Mythe des origines et réalité politique : La Mostra augustea della romanità (1937-1938)


JOURNÉE D’ÉTUDE / VENDREDI 13 OCTOBRE 2017
Université de Lille, Sciences Humaines et Sociales
Maison de la Recherche, Bât. F, salle F0.42

Mythe des origines et réalité politique : La Mostra augustea della romanità (1937-1938)

Matinée : la Mostra augustea dans son contexte

9h00 / Jean-Philippe BAREIL (Université de Lille)
Accueil et introduction de la journée.
9h30 / Christine HOËT-VAN CAUWENBERGHE (Université de Lille)
Auguste, maître de Rome, prince de l’Empire romain.
10h15 / Chiara RUFFINENGO (Université de Lille)
L’archéologie dans l’élaboration d’une romanité mythique.
11h00 / Pause
11h15 / Donatello ARAMINI (Università di Roma Tre)
L’Istituto di studi romani e il recupero del mito di Augusto durante il bimillenario del 1937.
12h00 / Marie-Laurence HAACK (Université de Picardie)
Les Etrusques dans la Mostra augustea.
12h 45 / Questions et débat

Après-midi : prolongements conceptuels et spatiaux

14h45 / Béatrice SICA (University College London)
Le dictateur à cheval, entre antiquité et modernité.
15h30 /Antonella MAURI (Université de Lille)
La romanité mise au service du projet racial à partir de 1938.
16h15 / Jérémy GUEDJ (Université de Nice)
La réception française de la Mostra augustea.
17h00 / Débat et conclusion des travaux par Barbara MEAZZI (Université de Nice).

INFORMATION ET CONTACT
cecille@univ-lille3.fr

Appel: Mostra augustea della romanità (1937-1938), un enjeu politique et culturel

Appel à communication
La Mostra augustea della romanità (1937-1938), un enjeu politique et culturel

La journée d’études aura lieu à l’Université Lille3, vendredi 13 octobre 2017, avec le soutien de CECILLE (EA 4074)

Délai de soumission des résumés: 1er février 2017

Argumentaire

Considérée par Emilio Gentile comme « la consécration de la continuité spirituelle entre la Rome antique et la Rome fasciste »[1], la Mostra augustea della romanità fut inaugurée le 23 septembre 1937 afin de célébrer le bimillénaire de la naissance d’Auguste, un an après que Mussolini, dans l’euphorie de la victoire italienne en Éthiopie, eut proclamé la renaissance de l’Empire.

Beaucoup reste à dire sur cette exposition de grande ampleur (82 salles), qui a donné lieu à la publication d’un catalogue de près de 800 pages. C’est donc à une analyse approfondie de cet événement que sera consacrée la journée d’étude, au cours de laquelle les intervenants envisageront dans des perspectives diverses le thème de la romanité et la récupération de la figure (ou du mythe) d’Auguste à laquelle se livre l’exposition. Celle-ci sera ainsi mise en relation avec des enjeux politiques ou géopolitiques précis, sera abordée dans une optique nationale ou internationale ou sera replacée dans le contexte tourmenté des années précédant la Deuxième Guerre mondiale. La « matérialité » de l’exposition ne sera pas pour autant négligée : si elle répond à un objectif idéologique évident, à un moment d’apogée pour le fascisme, elle s’inscrit aussi dans une politique et dans des pratiques culturelles  de masse, dont elle est sans nul doute un exemple parmi les plus représentatifs.

 Un résumé de la communication, rédigé en français ou en italien et incluant une brève présentation biobibliographique, est attendu pour le 1er février 2017. Il devra être envoyé à :

Jean-Philippe BAREIL (jean-philippe.bareil@univ-lille3.fr) ou Barbara MEAZZI (barbara.meazzi@unice.fr).

[1] Emilio GENTILE, Fascismo di pietra, Roma-Bari, Laterza, 2007, p. 143.