Clémentine de Como (1803-1871): l’émancipation d’une institutrice provençale dans l’Italie des guerres du Risorgimento

Couvertures des deux volumes publiés par les éditions Wallada.

Laura Fournier-Finocchiaro a mis en ligne sur le site Wikipedia la notice biographique de Clémentine De Como, écrivaine et institutrice provençale du XIXe siècle, exilée volontaire pendant plus de 30 ans en Italie du Nord pendant les guerres du Risorgimento, où elle devient une pionnière du combat féminin.

Clémentine de Como (Bonnieux, 1803 – Turin, 1871) est l’auteure d’une impressionnante autobiographie en deux volumes de 1200 pages au titre explicitement combatif, Emancipation de la femme, publiée en français à Turin en 1853.
Née dans le Lubéron, elle se prépare au métier d’institutrice chez les sœurs de Saint-Charles à Lyon, mais se détache ensuite du couvent et crée plusieurs pensionnats dans le Midi. En 1839, elle suit son père au Piémont (dont c’était la région d’origine), mais se retrouve rapidement seule et isolée. Séduite et exploitée par le poète de Casale Monferrato Pietro Corelli (1820-1867), elle raconte ses années d’errance et sa découverte de Florence, Bologne, Milan (où elle est témoin des Cinq Journées de mars 1848), Chieri, Turin, ainsi que la maturation de sa conscience politique et féministe.
Le lecteur découvre au fil des pages les tourments que lui fait subir son amant, et assiste surtout à l’évolution exemplaire d’une femme qui, à travers l’exil et ses épreuves, se libère peu à peu de son éducation, jusqu’à remettre en cause radicalement les excès du pouvoir clérical et patriarcal. Elle s’attache notamment à promouvoir la nécessaire réforme de l’éducation des filles afin que la femme trouve enfin sa juste place dans la société.
Son œuvre, saluée par Victor Hugo, est restée quasiment oubliée jusqu’à sa redécouverte par l’historien Maurice Mauviel, qui a convaincu l’éditrice Françoise Mingot de réimprimer Emancipation de la femme en 2009-2010 aux éditions Wallada.

Il nous semble important aujourd’hui de faire connaître le parcours et les idées de cette pionnière du combat féminin, voire féministe, du XIXe siècle, qui nous a laissé un témoignage bouillonnant, sensible et résolument actuel. Son témoignage unique est essentiel autant pour saisir la vie quotidienne d’une femme étrangère devant se débrouiller seule dans le contexte très complexe (et dangereux) des guerres d’indépendance italiennes, pour comprendre le rôle et le regard porté par les femmes sur le Risorgimento, mais aussi pour expliquer les mécanismes de manipulation psychologique dont elle a été victime, et ainsi prévenir et aider les femmes fragilisées qui pourraient tomber sous l’emprise masculine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.