, traductrice. Université de Pise, Université Paris 3 Sorbonne, Centre CIRCE

La publication à Paris, en 1836, de la gazette littéraire « L’Italiano » demeure un épisode peu connu de l’histoire de la diaspora italienne du Risorgimento. Écrit presque entièrement en italien, destiné à la communauté des exilés comme au public de la péninsule, le journal avait comme objectif un ambitieux programme de critique littéraire visant à l’élaboration d’une nouvelle littérature nationale. En dépit de sa nature identitaire, ce projet était le fruit d’un dialogue fécond avec la littérature européenne du XIXe siècle, un recueil de traductions de drames ayant même été envisagé. Entre éloges et âpres critiques, c’est surtout la culture française du XIXe siècle qui joue un rôle prépondérant dans le développement du projet littéraire défendu par la gazette.

Cycle de conférences Histoire de l’Italie : les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles
Coordination: Emanuela Prosdotti, chargée de collections en histoire de l’Italie. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF

Entrée libre