Le traumatisme de Caporetto. Histoire, littérature et arts


Colloque international à l’occasion du centenaire de la bataille de Caporetto (1917)
Le traumatisme de Caporetto. Histoire, littérature et arts

9 -10 novembre 2017
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (Maison de la Recherche) et Maison d’Italie, Cité Internationale Universitaire de Paris

CIRCE (Centre Interdisciplinaire de Recherche sur la Culture des Echanges)
Équipe d’accueil : EA 3979 LECEMO
Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
LUCHIE (Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe)
Université Grenoble-Alpes

Responsables :
Maria Pia De Paulis-Dalembert : maria-pia.dalembert@univ-paris3.fr
Francesca Belviso : francescabelviso@u-picardie.fr
Alessandro Giacone : giaconea@gmail.com

Comité scientifique :Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Francesca Belviso (Université d’Amiens), Manuela Bertone (Univer-sité de Nice Sophia Antipolis), Bruna Bianchi (Université Ca’ Foscari, Venise), Angelo d’Orsi (Université de Turin), Maria Pia De Paulis-Dalembert (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Alessandro Giacone (Université Gre-noble-Alpes), Nicola Labanca (Université de Sienne), Christophe Mileschi (Université Paris-Nanterre), Fulvio Senardi (Istituto Giuliano di Storia Cultura e Documenta-zione di Trieste e Gorizia)

La bataille de Caporetto (24 octobre – 9 novembre 1917), soit la douzième bataille de l’Isonzo, a représenté un traumatisme profond pour la nation italienne. Aujourd’hui encore, dans le langage courant, le mot Caporetto est synonyme de défaite, de désastre. Les soldats italiens sont repoussés par les Autrichiens et les Allemands au-delà de l’Isonzo et du Tagliamento jusqu’au fleuve Piave, et subissent le choc supplémentaire d’une défaite assortie de l’accusation de désertion et de trahison par les Hauts Commandements. Cent ans après cette blessure individuelle et collective, dans une optique pluridisciplinaire et interdisciplinaire, et par le biais de la notion de traumatisme, ce colloque international interroge les aspects historiques, politiques, militaires à l’origine de la défaite. Il étudie aussi les formes par lesquelles les soldats-écrivains élaborent le témoignage d’un trauma individuel obsédant, inscrit dans une dimension collective et historique. Les stratifications temporelles – concernant aussi bien la lecture historiographique, militaire et politique que les écrits mémoriels et fictionnels – sont un facteur important pour la réappropriation d’un fait qui n’a eu de cesse de questionner l’histoire et l’identité italiennes. Dans le processus de remémoration (non seulement des faits, mais aussi du fonctionnement / bouleverse-ment du langage du corps), la représentation du choc subi est à appréhender autant dans la dimension de l’immédiateté du vécu que dans la revisitation mémorielle a posteriori. La restitution d’un traumatisme étant par essence reconstruction de la mémoire de l’expérience traumatique elle-même, il s’agira d’étudier les mécanismes par lesquels la rupture violente d’un équilibre déjà instable revit dans le langage autobiographique ou artistique entendu aussi comme exutoire et résilience.

Voir programme

Le traumatisme de Caporetto

Appel à communications
UNIVERSITE SORBONNE NOUVELLE-PARIS 3
Le traumatisme de Caporetto. Histoire, littérature et arts
COLLOQUE INTERNATIONAL
Paris, 9 et 10 novembre 2017

CIRCE (Centre Interdisciplinaire de Recherche sur la Culture des Échanges) EA 3979 LECEMO
Comité d’organisation : Maria Pia De Paulis-Dalembert, Alessandro Giacone, Francesca Belviso

La bataille de Caporetto (24 octobre – 12 novembre 1917) sur le front italo-autrichien a représenté un traumatisme profond pour la nation italienne. Aujourd’hui encore, dans le langage courant, le mot « Caporetto » est synonyme de défaite, de désastre.
Cent ans après cette blessure individuelle et collective, dans une optique pluridisciplinaire et interdisciplinaire, et par le biais de la notion complexe de « traumatisme », ce colloque international voudrait s’interroger sur les aspects historiques, politiques, militaires qui ont entraîné la défaite. Les angles d’approches, les types de documents, les genres et les formes littéraires, artistiques pour aborder cet événement ponctuel seront multiples : textes politiques et militaires, presse, récits, journaux intimes, témoignages, romans, poésie, documentaires. L’expérience de Caporetto a été (re)vécue par les écrivains-soldats et/ou soldats-écrivains et abordée sous l’angle du témoignage d’un trauma individuel obsédant. La réflexion prendra en compte également les conséquences inédites, parce que difficiles à appréhender et à comprendre à l’époque, sur le plan physique et psychique.
Les stratifications temporelles – concernant aussi bien la lecture historiographique, militaire et politique que les écrits mémoriels et fictionnels – représentent un facteur important pour la réappropriation d’un fait qui n’a eu de cesse de questionner l’histoire et l’identité italiennes. Dans le processus de remémoration (non seulement des faits, mais aussi du fonctionnement/bouleversement du langage du corps), les formes de la représentation du choc subi sont à appréhender autant dans la dimension de l’immédiateté du vécu que dans la revisitation mémorielle a posteriori. La restitution d’un traumatisme étant par essence reconstruction de la mémoire du traumatisme lui-même, il s’agira d’étudier les mécanismes par lesquels la rupture violente d’un équilibre déjà instable revit dans le langage autobiographique ou artistique entendu aussi comme exutoire et résilience.

Appel_Caporetto

Les propositions de communication (en français ou en italien, avec titre et résumé de 2000 signes environ), accompagnées d’une courte notice biobibliographique, sont à adresser au plus tard le 5 juillet 2017 à :
Maria Pia De Paulis-Dalembert : maria-pia.dalembert@univ-paris3.fr
Alesandro Giacone: giaconea@gmail.com
Francesca Belviso : francebelviso@hotmail.com

La république en Italie (1848-1948). Héritages, modèles, discours


Laboratoire italien n°19/ 2017 (exclusivement publié en ligne sur le portail Revues.org)
Sous la direction de Laura FOURNIER-FINOCCHIARO, Jean-Yves FRÉTIGNÉ et Silvia TATTI

Ce volume retrace le développement et la maturation de l’idée républicaine en Italie entre 1848 et 1948, par une double approche historique et littéraire. Le but est de déceler la spécificité d’une voie républicaine italienne, à partir des expériences locales de Rome, Venise, Milan et du Sud de l’Italie pendant le Risorgimento jusqu’aux années de la monarchie libérale et du fascisme. Les interventions sont regroupées autour de trois axes principaux : les mémoires des républiques italiennes de 1848-1849 et la construction d’un langage politique et littéraire local et en même temps national, les modèles et contre-modèles républicains étrangers à partir desquels se définit la voie italienne, les discours républicains sous la monarchie et sous le fascisme. La reconstruction de l’histoire d’un siècle à partir de cette perspective, entre la faillite du modèle républicain au moment de l’Unité et sa victoire après la deuxième guerre mondiale, explique la difficulté de l’Italie, encore aujourd’hui, à assumer son passé.

Sommaire

LA RÉPUBLIQUE EN ITALIE (1848-1948)
Laura Fournier-Finocchiaro, Jean-Yves Frétigné et Silvia Tatti • Introduction
Maurizio Ridolfi • La République du futur ! Projets et horizons républicains en Italie, du Risorgimento à la fin de la Monarchie

I. Héritages et mémoires des expériences républicaines italiennes
Eva Cecchinato • Mémoire, récits et héritage de la Révolution de 1848 à Venise
Gianluca Albergoni • Mémoire et héritage de la Révolution de 1848 à Milan, des Cinq journées à la fin du siècle
Silvia Tatti • Rhétorique et politique au cours du Risorgimento : la République romaine de 1849

II. La pensée républicaine italienne et ses modèles étrangers

Marco Barducci • Le projet républicain de Giuseppe Mazzini et l’Angleterre : de la démocratie éthique à la démocratie sociale, 1845-1850
Paolo Benvenuto et Jean-Yves Frétigné • Du modèle républicain français à sa marginalisation (1848-1914)
Daniele Fiorentino • Pas tout à fait un modèle : les États-Unis dans le mouvement risorgimental italien

III. De la difficulté de rester républicain

Antonino De Francesco • Après la révolution nationale : le républicanisme méridional dans l’Italie libérale
Matteo Palumbo • Les mots de la politique à l’ombre de la Sicile : Pisacane, Verga, De Roberto et Pirandello
Laura Fournier-Finocchiaro • L’évolution de l’inspiration poétique républicaine de Mameli à Carducci : de l’antimonarchisme mazzinien et jacobin à la « démocratie dynastique »
Stéfanie Prezioso • Guerre et « subversion patriotique » : les républicains italiens face au premier conflit mondial et à ses usages politiques

IV. Des républicains en résistance aux républicains aux portes du pouvoir
Éric Vial • L’idée républicaine dans l’émigration antifasciste en exil
Olivier Forlin • Fascisme et république
Frédéric Attal • Piero Calamandrei et la Constitution de 1948 : Calamandrei le juriste contre Piero l’intellectuel

Avis de parution Labo19