Le Choeur des esclaves

Antonin Durand, Le Choeur des esclaves. Quand Verdi écrivait l’histoire, Buchet-Chastel, 09/2022, 352p., 24€90.

Un concert de soutien aux troupes italiennes engagées dans la Première Guerre mondiale ; une rencontre des jeunesses nazies et fascistes ; une manifestation pour l’école dite « libre » ; un concert hommage à Ground Zero ; un spectacle commémorant les cinquante ans d’Israël ; un meeting de la Ligue du Nord ; une manifestation de Gilets jaunes… Tous ces événements ont en commun un point culminant : l’interprétation du « Chœur des esclaves » de Verdi.

Extrait de l’opéra Nabucco créé en 1842, cet air entendu mille fois au cinéma fait partie des « standards » que tout le monde reconnaît mais dont beaucoup ignorent la signification.

En racontant son histoire et en revenant sur les usages successifs qui en ont été faits, tant en politique que dans les arts, Antonin Durand décrypte l’un des opéras les plus joués au monde et va à l’encontre ce faisant de bon nombre d’idées reçues. Entre « lieu de mémoire » et chronique de l’Italie des xixe et xxe siècles, cette biographie d’un air où se mêlent musique, patriotisme et histoire, donne à voir toute la force de l’œuvre de Verdi.



Citer ce billet
Laura Fournier-Finocchiaro (2022, 17 octobre). Le Choeur des esclaves. Carnets de la SEFRI. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ty9l

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search