Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister

Nouvelles biographies historiques
Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister
Jean-Yves Frétigné
Paris, Armand Colin, septembre 2017
320 pages, 24.90 €

Présentation
Très fréquemment cité, Gramsci est pourtant une des figures intellectuelles et politiques majeures du siècle dernier dont la vie est très peu connue. Contre la présentation d’un Gramsci désincarné ou célébré en héros et martyr du communisme, cet ouvrage entend restituer l’homme en chair et en os, en montrant les étapes successives de son existence de sa Sardaigne natale à la prison fasciste, en passant par ses années estudiantines à Turin et son accession à la direction du Parti communiste d’Italie. Trop souvent réduite à quelques formules incantatoires, sa pensée, désormais considérée comme faisant partie du patrimoine classique des doctrines politiques du XXe siècle, trouve, en effet, sa véritable signification et sa modernité dans le contexte dans lequel elle se déploie.
Dans cette première biographie en français, Jean-Yves Frétigné nous fait découvrir un géant qui, contre Mussolini et Staline, défend un engagement au service d’un projet de renouveau politique adapté aux sociétés occidentales. En condamnant le fascisme et le communisme réel, sa pensée constitue, hier comme aujourd’hui, un remède et un antidote aux dérives et aux dévoiements de l’idéal révolutionnaire.

Mythe des origines et réalité politique : La Mostra augustea della romanità (1937-1938)


JOURNÉE D’ÉTUDE / VENDREDI 13 OCTOBRE 2017
Université de Lille, Sciences Humaines et Sociales
Maison de la Recherche, Bât. F, salle F0.42

Mythe des origines et réalité politique : La Mostra augustea della romanità (1937-1938)

Matinée : la Mostra augustea dans son contexte

9h00 / Jean-Philippe BAREIL (Université de Lille)
Accueil et introduction de la journée.
9h30 / Christine HOËT-VAN CAUWENBERGHE (Université de Lille)
Auguste, maître de Rome, prince de l’Empire romain.
10h15 / Chiara RUFFINENGO (Université de Lille)
L’archéologie dans l’élaboration d’une romanité mythique.
11h00 / Pause
11h15 / Donatello ARAMINI (Università di Roma Tre)
L’Istituto di studi romani e il recupero del mito di Augusto durante il bimillenario del 1937.
12h00 / Marie-Laurence HAACK (Université de Picardie)
Les Etrusques dans la Mostra augustea.
12h 45 / Questions et débat

Après-midi : prolongements conceptuels et spatiaux

14h45 / Béatrice SICA (University College London)
Le dictateur à cheval, entre antiquité et modernité.
15h30 /Antonella MAURI (Université de Lille)
La romanité mise au service du projet racial à partir de 1938.
16h15 / Jérémy GUEDJ (Université de Nice)
La réception française de la Mostra augustea.
17h00 / Débat et conclusion des travaux par Barbara MEAZZI (Université de Nice).

INFORMATION ET CONTACT
cecille@univ-lille3.fr

Les exilés italiens en France dans les années 1830 et la gazette littéraire «L’Italiano»

Vendredi 13 octobre 2017, de 18h30 à 20h
BnF I François Mitterrand
quai François Mauriac, Paris 13e Salle 70

Conférence: Les exilés italiens en France dans les années 1830 et la gazette littéraire «L’Italiano»

Madame Ilaria Gabbani, docteur ès Lettres, traductrice. Université de Pise, Université Paris 3 Sorbonne, Centre CIRCE

La publication à Paris, en 1836, de la gazette littéraire « L’Italiano » demeure un épisode peu connu de l’histoire de la diaspora italienne du Risorgimento. Écrit presque entièrement en italien, destiné à la communauté des exilés comme au public de la péninsule, le journal avait comme objectif un ambitieux programme de critique littéraire visant à l’élaboration d’une nouvelle littérature nationale. En dépit de sa nature identitaire, ce projet était le fruit d’un dialogue fécond avec la littérature européenne du XIXe siècle, un recueil de traductions de drames ayant même été envisagé. Entre éloges et âpres critiques, c’est surtout la culture française du XIXe siècle qui joue un rôle prépondérant dans le développement du projet littéraire défendu par la gazette.

Cycle de conférences Histoire de l’Italie : les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles
Coordination: Emanuela Prosdotti, chargée de collections en histoire de l’Italie. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF

Entrée libre

Le vie dell’italiano: mercanti, viaggiatori, migranti, cibernauti (e non solo). Percorsi e incroci tra letteratura, lingua, arte e civiltà

XXIII Congresso AIPI (Siena, Settembre 2018)

Le vie dell’italiano: mercanti, viaggiatori, migranti, cibernauti (e non solo)
Percorsi e incroci tra letteratura, lingua, arte e civiltà
Università per Stranieri di Siena, 5 – 8 settembre 2018

Il tema del congresso trae spunto dalla posizione e dalla storia di Siena, tappa importante della via Francigena, crocevia di scambi commerciali, finanziari e culturali eccellenti fin dall’età medievale, meta turistica e di culto, antica sede universitaria e ancora oggi polo di relazioni accademiche internazionali in innumerevoli settori, con le sue due Università (Siena Studi e Siena Stranieri), l’Accademia Musicale Chigiana, il Conservatorio “Rinaldo Franci” e l’Accademia Nazionale del Jazz, il museo del Santa Maria della Scale e dell’Opera del Duomo, la Pinacoteca. Una città oggi lontana dai centri nevralgici del potere e dalle grandi vie di comunicazione, eppure capace da sempre di stringere fitti legami con il resto del mondo, così come lo è la lingua e la cultura italiana. Su queste dinamiche di percorsi e incroci possibili, fra letteratura, lingua, arte e civiltà, fino alle manifestazioni contemporanee dell’accoglienza (turisti, lavoratori stranieri, richiedenti asilo), si propone di riflettere questo convegno, in cui il viaggio, la strada, il cammino (in senso fisico e metaforico) faranno da sfondo per rappresentare alcuni dei tanti aspetti che caratterizzano oggi la specificità dell’insegnamento dell’italiano come seconda lingua in Italia e nel mondo. Gli argomenti che saranno trattati toccheranno quindi, in prospettiva sia diacronica che sincronica, le evocazioni qui suggerite in relazione alle discipline più rilevanti per i professori di italiano in Italia e nel mondo, fra cui ricordiamo la letteratura, la linguistica italiana, la sociolinguistica, la glottodidattica, la linguistica educativa, la scienza delle comunicazioni, la storia dell’arte, l’antropologia culturale.

Coordinamento del Comitato Organizzatore: Pierangela Diadori (Università per Stranieri di Siena)

Comitato Scientifico dell’Università per Stranieri di Siena: Carla Bagna; Daniela Brogi; Pietro Cataldi; Giovanna Frosini; Alessandra Giannotti; Sabrina Machetti; Claudio Pizzorusso; Lucinda Spera; Massimiliano Tabusi; Donatella Troncarelli; Massimo Vedovelli; Andrea Villarini.

INFORMAZIONI SULLE SEZIONI TEMATICHE E CALL FOR PAPERS
www.infoaipi.org

Viaggiatori 1/1: L’esilio come viaggio: categorie, pratiche ed esperienze


Viaggiatori, Anno 1, Numero 1 (09/2017)

L’esilio come viaggio: categorie, pratiche ed esperienze

Indice

Fabio D’Angelo
Premessa

Pratiche amministrative e categorie dell’esilio

Amandine Gouttefarde
Faut-il accueillir ou non les exilés ? Représentation d’un dilemme dans la littérature grecque archaïque et classique
Alberto CarreraIl diritto del cittadino di abbandonare la patria. Il concetto di esilio ne Le Droit des Gens di Emer de Vattel (1714-1764)
Martin Biersack
Negotiating usefulness: The Utilitarian Approach to Immigration in Bourbon Spanish-America
Camille Cordier-Montvenoux
« Étranger d’origine, mais Français de coeur ». Une histoire des relations entre les exilés et la société d’accueil puydômoise, 1830-1940
Ronan Richard
« D’où venez-vous braves gens ? » L’exil de masse de réfugiés de la Prmière Guerre mondiale dans l’Ouest de la France
Monica Lanzoni
Les exilés politiques italiens et la Doctrine Mitterrand: le juridique, le politique et l’asile français

Scritture ed esperienze dell’esilio

Michaela Bjuggfält-Châteaux
Renault de Montauban: les exils de père en fils
Estela Bonnaffoux
Tamquam exul, ignotus et neglectus: deux italiens en terres étrangères. L’exemple de Pierre Martyr d’Anghiera et de Théodore Guaineri
Antonietta Angelica Zucconi
Un giornale dall’esilio. L’esule-L’exilé: giornale di letteratura italiana antica e moderna
Éric Vial
Les États-Unis vus par le parti communiste italien en exil en France, entre Fronts Populaires et débuts de la Seconde Guerre mondiale

Varia

Rosa Maria Delli Quadri
Alla ricerca di modelli politici. Latinoamericani e Vecchio Mondo nel XIX secolo
Julio Seoane
A non globalized cultural cosmopolitanism
Lorenzo Scillitani
Il viaggio in piroga della Luna e del Sole: la genesi della morale nell’antropologia mitologica di Lévi-Strauss

Fonti

Andrea Candela
Il viaggio settecentesco di Paolo Sangiorgio in Valsassina
Libera Paola Arena
L’alto novarese nei viaggi di Carlo Amoretti (1797-1798). Il viaggio osservativo-descrittivo di un poligrafo ligure di fine Settecento

Recensioni

Nicolas Bourguinat
M.-N. Bourguet, Le monde dans un carnet. Alexander von Humboldt en Italie (1805)
Maurice Carrez
A. Orlandini Carcreff, Au pays des vendeurs de vent. Voyager en Laponie et en Finlande (XVe-XIXe siècle)
Alexandre Dupont
C. Brice, D. Diaz (eds.), Mobilités, savoir-faire et innovations

Cycle de conférences Histoire de l’Italie : les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles


BnF François Mitterrand
Quai François Mauriac, Paris 13e Salle 70,
de 18h30 à 20h
Entrée libre

Cycle de conférences
Histoire de l’Italie : les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

Coordination
Emanuela Prosdotti, chargée de collections en histoire de l’Italie. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF

> 13 octobre 2017 Les exilés italiens en France dans les années 1830 et la gazette littéraire «L’Italiano» (Ilaria Gabbani)
> 17 novembre 2017 Les Français et l’Unité italienne : 1848-1870 (Laura Fournier-Finocchiaro)
> 15 décembre 2017 Entre estime et rivalité : les relations entre la France et le Royaume d’Italie de la défaite de Sedan à la marche sur Rome (1870-1922) (Jean-Yves Frétigné)
> 26 janvier 2018 L’émigration italienne en France aux XIXe et XXe siècles (Marie-Claude Blanc-Chaléard)
> 9 février 2018 Entre les deux guerres mondiales : les exilés antifascistes italiens en France (Éric Vial)
> 9 mars 2018 Les relations franco-italiennes dans le deuxième après-guerre : de 1947 à nos jours (Alessandro Giacone)

Programme complet

Transferts culturels juridico-politiques entre la France et l’Italie dans le premier XIXe siècle


Lundi 11 septembre 2017
Laboratoire Droit & Sociétés Religieuses
Bâtiment A, 2e étage
Faculté Jean Monnet, Université Paris-Sud
54 boulevard Desgranges, 92330 Sceaux (RER B, Robinson).

Organisé par :
Jean-Yves Frétigné, Maitre de conférences en histoire à l’Université de Rouen
François Jankowiak, Professeur d’histoire du droit à l’Université de Paris-Sud

Matinée sous la présidence de Jean-Yves Frétigné et François Jankowiak
09h00 Accueil des participants
9h30 Allocution de bienvenue du Professeur Antoine Latreille, Doyen de la Faculté Jean Monnet.
9h45-10h00 Présentation du séminaire, par Jean-Yves Frétigné (Université de Rouen) et François Jankowiak (Université Paris-Sud / Paris-Saclay).
10h00-10h30 Maria-Sofia Corciulo (Université de Rome – La Sapienza), L’intendant napoléonien dans le Royaume de Naples (1806-1815) interprète d’un modèle politico-institutionnel étranger à la tradition du Royaume de Naples.
10h30-11h00 Patrizia De Salvo (Université de Messine), Angleterre versus France : affrontement entre le Royaume de Naples sous la direction de Giuseppe Bonaparte puis de Gioacchino Murat et la Sicile sous la protection anglaise à partir de 1806.
11h00-11h30 Jean-Yves Frétigné (Université de Rouen), Pellegrino Rossi, commentateur et défenseur de la Charte constitutionnelle de 1830.
11h30-12h00 Débat

Après-midi sous la présidence de Jean-Yves Frétigné et François Jankowiak
14h30-15h00 Claudia Giurintano (Université de Palerme), Pellegrino Rossi rapporteur du projet de loi relatif à la constitution politique des colonies françaises (1841).
15h00-15h30 François Jankowiak (Université Paris-Sud / Paris-Saclay), Pellegrino Rossi et Pietro Gasparri : conceptions juridiques et gouvernement central de l’Église.
15h30-16h00 Vittoria Calabro (Université de Messine), Modèles des codes civils comparés: la discipline de la citoyenneté dans le premier Code civil du Royaume d’Italie (1865).
16h00 Pause
16h15-17h00 Table-ronde et discussion

Contact et inscription : colloques.jean-monnet@u-psud.fr

Programme complet

Pleins feux sur les femmes (in)visibles

Colloque international
Université de Lorraine
Nancy, Campus Lettres et Sciences humaines
22-23-24 novembre 2018

Comité d’organisation
Elsa Chaarani, professeure de langue et littérature italiennes (laboratoire LIS
Laurence Denooz, professeure de culture arabe (laboratoire CREM)
Sylvie Thieblemont, professeure de culture et communication (laboratoire CREM)

Plein feux sur les femmes (in)visibles

À la suite du séminaire « Femmes, monde féminin et ruptures », qui se terminera au printemps 2018, les membres du comité (Sylvie Thiéblemont, Laurence Denooz, Elsa Chaarani) organisent un colloque conclusif, qui reprendra un aspect du projet en lui donnant une lecture plus approfondie.
Selon les différents axes évoqués in primis au cours de ces trois années riches et fructueuses, plusieurs chercheur.se.s se sont intéressé.e.s à la question de la représentation des femmes, au brouillage des stéréotypes féminins (dans les différents domaines littéraire, artistique, historique et juridique), à la variable genrée et à ses conséquences sur les jugements portés à l’égard des auteures. Enfin, les intervenant.e.s ont consacré plusieurs communications à l’affirmation de femmes en rupture avec les normes sociales, en tant que sujets d’une prise de conscience politique, actrices d’une différence sexuelle, figures de rébellion du fait de leur mise en cause des rôles sociaux dévolus selon les normes opérantes.
Le présent appel à communication est un approfondissement de ce dernier point. Il s’agira dès lors de montrer comment une femme ou un groupe de femmes, en acceptant de contrevenir aux codes moraux, aux normes de leur époque ou de leur communauté, aux articles juridiques ou constitutionnels, aux modes de pensée internes à leur culture, permettent le franchissement d’une étape significative dans l’histoire, l’acquisition de droits, la production culturelle ou scientifique.
On pourra étudier donc les mobilisations et revendications :
 de femmes majeures à l’action méconnue, femmes de l’ombre, mais hors normes, ayant une
influence décisive sur une collectivité ou ayant conduit un groupe social à franchir un pas
significatif ;
 de femmes inventrices, ayant révolutionné un métier, un domaine des sciences ;
 de femmes ayant affirmé une singularité forte dans la littérature ou les arts ;
 de femmes dont l’expérience individuelle a eu un effet majeur sur une collectivité ;
 de femmes dont la rébellion, dont l’expérience politique ou sociale ont eu une influence
importante ou ont fait l’objet d’une transmission ;
 de femmes dont l’action a eu pour effet une avancée capitale dans le domaine des droits des
femmes ou des droits humains ;
 de résistantes de différentes époques ou nations ;
 de groupes de femmes (associations, collectifs) luttant pour faire éclater, auprès des
instances étatiques et décisionnaires, de réels problèmes publics en lien avec leurs droits et reconnaissances s’opposant à des traditions archaïques et patriarcales.
Les exemples seront prioritairement des figures féminines internationales ou des femmes peu ou moins connues, venues d’Occident, mais aussi d’autres cultures d’Asie, d’Afrique, d’Amérique Latine, d’Océanie. Il est probable que les propositions seront prioritairement liées aux XIXe, XXe et XXIe siècles, mais celles qui concerneront d’autres périodes seront également bienvenues.

Calendrier :
 Dépôt des propositions (résumé de 10 lignes) : 31 décembre 2017
 Examen des propositions et décisions au 28 février 2018
 Colloque 22, 23, 24 novembre 2018.

Langue de la communication et de la publication : français et/ou anglais.
Les communications seront de 20 minutes suivies de 10 minutes de questions. Les articles feront l’objet d’une publication, sous la forme d’un volume collectif, avec comité de lecture. Les consignes éditoriales seront envoyées avec la réponse.

Les propositions de communication seront adressées conjointement à:
 Elsa Chaarani : elsa.chaarani@univ-lorraine.fr
 Laurence Denooz : laurence.denooz@univ-lorraine.fr
 Sylvie Thieblemont : sylvie.thieblemont@univ-lorraine.fr

Frais d’inscription pour les intervenants : 30 €. Les versements seront à effectuer sur place. Les déjeuners des 19 et 20 octobre seront offerts aux intervenants. Les frais de déplacement et d’hébergement ne sont pas pris en charge.

Texte de l’appel

Les acteurs européens du printemps des peuples


Colloque international
(Paris- mai 2018)

Les acteurs européens du printemps des peuples

Après le colloque du cent cinquantième anniversaire de 1848 organisé par la Société de 1848 et des révolutions du XIXe siècle qui a marqué un important jalon historiographique, il a paru important, vingt ans plus tard, de porter un nouveau regard sur cet événement majeur du XIXe s. :
– en répondant d’abord au souhait maintes fois formulé par Maurice Agulhon d’en mieux connaître les acteurs, au moment précis où le Dictionnaire des dirigeants français de 1848 du Centre d’histoire du XIXe s. de Paris-Sorbonne et de Paris-Panthéon-Sorbonne publié sous son patronage constitue une nouvelle étape qui permet d’aller plus loin.
– en élargissant ensuite la focale pour s’intéresser cette fois à l’ensemble du printemps des peuples.
Le Centre d’histoire du XIXe siècle, le LabEx EHNE (Écrire une histoire nouvelle de l’Europe), la Société de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, le Comité d’histoire parlementaire et politique et le Centre interuniversitaire d’histoire culturelle de Padoue se sont associés pour organiser cet événement, parrainé par le Conseil d’État qui se déroulera à Paris, en mai 2018, et dont la question centrale sera : Qu’est-ce qu’être un acteur du printemps des peuples 1848 ? On pourra s’appuyer notamment ici sur la notion de protagoniste telle que définie par Haïm Burstin à propos de la Révolution française de 1789, tout en étant extrêmement attentif aux effets de positions dans l’espace géographique, linguistique et social.
Dans ce but, un appel international à contributions est lancé sur les huit thématiques qui suivent. Que l’approche soit spécifiquement historique ou pluri/interdisciplinaire, qu’elle utilise ou non la méthode prosopographique en totalité ou pour partie, les communications porteront sur un ou des groupes d’acteurs, non sur des individualités La circulation des acteurs, mais aussi celle des idées, sera prise en compte. La dimension coloniale sera prise en compte.

1- Les nouveaux gouvernants et leurs entourages (ministres, cabinets, élites dirigeantes nationales,…)
2- Les parlementaires (candidats, sociographie des élus y compris dans une dimension comparative diachronique et/ou synchronique, travail en bureau, en comité et en séance,…)
3- Les acteurs à l’interface entre le national et le local (élus provinciaux, départementaux, municipaux, acteurs des périphéries, des zones enclavées d’une part ; de l’autre relais des autorités centrales, préfets, commissaires et sous-commissaires du gouvernement, magistrats, militaires à responsabilité territoriale, recteurs, enseignants,…
4- Les passeurs de frontières : révolutionnaires, utopistes et proscrits (expériences de l’étranger, circulation des modèles, retours d’exil à l’occasion des révolutions, nouveaux exils, mouvements transnationaux de fraternité,…)
5- Insurgés et forces de l’ordre : profils, modes d’action, représentations
6- Les acteurs sociaux et genrés, les groupes de pression et leurs porte-parole, les mobilités induites (patrons, ouvriers, femmes, clubistes, colons, hommes et femmes d’œuvres,…)
7- Médiateurs spirituels et culturels (gloires nationales et locales, prêtres de tout rang, francs-maçons, écrivains, publicistes, ingénieurs, agronomes,…)
8- Les acteurs de 48 après 48 (parcours, image,…)

Une table ronde conclusive proposera de dresser les profils-types d’acteurs européens du printemps des peuples et s’efforcera de répondre à la question centrale du colloque.

Les propositions résumées en une page doivent être adressées à l’adresse électronique suivante crhxixe@univ-paris1.fr d’ici au 15 septembre 2017.
Les langues de communication seront le français et l’anglais.

Comité scientifique

Eric Anceau (Paris-Sorbonne), Sylvie Aprile (Paris-Nanterre), Fabrice Bensimon (Paris-Sorbonne), Francesco Bonini (Rome Lumsa), Jacques-Olivier Boudon (Paris-Sorbonne), Philippe Boutry (Paris-Panthéon-Sorbonne), Matthieu Bréjon de Lavergnée (Paris-Sorbonne), Jean-Claude Caron (Blaise-Pascal Clermont-Ferrand), Delphine Diaz (Reims Champagne-Ardenne), Emmanuel Fureix (Paris-Est Créteil), Jean Garrigues (Orléans), Louis Hincker (Valenciennes), Arnaud Houte (Paris-Sorbonne), Raymond Huard (Paul-Valéry Montpellier III), Dominique Kalifa (Paris-Panthéon-Sorbonne), Axel Korner (UCL), Jacqueline Lalouette (Paris 13), Jean-Noël Luc (Paris-Sorbonne), Peter Mc Phee (Melbourne), John Merriman (Yale), Silvia Marton (Bucarest), Sylvain Milbach (Savoie Mont-Blanc), Natalie Petiteau (Avignon), Vincent Robert (Paris-Panthéon-Sorbonne), Carlotta Sorba (Padoue), Jonathan Sperber (Missouri)

Comité d’organisation

Eric Anceau (Paris-Sorbonne), Matthieu Bréjon de Lavergnée (Paris-Sorbonne), Pierre-Marie Delpu (Paris-Panthéon-Sorbonne), Delphine Diaz (Reims Champagne-Ardenne), Louis Hincker (Valenciennes), Arnaud Houte (Paris-Sorbonne), Vincent Robert (Paris-Panthéon-Sorbonne)

Diasporas 29-2017, Mobilités créatrices


Diasporas n° 29 – Mobilités créatrices. Acteurs, savoirs et pratiques en mouvement (XVIe – XIXe siècle)
Auteur : Catherine BRICE (coord.)
N° ISBN : 978-2-8107-0524-5
PRIX : 22.00 €
Format et nombre de pages : 16 x 24 cm – 194 p.
Parution le 7 septembre 2017

Les travaux sur les mobilités et ceux sur l’innovation sont rarement associés, alors même qu’il semble acquis que la mobilité (des idées, des personnes…) a une influence sur les capacités créatrices des sociétés. Ce nouveau numéro de Diasporas, largement expérimental, se propose de réfléchir aux effets transformateurs de la mobilité, en partant de la mobilité « géographique », c’est-à-dire du déplacement dans l’espace, et en tentant de saisir l’ensemble des transformations significatives qu’elle induit. Il s’agit, en effet, de mesurer la pleine portée du terme « innovation » : au-delà de la nouveauté surgie dans les domaines scientifique et technologique, les travaux les plus récents, inspirés par les notions d’« art de faire » (Certeau) ou encore d’« usages » (Edgerton), ont démontré que l’histoire de l’innovation peut toucher à l’ensemble des techniques et à tous les savoir-faire, qu’ils soient financiers, commerciaux, politiques ou encore artistiques. En tournant autour du « sujet mobile », ce sont autant les contacts des connaissances, des statuts qui nous intéressent que la transformation des cadres de saisie du réel. La capacité créatrice des mobilités est envisagée pour une période charnière, qui court du XVIe au XIXe siècle : temps de l’innovation par excellence, de la « modernisation », cette époque est aussi caractérisée par les déplacements liés aux voyages, aux guerres, aux expéditions et aux migrations ; tous sont pris en compte ici, avec une attention particulière pour les exils.

Catherine Brice est professeure d’histoire à l’université Paris-Est Créteil (UPEC) / Institut universitaire de France (IUF).

Sommaire
Introduction