1815 Italia ed Europa tra fratture e continuità


Istituto per la storia del Risorgimento italiano
Atti 36. 1815 Italia ed Europa tra fratture e continuità, Atti del LXVII Congresso di storia del Risorgimento italiano, 2017, pp.492

RELAZIONI:
ANTONINO DE FRANCESCO, Crisi ed eredità dell’età napoleonica: l’idea di Nazione;
JACQUES-OLIVER BOUDON, Le Congrès de Vienne: une refondation de l’Europe;
MARIA LUISA BETRI, Tra continuità e rotture: aspetti della vita culturale nell’Italia della Restaurazione;
LUIGI MASCILLI MIGLIORINI, 1815: Metternich e il principio dell’equilibrio europeo;
RENATA DE LORENZO, Da Murat al murattismo: il re, gli uomini, le generazioni;
LIVIO ANTONIELLI, Tra continuità e rivolgimento: il controllo del territorio tra fine Settecento e Unità;
ANDREAS GOTTSMANN, L’Italia e l’Austria al Congresso di Vienna;
GABRIELE CLEMENS, La politica museale e l’internazionalizzazione della cultura in Europa tra antico regime e Restaurazione (1750-1830);
SILVANO MONTALDO, Le scienze nell’Italia della restaurazione. Una questione sottovalutata;
FERNANDO MAZZOCCA, Francesco Hayez tra la celebrazione della gloria asburgica e il martirio patriottico;
VITTORIO CRISCUOLO, Il problema italiano al Congresso di Vienna;
MARINA CAFFIERO, La Chiesa e la questione ebraica nella Restaurazione: una svolta della politica papale;
PAOLA MAGNARELLI, Borghesi gentiluomini,gentiluomini borghesi:il filo rosso della politica;
CARLO CAPRA, Milano 1814-1816: continuità o rottura?
MARCO MERIGGI, Tra eredità napoleonica e revanche nobiliare.I corpi burocratici nell’Italia della Restaurazione (1815-1830);
EMANUELE PAGANO, Una rivoluzione scolastica. L’istruzione in Italia da Napoleone alla Restaurazione;

APPENDICE: ROSELLA FOLINO GALLO: Vincenzo Cuoco e la necessità degli insegnamenti di agricoltura

Napoléon et l’Italie : Histoire militaire de l’Italie napoléonienne, 1805-1815


Napoléon et l’Italie
Histoire militaire de l’Italie napoléonienne, 1805-1815
Juan-Carlos Carmigniani, Gilles Boué
Histoire et collections , Paris, 2016
ISBN : 978-2-35250-291-3
272 pages

Quatrième de couverture

Le fait le plus remarquable dans la carrière politique de Napoléon, c’est qu’il n’a jamais séparé, en sa pensée et dans son cœur la France de l’Italie. Au fronton de l’Arc de triomphe du carrousel, il y a gravé à la même hauteur les Armes de France et les Armes d’Italie. L’Empereur a toujours porté la décoration de la Couronne de Fer à côté de la légion d’honneur ; et jusqu’à Sainte Hélène, jusqu’à son dernier soupir, on pouvait voir, confondues sur sa poitrine le rouge de la Légion d’honneur de France et l’orange liseré de vert de la couronne d’Italie. L’Empereur montrait ainsi combien Metternich avait tort lorsqu’on lui prêtait cette célèbre expression : « Italie n’est rien qu’une expression géographique ». Expression géographique peut être aux yeux des Autrichiens, mais pièce maîtresse dans la réécriture de l’Europe napoléonienne.

Les liens entre Napoléon et l’Italie restent trop souvent réduits à ses fulgurantes campagnes de 1796 et de 1800. Cette histoire d’amour, faite de moments de bonheur mais aussi de rancoeur, se poursuivit bien au-delà de Marengo. L’histoire de Napoléon et l’Italie de 1805 à 1815, c’est d’abord celle d’une absence. Napoléon ne revit que deux fois l’Italie en 10 ans (du 19 avril au 8 juillet 1805, puis du 21 novembre au 28 décembre 1807). Et pourtant, il n’y eut pas un seul jour sans que deux, trois ou quatre lettres ne partent par la poste ou le télégraphe (à partir de 1809), pour Milan, Rome ou Naples. Cette permanence dans la pensée impériale, illustrait la volonté de faire de l’Italie un état modèle « à la française ».

L’Italie, c’est le petit frère que l’on aide à grandir sous un regard sévère, permanent et vigilant mais aussi plein de tendresse.