Maurice Mauviel: Labyrinthe algérien

labyrinthe algerien

Labyrinthe algérien, Passé masqué, Passé retrouvé ( 485 pages), vient de paraître dans la Collection « Espaces interculturels » dirigée par Claudio Bolzman ( Université de Genève) Paris, L’Harmattan, 2016.

Avant-propos de Fatima Moussa-Benaci, Professeure à l’ Université d’Alger II. Ancienne Présidente de l’ARIC. Quatre cahiers d’illustrations hors-texte avec des pièces et document rares.

Cet ouvrage fait suite au livre précédent de Maurice Mauviel : Montherlant et Camus anticolonialistes ( 2012) et à L’Histoire du concept de culture, le destin d’un mot et d’une idée ( 2011) dédié à ses anciens et anciennes élèves et leurs familles du Sersou steppique algérien ( « Sans eux ce livre n’eût jamais été écrit » a-t-il ajouté).
La plupart des lettres, documents, récits, poèmes… cités dans le livre sont d’un accès difficile (plusieurs ne sont pas conservés dans des bibliothèques publiques françaises, certains sont des exemplaires uniques).

Dans cet ouvrage apparaissent de nombreux auteurs de langue italienne qui se sont rendus en Algérie ou en ont parlé: Aristide Calani ( « Scene della vita militare in Algeria »; Napoli, 1854 livre totalement méconnu aujourd’hui), Giuseppe Bottai ,Vittorio Sereni. Mais aussi de Niçois oubliés et dont les oeuvres sont parfois difficiles à trouver: Francesco Trucchi (« I Provenzali a Nizza »; 1852) , Henri Sappia ( » La Fioraia d’Holborn », Londres, 1871) Giuseppe Beghelli ( un Brigasque), « I Bastardi di Casa Savoia », Turin, 1872, et le roman, de Giuseppe Garibaldi, Manlio, paru seulement en 1982. etc.

Il faut également souligner que Georges Doublet, qui fut rédacteur de la revue Nice Historique dans les années trente a été chargé d’une mission dans les musées de Constantine et d’Alger avant de s’installer à Nice ( professeur de classe préparatoire au lycée), les deux livres qu’il a consacrés aux musées de Constantine et d’Alger (longtemps oubliés) sont désormais accessibles sur les sites de l’Université d’Heidelberg et du Getty Center de Los Angeles, l’un d’eux est sur Gallica.

Télécharger le sommaire détaillé de l’ouvrage

Quatrième de couverture (éditeur):

Labyrinthe algérien s’ouvre par une expérience personnelle fondatrice de l’auteur, dans un village du Sersou steppique algérien où il enseigna. Elle l’incita à rechercher patiemment des hommes ou des femmes qui avaient réussi à tisser, en dépit du contexte colonial inégalitaire et vicié, des rapports chaleureux avec la population et les érudits locaux. La plupart d’entre eux vécurent sur les Hautes-Plaines algériennes négligées par les historiens et pratiquaient la langue arabe.
Chemin faisant, ce récit invite à découvrir, à travers des récits, témoignages et textes rares, une Algérie méconnue. L’ouvrage arrache à l’oubli de nombreux Algériens et Algériennes : hardis corsaires de l’époque ottomane, jeunes combattants intrépides faisant face à l’Inidèle, femmes héroïques des Hautes-Plaines dont la protestation véhémente demeure ignorée, Seigneurs du Sud admirés ou humiliés par les oficiers français ; mais aussi d’autres personnages restés dans l’ombre : condamnés politiques et réfractaires français déportés dans des bagnes, exilés et prisonniers italiens de la Seconde Guerre mondiale… Il souligne le combat d’aventureux Niçois comme Garibaldi, Sappia et Beghelli qui, tous trois, fustigèrent la colonisation.

Maurice Mauviel plaide pour l’introduction, dans les cursus d’enseignement, de l’histoire de l’orientalisme, parfois vilipendé et surtout ignoré, alors qu’il fait partie de notre roman national depuis François 1er, lequel avait créé une chaire de langue arabe au Collège de France. Sait-on qu’une des fables de Lokman qu’il traduisit inspira un poème à l’auteur du Fou d’Elsa ? Les actes et les écrits de nombreux oubliés et muets de l’Histoire chers à Camus sont ainsi mis en lumière, dans l’espoir que la connaissance du passé éclaire l’avenir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *