Musique italienne et sciences médicales au XIXe siècle


Laboratoire italien n°20/2017

Musique italienne et sciences médicales au XIXe siècle
Sous la direction de Céline FRIGAU MANNING

Comment comprendre l’attention que les sciences médicales du XIXe siècle accordent à la musique italienne, et à certaines de ses figures emblématiques en particulier ? En quoi s’intéressent-elles moins aux œuvres qu’au phénomène musical en soi, et à son action sur les corps et l’imagination ? Comment la musique italienne nourrit-elle des approches médicales originales ou s’en empare-t-elle ? Ce sont là quelques-unes des interrogations abordées par ce dossier, qui s’engage ainsi sur un terrain peu exploré, tant par l’histoire de la médecine que par l’histoire de la musique, en proposant un parcours en trois sections. La première, intitulée « Soigner par la musique », se penche sur les expériences thérapeutiques menées à Aversa et à Palerme dans la première moitié du siècle. La seconde, « Anatomies de la voix », se concentre sur le corps du chanteur, entre virtuosité et savoirs médicaux. La troisième revient sur la question du génie musical tel qu’elle se trouve médicalisée par le regard de phrénologues ou de Cesare Lombroso.

DOSSIER
Céline FRIGAU MANNING: Peuple d’Italie, « peuple musical » : une question médicale au XIXe siècle [Texte intégral]

I. Soigner par la musique. D’une physiologie des passions aux expérimentations thérapeutiques
Carmel RAZ: Music, theater, and the moral treatment: the Casa dei Matti in Aversa and Palermo [Texte intégral]

II. Anatomies de la voix. Le corps du chanteur entre virtuosité et savoirs médicaux
Sarah HIBBERD: “La Voix humaine”: dissecting Luigi Lablache [Texte intégral]
Marco BEGHELLI: Un’occasione perduta: lo studio anatomico e fisiologico dei musici castrati [Texte intégral]

III. Le génie médicalisé. Penser l’exceptionnalité du compositeur
Simone BARAL: Un’«armonica e magnifica fronte». La persistenza della frenologia nei discorsi medici italiani intorno al genio musicale [Texte intégral]
Jean-Christophe COFFIN: L’exploration du musicien italien à la fin du XIXe siècle : entre médicalisation et paradoxe [Texte intégral]
Pierangelo GENTILE: L’anomalia Verdi, ovvero la resa del professore: il pensiero di Cesare Lombroso sulla musica [Texte intégral]

TEXTES ET DOCUMENTS
Céline FRIGAU MANNING: « Cette femme éminente a touché l’âme universelle ». Une théorie médicale du talent de l’actrice-chanteuse dans La Pasta nell’Otello de Luigi Morando De Rizzoni (Vérone, Crescini, 1830) [Texte intégral]

Cesare Lombroso et la culture française – débats, conflits et collaborations


Colloque international
4-6 décembre 2017
Cesare Lombroso et la culture française – débats, conflits et collaborations
Torino

Présentation
Cette rencontre a pour intention de fournir une analyse des relations que Cesare Lombroso et l’école positiviste de droit pénal ont entretenues dans plusieurs domaines (criminologie, psychiatrie, littérature et critique d’art, sciences historiques et politiques) avec le monde français de la deuxième partie du XIXe siècle. Ces relations, bien que connues depuis longtemps, n’ont pas encore été étudiées dans leur ensemble. Lors du IIe Congrès international d’Anthropologie criminelle, qui eut lieu à Paris en 1889, les théories lombrosiennes furent rejetées par les principaux représentants de l’anthropologie française. De ce fait, les chercheurs se sont davantage intéressés à ceux qui les critiquaient qu’à ceux qui les suivaient, et à la circulation de ses idées au sein de la culture positiviste. Des études plus récentes ont au contraire démontré l’existence d’une action conjointe. La correspondance entre Lombroso et certaines figures clés de l’intelligentsia française de l’époque permet d’aborder aujourd’hui cette question de façon plus systématique, en confrontant les discussions, les thèmes et les points de désaccord, mais aussi les influences et les collaborations réciproques.

Programme
Lundi 4 décembre, 14h30
Palazzo degli Instituti Anatomici, salle C
Corso Massimo d’Azeglio 52

SALUTATIONS AUX AUTORITÉS
INTRODUCTION par Silvano Montaldo et Xavier Tabet
Première section: L’HOMO CRIMINALIS DES LUMIÈRES À LOMBROSO
Michel Porret (Université de Genève), La peine de mort dans l’école française et dans l’école italienne
Simone Baral (Université de Turin – Doctorat), De la phrénologie à l’anthropologie criminelle
Jean-Yves Frétigné (Université de Rouen), Les correspondants français de Lombroso
Anne Devarieux (Université de Caen), Tarde et Lombroso
Xavier Tabet (Université Paris 8), Zola et Lombroso

Mardi 5 décembre, 9h00
Fondazione Einaudi
Via Pincipe Amedeo 34

Deuxième section: LES PATHOLOGIES DE LA POLITIQUE
Nathalie Richard (Université du Maine, Le Mans), Taine et Lombroso
Elena Bovo (Université de Franche-Comté), De l’anthropologie criminelle à la psychologie des foules
Ernesto De Cristofaro (Università de Catania), Les anarchistes et le délit politique entre la France et l’Italie
Martine Kaluszynski (Université de Grenoble), Lacassagne versus Lombroso. Mythe et réalité
Alessio Petrizzo (Collegium Institut d’études avancées de Lyon), L’étude du tatouage entre Turin et Lyon

Mardi 5 décembre, 15h00
Fondazione Einaudi
Via Pincipe Amedeo 34

Troisième section: HISTOIRE, PHILOLOGIE, RACISME
Enrico Artifoni (Université de Turin), Les études historiques et l’anthropologie criminelle entre l’Italie et la France à l’époque de Lombroso
Emanuele D’Antonio (Université de Turin), Le judaïsme, l’antisémitisme et l’affaire Dreyfus
Claude Olivier Doron (Université Paris VII), Lombroso, Féré et Dallemagne
Silvano Montaldo (Université de Turin), Liaisons dangereuses: Lombroso, Richet, Maxwell, Forel et l’eugénisme

Mercredi 6 décembre, 9h00
Fondazione Einaudi
Via Pincipe Amedeo 34

Quatrième section: DE LA DÉGÉNÉRESCENCE À LA SOCIOLOGIE
Jean-Christophe Coffin (Université Paris 8), Morel et Lombroso
Gianfranco Venturini (Doctorat en Histoire des sciences, Université de Pise), Entre Leopardi et Zola: la pathobiographie des écrivains
Lydia Couet (Doctorante contractuelle, Université de Bourgogne – Centre Georges Chevrier), Lombroso et son influence sur les premiers collectionneurs d’ « Art des fous » en France à la fin du XIXème et au début du XXème siècle
Maddalena Carli (Université de Teramo), Lombroso et Sorel
Francesco Paolo De Ceglia (Université de Bari), Vaincus par une sorcière. Lombroso, Richet et les recherches métapsychiques sur Eusapia Palladino

Congresso Lombroso

La France d’Antonio Gramsci


Colloque international
La France d’Antonio Gramsci
23-24-25 novembre
ENS Lyon

Lieu: Site Descartes
Salles : D8.006 les jeudi 23 novembre et vendredi 24 novembre
D2.034 le samedi 25 novembre

Intervenants:
Francesca Antonini, Giulio Azzolini, Leonardo Casalino, Vincent Charbonnier, Giuseppe Cospito, Romain Descendre, Jean-Yves Frétigné, Antony Crézégut, Yohann Douet, Michele Fiorillo, Gianni Francioni, Fabio Frosini, Natalìa Gaboardi, Jacques Guilhaumou, Giuliano Guzzone, Robert Jackson, Marie Lucas, Jean-Pierre Potier, Giuseppe Vacca, Jean-Claude Zancarini

Organisateurs:
Triangle. Action, discours, pensée politique et économique
Labex COMOD
Fondazione Gramsci
Università di Pavia

Description
Pour contribuer à célébrer en France le quatre-vingtième anniversaire de la mort du grand penseur italien (1891-1937), nous invitons les chercheurs à un travail collectif sur « la France d’Antonio Gramsci », dans le cadre d’un colloque qui se tiendra à Lyon (lieu important pour l’histoire du communisme italien et du rôle qu’y joua Gramsci, puisque s’y tint, en janvier 1926, le 3e congrès du PC d’I).

Comme cela se vérifie également à l’échelle mondiale, le nom de Gramsci est depuis quelques années très présent dans l’espace public français, tant dans les champs politique et journalistique que dans les débats théoriques et les sciences sociales ; on note aussi des travaux français récents sur Gramsci et sa réception en France. En revanche, bien peu a été fait sur la présence de la France dans son œuvre et c’est bien cet aspect que nous entendons traiter.

Le colloque « la France d’Antonio Gramsci » se penchera donc sur la place et la fonction de l’histoire, de la politique et de la culture françaises dans la réflexion de Gramsci. Cette question n’a jusqu’ici pas fait l’objet d’études systématiques. Il est pourtant incontestable que la formation de Gramsci est en large part constituée de culture française et que, tout au long de son œuvre, la France lui sert de point de référence à partir duquel penser la situation italienne. C’est particulièrement vrai dans la mise en évidence du rôle de la politique française – avec l’économie anglaise et la philosophie allemande – comme une des trois sources du marxisme. Au delà de cette première constatation, la présence d’auteurs, événements et thèmes français dans ses textes – au premier rang desquels les Cahiers de prison – est particulièrement forte et bien connue de la critique. Il s’agira donc d’examiner certains de ses concepts les plus importants (jacobinisme, national-populaire…), certaines de ses thématiques historiques (les Lumières, la Révolution française, les rapports ville-campagne…), politiques (syndicalisme révolutionnaire, Maurras et l’Action française…) et culturelles (culture française, intellectuels français…) en les mettant en résonance avec sa réflexion d’ensemble et le rythme de sa pensée. Gramsci pense la France, son histoire et sa culture, mais son intention vise bien au-delà !

Ce colloque se tiendra malheureusement en l’absence d’André Tosel, qui fit tant pour la diffusion de l’œuvre de Gramsci en France. André avait chaleureusement soutenu l’idée d’organiser à Lyon un événement commémorant le penseur italien et il devait bien sûr faire partie de son conseil scientifique. Sa générosité et son enthousiasme nous manqueront autant que sa science. Un hommage lui sera rendu pendant le colloque.

Conseil scientifique: Giuseppe Cospito (Università di Pavia), Romain Descendre (ENS de Lyon), Gianni Francioni (Università di Pavia), Fabio Frosini (Università di Urbino), Pierre Girard (Université Lyon 3), Guido Liguori (Università della Calabria), Giuseppe Vacca (Fondazione Gramsci), Jean-Claude Zancarini (ENS de Lyon)

Entrée libre

Contacts:
Romain Descendre Mail: romain.descendre@ens-lyon.fr
Jean-Claude Zancarini Mail: jean-claude.zancarini@ens-lyon.fr

Voir programme

Letteratura italiana e traduzioni 1789-1870

Richiesta contributi (‘Call for papers’)
Letteratura italiana e traduzioni 1789-1870

Seminario del gruppo di ricerca RRR
(Rivoluzione, Restaurazione, Risorgimento. Letteratura Italiana 1789-1870)
dell’ADI (Associazione degli Italianisti)

Torino
Dipartimento di Lingue e Letterature Straniere e Culture Moderne
venerdì 18 maggio 2018 ore 10.30-17
sala lauree di palazzo Badini Confalonieri
via Verdi 10

Il seminario sarà organizzato in tre momenti:
10.30-12.00: Dante e Tasso: due classici nell’Europa dell’Ottocento
12.00-13.30: In altra lingua: traduzioni di autori contemporanei italiani nell’Ottocento
15.00-17.00: In vesti italiane: traduzioni di autori europei nell’Ottocento

Gli interventi, in numero di 3-4 per tornata, da contenersi rigorosamente nel limite di venti minuti, punteranno a esporre sinteticamente lo status quaestionis, le ricerche svolte, le ipotesi di lavoro.

Vi chiediamo di inviarci le vostre proposte entro il 31 dicembre.

Luca Badini Confalonieri (luca.badiniconfalonieri@unito.it)
Silvia Tatti (silvia.tatti@uniroma1.it)
Stefano Verdino (stefano.verdino@unige.it)

Call

Une religion politique. Les usages des martyrs révolutionnaires dans le Royaume des Deux-Siciles (années 1820 – années 1850)


Nous vous signalons, dans le dernier numéro de la Revue d’histoire moderne et contemporaine
2017/1 (n° 64-1)
l’article de:

Pierre-Marie Delpu: Une religion politique. Les usages des martyrs révolutionnaires dans le royaume des Deux-Siciles (années 1820-années 1850)
L’article s’intéresse aux usages politiques des martyrs libéraux et révolutionnaires dans le royaume des Deux-Siciles au début du XIXe siècle. Il cherche à montrer comment l’âge romantique a vu s’affirmer une culture des martyrs dans l’opposition libérale aux Bourbons, fondée sur le souvenir de la révolution manquée de 1799, puis enrichie dans les années 1840 des victimes de la répression des révolutions successives qu’a connues le royaume. Comme l’illustre le cas des provinces calabraises autour du « moment 1848 », la mémoire des martyrs a été à la fois l’un des supports privilégiés des identités locales et l’un des instruments principaux de la politisation du peuple à l’échelle locale, cristallisant des identités politiques très souvent imprécises. Cet aspect identitaire se maintient au début des années 1850, pendant que beaucoup de libéraux sont en exil dans le royaume de Piémont : alors que les martyrs deviennent des pères fondateurs de l’Italie en formation, ils servent surtout à illustrer la supériorité et le primat des Méridionaux dans le mouvement national italien.
Pages 7-31

Federico De Roberto e il Giornale illustrato dei viaggi e delle avventure di terra e di mare


Nous vous signalons, dans le dernier numéro de la revue Studi sul Settecento e l’Ottocento. Rivista internazionale di italianistica (Volume XII, Fabrizio Serra editore, Pisa – Roma, 2017),
l’article de

MICHELA TOPPANO, Federico De Roberto e il « Giornale illustrato dei viaggi e delle avventure di terra e di mare »
Il saggio analizza e riproduce sette articoli di carattere storico-geografico di Federico De Roberto apparsi sulla rivista fondata da Edoardo Sonzogno nel 1878, « Giornale illustrato dei viaggi e delle avventure di terra e di mare », e, a detta dell’A., ‘sfuggiti sinora a tutti gli studiosi derobertiani’. Gli scritti sono, secondo la Toppano, fonti dirette di eventi del tempo quali l’imperialismo e lo sviluppo scientifico-tecnologico e tasselli indispensabili per ricostruire, sul fronte teorico-ideologico, il puzzle ampio e variegato della produzione dell’autore: ‘Questi articoli […] permettono di seguire le modalità della formazione culturale giovanile di De Roberto. Riflettono preoccupazioni e interessi personali dell’autore siciliano, ma anche, più largamente, i dibattiti e le curiosità della società del tempo. Infine, permettono di valutare il contributo derobertiano alla costruzione di un discorso di stampo squisitamente positivistico che esprime una certa fiducia nel progresso tecnologico e commerciale, nelle possibilità di espansione della civiltà occidentale e nella sua capacità di dominare e addomesticare la ‘sauvagerie’ (del mondo naturale e di quello umano)’.
Pag. 37-61

Niccolò Tommaseo: Canti greci


Niccolò Tommaseo
I canti greci
a cura di Elena Maiolini
Milano, Guanda, 2017

Descrizione
Ammirati da Pier Paolo Pasolini come una delle più belle opere della letteratura italiana del pieno Ottocento e amati senza riserve da poeti come Giovanni Pascoli e Gabriele d’Annunzio, i Canti Greci di Niccolò Tommaseo intesero esprimere la freschezza della poesia autenticamente popolare, perseguendo un progetto culturale che fu senza dubbio uno dei più intensamente romantici della nostra letteratura. Lo scrittore dalmata compose un libro che ordinava e riorganizzava in quattro ampie parti (l’Amore, la famiglia, la Morte, Dio) la raccolta di « Chants populaires de la Grèce moderne » pubblicata a Parigi da Claude Fauriel nel 1824-1825, arricchendola però di nuovi canti e di traduzioni straordinariamente suggestive, in cui la cultura raffinata si incontra e si fonde con i versi della tradizione. La presente edizione, corredata dal puntuale commento di Elena Maiolini e da un ricco apparato di indici, riproduce fedelmente l’unica curata da Tommaseo, pubblicata a Venezia nel 1842 quale terzo volume dei « Canti popolari toscani corsi illirici greci ». Ripercorrendo e sottolineando i contorni di un’irripetibile combinazione di tradizioni linguistiche e culturali dell’Europa mediterranea, i Canti popolari di Tommaseo si presentano dunque come la migliore e più completa risposta del loro autore al programma letterario e civile annunciato l’anno precedente, con la pubblicazione delle Scintille: ravvivare una cultura stanca e sazia, promuovendo la conoscenza affettuosa dei popoli mediterranei attraverso un riconoscimento reciproco e una collaborazione tra italiani (corsi inclusi), greci e slavomeridionali.

Elena Maiolini a soutenu en 2015 sa thèse de doctorat en Études romanes, Italien « Le langage de passions » : la visione morale di Manzoni e le sue fonti à l’université Paris 4 sous la direction d’Andrea Fabiano et Pietro Gibellini.

Journée d’études « Bibliothèques d’auteur »


Bibliothèques d’auteur : problèmes, méthodes, outils
Biblioteche d’autore : problemi, metodologie, strumenti

Samedi 18 Novembre 2017
MAISON DE LA RECHERCHE
Salle Athéna – 4 rue des Irlandais – 75005 Paris

Journée organisée avec le soutien de :
Commission de la Recherche de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 Direction des Affaires Internationales de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 EA 3979 LECEMO
Universités de Bologne, Grenoble-Alpes, Padoue, Rome «La Sapienza» Université Franco-Italienne

On connaît l’importance que peut avoir l’étude de la bibliothèque d’un écrivain dans la compréhension de son œuvre et de la culture de son époque. Néanmoins, lorsqu’on étudie ce type de bibliothèques plusieurs difficultés théoriques se posent. Différentes précautions s’avèrent alors nécessaires concernant le statut de la bibliothèque. Se pose ici le problème complexe – mais incontournable lorsqu’on étudie une bibliothèque privée au XVIIIe siècle – des frontières entre une bibliothèque de famille et la collection qui appartint effectivement au personnage étudié, les livres qu’il lut et qu’il étudia. C’est une question cruciale puisque la nature intellectuelle d’une bibliothèque et la possibilité même d’en faire un objet d’étude dépendent du choix des volumes et, donc, de l’identification exacte de la personne qui les a choisis, tout en offrant des informations sur les circuits et le commerce des livres et, parfois, en contribuant à la définition d’un canon littéraire. Cette question amène, ensuite, à s’interroger sur le statut de son possesseur, l’écrivain : qu’est-ce que la bibliothèque d’un écrivain ? A-t-elle un statut spécifique ? A partir de quelle époque peut-on parler de bibliothèque d’écrivain ? Comment la délimiter au sein de collections parfois plus importantes dans lesquelles l’écrivain puisait ses lectures ?
La journée d’études cherchera à donner quelques réponses à ces questions et aux autres qui sont soulevées par l’étude des bibliothèques d’auteur, aussi bien à travers des interventions plus générales, qu’à travers la présentation de cas d’étude spécifiques mais représentatifs des problèmes et des enjeux méthodologiques liés à l’étude des bibliothèques d’écrivains.

Programme

Samedi 18 novembre
9h15 Allocutions d’ouverture

Bibliothèques d’écrivains
Présidence : Elena Pierazzo (Grenoble-Alpes)
9h45Christian Del Vento (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Qu’est-ce qu’une
bibliothèque d’auteur ?
Dirk van Hulle (Anvers), Writers’ Libraries, Extant and Virtual: The Case of Beckett’s Books.
Chiara Piola Caselli (Pérouse), Le biblioteche di Foscolo. Cataloghi e volumi. 11h15 Discussion

11h30 Pause

Présidence : Silvia Tatti (Rome «La Sapienza»)
11h45 Franco Tomasi (Padoue), La biblioteca del Tasso: problemi interpretativi e
soluzioni lologiche.
Carlo Londero (Udine), La gondola di Stravinski. Fluttuazioni tra prosa e poesia nelle carte di Beniamino Dal Fabbro.
12h45 Discussion 13h00 Buffet

Bibliothèques de chercheurs

Présidence : Gino Ruozzi (Bologne)
14h30 Paolo Tinti (Bologne), La « chasse aux livres » du professeur: la bibliothèque-
laboratoire de Piero Camporesi.
Marco Veglia (Bologne), La biblioteca di Carducci (ovvero, la lologia, la poesia
e le cicale).
Carlo Alberto Girotto (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3),
Daniele Franco (DBU Sorbonne Nouvelle), Filippo Fonio (Grenoble Alpes), Claire Mouraby (SID Grenoble Alpes), Transferts culturels entre Italie et France, XIXe-XXIe siècle : valoriser les bibliothèques et archives de chercheurs.

16h00 Discussion

16h15 Pause

16h30 Conclusions méthodologiques avec la participation de Chiara Lastraioli (Tours, CESR), Laura Nay (Turin), Yann Sordet (Paris, Bibliothèque Mazarine).

Comité scientifique :
Chiara Lastraioli, Laura Nay, Amedeo Quondam Yann Sordet, Stefano Verdino
Organisation :
Christian Del Vento : christian.del-vento@sorbonne-nouvelle.fr Carlo Alberto Girotto : carlo-alberto.girotto@sorbonne-nouvelle.fr

Télécharger le programme

Rencontre à la Librairie Pedone autour de la biographie de Gramsci le mercredi 15 novembre

RENCONTRE

Mercredi 15 Novembre

dédicace à partir de 18 h
Présentation à 18h45 par Jean-Yves Frétigné
de son ouvrage
Antonio Gramsci vivre, c’est résister
avec Madame la professeure Marie-Anne Matard-Bonucci

Librairie Pedone – 13 rue Soufflot – 75005 Paris

Jean-Yves Frétigné nous fait découvrir un géant qui, contre Mussolini et Staline, défend un engagement au service d’un projet de renouveau politique adapté aux sociétés occidentales. En condamnant le fascisme et le communisme réel, sa pensée constitue, hier comme aujourd’hui, un remède et un antidote aux dérives et aux dévoiements de l’idéal révolutionnaire.

Marie-Anne Matard-Bonucci, professeure d’histoire contemporaine, qui avec Jean-Yves Frétigné a été membre de l’Ecole française de Rome, introduira la discussion.

affiche-Gramsci

Les Français et l’Unité italienne : 1848-1870

Guerre d’Italie. Bataille de Solferino (24 juin 1859). L’empereur Napoléon III donne l’ordre aux chasseurs et aux voltigeurs de la Garde d’enlever Solferino [estampe]

Vendredi 17 novembre 2017, de 18h30 à 20h
BnF I François Mitterrand
quai François Mauriac, Paris 13e Salle 70

Conférence: Les Français et l’Unité italienne : 1848-1870

Madame Laura Fournier-Finocchiaro, Maître de conférences HDR en études italiennes. Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Entre 1848 et 1870, on constate un très vif intérêt en France pour la question de l’indépendance et de l’unité italienne. Globalement sensible et favorable à l’idée de combattre l’influence autrichienne en Italie, l’opinion française est régulièrement informée par la presse qui, pendant la guerre d’indépendance de 1859-1860, développe massivement la pratique journalistique de la correspondance de guerre. À cet égard, on remarque que la France construit son image propre du Risorgimento italien où le rôle joué par la personnalité de Napoléon III est fortement valorisé. Inversement, l’historiographie italienne revendique, pour sa part, l’indépendance de l’action politique dans l’unification de la péninsule par rapport à l’appui venu des Français.

Cycle de conférences Histoire de l’Italie : les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles
Coordination: Emanuela Prosdotti, chargée de collections en histoire de l’Italie. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF

Entrée libre