Correspondants de guerre 1918-1939 Maroc, Ethiopie, Espagne

Correspondants de guerre 1918-1939 Maroc, Ethiopie, Espagne

Textes réunis et édités par Emmanuel Mattiato, Manuelle Peloille et Olivier Dard

Presses universitaires Savoie Mont Blanc – Laboratoire LLSETI, février 2021

Présentation: Ancrée dans la grande tradition du journalisme d’aventure et croisant celle de l’écrivain-voyageur, la figure du correspondant de guerre plonge ses racines aux origines mêmes de la presse. Elle s’autonomise et s’impose dans l’entre-deux-guerres dans le sillage des ombres portées du premier conflit mondial, puis lorsque font rage les guerres d’Éthiopie et d’Espagne. Dans ce contexte de polarisation idéologique et de tensions géopolitiques entre démocraties libérales et régimes autoritaires ou totalitaires, à l’heure où les visées impériales et coloniales des fascismes se donnent libre cours et tandis que s’internationalise une lutte sans merci entre des révolutions rouge, noire ou brune, être correspondant ou correspondante de guerre devient une fonction de premier plan. Qui incarne cette figure ? Que cherche-t-elle ? Pourquoi et pour qui se mobilise-t-elle ?

C’est à ces différentes questions que s’attachent à répondre les douze contributions issues d’un colloque international et pluridisciplinaire tenu à Angers les 9 et 10 mai 2019. Du Maroc espagnol à Addis-Abeba et aux multiples théâtres d’opérations de la guerre d’Espagne, les textes mettent en scène des itinéraires individuels et collectifs qui donnent à voir les multiples facettes incarnées par la figure de la correspondante ou du correspondant de guerre anglo-saxon ou latin. Dorénavant, il ne s’agit plus seulement de jouer de la plume mais aussi de l’appareil photographique dans un contexte où l’image occupe une place croissante dans la presse du temps et n’est plus seulement une illustration. Fort prisé du lectorat de l’époque, le reportage de guerre des conflits éthiopien et espagnol se comprendrait-il comme la « répétition générale » qui préfigure le second conflit mondial ? Il marque à tout le moins un jalon essentiel d’une histoire mêlant bruit des armes et mythologie qui s’est prolongée jusqu’aux « Warcos » (war correspondents) d’aujourd’hui.

Lire le compte rendu de Francesco Casales


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search