Voyager dans les Etats autoritaires et totalitaires de l’Europe de l’entre-deux-guerres


Voyager dans les Etats autoritaires et totalitaires de l’Europe de l’entre-deux-guerresConfrontations aux régimes, perceptions des idéologies et comparaisons
Édité par Olivier Dard, Emmanuel Mattiato, Christophe Poupault, Frédéric Sallée
Éditions de l’université de Savoie Mont Blanc, janvier 2018

Présentation

Le présent ouvrage regroupe l’ensemble des contributions réunies dans le cadre d’un colloque international co-organisé en avril 2017 par le LabEx EHNE de l’université Paris-Sorbonne et le laboratoire LLSETI de l’université Savoie Mont Blanc.
L’orientation scientifique souhaitée par les directeurs du projet est ouvertement pluridisciplinaire et entend renouveler radicalement le traitement des questions qui se cristallisent autour du thème du voyage et des voyageurs dans le cadre des régimes autoritaires et totalitaires de l’entre-deux-guerres, période culturellement foisonnante au cours de laquelle se développent autant d’« États nouveaux » et souvent révolutionnaires qui se posent en alternative à la fois politique, philosophique et économique aux systèmes parlementaires occidentaux, fortement ébranlés par les crises multiples et polymorphes au lendemain de la Grande Guerre.
S’il existe de nombreux travaux dans les domaines historique ou littéraire consacrés unilatéralement au voyage vers l’Union soviétique, l’Allemagne nazie, l’Italie fasciste ou les États autoritaires d’Espagne, Portugal ou Hongrie, l’intérêt de l’ouvrage réside ici dans une approche transversale, à la fois en considérant la spécificité des différents régimes en place (en tant que points de départ ou “cibles” des voyageurs) et, surtout, en soulignant l’extrême variété des candidats au voyage. Outre les figures bien établies des intellectuels-voyageurs, les contributeurs ont particulièrement tenté de jeter un éclairage nouveau sur ces personnalités moins étudiées mais non moins importantes que sont les “experts”, économistes, architectes, doctorants. Enfin, tout en offrant une riche introduction qui propose une méthodologie solide et fait le point sur les résultats les plus récents auxquels est parvenue la recherche, l’étude s’achève sur une tentative d’élargissement des perspectives d’analyse, posant ainsi de nouveaux jalons pour l’histoire des relations internationales.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.