Médias, politique et révolution à la fin des années 1860. Les échos de la bataille de Mentana

Appel à communications

Médias, politique et révolution à la fin des années 1860. Les échos de la bataille de Mentana

Colloque international (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), 9-10 novembre 2017

Argumentaire :
Sauf pour les spécialistes du Risorgimento italien, la bataille de Mentana (3 novembre 1867) est un événement aujourd’hui largement oublié : on se souvient vaguement de la phrase du général de Failly qui fit scandale (« Les chassepots ont fait merveille ») mais il est clair que l’épisode n’a pas eu grande influence sur l’achèvement de l’unité italienne, puisque la défaite des volontaires garibaldiens n’a assuré qu’un bref répit à l’État pontifical. L’enjeu européen paraît plus mince encore : à Sadowa l’année précédente comme à Sedan, trois ans plus tard, ce furent des armées autrement importantes qui s’affrontèrent et le destin de l’Europe qui se joua véritablement.
Sur le moment pourtant l’événement eut en Europe un retentissement considérable et souleva les passions : l’émotion fut grande, bien entendu chez la plupart des catholiques du fait du péril couru par le Saint-Siège, mais aussi chez tous ceux, nombreux et divers, qui considéraient à l’inverse la cause de l’unité italienne avec sympathie, qu’ils aient ou non Garibaldi pour héros. En France, en un temps où la manifestation de rue était non seulement proscrite, mais presqu’inenvisageable, les membres français de la pacifique Association internationale des travailleurs, scandalisés, furent à deux doigts de descendre dans la rue ; et il y eut quand même à Paris quelques protestations publiques.
Nous n’entendons pas reprendre l’étude de l’événement lui-même, mais plutôt en envisager une vision transnationale, à la suite d’une partie de l’historiographie récente du Risorgimento, qui s’est attachée à élargir l’approche de la construction nationale à l’échelle européenne. Le colloque aurait ainsi pour objectif de compléter les approches traditionnelles, qui furent non seulement strictement politiques et diplomatiques, mais en définitive étroitement nationales dans leur conception.
Il s’agirait de reprendre le dossier de cet événement oublié. Il faudrait en premier lieu, nous semble-t-il, interroger la construction de l’événement comme tel, dans un contexte politique et médiatique qui n’a que peu à voir avec les périodes plus récentes d’où l’on a souvent daté la « naissance de l’événement », c’est-à-dire la toute fin du dix-neuvième siècle et le début du vingtième siècle. Celle du Royaume-Uni mise à part, la presse de la fin des années 1860 n’est nulle part vraiment libre ; les réseaux d’information internationaux n’ont pas encore la rapidité qu’ils acquerront peu après ; la presse populaire d’information est encore dans l’enfance, la plupart des journaux restent chers, leurs tirages limités, les illustrations rares, plutôt des gravures que des photographies. Comment dans ces conditions un événement, surtout s’il est survenu à l’étranger comme c’est le cas de Mentana, peut-il faire irruption dans l’actualité, frapper les esprits, obliger à prendre position ?
En second lieu, nous voudrions examiner la place de Mentana dans les affrontements politiques à l’échelle européenne. Il s’agirait de retracer l’écho de Mentana dans les quelques organisations qui se voulaient supra-nationales, l’A.I.T évidemment, mais aussi plus largement le courant radical qui se rassemble autour de la Ligue de la paix et de la Liberté, voire dans les milieux libre-penseurs de ce temps. Mais aussi bien chercher à voir si, et dans quelle mesure, l’événement contribue dans différents pays (car les situations étaient diverses) à reconfigurer les engagements en faveur ou en défaveur du pouvoir temporel des papes, ce que Mentana a pu changer dans l’affrontement des « catholiques » et des « anticléricaux », en faveur ou en défaveur du « libéralisme » ou de la « Révolution », tous deux anathématisés par l’Eglise de Pie IX.
Enfin, nous aurions voulu envisager Mentana comme révolution manquée, qui marque la fin d’une époque, celle d’un Risorgimento qui aurait voulu se faire en dehors des cadres et de la logique des Etats, mais plus largement comme l’échec d’un modèle révolutionnaire typique du dix-neuvième siècle, qu’on pourrait qualifier de romantique à condition de rester attentif à la multiplicité des formes qu’il a pu prendre. En d’autres termes, les révolutions du vingtième siècle n’ont plus rien à voir avec Mentana, et plus grand’chose non plus, on le sait maintenant, avec la Commune de Paris. Peut-être en ayant à l’esprit la grande expérience révolutionnaire que furent la Gloriosa espagnole puis le sexennio democrático qui suivit (1868-74), il nous semble intéressant de réfléchir sur les leçons de Mentana, ce qui se termine avec l’échec de Garibaldi, et d’en rechercher les modalités et les causes.

Modalités pratiques :
Les propositions (2.000 signes environ), qui devront s’intégrer à l’un des trois axes du colloque, doivent être envoyées par courriel à colloquementana@gmail.com avant le 30 avril 2017. Elles seront assorties d’une brève présentation des auteurs (statut, affiliation institutionnelle et publications principales).
La réponse aux propositions interviendra aux alentours du 15 mai.
Les frais de transport et d’hébergement seront pris en charge par le Centre de recherches en histoire du XIXe siècle.
Une publication des actes est prévue.

Langue des communications :
Français

Dates du colloque :
Le colloque, organisé par le Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne), se tiendra en Sorbonne le 9 novembre, avec une possible prolongation le 10 en fonction du nombre de propositions retenues. Le calendrier, ainsi que le programme, seront envoyés aux contributeurs le 15 mai.

Comité d’organisation :
Pierre-Marie Delpu (Aix-Marseille Université, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)
Arthur Hérisson (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)
Vincent Robert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)

Comité scientifique :
Jacques-Olivier Boudon (Université Paris-Sorbonne)
Philippe Boutry (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Catherine Brice (Universié Paris Est Créteil Val de Marne)
Jean-Yves Frétigné (Université de Rouen)
Daniele Menozzi (Scuola normale superiore di Pisa)

L’intégration des étrangers et des migrants dans les États de Savoie depuis l’époque moderne

Appel à communications – Call for papers

XIe colloque du P. R. I. D. A. E. S.
Programme de Recherche sur les Institutions et le Droit des Anciens États de Savoie
« L’intégration des étrangers et des migrants dans
les États de Savoie depuis l’époque moderne »
Torino, Campus Luigi Einaudi
23-24-25 Novembre 2017

Par leur position géographique à cheval sur les Alpes, les États de Savoie, constituent, depuis les temps modernes, un carrefour pour la circulation des hommes, des idées et des biens. Entre la France à l’ouest et, à l’est, la puissance autrichienne qui contrôle longtemps la plaine du Pô, mais en même temps tendus vers le sud et la Méditerranée (Nice, Gênes, la Sardaigne), les États de Savoie se sont construits en considérants les flux de population étrangère ou migrante comme une incontournable réalité.
L’objet du présent colloque est de mettre en lumière les modalités politiques, juridiques ou plus largement sociales mises en œuvre par les États de Savoie pour appréhender ces phénomènes et assurer l’intégration des étrangers et des migrants. En effet, dès le moyen-âge, on trouve dans les statuts des villes des dispositifs permettant d’associer les étrangers à la vie de la cité, leur réserver un statut, encadrer leurs activités et en tirer profit. Depuis, les mouvements de populations n’ont cessé de se multiplier pour de multiples raisons : migrations internes liées à l’exode rural ou aux activités économiques (commerce, industrie, chantiers navals, transports maritimes ou routiers, besoins de main d’œuvre, transhumance, activités agricoles, rizicoles ou forestières) ; mouvements de populations réfugiées à cause des guerres ou de régimes politiques que l’on cherche à fuir; déplacements de populations liés à des nécessités de peuplement ou véritables déportations; mouvements liés à l’appartenance religieuse (protestants, juifs, vaudois) ; mouvements liés à l’administration concernant les fonctionnaires en déplacement ou en poste. Selon les cas, l’étranger est aussi l’occupant, qui, à l’occasion de la guerre, s’installe plus ou moins durablement et qu’il faut aussi intégrer, parfois le mercenaire, ou bien celui qui menace les côtes ou les frontières, et qu’il faut contrôler ou repousser, ou bien encore l’espion qu’il faut surveiller. De même, les changements de souveraineté intervenus au milieu du XIXe siècle (annexion par la France de la Savoie et de Nice puis naissance du royaume d’Italie) créent de nouveaux étrangers dont il faut pareillement fixer le statut et garantir les droits. Enfin, selon les régions, le développement économique peut prendre appui sur de nouvelles catégories : le touriste étranger qui s’installe parfois durablement ou le migrant de l’intérieur dont on exploite la force de travail.
À chaque fois, la présence de l’étranger, du migrant (qu’il soit lui-même étranger (nonrégnicole) ou migrant de l’intérieur) pose question, et, sur le plan du droit et des institutions, cela se traduit par l’élaboration de politiques publiques spécifiques, de règles, de statuts, de droits réciproques (droit des personnes, droit d’asile, fiscalité, citoyenneté, statut professionnel) qui apparaissent comme des contraintes mais qui ouvrent aussi des perspectives d’échange et d’enrichissement mutuel. Parallèlement, des institutions, telles que l’Eglise, les confréries, les œuvres pies œuvrent pour l’accueil des étrangers et des migrants.
D’un point de vue davantage socio-économique, la présence d’étrangers et de migrants pose évidemment la question de leur intégration sociale et matérielle (accueil, intégration professionnelle, familiale, mariages mixtes, conditions d’existences) ou au contraire de leur mise à l’écart et de leur marginalisation. Enfin, sur le plan culturel, se posent de multiples questions en termes d’éducation, de langue, d’influences mutuelles voire de métissage culturel, mais également au regard des représentations que l’on se fait de l’étranger et du migrant. Se pose aussi la question des artistes étrangers, de leurs apports et de leur intégration. La problématique de ce colloque, aux profondes racines historique mais aux résonances très contemporaines, prend d’autant plus de relief dans le cadre des États de Savoie, en raison des expériences que fournit leur histoire d’État frontalier, mais aussi parce qu’ils donnent naissance à l’Italie, où se prolonge jusqu’à nos jours, avec une acuité particulière, la question de l’intégration des étrangers et des migrants. Aussi, le colloque est envisagé sur une longue période, des temps modernes jusqu’à nos jours, dans l’espace géographique des anciens États de Savoie, et en croisant les approches historiques, politiques, sociologiques, institutionnelles et juridiques.

Les langues du colloque étant l’italien et le français, la communication faite dans l’une des deux langues fera l’objet d’un résumé d’une page dans l’autre langue, distribué au moment du colloque.
Les propositions de communication devront parvenir à l’adresse suivante :
pridaes@unice.fr
en mentionnant :
– les coordonnées de l’auteur (adresse mail, téléphone)
– le titre (même provisoire) de la communication
– un bref résumé (10 lignes maximum)
– une présentation de l’auteur (10 lignes maximum)
Délai de réponse à l’appel à communication : au plus tard le 1er mai 2017

Dates du colloque : 23-24-25 novembre 2017

Comité scientifique
Gian Savino Pene Vidari (Pr. Histoire du droit, Turin)
Riccardo Ferrante (Pr. Histoire du droit, Gênes)
Renata Allio (Pr. Histoire économique, Turin)
Michel Bottin (Pr. Histoire du droit, Nice)
Enrico Genta (Pr. Histoire du droit, Turin)
Olivier Vernier (Pr. Histoire du droit, Nice)
Bruno Berthier (MCF. Histoire du droit, Chambéry)
Marc Ortolani (Pr. Histoire du droit, Nice)
Christian Sorrel (Pr. Histoire contemporaine, Lyon II)
Philippe Didier (Pr. Histoire du droit, Grenoble II)
Paola Casana (Pr. Histoire du droit, Turin)
Jean-Yves Coppolani (Pr. Histoire du droit, Corte)

Appel: Entre France et Italie : échanges et réseaux intellectuels au XIXe siècle

Appel à contribution

Entre France et Italie : échanges et réseaux intellectuels au XIXe siècle

Transalpina, n° 21, coordonnée par Mariella Colin, Laura Fournier-Finocchiaro et Silvia Tatti

Présentation

La revue Transalpina, depuis sa fondation dans le cadre de l’équipe de recherche caennaise Identités, Représentations, Échanges (France-Italie), s’est régulièrement intéressée à la problématique de la réception de la littérature italienne en France (Transalpina 1996, 1999, 2005). Dans les volumes précédents, l’attention des chercheurs s’était portée sur la traduction et la vie des productions italiennes dans le contexte français, sur l’histoire de la circulation des textes et des idées de la péninsule dans l’hexagone et sur différentes traces des auteurs italiens de l’autre côté des Alpes. Ces publications, auxquelles il faut ajouter d’autres ouvrages collectifs publiés à Caen et à Paris (Decroisette 1992, Colin 1993, Colin 1995, Dubard-Luglio 2013), ont porté souvent sur un intervalle chronologique large, pour souligner la permanence et les constantes dans les échanges intellectuels entre France et Italie.

Dans le prolongement de ces travaux, il apparaît utile de poursuivre la réflexion et les recherches en portant attention à de nouvelles facettes des relations entre France et Italie, en approfondissant en particulier les réseaux intellectuels qui se mettent en place dans le contexte particulier du XIXe siècle et du Risorgimento. L’Europe du XIXe siècle est marquée par les bouleversements politiques, par la construction et la revendication des identités nationales (Thiesse 1999) ainsi que par des vagues d’exil successives et de plus en plus massives (Aprile 2010, Bistarelli 2011, Isabella 2011). Dans ce contexte, la France a eu un rôle particulier (Révolution française, occupation napoléonienne de l’Europe, participation aux guerres du Risorgimento) qui a modifié ses relations avec sa voisine européenne : modèle ou contre-modèle civilisationnel (Fournier-Habicht 2012), principale terre d’accueil des migrations politiques provoquées par les insurrections et révolutions italiennes (Rao 1992, Tatti 1999, Ponty 2003, Diaz 2014), terrain d’amitiés mais aussi de rivalités intellectuelles et politiques avec sa « sœur latine » (Bertrand-Frétigné-Giacone 2016).

En partenariat avec l’axe de recherche Rivoluzioni Restaurazione Risorgimento Letteratura italiana 1789-1870 de l’Associazione degli Italianisti (ADI), qui a commencé à explorer les écritures privées de l’Ottocento italien, nous souhaitons développer 4 axes de réflexion pour étudier la construction de réseaux de relations entre France et Italie au 19e siècle:

  1. Politique et diplomatie
  2. Presse et édition
  3. Littérature et Arts
  4. Correspondances, journaux intimes, mémoires, autobiographies.

Modalités de soumission

Les propositions d’articles, de 2000 signes maximum, en italien, en français, ou en anglais, sont à envoyer, accompagnées d’une brève présentation de l’auteur, à Mariella Colin (mariella.colin@unicaen.fr), Laura Fournier (fournierparis8@gmail.com) ou Silvia Tatti (silvia.tatti@uniroma1.it) avant le 30 avril 2017.

Les textes devront être remis en janvier 2018.

Bibliographie :

Aprile 2010 : Sylvie Aprile, Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions.

Bertrand-Frétigné-Giacone 2016 : Gilles Bertrand, Jean-Yves Frétigné, Alessandro Giacone, La France et l’Italie. Histoire de deux nations sœurs, de 1660 à nos jours, Paris, Armand Colin.

Bistarelli 2011 : Agostino Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologne, Il Mulino.

Colin 1993 : Traductions et réécritures, Mariella Colin (dir.), Caen, Cahiers de littératures en langues romanes, PUC.

Colin 1995 :  Heurs et malheurs de la littérature italienne en France, Mariella Colin (dir.), Caen, PUC.

Decroisette 1992 : La France et l’Italie. Traductions et échanges culturels, Françoise Decroisette (dir.), Caen, PUC.

Decroisette 1998: Voyage des textes de théâtre Italie-France-Italie, Françoise Decroisette (dir.), Paris, Presses universitaires de Vincennes.

Diaz 2014 : Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle, Paris, Armand Colin.

Dubard-Luglio 2013 : Les rivales latines. Lieux, modalités et figures de la confrontation franco-italienne, Frédérique Dubard de Gaillarbois, Davide Luglio (dir.), Revue des études italiennes, n°59.

Fournier-Habicht 2012 : Gallomanie et gallophobie. Le mythe français en Europe au XIXe siècle, Laura Fournier-Finocchiaro, Isabel Habicht (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Isabella 2011: Maurizio Isabella, Risorgimento in esilio. L’internazionale liberale e l’età delle rivoluzioni, Rome-Bari, Laterza.

Palazzolo 1987: Maria Iolanda Palazzolo, Un editore francese in lingua italiana: Louis Claude Baudry, Studi storici, 1.

Ponty 2003 : Jeanine Ponty, L’Immigration dans les textes : la France 1789-2002, Paris, Belin.

Ramaciotti 1995: Francia e italia nel XVIII secolo : immagini e pregiudizi reciprochi, Valeria Ramaciotti (dir), Alessandria, Edizioni dell’Orso.

Rao 1992 : Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia, Naples, Guida.

Tatti 1999a : Mariasilvia Tatti, Le tempeste della vita. La letteratura degli esuli italiani in Francia nel 1799, Paris, Champion.

Tatti 1999b : Mariasilvia Tatti, « Bohème letteraria italiana a Parigi nell’Ottocento », in Italia e Italie tra Rivoluzione e Restaurazione, M. Tatti (dir.), Rome, Bulzoni, p. 139-160.

Tatti 2013 : Mariasilvia Tatti, « Esuli e letterati. Per una storia culturale dell’esilio risorgimentale », in L’officina letteraria e culturale dell’età mazziniana (1815-1870). Giornate di studio, a cura di Q. Marini, G. Sertoli, S. Verdino, L. Cavaglieri, Novi Ligure, Città del Silenzio, p. 89-100

Tellini 2002: Gino Tellini, Scrivere lettere: tipologie epistolari nell’Ottocento italiano, Roma, Bulzoni.

Thiesse 1999 : Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe s., Paris, Le Seuil.

Transalpina 1996 :  Regards croisés, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°1.

Transalpina 1999 :  Lettres italiennes en France, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°3.

Transalpina 2005 : Lettres italiennes en France II, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°8.

Appel_transalpina_entre-france-et-italieweb

Appel: Viaggiatori. Circolazioni, scambi ed esilio (secoli XII-XX)

viaggiatori

Viaggiatori. Circolazioni, scambi ed esilio (secoli XII-XX)

Call For Papers

Exilés, émigrés, bannis (XIIème-XXème siècle)

[…] Tu lascerai ogne cosa diletta
più caramente; e questo è quello strale
che l’arco de lo essilio pria saetta.
Tu proverai sì come sa di sale
lo pane altrui, e come è duro calle
lo scendere e ‘l salir per l’altrui scale […]
Paradiso XVII, 55-60

Dans ces célèbres vers de la Divine Comédie, Dante rappelle la souffrance et la douleur propres à l’expérience psychologique de l’exil. En effet, l’idée qu’il représente un moment de grande tristesse, d’éloignement, de déracinement et d’isolement pour les hommes et les femmes qui l’ont vécu semble être particulièrement enracinée aussi bien au temps du poète florentin, que dans les époques qui l’ont précédé et suivi.

Pourtant, l’historiographie récente, en réfléchissant sur l’exil aussi bien volontaire que contraint, a privilégié l’analyse d’autres aspects liés à cette expérience, interrogeant l’exil à nouveaux frais. On a cru, par exemple, important d’interpréter l’expulsion, ou bien le départ volontaire de la terre d’origine, comme une opportunité, comme une possibilité de formation, ou encore comme une occasion pour commencer une activité, comme un moyen, enfin, pour lier des relations politiques, économiques, ou scientifiques[1]. De plus, l’attention s’est portée sur les conséquences, en termes de développement et d’amélioration technique et scientifique, de l’exil sur les sociétés qui ont accueilli les émigrés et sur celles de départ.  On a aussi réfléchi sur le poids de l’exil dans la diffusion des connaissances et la circulation des savoirs. On a constaté encore que l’émigration obligée, ou bien volontaire, ont été des moments des formation culturelle, intellectuelle et scientifique. On a considéré, enfin, que l’idée de nation semble aller de pair avec la mobilité politique des hommes en Europe et ailleurs[2].

Le premier numéro de la revue Viaggiatori se veut une nouvelle occasion de discussion sur l’exil en analysant, à propos d’un large arc chronologique (XIIème-XXème siècle), les pratiques administratives, ainsi que juridiques mises en place par les gouvernements et les sociétés qui ont accueilli les exilés. Celles-ci mettent en évidence les relations (politiques, économiques, culturelles, scientifiques) entre la communauté des émigrés et celle d’accueil; elles supposent de réfléchir, enfin, sur les catégories permettantes de désigner et de définir l’exil.

Les propositions d’articles, de 4.400 signes maximum en italien, en français, ou en anglais, sont à envoyer, accompagnées d’une brief curriculum vitæ de l’auteur, à la rédaction de la revue (direzione@viaggiatorijournal.comsegreteriaredazione@viaggiatorijournal.com) avant le 31 janvier 2017. Elles feront l’objet d’une double expertise à l’aveugle.

Les propositions peuvent s’inscrire dans l’un des domaines suivants :

  • Les pratiques administratives et juridiques d’accueil des exilés;
  • Les relations entre les exilés et la société d’accueil;
  • Les catégories d’identification et de définition de l’exil.

[1]    S. Aprile, Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010; A. Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologna, Il Mulino, 2012; D. Diaz, Un asile pour tous les peuples? Exilés, réfugiés et proscrits politiques en France 1813–1852, Paris, Armand Colin, 2014; M. Isabella, Risorgimento in Exile. Italian emigrés and the Liberal International in the Post–Napoleonic Era, Oxford–New York, Oxford University Press, 2009; A. M.Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792–1802), Napoli, Guida, 1992.

[2]    F. Caron, La dynamique de l’innovation. Changement technique et changement social (XVIe-XXe siècle), Paris, Gallimard, 2010; M. Cotte (a cura di), Circulations techniques: en amont de l’innovation, hommes, objets et idées en mouvement, Besançon-Belfort, Presses universitaires de Franche-Comté-UTBM, 2004; R. De Lorenzo, Sistemi patriottici. Tempi e spazi delle identità nazionali, «Meridiana», 2014, pp. 105-130; L. Roberts, Science and Global history 1750-1850. Local encounters and the global circulation of knowledge, «Itinerario», 33, 2009, pp. 7-8; S. Schaffer, L. Roberts, K. Raj, J. Delbourgo, The Brokered World, Go-Betweens and Global Intelligence, 1770–1820, Warson Publishing International, Uppsala University Press, 2009.

Appel: L’Italie pour bagage. Migration, circulations et italianité XIXe-XXIe siècles

logo_du_musee_de_lhistoire_de_limmigration-jpeg

Appel à communication – Colloque international
L’Italie pour bagage. Migration, circulations et italianité XIXe-XXIe siècles

Paris, Musée national de l’histoire de l’immigration/ Institut culturel italien
15-17 juin 2017

Délai de soumission des résumés: 20 décembre 2016

L’émigration italienne à travers le monde depuis la fin du XIXe siècle constitue l’un des plus importants mouvements migratoires de l’histoire contemporaine. 26 millions d’Italiens ont quitté la Péninsule des années 1860 aux années 1960. Plus récemment, depuis le début des années 2000, une « nouvelle vague migratoire » d’Italiens plus qualifiés est apparue. Tant en Italie que dans les pays d’accueil, cette migration a donné lieu à une historiographie foisonnante principalement portée sur les conditions de départ et d’accueil comme en témoigne les deux volumes (Partenza et Arrivi) de l’importante Storia dell’emigrazione italiana (Bevilacqua, De Clementi, Franzina, 2002). L’action de l’État italien envers ses « colonies » à l’étranger (Choate, 2008) mais aussi les effets socio-économiques de l’émigration sur les territoires d’origine (Douki, 1996) ont été notamment examinés. L’immigration a souvent été abordée dans une perspective de distinction continentale, entre Europe et Amériques notamment, et nationales. L’attention s’est focalisée sur les modalités d’intégration, parfois dans une dimension comparative, entre New York et Buenos Aires (Baily, 1999) ou entre Paris et New York (Rainhorn, 2005). Les études sur les Littles Italies, étendues au-delà du seul cas américain (Blanc-Chaléard, Bechelloni, Deschamps, Dreyfus, Vial 2007), ont mis l’accent sur la dimension territoriale et sociale permettant notamment d’appréhender des «chaînes migratoires» (MacDonald 1964) fondées sur le double localisme. L’émigration italienne conduit en effet nécessairement à articuler le local, le régional et le national (Franzina, 2014).

Les approches diasporiques (Ramirez, Pozzetta 1992 ; Tomasi 1994 ; Gabaccia 2000) et transnationales (Tirabassi 2005, Waldinger 2006), de même que les travaux sur les retours (Wyman 1996) ont contribué au renouvellement des études en invitant au dépassement du couple émigration/immigration pour favoriser une approche plus globale, hier comme aujourd’hui, attentive à l’ensemble de l’«espace migratoire» (Simon 2008) ou du «territoire circulatoire» (Tarrius 1994), que vient entériner le volume Migrazioni de la Storia d’Italia (Corti, Sanfilippo 2009).

Cette nouvelle approche transnationale et globale des migrations invite ainsi à interroger le paradigme de l’intégration. L’historiographie nord-américaine, influencée par le courant des ethnic studies, s’est efforcée de le dépasser en distinguant l’identité politique de l’identité culturelle, sans pour autant les opposer. Plus généralement le maintien et même le développement de nouvelles formes d’Italianità, conçue de la manière la plus générique comme une manière « d’être ou de sentir italien » (Enciclopedia Treccani), ont été mis en exergue et discuté dans les sciences sociales.

Dans le prolongement de ces travaux, il apparaît utile de poursuivre la réflexion et les échanges en portant attention à l’articulation entre la circulation des Italiens dans le monde et leur rapport à l’Italie dans une perspective plus culturelle que politique.

Dans le cadre de l’exposition Ciao Italia! organisée au Musée national de l’immigration à Paris le colloque international «L’Italie pour bagage. Migration, circulations et italianité XIXe-XXIe siècles» entend réunir des chercheurs issus de différentes disciplines.

Le questionnement portera d’une part sur le maintien, la transformation ou l’affirmation d’une culture italienne dans le processus migratoire ou après celui-ci. La réflexion se positionnera donc par-delà l’intégration ou le settlement, phénomènes qu’il ne s’agira pas de nier mais d’examiner sous un autre angle. En d’autres termes il s’agira d’essayer de comprendre ce que la migration fait à l’italianité : que reste-t-il de la culture, des pratiques, de l’identité (ou des identités) italienne pendant ou au terme voyage? Les allers-retours, les liens de toute nature, matériels ou culturels, avec la famille ou le pays d’origine viennent-ils maintenir, transformer ou renforcer cette part de l’identité des migrants? A travers quelles institutions, quelles structures sociales, grâce à quels supports ces liens se construisent-ils? Comment se transmettent-ils et évoluent-ils dans le temps?

D’autre part, et inversement, il s’agira de s’interroger sur la façon dont la migration interroge l’italianité en Italie : en quoi les comportements des migrants influencent-ils l’histoire nationale italienne, en particulier la construction et la nature d’une citoyenneté dans laquelle il conviendra d’interroger le rôle éventuel du localisme renforcé par les liens entretenus avec les Italiens de l’étranger. Ici aussi la question des vecteurs et des moyens rendant possible ce jeu de miroir entre les Italiens de l’étranger et l’histoire de leur pays d’origine sera posée.

En réunissant dans une même interrogation l’étude des Italiens et des Italiennes, de leurs pratiques et de leurs cultures en Italie et dans leurs destinations d’adoption à l’époque contemporaine et des différences de parcours migratoires des hommes et des femmes, ce colloque entend renforcer une histoire globale et culturelle des migrations italiennes. On s’efforcera, ce faisant, de souligner ses spécificités, ou au contraire ses similitudes, par rapport à d’autres migrations.

Les communications proposées devront s’inscrire dans cette problématique générale et plus spécifiquement dans l’une des thématiques suivantes :

Voyage (s) : on interrogera ici la complexité des voyages des Italiens (allers et retours, voyages multiples, migrations par étape), mais aussi l’entre-deux voyages (attente, transit). On privilégiera une réflexion sur les liens entre la forme, la durée, le rythme du voyage et la question de l’italianité (réseaux, chaînes migratoires, mobilisation de ressources diverses en cas de difficulté)
Bagage (s) : on privilégiera ici une approche matérielle de l’examen du ou des bagages des Italiens, bien que la dimension métaphorique du bagage – ce que l’on emporte avec soi – ne soit pas exclue. On s’interrogera sur le choix des objets ou éléments transportés ; sur les périls liés au transport, au vol ou à la perte des bagages ; ou encore sur l’absence de bagages.
– Papier (s) : papiers d’identités, lettres, archives familiales, presse, récits autobiographiques, argent… le papier ou les papiers sont ici le coeur de l’interrogation en tant que liens entre les migrants et leurs familles, entre migrants à l’étranger, ou en tant que témoignages de la migration à l’intention des générations suivantes.
Mots : dans le même esprit que pour le(s) papier(s) il s’agira à travers une réflexion sur la langue italienne, d’identifier et d’examiner un support de l’italianité. On portera une attention spécifique à la langue, à son évolution, à sa perte en une ou plusieurs générations, ou au contraire aux efforts déployés pour la maintenir. La chanson et la littérature, prenant ou non la migration comme sujet, seront considérées comme des manifestations de la culture italienne contribuant au déploiement d’une culture globale au-delà des frontières nationales.
Geste (s) : le questionnement portera sur les pratiques culturelles relevant de transferts ou d’échanges, d’influences mutuelles, entre la culture d’origine des migrants et celle des sociétés d’accueil. Des exemples pourront être développés pour des domaines aussi divers que l’agriculture, le sport, la religion, la cuisine, les techniques professionnelles, etc.
– Institutions : on s’attachera spécifiquement à interroger le rôle des institutions dans la fabrication, le maintien ou le renforcement d’une italianité dans la migration. Les rôles des consulats, de l’Eglise, d’associations pourront faire l’objet d’une attention spécifique.
Temporalités : des années 1870 à aujourd’hui, la migration italienne a considérablement évolué dans ses rythmes, dans ses destinations, dans ses modalités. Dans quelle mesure ce que l’on appelle italianité s’est-elle transformée au cours de la période? Certaines périodes politiques (Risorgimento, fascisme, années de plomb, Italie Berlusconienne, etc.) ont-elles joué un rôle particulier en la matière? La mémoire de la migration italienne contribue-t-elle aujourd’hui à créer une forme d’italianité spécifique et si oui laquelle? Comment l’italianité est-elle transmise au sein d’une famille, que celle-ci soit restée unie ou au contraire ait été désunie par le processus migratoire? Quel est le rôle du genre dans cette transmission ou dans cette non-transmission?

Les propositions de communication d’un maximum de 1500 signes (espaces compris) sont à envoyer à recherche.immigration@palais-portedoree.fr le 20 décembre 2016 au plus tard, accompagnées d’un court CV présentant leur auteur.
Les communications d’une durée maximale de 20 minutes pourront se faire en français, en anglais ou en italien.

Appel: Mostra augustea della romanità (1937-1938), un enjeu politique et culturel

Appel à communication
La Mostra augustea della romanità (1937-1938), un enjeu politique et culturel

La journée d’études aura lieu à l’Université Lille3, vendredi 13 octobre 2017, avec le soutien de CECILLE (EA 4074)

Délai de soumission des résumés: 1er février 2017

Argumentaire

Considérée par Emilio Gentile comme « la consécration de la continuité spirituelle entre la Rome antique et la Rome fasciste »[1], la Mostra augustea della romanità fut inaugurée le 23 septembre 1937 afin de célébrer le bimillénaire de la naissance d’Auguste, un an après que Mussolini, dans l’euphorie de la victoire italienne en Éthiopie, eut proclamé la renaissance de l’Empire.

Beaucoup reste à dire sur cette exposition de grande ampleur (82 salles), qui a donné lieu à la publication d’un catalogue de près de 800 pages. C’est donc à une analyse approfondie de cet événement que sera consacrée la journée d’étude, au cours de laquelle les intervenants envisageront dans des perspectives diverses le thème de la romanité et la récupération de la figure (ou du mythe) d’Auguste à laquelle se livre l’exposition. Celle-ci sera ainsi mise en relation avec des enjeux politiques ou géopolitiques précis, sera abordée dans une optique nationale ou internationale ou sera replacée dans le contexte tourmenté des années précédant la Deuxième Guerre mondiale. La « matérialité » de l’exposition ne sera pas pour autant négligée : si elle répond à un objectif idéologique évident, à un moment d’apogée pour le fascisme, elle s’inscrit aussi dans une politique et dans des pratiques culturelles  de masse, dont elle est sans nul doute un exemple parmi les plus représentatifs.

 Un résumé de la communication, rédigé en français ou en italien et incluant une brève présentation biobibliographique, est attendu pour le 1er février 2017. Il devra être envoyé à :

Jean-Philippe BAREIL (jean-philippe.bareil@univ-lille3.fr) ou Barbara MEAZZI (barbara.meazzi@unice.fr).

[1] Emilio GENTILE, Fascismo di pietra, Roma-Bari, Laterza, 2007, p. 143.

Appel: La fabrique transnationale de la «science nationale» en Italie (1839-fin des années 1920)

Appel à contributions pour les MEFRIM- Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée.
Dossier coordonné par Marie Bossaert (EFR) et Antonin Durand (ENS)

Délai de soumission des résumés: 1er décembre 2016

Processus éditorial :

Le présent appel vise à rassembler des propositions de contributions qui seront sélectionnées par un comité scientifique composé des deux coordinateurs et de Fabrice Jesné, directeur des études de l’École française de Rome. Les propositions retenues seront ensuite discutées lors d’un atelier fermé qui se tiendra à l’École française de Rome les 02 et 03 mars 2017, ayant vocation à préparer un numéro thématique des Mélanges de l’École française de Rome ; les frais de transport et d’hébergement des intervenants seront pris en charge par les organisateurs. L’atelier aura également pour objet de discuter l’architecture de ce dossier et son introduction générale, afin de favoriser sa cohésion scientifique et éditoriale. A l’issue de l’atelier, le dossier sera soumis à la procédure d’évaluation normale des MEFRIM (expertise anonyme).

Argumentaire scientifique :

L’histoire des savoirs en Italie a été profondément renouvelée par l’histoire sociale et culturelle du Risorgimento, qu’elle a contribuée en retour à refonder. Ainsi les travaux de Mauro Moretti et d’Ilaria Porciani ont-ils contribué à rendre son importance à l’université comme facteur d’intégration de la nouvelle nation et à la science comme ciment de l’unité nationale, tout en pensant la constitution d’un champ académique national dans le nouvel État italien. Ces développements s’inscrivaient dans un renouveau plus vaste de l’histoire des savoirs, sur le plan international. Dans le même temps, en effet, de nouveaux horizons s’ouvraient pour cette historiographie avec l’essor considérable des études transnationales, qui proposaient plus généralement une relecture du nation building. Or l’historiographie italienne des savoirs est restée relativement à l’écart de ce mouvement. La science et ses praticiens ne sont certes pas complètement absents de ces études, mais l’articulation entre l’intensité précoce de leurs circulations transnationales et l’émergence de la science nationale comme vecteur d’intégration et de rayonnement national mérite d’être mieux connue.

En effet, l’Italie, construction nationale récente, qui doit intégrer des traditions scientifiques hétérogènes, constitue un cas particulièrement intéressant : ses savants se sont bien souvent formés à l’étranger, en exil d’abord, puis à l’occasion de séjours d’échanges. Plus généralement, les Italiens entendent donner à leur nation toute sa place sur la scène scientifique internationale, dans une perspective d’échanges et de rivalités. Nous proposons de nous interroger sur les dynamiques transnationales à l’œuvre dans l’élaboration de la science nationale italienne dans le long Risorgimento. L’objectif n’est pas de remplacer un paradigme par un autre, mais bien plutôt d’enrichir notre compréhension du phénomène de nationalisation de la science italienne, tout en contribuant par l’analyse du cas italien à la remise en question du « nationalisme méthodologique » dans l’histoire des sciences et des savoirs et en situant les Italiens sur la carte des échanges scientifiques internationaux.

La question sera abordée à partir de 1839, date de la première réunion des scientifiques italiens, tenue à Pise. Ce congrès, qui rassemble des savants originaires des différents États de la péninsule, a longtemps été considéré comme une étape importante du Risorgimento, et de la « renaissance » de la science italienne. L’étude prend pour terminus ad quem la fin des années 1920, temps de nationalisation de la science italienne, voulue par les autorités fascistes. Elle se traduit par la création de la Reale Accademia d’Italia en 1929, institution qui absorbe et reformule l’Accademia dei Lincei, et par l’utilisation des congrès internationaux comme vitrine de la science italienne – ainsi du Congrès des mathématiciens à Bologne, en 1928, ou de celui des physiciens à Côme un an plus tard. À Rome, à Bologne ou à Côme, l’objectif est le même : promouvoir le « génie » italien, et partant, le régime. La périodisation choisie enjambe volontairement deux transitions politiques fortes – l’Unité italienne, la naissance du régime fasciste, de manière à interroger l’entrelacs des enjeux nationaux et transnationaux en amont et en aval de la construction de ces deux césures fortes de l’histoire politique italienne.

Plusieurs thèmes ont été identifiés, déclinés dans les rubriques suivantes pressenties pour le dossier :

1/ Lieux de savoir :

 – congrès nationaux et internationaux : l’historiographie des congrès a eu tendance à dissocier artificiellement l’âge des congrès nationaux de la première moitié du XIXe siècle et celui des congrès internationaux, qui s’ouvre à la fin du siècle. Or les premiers, longtemps étudiés à l’aune du politique – comme autant d’étapes dans l’unification – présentaient un caractère ouvert, à l’image de leurs équivalents nationaux en Europe : environ 10 % des participants étaient étrangers, tandis que les Italiens se rendaient en nombre aux congrès allemands, français, anglais ou encore suisses. Il paraît donc important de remettre en avant la dimension transnationale de ces premiers congrès, tout en revenant sur le rôle des congrès internationaux dans la construction de la science nationale.

 – les institutions savantes, et leurs collaborateurs étrangers

 – la circulation des modèles institutionnels : en quoi les universités et institutions savantes italiennes s’inspirent-elles de leurs voisins européens, avec lesquels elles entendent dialoguer et rivaliser ? Les emprunts aux systèmes allemands, français et plus généralement européens ont été bien étudiés, dans une perspective essentiellement comparatiste : on cherchera ici à mettre l’accent sur les vecteurs concrets de circulation de ces modèles.

 – les revues savantes italiennes : quelle était la part de collaborateurs étrangers, et comment fonctionnaient ces collaborations ? S’inspiraient-elles de revues non-italiennes ? Quelle était leur diffusion hors d’Italie ?

 2/ Les pérégrinations scientifiques

 – les mobilités savantes : on sera attentif à la circulation des savants (et des artefacts) et aux réseaux. Plusieurs types de mobilité pourront être envisagés : contraintes (exil) ou volontaires (voyage, séjour d’études, mission) ; fruit d’initiative individuelles ou organisées par l’État (à travers l’octroi de bourses d’études, par exemple) ou par d’autres organismes. On s’interrogera sur l’institutionnalisation – étatique ou non – des circulations transnationales.

 – Ces pérégrinations seront envisagées dans les deux sens : les Italiens hors d’Italie, les savants étrangers en Italie – on y ajoutera, pour la période pré-unitaire, les déplacements de savants originaires des différents États italiens dans la péninsule même.

 3/ Savoirs sur l’étranger et construction nationale

 Dans quelle mesure les savoirs sur l’étranger participent-ils de la construction nationale italienne ? À travers l’histoire, l’anthropologie ou encore les langues et littératures étrangères, on réfléchira au rôle des connaissances sur les cultures étrangères – qu’elles aient été ou non en interaction avec les Italiens – dans le façonnement d’une histoire de la nation italienne.

 Ces propositions ne prétendent pas à l’exhaustivité : tout thème connexe permettant de traiter la problématique proposée sera pris en considération ; les rubriques elles-mêmes peuvent être matière à débat.

Modalités de soumission :

 Les propositions d’articles, présentées sous la forme de résumés de 5000 signes environ, précisant les sources utilisées et les liens avec la problématique et les thèmes exposés, devront être envoyées à Marie Bossaert (Marie.Bossaert(at)gmail.com) et Antonin Durand (Antonin.Durand(at)ens.fr) avant le 1erdécembre 2016. Elles pourront être rédigées en français, en italien ou en anglais.

Calendrier prévisionnel :

 1er décembre 2016 : soumission des résumés

 15 décembre 2016 : sélection des propositions

 2-3 mars 2017 : atelier fermé à l’École française de Rome.

 31 juillet 2017 : remise des articles pour expertise en vue d’une parution fin 2018.

Télécharger l’appel en français ici

 Scaricare il bando in italiano qui