Napoléon et l’Italie : Histoire militaire de l’Italie napoléonienne, 1805-1815


Napoléon et l’Italie
Histoire militaire de l’Italie napoléonienne, 1805-1815
Juan-Carlos Carmigniani, Gilles Boué
Histoire et collections , Paris, 2016
ISBN : 978-2-35250-291-3
272 pages

Quatrième de couverture

Le fait le plus remarquable dans la carrière politique de Napoléon, c’est qu’il n’a jamais séparé, en sa pensée et dans son cœur la France de l’Italie. Au fronton de l’Arc de triomphe du carrousel, il y a gravé à la même hauteur les Armes de France et les Armes d’Italie. L’Empereur a toujours porté la décoration de la Couronne de Fer à côté de la légion d’honneur ; et jusqu’à Sainte Hélène, jusqu’à son dernier soupir, on pouvait voir, confondues sur sa poitrine le rouge de la Légion d’honneur de France et l’orange liseré de vert de la couronne d’Italie. L’Empereur montrait ainsi combien Metternich avait tort lorsqu’on lui prêtait cette célèbre expression : « Italie n’est rien qu’une expression géographique ». Expression géographique peut être aux yeux des Autrichiens, mais pièce maîtresse dans la réécriture de l’Europe napoléonienne.

Les liens entre Napoléon et l’Italie restent trop souvent réduits à ses fulgurantes campagnes de 1796 et de 1800. Cette histoire d’amour, faite de moments de bonheur mais aussi de rancoeur, se poursuivit bien au-delà de Marengo. L’histoire de Napoléon et l’Italie de 1805 à 1815, c’est d’abord celle d’une absence. Napoléon ne revit que deux fois l’Italie en 10 ans (du 19 avril au 8 juillet 1805, puis du 21 novembre au 28 décembre 1807). Et pourtant, il n’y eut pas un seul jour sans que deux, trois ou quatre lettres ne partent par la poste ou le télégraphe (à partir de 1809), pour Milan, Rome ou Naples. Cette permanence dans la pensée impériale, illustrait la volonté de faire de l’Italie un état modèle « à la française ».

L’Italie, c’est le petit frère que l’on aide à grandir sous un regard sévère, permanent et vigilant mais aussi plein de tendresse.

Ugo Niccolò Foscolo entre Italie et Grèce

Colloque international interdisciplinaire
Ugo Niccolò Foscolo entre Italie et Grèce
9, 10 et 11 mars 2017 à Nice et à Vintimille
Organisation: Francesca Irene Sensini (Université de Nice Sophia Antipolis); Alberto Beniscelli (Università degli Studi di Genova); Christian Del Vento (Université Paris 3 Sorbonne)
Renseignements : Francesca Irene Sensini
convegnofoscolo2017@gmail.com

Programme

Jeudi 9 mars, 9h

Nice, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
Université Nice Sophia Antipolis
Pôle Universitaire Saint-Jean d’Angély 3, 25 av. François Mitterrand, Nice.

Allocutions d’ouverture

9 h 30, Francesca Irene Sensini (Université de Nice Sophia Antipolis), Introduction

Première Session Réceptions croisées

Président de séance, Giuseppe Nicoletti (Università degli Studi di Firenze)

10 h

  • Michael Paschalis (University of Crete), Andreas Kalvos, Ugo Foscolo and the Birth of the Later Phase of Modern Greek Literature;
  • Maria Tsoutsoura (Université Sorbonne nouvelle Paris 3), Exils, langues et nations chez trois poètes de Zante : Foscolo, Calvos et Solomos;

11 h Pause

11 h 30

  • Serena Ferrando (Università degli Studi di Genova), La dialettica mitopoiesi-realtà-illusione in Ugo Foscolo e Dionysios Solomos;
  • Roberto Capel Badino (Scuola Superiore di Studi Storici di San Marino), Ritorno a Zacinto: immagini della conversione linguistica di Andreas Kalvos;

12 h 30, Débat

13, Déjeuner

Présidente de séance, Aurélie Moioli (Université Nice Sophia Antipolis)

14 h 30

  • Alessandra Cenni (Université degli Studi di Roma « Tor Vergata »), Dalle «sacre sponde». Foscolo, Kalvos, Solomos : contatti, relazioni, scambi tra Grecia e Italia dei tre massimi poeti delle isole Ionie;
  • Claudio Chiancone (Université Grenoble Alpes), Nostalgia, frustrazione, ricerca di identità. Italia e Grecia negli scritti inediti di Mario Pieri

15 h 30, Pause

16 h

  • Maurizio Perugi (Université de Genève), La presenza di Guido Cavalcanti in Foscolo (e in Dionisio Solomós)

17 h, Débat

Vendredi 10 mars 9h

Nice, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

Deuxième Session, Foscolo et la Grèce classique

Enzo Neppi (Université Grenoble Alpes)

9 h 00

  • Agnieszka Fulinska (Université Jagellonne, Cracovie) Foscolo, Bonaparte and graeco-roman Imagery
  • Erminio Risso (Università degli Studi di Genova), Foscolo, Ettore, Plutarco: Jacopo Ortis lettore dei «Sepolcri»

10 h 30, Pause

11 h

  • Donatella Martinelli (Università degli Studi di Parma), La svolta del 1803: Foscolo riscopre la letteratura della Grecia antica nei testi originali
  • Francesca M. Falchi (Università degli Studi di Parma), Nel solco di Callimaco: La Chioma di Berenice tradotta da Ugo Foscolo
  • Gloria Larini (Istituto di Scienze Umane e Sociali, Firenze), Pensare in greco: possibili calchi strutturali e semantici dall’epica, dalla tragedia e dalla lirica greca nella poesia di Ugo Foscolo

12 h 30, Débat

13 h, Déjeuner

Président de séance: Arnaldo Bruni (Università degli Studi di Firenze)

14 h 30

  • Paola Cosentino (Università degli Studi di Genova), Foscolo lettore di Sofocle: sull’Aiace e dintorni;
  • Silvia Tatti (Università degli Studi di Roma «La Sapienza»), L’inarrivabile sublimità di Pindaro e l’ufficio della letteratura in Foscolo;
  • Beatrice Alfonzetti (Università degli Studi di Roma «La Sapienza»), Ettore e Ajace: allegoria politica e mito dei vinti in Foscolo;

16 h, Pause

16 h 30

  • Chiara Piola Caselli (Università degli Studi di Perugia), La cultura greca nella biblioteca londinese di Foscolo (1817-1826);
  • Ilaria Mangiavacchi (Università degli Studi di Firenze), La Grecia in Inghilterra: Foscolo autore di un’antologia classica.
  • Matteo Navone (Università degli Studi di Genova), Storia e storiografia greca negli scritti politici giovanili di Foscolo

18 h, Débat

Sabato 11 mars, 9h30

Vintimille, Jardin botanique Hanbury

9 h 30, Alberto Beniscelli (Università degli Studi di Genova), Introduction

Troisième Session, Foscolo philhellène

Président de séance

Président de séance: Alberto Beniscelli (Università degli Studi di Genova)

10 h

  • Paolo Borsa et Amalia Kolonia (Università degli Studi di Milano «La Statale»), Foscolo e la Grecia nell’epistolario «inglese»
  • Andrea Scardicchio (Università del Salento, Lecce), Foscolo, Mustoxidi e «la saggia Isabella»

11 h, Pause

11 h 30

  • Gerassimos Pagratis (University of Athens), Le Isole Ionie negli anni di Ugo Foscolo: società e cultura in transizione
  • Luca Beltrami (Università degli Studi di Genova) Foscolo e la questione delle Isole Ionie

12 h 30, Débât

13 h, Déjeuner

Président de séance: Christian Del Vento (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)

14 h 30

  • Stefano Verdino (Università degli Studi di Genova), Il caso Parga, Foscolo e gli interventi italiani coevi
  • Stathis Birtachas (University of Thessaloniki), Esilio risorgimentale e filellenismo combattente al tempo di Ugo Foscolo: il conte Giacinto Provana di Collegno in Grecia (1824-25)

15 h 30, Pause

16 h

  • Olimpia Gargano (Université de Nice Sophia Antipolis), «A frontier against the advance of the Mahometans»: l’Albania nelle pagine londinesi di Ugo Foscolo
  • Quinto Marini (Università degli Studi di Genova), Nievo, Foscolo, la Grecia

17 h Christian Del Vento (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), Conclusions

Visible dans la salle du colloque la vidéo-installation inspiré d’Ugo Foscolo et son œuvre, “Carta bianca”, réalisée par le collectif italien Augenblick (Italie, 2017)

Télécharger le programme