Le totalitarisme dans les pays latins

Journée d’étude « Le totalitarisme dans les pays latins »
Débat historiographique et utilisation politique

Vendredi 23 mars 2018, de 14h30 à 17h
Maison de la recherche G. Tillion, salle Frida Kahlo
5 bis boulevard Lavoisier – Angers

Programme
José Neves (U. Nova de Lisboa) « Le totalitarisme comme fondement négatif d’une condition libérale. Histoire et mémoire au Portugal »
Xavier Tabet (U. Paris 8)
« Le fascisme italien, un totalitarisme « imparfait »? Historiographie et usages publics d’une notion controversée »
Manuelle Peloille (U. Angers)
« Conceptualisations précoces du totalitarisme dans la presse espagnole »
Françoise Martinez (U. Paris 8)
« Us et usages du ‘totalitarisme’ dans l’histoire politique bolivienne du XXe siècle »

Organisateurs : Manuelle Peloille (Université d’Angers, 3L.AM),  Xavier Tabet (Université Paris 8).

Accès libre et gratuit dans la mesure des places disponibles

Le concept de totalitarisme a revêtu deux fonctions :

  • Premièrement, définir des régimes politiques donnés, par leurs tenants, observateurs ou opposants, dès le moment même de leur formation, dans le débat public, la philosophie politique, l’historiographie. Il est possible d’en retracer les théorisations. Elles se présentent de manière systématique, mais aussi éparse, dans la presse d’opinion européenne de l’entre-deux-guerres qui regorge de notations au sujet du terme. La théorie politique et l’historiographie de l’après-guerre systématisent la conceptualisation.
  • Deuxièmement, servir d’arme politique, d’abord contre le fascisme, puis contre le communisme, au gré des conjonctures internationales : par exemple, le terme n’a plus été utilisé pour définir l’URSS de Staline durant l’alliance forcée avec les USA entre 1941 et 1945, puis a connu un regain pendant la Guerre froide et après la chute du communisme. Depuis, le concept a acquis une telle extension qu’il s’applique à des objets aussi divers que le libéralisme ou l’islamisme.

L’idée de cette journée d’étude est d’examiner la formation et les usages du concept dans l’aire latine (hispanique, italienne, portugaise). Pour l’Europe, le terrain est en partie exploré. Mais pour l’Amérique hispanique et lusophone, il s’agit de voir si les dictatures de l’entre-deux-guerres (comme celle de Getulio Vargas) ou de l’époque de la Guerre froide (péronisme), soit théorisent le totalitarisme ou une idée d’État total d’une part, soit sont vues comme « totalitaires » par leurs opposants d’autre part.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *