Edmondo De Amicis et la mémoire des batailles du Risorgimento

La mémoire des batailles du Risorgimento est au cœur de la production journalistique et littéraire du jeune De Amicis, qui, contrairement à une opinion largement répandue, au lieu de se faire le chantre de l’armée nationale en donne une vision critique. Dans La vita militare, la défaite de Custoza (1866) est restituée de manière éclatée, mais historiquement exacte, dans trois nouvelles : Quel giorno, Il figlio del reggimento et Partenza e ritorno. Ricordi del 1866. La bataille de Solferino et San Martino (1859) est évoquée lors de l’inauguration de l’ossuaire sur les mêmes lieux – dans l’Album di Solferino e San Martino, puis dans les Ricordi del 1870-71 -, de manière tout aussi véridique et fort éloignée de la version officielle mettant sur un pied d’égalité les deux combats. Un point de vue que De Amicis défendra à nouveau en août 1870, lorsqu’il cherchera à rallier ses compatriotes à la France en guerre contre la Prusse, en leur rappelant le rôle déterminant de l’armée française dans la seconde guerre d’indépendance. Ce n’est que la prise de Rome, à laquelle il assistera en tant que journaliste, qui offrira à l’Italie une issue victorieuse et sans ambiguïté.

Mariella Colin, membre de la SEFRI: « Edmondo De Amicis et la mémoire des batailles du Risorgimento », Rassegna storica del Risorgimento anni 2014-2015-2016, p. 299-322.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *