Letteratura italiana e traduzioni 1789-1870

Richiesta contributi (‘Call for papers’)
Letteratura italiana e traduzioni 1789-1870

Seminario del gruppo di ricerca RRR
(Rivoluzione, Restaurazione, Risorgimento. Letteratura Italiana 1789-1870)
dell’ADI (Associazione degli Italianisti)

Torino
Dipartimento di Lingue e Letterature Straniere e Culture Moderne
venerdì 18 maggio 2018 ore 10.30-17
sala lauree di palazzo Badini Confalonieri
via Verdi 10

Il seminario sarà organizzato in tre momenti:
10.30-12.00: Dante e Tasso: due classici nell’Europa dell’Ottocento
12.00-13.30: In altra lingua: traduzioni di autori contemporanei italiani nell’Ottocento
15.00-17.00: In vesti italiane: traduzioni di autori europei nell’Ottocento

Gli interventi, in numero di 3-4 per tornata, da contenersi rigorosamente nel limite di venti minuti, punteranno a esporre sinteticamente lo status quaestionis, le ricerche svolte, le ipotesi di lavoro.

Vi chiediamo di inviarci le vostre proposte entro il 31 dicembre.

Luca Badini Confalonieri (luca.badiniconfalonieri@unito.it)
Silvia Tatti (silvia.tatti@uniroma1.it)
Stefano Verdino (stefano.verdino@unige.it)

Call

I promessi sposi de Manzoni : le grand détournement

APPEL À COMMUNICATIONS
Colloque international
Université Paris-Sorbonne
15-16 novembre 2018

I promessi sposi de Manzoni : le grand détournement
Transpositions, parodies et déformations du XIXe siècle à nos jours

extraits de l’appel:

Le roman de Manzoni n’est pas un classique de la littérature italienne du XIXe siècle. C’est le classique par excellence et à ce titre, il a suscité, dès sa première édition (1827), une quantité remarquable d’œuvres dérivées : tableaux, sculptures et gravures, réductions théâtrales, imitations, ballets, opéras, films, chansons, bandes dessinées, adaptations pour la jeunesse…
C’est ce «sacre parodique» qu’entend étudier le colloque organisé par l’ELCI de Paris-Sorbonne, à travers la prise en considération d’œuvres très diverses (littéraires, musicales, iconographiques, cinématographiques…) inspirées, partiellement ou totalement, par les Promessi sposi de Manzoni…
Le but d’une nouvelle manifestation scientifique consacrée aux reprises des Promessi sposi n’est pas de mettre à jour les répertoires déjà existants de parodies, mais d’approfondir la réflexion sur les processus de déformation et parfois même de défiguration que le roman a subis pendant près de deux siècles et qui constituent paradoxalement l’une des conditions de sa survie dans la mémoire collective…

Chaque communication (en italien ou en français) durera 20 minutes et fera ultérieurement l’objet d’une publication. Les propositions de communication, en italien ou en français, d’environ 2000 signes (espaces compris), sont à envoyer avant le 31 décembre 2017 à l’adresse suivante : aurelie.gendrat-claudel@paris-sorbonne.fr
Elles seront examinées par le comité scientifique, qui communiquera sa réponse fin février 2018.

COMITE SCIENTIFIQUE
Perle Abbrugiati (Université d’Aix-Marseille)
Lise Bossi (Université Paris-Sorbonne)
Aurélie Gendrat-Claudel (Université Paris-Sorbonne)
Ottavio Ghidini (Università Cattolica del Sacro Cuore)
Elena Maiolini (docteur de l’Université Paris-Sorbonne)

Texte complet de l’appel

Viaggiatori. I Viaggi politici in Europa (Settecento-Novecento)

Viaggiatori, N. 3 (Settembre 2018)

CALL FOR PAPERS

I Viaggi politici in Europa (Settecento-Novecento)

Lo scopo di questo numero speciale della rivista Viaggiatori (www.viaggiatorijournal.com) è quello di esaminare le forme, la diversità e le mutazioni dei viaggi politici in Europa (compresa la Russia) dal Settecento, periodo di trasformazione e di intensificazione delle mobilità che non si limitano più ai viaggi di aristocratici o di scienziati, alla fine del Novecento. È destinato a inquadrare il viaggio politico, nazionale o internazionale, come oggetto storico centrale nella diffusione di idee e esperienze politiche, nella comprensione dei regimi esteri e nella creazione di reti nazionali o internazionali, partendo da uno studio globale che sottolinei la varietà temporale e spaziale delle situazioni.
Se ci basiamo sulle ricerche dedicate ai gruppi o ai singoli individui, la prospettiva di studio dominante consiste nell’analisi della funzione e dello scopo del viaggio politico, riflettendo sul suo aspetto politico fin dal momento della partenza o sul processo di politicizzazione sviluppatosi durante lo spostamento. L’approccio tramite gli attori e tramite la tipologia dei viaggi permette di prevedere elementi di risposta. Particolare interesse dovrebbe essere concesso ai viaggi compiuti da capi di Stato, capi di governo o ministri che raffigurano il potere, oppure ai viaggi di attori politici vari quali i consiglieri, gli attivisti o i parlamentari, giornalisti o giornalisti-scrittori nell’ambito di servizi politici, ai viaggi degli esperti, ai pellegrinaggi politici, ai soggiorni di intellettuali politicamente impegnati e ai viaggi turistici che assumono una dimensione politica. Questo elenco non è esaustivo e deve offrire approcci plurali, per quanto riguarda non solo la preparazione e gli obiettivi del viaggio ma anche la sua organizzazione, l’interfaccia con la gente del posto, la diffusione delle analisi e delle percezioni nel momento del ritorno, senza mai perdere di vista i percorsi di viaggio e gli obiettivi dei viaggiatori. Inoltre ogni approccio deve tener conto della rilevanza delle fonti esaminate che vanno gerarchizzate (documentazione amministrativa, cronache, scritti personali). Il viaggio diplomatico, in quanto missione promossa dallo Stato in una prospettiva di rappresentazione, e l’esilio politico, in quanto emigrazione forzata o scelta per motivi di opposizione al regime, sono esclusi perché rappresentano altre forme di mobilità.
L’obiettivo del presente volume, in base ai più recenti contributi della storiografia, è di porre in discussione le differenze potenziali tra tipi o forme di viaggio politico secondo le concezioni rivendicate dai viaggiatori stessi. Per il periodo tra la fine del Settecento e l’inizio dell’Ottocento la storiografia ha messo in luce le specificità del « viaggio repubblicano », affermatosi durante la Rivoluzione francese in un contesto viatico di viaggio allora dominato dal Grand Tour. Tra le due guerre e, successivamente, durante la guerra fredda, i regimi autoritari e totalitari destano un vivissimo interesse che stimola movimenti specifici miranti ad afferrare il senso delle loro realizzazioni e delle loro finalità. In questo contesto ci si dovrebbe interrogare sulla dimensione delle modalità del viaggio, in particolare sulla loro inclusione in una cultura politica o sul modo in cui attori provenienti da orizzonti politici opposti condividono tali pratiche.
Secondo lo spirito della rivista, il cui solco è multidisciplinare, saranno accolte le proposte di storici, storici dell’arte, antropologi, specialisti di scienze politiche o di letteratura.

Modalità d’invio delle proposte

Le proposte in lingua francese, italiana o inglese (2 000 caratteri spazi compresi), accompagnati da una breve presentazione biografica, vanno inviati entro il 31 ottobre 2017 ai due curatori del volume :
Pierre-Marie Delpu : pmdelpu@orange.fr Christophe Poupault : cpoupault@hotmail.com
Le proposte e gli articoli saranno oggetto di doppio referaggio.
Il termine ultimo per l’invio degli articoli completi richiesti ai contributori selezionati sarà il 31 marzo 2018 (45 000 segni spazi compresi).

Les mondes de 1848

Révolutionnaires triomphant sur les barricades le 18 mars 1848 à Berlin (auteur inconnu)

LES MONDES DE 1848
Colloque international – Paris, 12, 13 et 14 décembre 2018
Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle

Appel à communications (extraits)

Ce colloque international organisé par la Société d’histoire de la Révolution de 1848, fondée en 1904, entend faire le point sur les dimensions coloniale, impériale et globale du moment révolutionnaire qui entoure 1848, dans la diversité de ses expressions et de ses connexions.
Exhumer et identifier les « mondes de 1848 », dans leur pluralité, telle est donc l’ambition de cette manifestation, qui coïncide avec le 170e anniversaire de la Révolution de 1848. L’arc chronologique envisagé, premier effet de cette ouverture de focale, couvrira la période 1846-1851.

Les communications pourront se faire en français ou en anglais. Les propositions sont à rendre pour le 15 décembre 2017 ; elles expliciteront le projet de communication (5 à 6 000 signes environ) et présenteront également une bio-bibliographie. Elles seront examinées par le comité scientifique, et une réponse sera donnée autour du 15 janvier 2018. Les frais de transport, sauf exception, ne pourront pas être pris en charge par les institutions organisatrices.

Comité scientifique : Sylvie Aprile (Université Paris-Ouest Nanterre), Fabrice Bensimon (Université Paris Sorbonne/ University College London), Chris Clark (University of Cambridge), Michel Cordillot (Université Paris 8- Vincennes Saint-Denis), Myriam Cottias (CNRS), Quentin Deluermoz (Université Paris 13), Delphine Diaz (Université de Reims), Céline Flory (CNRS), Alexandre Frondizi (Sciences Po), Emmanuel Fureix (Université Paris Est-Créteil), Pilar González (Université Paris-Diderot), Catherine Hall (University College London), Martha Jones (Johns Hopkins University), Axel Körner (University College London), Clara Lida (El Colegio de México), Hebe Mattos (Universidade Federal Fluminense), Paul Pickering (Australian National University), James Sanders (Utah State University), Jennifer Sessions (University of Iowa), Sujit Sivasundaram (University of Cambridge), Miles Taylor (University of York), Clément Thibaud (EHESS), Ibrahima Thioub (Université de Cheikh Anta Diop).

Comité d’organisation : Sylvie Aprile, Fabrice Bensimon, Myriam Cottias, Quentin Deluermoz, Delphine Diaz, Alexandre Frondizi, Emmanuel Fureix, Clément Thibaud

Institutions partenaires : Société d’histoire de la Révolution de 1848, Université Paris-Est Créteil, Université Paris 13, Institut universitaire de France, CNRS, Université de Reims, Université de Nantes.

Contacts : efureix@free.fr ; quentin.deluermoz@gmail.com

Texte complet de l’appel

La cultura e la letteratura italiana dell’esilio nell’Ottocento: nuove indagini

L’esule di Antonio Ciseri (1860 circa), Museo Civico di Lugano

Seminario di studi
La cultura e la letteratura italiana dell’esilio nell’Ottocento: nuove indagini

Bruxelles, 19-20 marzo 2018
Université Libre de Bruxelles – Vrije Universiteit Brussel

Appello a comunicazioni

La presenza, nelle vicinanze di Bruxelles, di una nutrita colonia di esuli nei primi decenni dell’Ottocento ci ha indotto a proporre una rinnovata riflessione sul tema dell’esilio negli anni del Risorgimento, sulle sue modalità, sulle risultanze letterarie e culturali di quelle esperienze. L’incontro si svolgerà a Bruxelles, all’Université Libre “ULB” e alla Vrije Universiteit “VUB” nei giorni 19 e 20 marzo 2018, intorno al tema dell’esilio. La lezione introduttiva Scrivere in esilio: dalle origini al Risorgimento di Silvia Tatti per la Cattedra Emile Lorand di Linguistica e di Letteratura, che proseguirà alla VUB fino al 23 marzo, fungerà da opportuna introduzione a una giornata di studi divisa sulle due sedi universitarie della capitale belga ed è intesa anche come incontro della sezione belga dell’Istituto per la Storia del Risorgimento.
I temi degli interventi potranno vertere su:
– le modalità dell’esilio (la sanzione dell’allontanamento dalla patria, la relegazione, l’esilio volontario ecc.);
– i rapporti degli esuli con le comunità di arrivo e di provenienza;
– le reti di esuli in Europa;
– le costanti e i caratteri unificanti dell’esperienza degli esuli;
– la produzione letteraria e l’attività culturale legata all’esilio;
ecc.

Aspettiamo le vostre proposte di relazione per il 29 ottobre 2017 agli indirizzi email Dirk.Vanden.Berghe@vub.be, Sabina.Gola@ulb.ac.be e Claudio.Gigante@ulb.ac.be. Per ora un titolo è sufficiente, vi chiederemo più avanti una breve descrizione dell’argomento. Gli interventi, previsti per il pomeriggio del 19 marzo all’università ULB e per la mattina del 20 marzo all’università VUB, avranno una durata di 25 minuti.
Stiamo valutando l’ipotesi di far confluire le relazioni del seminario (dieci all’incirca) in un volume collettaneo, pubblicato presso l’editore internazionale Peter Lang, nella collana “Il secolo lungo. Letteratura italiana 1796-1918”, diretta da Claudio Gigante e Dirk Vanden Berghe.

Ai relatori potremo offrire almeno l’alloggio per la notte di domenica 18 marzo nell’U-Residence della Vrije Universiteit Brussel (stanze singole confortevoli nella foresteria nuova; la disponibilità attuale di doppie è scarsa) e i pranzi dei giorni 19 e 20 marzo. Dovremo valutare più avanti se saremo in grado di coprire la seconda notte nell’U-Residence (lunedì 19 marzo) ma, per chi lo desidera, potremo in ogni modo prenotarla fin da ora: vogliate quindi specificarlo nella vostra risposta. Per il viaggio andata e ritorno, vi chiediamo di usufruire dei vostri propri fondi di ricerca.

Dirk Vanden Berghe (Vrije Universiteit Brussel)
Sabina Gola e Claudio Gigante (Université Libre de Bruxelles)

Le vie dell’italiano: mercanti, viaggiatori, migranti, cibernauti (e non solo). Percorsi e incroci tra letteratura, lingua, arte e civiltà

XXIII Congresso AIPI (Siena, Settembre 2018)

Le vie dell’italiano: mercanti, viaggiatori, migranti, cibernauti (e non solo)
Percorsi e incroci tra letteratura, lingua, arte e civiltà
Università per Stranieri di Siena, 5 – 8 settembre 2018

Il tema del congresso trae spunto dalla posizione e dalla storia di Siena, tappa importante della via Francigena, crocevia di scambi commerciali, finanziari e culturali eccellenti fin dall’età medievale, meta turistica e di culto, antica sede universitaria e ancora oggi polo di relazioni accademiche internazionali in innumerevoli settori, con le sue due Università (Siena Studi e Siena Stranieri), l’Accademia Musicale Chigiana, il Conservatorio “Rinaldo Franci” e l’Accademia Nazionale del Jazz, il museo del Santa Maria della Scale e dell’Opera del Duomo, la Pinacoteca. Una città oggi lontana dai centri nevralgici del potere e dalle grandi vie di comunicazione, eppure capace da sempre di stringere fitti legami con il resto del mondo, così come lo è la lingua e la cultura italiana. Su queste dinamiche di percorsi e incroci possibili, fra letteratura, lingua, arte e civiltà, fino alle manifestazioni contemporanee dell’accoglienza (turisti, lavoratori stranieri, richiedenti asilo), si propone di riflettere questo convegno, in cui il viaggio, la strada, il cammino (in senso fisico e metaforico) faranno da sfondo per rappresentare alcuni dei tanti aspetti che caratterizzano oggi la specificità dell’insegnamento dell’italiano come seconda lingua in Italia e nel mondo. Gli argomenti che saranno trattati toccheranno quindi, in prospettiva sia diacronica che sincronica, le evocazioni qui suggerite in relazione alle discipline più rilevanti per i professori di italiano in Italia e nel mondo, fra cui ricordiamo la letteratura, la linguistica italiana, la sociolinguistica, la glottodidattica, la linguistica educativa, la scienza delle comunicazioni, la storia dell’arte, l’antropologia culturale.

Coordinamento del Comitato Organizzatore: Pierangela Diadori (Università per Stranieri di Siena)

Comitato Scientifico dell’Università per Stranieri di Siena: Carla Bagna; Daniela Brogi; Pietro Cataldi; Giovanna Frosini; Alessandra Giannotti; Sabrina Machetti; Claudio Pizzorusso; Lucinda Spera; Massimiliano Tabusi; Donatella Troncarelli; Massimo Vedovelli; Andrea Villarini.

INFORMAZIONI SULLE SEZIONI TEMATICHE E CALL FOR PAPERS
www.infoaipi.org

Pleins feux sur les femmes (in)visibles

Colloque international
Université de Lorraine
Nancy, Campus Lettres et Sciences humaines
22-23-24 novembre 2018

Comité d’organisation
Elsa Chaarani, professeure de langue et littérature italiennes (laboratoire LIS
Laurence Denooz, professeure de culture arabe (laboratoire CREM)
Sylvie Thieblemont, professeure de culture et communication (laboratoire CREM)

Plein feux sur les femmes (in)visibles

À la suite du séminaire « Femmes, monde féminin et ruptures », qui se terminera au printemps 2018, les membres du comité (Sylvie Thiéblemont, Laurence Denooz, Elsa Chaarani) organisent un colloque conclusif, qui reprendra un aspect du projet en lui donnant une lecture plus approfondie.
Selon les différents axes évoqués in primis au cours de ces trois années riches et fructueuses, plusieurs chercheur.se.s se sont intéressé.e.s à la question de la représentation des femmes, au brouillage des stéréotypes féminins (dans les différents domaines littéraire, artistique, historique et juridique), à la variable genrée et à ses conséquences sur les jugements portés à l’égard des auteures. Enfin, les intervenant.e.s ont consacré plusieurs communications à l’affirmation de femmes en rupture avec les normes sociales, en tant que sujets d’une prise de conscience politique, actrices d’une différence sexuelle, figures de rébellion du fait de leur mise en cause des rôles sociaux dévolus selon les normes opérantes.
Le présent appel à communication est un approfondissement de ce dernier point. Il s’agira dès lors de montrer comment une femme ou un groupe de femmes, en acceptant de contrevenir aux codes moraux, aux normes de leur époque ou de leur communauté, aux articles juridiques ou constitutionnels, aux modes de pensée internes à leur culture, permettent le franchissement d’une étape significative dans l’histoire, l’acquisition de droits, la production culturelle ou scientifique.
On pourra étudier donc les mobilisations et revendications :
 de femmes majeures à l’action méconnue, femmes de l’ombre, mais hors normes, ayant une
influence décisive sur une collectivité ou ayant conduit un groupe social à franchir un pas
significatif ;
 de femmes inventrices, ayant révolutionné un métier, un domaine des sciences ;
 de femmes ayant affirmé une singularité forte dans la littérature ou les arts ;
 de femmes dont l’expérience individuelle a eu un effet majeur sur une collectivité ;
 de femmes dont la rébellion, dont l’expérience politique ou sociale ont eu une influence
importante ou ont fait l’objet d’une transmission ;
 de femmes dont l’action a eu pour effet une avancée capitale dans le domaine des droits des
femmes ou des droits humains ;
 de résistantes de différentes époques ou nations ;
 de groupes de femmes (associations, collectifs) luttant pour faire éclater, auprès des
instances étatiques et décisionnaires, de réels problèmes publics en lien avec leurs droits et reconnaissances s’opposant à des traditions archaïques et patriarcales.
Les exemples seront prioritairement des figures féminines internationales ou des femmes peu ou moins connues, venues d’Occident, mais aussi d’autres cultures d’Asie, d’Afrique, d’Amérique Latine, d’Océanie. Il est probable que les propositions seront prioritairement liées aux XIXe, XXe et XXIe siècles, mais celles qui concerneront d’autres périodes seront également bienvenues.

Calendrier :
 Dépôt des propositions (résumé de 10 lignes) : 31 décembre 2017
 Examen des propositions et décisions au 28 février 2018
 Colloque 22, 23, 24 novembre 2018.

Langue de la communication et de la publication : français et/ou anglais.
Les communications seront de 20 minutes suivies de 10 minutes de questions. Les articles feront l’objet d’une publication, sous la forme d’un volume collectif, avec comité de lecture. Les consignes éditoriales seront envoyées avec la réponse.

Les propositions de communication seront adressées conjointement à:
 Elsa Chaarani : elsa.chaarani@univ-lorraine.fr
 Laurence Denooz : laurence.denooz@univ-lorraine.fr
 Sylvie Thieblemont : sylvie.thieblemont@univ-lorraine.fr

Frais d’inscription pour les intervenants : 30 €. Les versements seront à effectuer sur place. Les déjeuners des 19 et 20 octobre seront offerts aux intervenants. Les frais de déplacement et d’hébergement ne sont pas pris en charge.

Texte de l’appel

Les acteurs européens du printemps des peuples


Colloque international
(Paris- mai 2018)

Les acteurs européens du printemps des peuples

Après le colloque du cent cinquantième anniversaire de 1848 organisé par la Société de 1848 et des révolutions du XIXe siècle qui a marqué un important jalon historiographique, il a paru important, vingt ans plus tard, de porter un nouveau regard sur cet événement majeur du XIXe s. :
– en répondant d’abord au souhait maintes fois formulé par Maurice Agulhon d’en mieux connaître les acteurs, au moment précis où le Dictionnaire des dirigeants français de 1848 du Centre d’histoire du XIXe s. de Paris-Sorbonne et de Paris-Panthéon-Sorbonne publié sous son patronage constitue une nouvelle étape qui permet d’aller plus loin.
– en élargissant ensuite la focale pour s’intéresser cette fois à l’ensemble du printemps des peuples.
Le Centre d’histoire du XIXe siècle, le LabEx EHNE (Écrire une histoire nouvelle de l’Europe), la Société de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, le Comité d’histoire parlementaire et politique et le Centre interuniversitaire d’histoire culturelle de Padoue se sont associés pour organiser cet événement, parrainé par le Conseil d’État qui se déroulera à Paris, en mai 2018, et dont la question centrale sera : Qu’est-ce qu’être un acteur du printemps des peuples 1848 ? On pourra s’appuyer notamment ici sur la notion de protagoniste telle que définie par Haïm Burstin à propos de la Révolution française de 1789, tout en étant extrêmement attentif aux effets de positions dans l’espace géographique, linguistique et social.
Dans ce but, un appel international à contributions est lancé sur les huit thématiques qui suivent. Que l’approche soit spécifiquement historique ou pluri/interdisciplinaire, qu’elle utilise ou non la méthode prosopographique en totalité ou pour partie, les communications porteront sur un ou des groupes d’acteurs, non sur des individualités La circulation des acteurs, mais aussi celle des idées, sera prise en compte. La dimension coloniale sera prise en compte.

1- Les nouveaux gouvernants et leurs entourages (ministres, cabinets, élites dirigeantes nationales,…)
2- Les parlementaires (candidats, sociographie des élus y compris dans une dimension comparative diachronique et/ou synchronique, travail en bureau, en comité et en séance,…)
3- Les acteurs à l’interface entre le national et le local (élus provinciaux, départementaux, municipaux, acteurs des périphéries, des zones enclavées d’une part ; de l’autre relais des autorités centrales, préfets, commissaires et sous-commissaires du gouvernement, magistrats, militaires à responsabilité territoriale, recteurs, enseignants,…
4- Les passeurs de frontières : révolutionnaires, utopistes et proscrits (expériences de l’étranger, circulation des modèles, retours d’exil à l’occasion des révolutions, nouveaux exils, mouvements transnationaux de fraternité,…)
5- Insurgés et forces de l’ordre : profils, modes d’action, représentations
6- Les acteurs sociaux et genrés, les groupes de pression et leurs porte-parole, les mobilités induites (patrons, ouvriers, femmes, clubistes, colons, hommes et femmes d’œuvres,…)
7- Médiateurs spirituels et culturels (gloires nationales et locales, prêtres de tout rang, francs-maçons, écrivains, publicistes, ingénieurs, agronomes,…)
8- Les acteurs de 48 après 48 (parcours, image,…)

Une table ronde conclusive proposera de dresser les profils-types d’acteurs européens du printemps des peuples et s’efforcera de répondre à la question centrale du colloque.

Les propositions résumées en une page doivent être adressées à l’adresse électronique suivante crhxixe@univ-paris1.fr d’ici au 15 septembre 2017.
Les langues de communication seront le français et l’anglais.

Comité scientifique

Eric Anceau (Paris-Sorbonne), Sylvie Aprile (Paris-Nanterre), Fabrice Bensimon (Paris-Sorbonne), Francesco Bonini (Rome Lumsa), Jacques-Olivier Boudon (Paris-Sorbonne), Philippe Boutry (Paris-Panthéon-Sorbonne), Matthieu Bréjon de Lavergnée (Paris-Sorbonne), Jean-Claude Caron (Blaise-Pascal Clermont-Ferrand), Delphine Diaz (Reims Champagne-Ardenne), Emmanuel Fureix (Paris-Est Créteil), Jean Garrigues (Orléans), Louis Hincker (Valenciennes), Arnaud Houte (Paris-Sorbonne), Raymond Huard (Paul-Valéry Montpellier III), Dominique Kalifa (Paris-Panthéon-Sorbonne), Axel Korner (UCL), Jacqueline Lalouette (Paris 13), Jean-Noël Luc (Paris-Sorbonne), Peter Mc Phee (Melbourne), John Merriman (Yale), Silvia Marton (Bucarest), Sylvain Milbach (Savoie Mont-Blanc), Natalie Petiteau (Avignon), Vincent Robert (Paris-Panthéon-Sorbonne), Carlotta Sorba (Padoue), Jonathan Sperber (Missouri)

Comité d’organisation

Eric Anceau (Paris-Sorbonne), Matthieu Bréjon de Lavergnée (Paris-Sorbonne), Pierre-Marie Delpu (Paris-Panthéon-Sorbonne), Delphine Diaz (Reims Champagne-Ardenne), Louis Hincker (Valenciennes), Arnaud Houte (Paris-Sorbonne), Vincent Robert (Paris-Panthéon-Sorbonne)

Le traumatisme de Caporetto

Appel à communications
UNIVERSITE SORBONNE NOUVELLE-PARIS 3
Le traumatisme de Caporetto. Histoire, littérature et arts
COLLOQUE INTERNATIONAL
Paris, 9 et 10 novembre 2017

CIRCE (Centre Interdisciplinaire de Recherche sur la Culture des Échanges) EA 3979 LECEMO
Comité d’organisation : Maria Pia De Paulis-Dalembert, Alessandro Giacone, Francesca Belviso

La bataille de Caporetto (24 octobre – 12 novembre 1917) sur le front italo-autrichien a représenté un traumatisme profond pour la nation italienne. Aujourd’hui encore, dans le langage courant, le mot « Caporetto » est synonyme de défaite, de désastre.
Cent ans après cette blessure individuelle et collective, dans une optique pluridisciplinaire et interdisciplinaire, et par le biais de la notion complexe de « traumatisme », ce colloque international voudrait s’interroger sur les aspects historiques, politiques, militaires qui ont entraîné la défaite. Les angles d’approches, les types de documents, les genres et les formes littéraires, artistiques pour aborder cet événement ponctuel seront multiples : textes politiques et militaires, presse, récits, journaux intimes, témoignages, romans, poésie, documentaires. L’expérience de Caporetto a été (re)vécue par les écrivains-soldats et/ou soldats-écrivains et abordée sous l’angle du témoignage d’un trauma individuel obsédant. La réflexion prendra en compte également les conséquences inédites, parce que difficiles à appréhender et à comprendre à l’époque, sur le plan physique et psychique.
Les stratifications temporelles – concernant aussi bien la lecture historiographique, militaire et politique que les écrits mémoriels et fictionnels – représentent un facteur important pour la réappropriation d’un fait qui n’a eu de cesse de questionner l’histoire et l’identité italiennes. Dans le processus de remémoration (non seulement des faits, mais aussi du fonctionnement/bouleversement du langage du corps), les formes de la représentation du choc subi sont à appréhender autant dans la dimension de l’immédiateté du vécu que dans la revisitation mémorielle a posteriori. La restitution d’un traumatisme étant par essence reconstruction de la mémoire du traumatisme lui-même, il s’agira d’étudier les mécanismes par lesquels la rupture violente d’un équilibre déjà instable revit dans le langage autobiographique ou artistique entendu aussi comme exutoire et résilience.

Appel_Caporetto

Les propositions de communication (en français ou en italien, avec titre et résumé de 2000 signes environ), accompagnées d’une courte notice biobibliographique, sont à adresser au plus tard le 5 juillet 2017 à :
Maria Pia De Paulis-Dalembert : maria-pia.dalembert@univ-paris3.fr
Alesandro Giacone: giaconea@gmail.com
Francesca Belviso : francebelviso@hotmail.com

Médias, politique et révolution à la fin des années 1860. Les échos de la bataille de Mentana

Appel à communications

Médias, politique et révolution à la fin des années 1860. Les échos de la bataille de Mentana

Colloque international (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), 9-10 novembre 2017

Argumentaire :
Sauf pour les spécialistes du Risorgimento italien, la bataille de Mentana (3 novembre 1867) est un événement aujourd’hui largement oublié : on se souvient vaguement de la phrase du général de Failly qui fit scandale (« Les chassepots ont fait merveille ») mais il est clair que l’épisode n’a pas eu grande influence sur l’achèvement de l’unité italienne, puisque la défaite des volontaires garibaldiens n’a assuré qu’un bref répit à l’État pontifical. L’enjeu européen paraît plus mince encore : à Sadowa l’année précédente comme à Sedan, trois ans plus tard, ce furent des armées autrement importantes qui s’affrontèrent et le destin de l’Europe qui se joua véritablement.
Sur le moment pourtant l’événement eut en Europe un retentissement considérable et souleva les passions : l’émotion fut grande, bien entendu chez la plupart des catholiques du fait du péril couru par le Saint-Siège, mais aussi chez tous ceux, nombreux et divers, qui considéraient à l’inverse la cause de l’unité italienne avec sympathie, qu’ils aient ou non Garibaldi pour héros. En France, en un temps où la manifestation de rue était non seulement proscrite, mais presqu’inenvisageable, les membres français de la pacifique Association internationale des travailleurs, scandalisés, furent à deux doigts de descendre dans la rue ; et il y eut quand même à Paris quelques protestations publiques.
Nous n’entendons pas reprendre l’étude de l’événement lui-même, mais plutôt en envisager une vision transnationale, à la suite d’une partie de l’historiographie récente du Risorgimento, qui s’est attachée à élargir l’approche de la construction nationale à l’échelle européenne. Le colloque aurait ainsi pour objectif de compléter les approches traditionnelles, qui furent non seulement strictement politiques et diplomatiques, mais en définitive étroitement nationales dans leur conception.
Il s’agirait de reprendre le dossier de cet événement oublié. Il faudrait en premier lieu, nous semble-t-il, interroger la construction de l’événement comme tel, dans un contexte politique et médiatique qui n’a que peu à voir avec les périodes plus récentes d’où l’on a souvent daté la « naissance de l’événement », c’est-à-dire la toute fin du dix-neuvième siècle et le début du vingtième siècle. Celle du Royaume-Uni mise à part, la presse de la fin des années 1860 n’est nulle part vraiment libre ; les réseaux d’information internationaux n’ont pas encore la rapidité qu’ils acquerront peu après ; la presse populaire d’information est encore dans l’enfance, la plupart des journaux restent chers, leurs tirages limités, les illustrations rares, plutôt des gravures que des photographies. Comment dans ces conditions un événement, surtout s’il est survenu à l’étranger comme c’est le cas de Mentana, peut-il faire irruption dans l’actualité, frapper les esprits, obliger à prendre position ?
En second lieu, nous voudrions examiner la place de Mentana dans les affrontements politiques à l’échelle européenne. Il s’agirait de retracer l’écho de Mentana dans les quelques organisations qui se voulaient supra-nationales, l’A.I.T évidemment, mais aussi plus largement le courant radical qui se rassemble autour de la Ligue de la paix et de la Liberté, voire dans les milieux libre-penseurs de ce temps. Mais aussi bien chercher à voir si, et dans quelle mesure, l’événement contribue dans différents pays (car les situations étaient diverses) à reconfigurer les engagements en faveur ou en défaveur du pouvoir temporel des papes, ce que Mentana a pu changer dans l’affrontement des « catholiques » et des « anticléricaux », en faveur ou en défaveur du « libéralisme » ou de la « Révolution », tous deux anathématisés par l’Eglise de Pie IX.
Enfin, nous aurions voulu envisager Mentana comme révolution manquée, qui marque la fin d’une époque, celle d’un Risorgimento qui aurait voulu se faire en dehors des cadres et de la logique des Etats, mais plus largement comme l’échec d’un modèle révolutionnaire typique du dix-neuvième siècle, qu’on pourrait qualifier de romantique à condition de rester attentif à la multiplicité des formes qu’il a pu prendre. En d’autres termes, les révolutions du vingtième siècle n’ont plus rien à voir avec Mentana, et plus grand’chose non plus, on le sait maintenant, avec la Commune de Paris. Peut-être en ayant à l’esprit la grande expérience révolutionnaire que furent la Gloriosa espagnole puis le sexennio democrático qui suivit (1868-74), il nous semble intéressant de réfléchir sur les leçons de Mentana, ce qui se termine avec l’échec de Garibaldi, et d’en rechercher les modalités et les causes.

Modalités pratiques :
Les propositions (2.000 signes environ), qui devront s’intégrer à l’un des trois axes du colloque, doivent être envoyées par courriel à colloquementana@gmail.com avant le 30 avril 2017. Elles seront assorties d’une brève présentation des auteurs (statut, affiliation institutionnelle et publications principales).
La réponse aux propositions interviendra aux alentours du 15 mai.
Les frais de transport et d’hébergement seront pris en charge par le Centre de recherches en histoire du XIXe siècle.
Une publication des actes est prévue.

Langue des communications :
Français

Dates du colloque :
Le colloque, organisé par le Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne), se tiendra en Sorbonne le 9 novembre, avec une possible prolongation le 10 en fonction du nombre de propositions retenues. Le calendrier, ainsi que le programme, seront envoyés aux contributeurs le 15 mai.

Comité d’organisation :
Pierre-Marie Delpu (Aix-Marseille Université, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)
Arthur Hérisson (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)
Vincent Robert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)

Comité scientifique :
Jacques-Olivier Boudon (Université Paris-Sorbonne)
Philippe Boutry (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Catherine Brice (Universié Paris Est Créteil Val de Marne)
Jean-Yves Frétigné (Université de Rouen)
Daniele Menozzi (Scuola normale superiore di Pisa)