Consoli. Consuls et services consulaires italiens, XVIIIe-XXe siècles

Consoli

Le projet « consoli » est une enquête collective sur les consuls au service des États italiens, du XVIIIe au XXe siècle. Il s’agit d’examiner la naissance et l’évolution d’une administration au-delà des césures historiques que représentent généralement la Révolution française et l’Unité italienne, afin de privilégier une approche sur le temps long attentive aux pratiques sociales aussi bien qu’aux grandes scansions politiques. Ce projet repose sur la conviction que l’institution consulaire italienne est un observatoire historique fécond : il permet d’enquêter sur l’État, les conceptions de son service, de la citoyenneté, des modèles extérieurs. Il permet aussi d’étudier les Italiens comme « peuple monde », en s’intéressant à l’italianité hors d’Italie et à la pertinence de la catégorie nationale par rapport à des modèles civiques, régionaux ou impériaux. Par le jeu des échelles et le croisement des sources, le projet Consoli entend enfin contribuer à l’étude des sociétés urbaines de méditerranée orientale, en se concentrant sur les pratiques des acteurs plutôt que sur des catégories culturelles établies a priori.

La diplomatie des lettres au XVIII siècle: France Italie


IIe colloque bilatéral parrainé et soutenu par la Société Française d’Etude du Dix-huitième Siècle et par la Società Italiana di Studi sul Secolo XVIII

La diplomatie des Lettres au XVIIIe siècle : France-Italie/
La diplomazia delle lettere nel XVIII secolo : Francia-Italia
7-8-9 décembre 2017

Les travaux se tiendront :
le jeudi 7 décembre 2017, dans la Salle Athéna de la Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle, 4 rue des Irlandais (75005 Paris), à partir de 15 h ;

le vendredi 8 décembre 2017, à l’Institut de Culture Italienne de Paris, 50 rue de Varenne (75007 Paris), à partir de 9 h ;

le samedi 9 décembre 2017, dans la Salle des Actes (esc. A, 1er étage) de l’Ecole Normale Supérieure de Paris, 45 rue d’Ulm (75005 Paris), à partir de 9 h 30.

Vous êtes tou(te)s les bienvenu(e)s

Comité d’organisation:
Christian Del Vento et Jean-Paul Sermain (université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Pierre Musitelli (Ecole Normale Supérieure de Paris), Beatrice Alfonzetti et Silvia Tatti (université de Rome « La Sapienza »), Duccio Tongiorgi (université de Modène et Reggio Emilia)

Le colloque parrainé par les Sociétés française et italienne d’Etude du Dix-huitième Siècle portera sur l’activité culturelle des diplomates européens, notamment eu égard aux relations entre l’Italie et la France au 18e siècle. Au Siècle des Lumières, les diplomates non seulement jouèrent un rôle important au niveau des relations politiques et institutionnelles, mais ils eurent aussi une fonction décisive de médiateurs culturels de très haut niveau dans un certain nombre de domaines culturels, tels la circulation des livres, les études sur l’antiquité, la production artistique, l’activité de traduction, l’édition. L’objectif du colloque est d’inscrire les profils des nombreux protagonistes de ce système d’échanges dans une cartographie européenne qui permette d’étudier le fonctionnement global de ces réseaux qui, à travers la circulation des ouvrages littéraires et des œuvres d’art, favorisèrent la diffusion de thématiques politiques, de nouveaux paradigmes philosophiques et de modèles scientifiques qui se retrouvent progressivement au cœur d’un débat supranational, crucial pour la délimitation même de l’espace européen, de ses frontières idéales, de son identité hétéroclite.

Le rapport privilégié existant entre l’Italie et la France, en raison de leur proximité linguistique et culturelle, fait de l’étude de ces activités liées à la diplomatie un observatoire de choix susceptible de produire des résultats importants. A travers l’identification et l’étude de sources de nature différente, souvent peu ou pas exploitées, pourront émerger plusieurs éléments essentiels pour reconstruire davantage l’histoire des relations intellectuelles et culturelles entre France et Italie, au dix-huitième siècle, tout en les replaçant dans le cadre plus vaste d’un système européen complexe.

Programme Diplomatie des Lettres au XVIII

La circulation des intellectuels de droite dans l’Europe du Sud de l’entre-deux-guerres (Italie, Portugal, Espagne)

MARDI 20 JUIN 2017, 9H30-18H00
Colloque
« La circulation des intellectuels de droite dans l’Europe du Sud de l’entre-deux-guerres (Italie, Portugal, Espagne) »

Lieu : Maison d’Italie
Cité Universitaire
7E Boulevard Jourdan
75014 Paris

Co-organisé par le Laboratoire d’Etudes Romanes, Université Paris 8, Axe « Histoire, mémoire et politique dans l’Europe méridionale, XIXe et XXe siècles » et l’Institut de Sciences Sociales (ICS), Université de Lisbonne

9h30 : Ouverture des travaux

Matin : Modératrice : Alessandra Tarquini (Université de Rome)

1. Les milieux de la Droite française et les associations fascistes internationales
10h00 Olivier Dard (Université Paris 4) : Charles Maurras et sa relation aux fascismes
10h30 Jeremy Guedj (Université de Nice) : Les immigrés d’Europe méridionale en France devant la propagande fasciste et réactionnaire dans l’entre-deux-guerres

Discussion

2. La propagande fasciste italienne en France et sa réception
11h15 Francesca Cavarocchi (Université de Florence) : Le réseau des organisations italiennes en France comme outil de la diplomatie culturelle fasciste
11h45 Laura Fournier-Finocchiaro (Université Paris 8-LER) : La réception de la culture fasciste chez les italianisants français

Après-midi : Modérateur : Antonio Costa Pinto (ICS, Lisbonne)

3. Intellectuels portugais de Droite en France
14h00 Annarita Gori (ICS, Lisbonne) : Augusto de Castro et la création de l’Association de la Presse Latine
14h30 Yves Léonard (IEP Paris-LER) : Le parcours d’António Eça de Queiroz (1889-1968)

15h00 Discussion

4. La « fascisation » de la droite espagnole
15h15 Nicolas Sesma (Université de Grenoble) : Nations chirales. Les droites françaises et les droites espagnoles
15h45 Steven Forti (Université de Barcelone) : la transition des dirigeants politiques de la gauche au fascisme (les cas de Nicola Bombacci, Paul Marion et Óscar Pérez Solís)

16h30 Conclusion

Coordination:
Laura Fournier-Finocchiaro : laura.fournier@univ-paris8.fr
Cristina Climaco : cristina.climaco@univ-paris8.fr
Annarita Gori : annarita.gori@ics.ulisboa.pt

Programme

Le Palais Farnese

Le Palais Farnese / Il Palazzo Farnese
Ambassade de France en Italie / Ambasciata di Francia in Italia
Jean-Yves Frétigné, Carolina Vincenti
Editions internationales du patrimoine, Paris, décembre 2016
ISBN : 979-10-90756-21-2
306 pages, 79€

Préface:

En 1874, Rome, ville éternelle, était depuis peu la capitale d’un État beaucoup plus jeune qu’elle. C’est à cette date qu’Emmanuel de Noailles, nommé ambassadeur de France en Italie, s’installa au palais Farnèse devenu ainsi le siège de l’ambassade, et qui accueillera également l’École française de Rome. Noailles n’était cependant pas le premier Français à en avoir goûté la beauté, le palais ayant déjà, plus tôt dans l’Histoire, logé nombre d’ambassadeurs du roi de France auprès du souverain pontife. Les envoyés d’Henri II, de Louis XIII, de Louis XIV, eurent ainsi l’honneur de travailler, entre deux courbes du Tibre, dans ce joyau emblématique de la Renaissance et dont Stendhal louera après eux la « majesté farouche ». Depuis plus de 140 ans, la République française y a sa représentation en Italie.

Né du génie d’artistes glorieux, né également des rêves de magni-ficence de celui qui deviendrait Paul III, Alessandro Farnèse, ce palais est ainsi lié à l’histoire de la France, ou plutôt : l’histoire de la France lui est liée. Lui rendre hommage, et par là exprimer notre reconnaissance envers l’Italie, est l’intention de cet ouvrage.

Le palais Farnèse appartient à l’Italie et il occupe une place de choix dans le cœur des Italiens. De même, l’hôtel de La Rochefoucauld-Doudeauville, qui abrite l’ambassade d’Italie à Paris, appartient à la France : c’est en vertu de la réciprocité de baux emphytéotiques que nos deux pays bénéficient de demeures historiques pour leurs représentations diplomatiques.

La plus belle des ambassades sises à Rome ? On le dit, mais quoi qu’il en soit je reste certaine, à l’instar de mes prédécesseurs, qu’avoir la responsabilité de protéger et de faire vivre ce patrimoine exceptionnel est un honneur — et j’ai eu celui de mener à son terme en 2015 la magnifique restauration de la célèbre Galerie des Carrache.

Quatre siècles après la réalisation des fresques lumineuses de la galerie par les frères Carrache, cinq siècles après la reconstruction du palais acquis par Alessandro Farnese, nous voici encore éblouis devant cet édifice, raffiné et imposant à la fois — expression de l’idéal de la Renaissance. Sangallo, puis l’immense Michel-Ange, Giacomo della Porta et Vignola ont élevé le Farnèse, ils sont la preuve, s’il en était besoin, que les architectes sont des artistes majeurs. Daniele da Volterra, les frères Zuccari, les frères Carrache déjà nommés, Salviati, le Dominiquin… on pourrait continuer la liste des artistes qui ont contribué à faire du Farnèse celui que l’on connaît encore aujourd’hui. Aussi nombreux et divers furent-ils, ces architectes et peintres œuvrant à la construction et à l’aménagement du palais au long des années lui ont donné son style et sa cohérence reconnus par-delà les époques. « Il semble jeté au moule, tant il est uni ; c’est un dé », écrivait Montesquieu.

De la Renaissance au Risorgimento, du Risorgimento à aujourd’hui et pour longtemps encore : le Farnèse symbolise l’esprit de fraternité qui unit les deux peuples italien et français.

Au-delà de la magnificence architecturale qui le caractérise, il incarne en effet le lien entre deux pays, la France et l’Italie, qui entretiennent depuis si longtemps des relations d’amitié riches, construites sur des liens anciens. Liens tissés par l’histoire tant il est vrai qu’au fil des siècles, nos peuples et nos cultures se sont bien souvent définis et construits l’un par rapport à l’autre, l’un à travers l’autre. Liens profonds, car les deux pays sont l’un comme l’autre héritiers de la civilisation latine, et la passion italienne en France comme la passion française en Italie ont profondément influencé nos modes de vie et de pensée.

C’est pour honorer et sans cesse renforcer ces liens qu’il est de notre devoir d’animer le palais et de lui donner vie. C’est par exemple dans cet esprit qu’a été conçue hier l’exposition « Palais Farnèse : de la Renaissance à l’Ambassade de France » en 2010- 2011 qui marqua le public italien avec le retour momentané des collections de la famille Farnèse en leur palais. C’est cette même logique qui a été adoptée pour Design@Farnèse, organisé durant tout l’été 2016, permettant aux designers français contemporains de montrer l’expression de leur créativité, et faisant par là même du palais un symbole d’un mariage réussi entre le patrimoine et la création. Il est aussi ouvert aux visites neuf fois par semaine. Le palais Farnèse, lieu historique d’exception, est un lieu vivant.

Il est enfin et surtout pour notre pays un outil de travail à nul autre pareil, qui lui permet d’être au centre de la vie politique, économique, diplomatique et culturelle à Rome et dans toute l’Italie. Il contribue ainsi au rayonnement de la France et au développement de relations bilatérales denses au service d’une Europe en paix et solidaire.

Ce beau livre est une première découverte du monument qui nous a été confié ; dans l’espoir que ses lecteurs feront le pas de venir le visiter et avec la certitude qu’ils en deviendront, s’ils ne le sont pas déjà, ses admirateurs voire ses amoureux.

Catherine Colonna
Ambassadrice de France en Italie

Appel: Entre France et Italie : échanges et réseaux intellectuels au XIXe siècle

Appel à contribution

Entre France et Italie : échanges et réseaux intellectuels au XIXe siècle

Transalpina, n° 21, coordonnée par Mariella Colin, Laura Fournier-Finocchiaro et Silvia Tatti

Présentation

La revue Transalpina, depuis sa fondation dans le cadre de l’équipe de recherche caennaise Identités, Représentations, Échanges (France-Italie), s’est régulièrement intéressée à la problématique de la réception de la littérature italienne en France (Transalpina 1996, 1999, 2005). Dans les volumes précédents, l’attention des chercheurs s’était portée sur la traduction et la vie des productions italiennes dans le contexte français, sur l’histoire de la circulation des textes et des idées de la péninsule dans l’hexagone et sur différentes traces des auteurs italiens de l’autre côté des Alpes. Ces publications, auxquelles il faut ajouter d’autres ouvrages collectifs publiés à Caen et à Paris (Decroisette 1992, Colin 1993, Colin 1995, Dubard-Luglio 2013), ont porté souvent sur un intervalle chronologique large, pour souligner la permanence et les constantes dans les échanges intellectuels entre France et Italie.

Dans le prolongement de ces travaux, il apparaît utile de poursuivre la réflexion et les recherches en portant attention à de nouvelles facettes des relations entre France et Italie, en approfondissant en particulier les réseaux intellectuels qui se mettent en place dans le contexte particulier du XIXe siècle et du Risorgimento. L’Europe du XIXe siècle est marquée par les bouleversements politiques, par la construction et la revendication des identités nationales (Thiesse 1999) ainsi que par des vagues d’exil successives et de plus en plus massives (Aprile 2010, Bistarelli 2011, Isabella 2011). Dans ce contexte, la France a eu un rôle particulier (Révolution française, occupation napoléonienne de l’Europe, participation aux guerres du Risorgimento) qui a modifié ses relations avec sa voisine européenne : modèle ou contre-modèle civilisationnel (Fournier-Habicht 2012), principale terre d’accueil des migrations politiques provoquées par les insurrections et révolutions italiennes (Rao 1992, Tatti 1999, Ponty 2003, Diaz 2014), terrain d’amitiés mais aussi de rivalités intellectuelles et politiques avec sa « sœur latine » (Bertrand-Frétigné-Giacone 2016).

En partenariat avec l’axe de recherche Rivoluzioni Restaurazione Risorgimento Letteratura italiana 1789-1870 de l’Associazione degli Italianisti (ADI), qui a commencé à explorer les écritures privées de l’Ottocento italien, nous souhaitons développer 4 axes de réflexion pour étudier la construction de réseaux de relations entre France et Italie au 19e siècle:

  1. Politique et diplomatie
  2. Presse et édition
  3. Littérature et Arts
  4. Correspondances, journaux intimes, mémoires, autobiographies.

Modalités de soumission

Les propositions d’articles, de 2000 signes maximum, en italien, en français, ou en anglais, sont à envoyer, accompagnées d’une brève présentation de l’auteur, à Mariella Colin (mariella.colin@unicaen.fr), Laura Fournier (fournierparis8@gmail.com) ou Silvia Tatti (silvia.tatti@uniroma1.it) avant le 30 avril 2017.

Les textes devront être remis en janvier 2018.

Bibliographie :

Aprile 2010 : Sylvie Aprile, Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions.

Bertrand-Frétigné-Giacone 2016 : Gilles Bertrand, Jean-Yves Frétigné, Alessandro Giacone, La France et l’Italie. Histoire de deux nations sœurs, de 1660 à nos jours, Paris, Armand Colin.

Bistarelli 2011 : Agostino Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologne, Il Mulino.

Colin 1993 : Traductions et réécritures, Mariella Colin (dir.), Caen, Cahiers de littératures en langues romanes, PUC.

Colin 1995 :  Heurs et malheurs de la littérature italienne en France, Mariella Colin (dir.), Caen, PUC.

Decroisette 1992 : La France et l’Italie. Traductions et échanges culturels, Françoise Decroisette (dir.), Caen, PUC.

Decroisette 1998: Voyage des textes de théâtre Italie-France-Italie, Françoise Decroisette (dir.), Paris, Presses universitaires de Vincennes.

Diaz 2014 : Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle, Paris, Armand Colin.

Dubard-Luglio 2013 : Les rivales latines. Lieux, modalités et figures de la confrontation franco-italienne, Frédérique Dubard de Gaillarbois, Davide Luglio (dir.), Revue des études italiennes, n°59.

Fournier-Habicht 2012 : Gallomanie et gallophobie. Le mythe français en Europe au XIXe siècle, Laura Fournier-Finocchiaro, Isabel Habicht (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Isabella 2011: Maurizio Isabella, Risorgimento in esilio. L’internazionale liberale e l’età delle rivoluzioni, Rome-Bari, Laterza.

Palazzolo 1987: Maria Iolanda Palazzolo, Un editore francese in lingua italiana: Louis Claude Baudry, Studi storici, 1.

Ponty 2003 : Jeanine Ponty, L’Immigration dans les textes : la France 1789-2002, Paris, Belin.

Ramaciotti 1995: Francia e italia nel XVIII secolo : immagini e pregiudizi reciprochi, Valeria Ramaciotti (dir), Alessandria, Edizioni dell’Orso.

Rao 1992 : Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia, Naples, Guida.

Tatti 1999a : Mariasilvia Tatti, Le tempeste della vita. La letteratura degli esuli italiani in Francia nel 1799, Paris, Champion.

Tatti 1999b : Mariasilvia Tatti, « Bohème letteraria italiana a Parigi nell’Ottocento », in Italia e Italie tra Rivoluzione e Restaurazione, M. Tatti (dir.), Rome, Bulzoni, p. 139-160.

Tatti 2013 : Mariasilvia Tatti, « Esuli e letterati. Per una storia culturale dell’esilio risorgimentale », in L’officina letteraria e culturale dell’età mazziniana (1815-1870). Giornate di studio, a cura di Q. Marini, G. Sertoli, S. Verdino, L. Cavaglieri, Novi Ligure, Città del Silenzio, p. 89-100

Tellini 2002: Gino Tellini, Scrivere lettere: tipologie epistolari nell’Ottocento italiano, Roma, Bulzoni.

Thiesse 1999 : Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe s., Paris, Le Seuil.

Transalpina 1996 :  Regards croisés, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°1.

Transalpina 1999 :  Lettres italiennes en France, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°3.

Transalpina 2005 : Lettres italiennes en France II, Mariella Colin (dir.), Transalpina, n°8.

Appel_transalpina_entre-france-et-italieweb

Sources et approches des biographies cardinalices (XIXe-XXe s.)

Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines (MEFRIM) – 128-1 | 2016

Sources et approches des biographies cardinalices (XIXe-XXe s.)

sous la direction de François Jankowiak et Laura Pettinaroli