Les racines de l’eugénisme

Vendredi 28 Avril 2017
Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8
Laboratoire d’Etudes Romanes (L.E.R., EA 4385) : Axes Histoire, Mémoire et Politique dans l’Europe méridionale/Historicités latino-américaines
Les racines de l’eugénisme

– Richard Cleminson (Université de Leeds), L’eugénisme dans la péninsule ibérique : entre l’eugénisme latin et l’eugénisme allemand.
– Nancy Gonzalez Salazar (Institut national d’études démographiques), Combattre la dégénérescence de la race. La précoce réception et adaptation des préceptes eugénistes en Uruguay (1830 – 1898).
– Silvano Montaldo (Université de Turin), Races, dégénérescence et eugénisme dans l’Italie du Post-Risorgimento.

Horaire : 14h30-18h00
Lieu : Colegio de España, Cité Universitaire Internationale de Paris,
7 E Boulevard Jourdan, 75014 Paris.
Entrée libre.

Contacts : myusta@free.fr ; xavier.tabet@wanadoo.fr; enrique.fernandez@yahoo.fr

Edmondo De Amicis et la mémoire des batailles du Risorgimento

La mémoire des batailles du Risorgimento est au cœur de la production journalistique et littéraire du jeune De Amicis, qui, contrairement à une opinion largement répandue, au lieu de se faire le chantre de l’armée nationale en donne une vision critique. Dans La vita militare, la défaite de Custoza (1866) est restituée de manière éclatée, mais historiquement exacte, dans trois nouvelles : Quel giorno, Il figlio del reggimento et Partenza e ritorno. Ricordi del 1866. La bataille de Solferino et San Martino (1859) est évoquée lors de l’inauguration de l’ossuaire sur les mêmes lieux – dans l’Album di Solferino e San Martino, puis dans les Ricordi del 1870-71 -, de manière tout aussi véridique et fort éloignée de la version officielle mettant sur un pied d’égalité les deux combats. Un point de vue que De Amicis défendra à nouveau en août 1870, lorsqu’il cherchera à rallier ses compatriotes à la France en guerre contre la Prusse, en leur rappelant le rôle déterminant de l’armée française dans la seconde guerre d’indépendance. Ce n’est que la prise de Rome, à laquelle il assistera en tant que journaliste, qui offrira à l’Italie une issue victorieuse et sans ambiguïté.

Mariella Colin, membre de la SEFRI: « Edmondo De Amicis et la mémoire des batailles du Risorgimento », Rassegna storica del Risorgimento anni 2014-2015-2016, p. 299-322.

Médias, politique et révolution à la fin des années 1860. Les échos de la bataille de Mentana

Appel à communications

Médias, politique et révolution à la fin des années 1860. Les échos de la bataille de Mentana

Colloque international (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), 9-10 novembre 2017

Argumentaire :
Sauf pour les spécialistes du Risorgimento italien, la bataille de Mentana (3 novembre 1867) est un événement aujourd’hui largement oublié : on se souvient vaguement de la phrase du général de Failly qui fit scandale (« Les chassepots ont fait merveille ») mais il est clair que l’épisode n’a pas eu grande influence sur l’achèvement de l’unité italienne, puisque la défaite des volontaires garibaldiens n’a assuré qu’un bref répit à l’État pontifical. L’enjeu européen paraît plus mince encore : à Sadowa l’année précédente comme à Sedan, trois ans plus tard, ce furent des armées autrement importantes qui s’affrontèrent et le destin de l’Europe qui se joua véritablement.
Sur le moment pourtant l’événement eut en Europe un retentissement considérable et souleva les passions : l’émotion fut grande, bien entendu chez la plupart des catholiques du fait du péril couru par le Saint-Siège, mais aussi chez tous ceux, nombreux et divers, qui considéraient à l’inverse la cause de l’unité italienne avec sympathie, qu’ils aient ou non Garibaldi pour héros. En France, en un temps où la manifestation de rue était non seulement proscrite, mais presqu’inenvisageable, les membres français de la pacifique Association internationale des travailleurs, scandalisés, furent à deux doigts de descendre dans la rue ; et il y eut quand même à Paris quelques protestations publiques.
Nous n’entendons pas reprendre l’étude de l’événement lui-même, mais plutôt en envisager une vision transnationale, à la suite d’une partie de l’historiographie récente du Risorgimento, qui s’est attachée à élargir l’approche de la construction nationale à l’échelle européenne. Le colloque aurait ainsi pour objectif de compléter les approches traditionnelles, qui furent non seulement strictement politiques et diplomatiques, mais en définitive étroitement nationales dans leur conception.
Il s’agirait de reprendre le dossier de cet événement oublié. Il faudrait en premier lieu, nous semble-t-il, interroger la construction de l’événement comme tel, dans un contexte politique et médiatique qui n’a que peu à voir avec les périodes plus récentes d’où l’on a souvent daté la « naissance de l’événement », c’est-à-dire la toute fin du dix-neuvième siècle et le début du vingtième siècle. Celle du Royaume-Uni mise à part, la presse de la fin des années 1860 n’est nulle part vraiment libre ; les réseaux d’information internationaux n’ont pas encore la rapidité qu’ils acquerront peu après ; la presse populaire d’information est encore dans l’enfance, la plupart des journaux restent chers, leurs tirages limités, les illustrations rares, plutôt des gravures que des photographies. Comment dans ces conditions un événement, surtout s’il est survenu à l’étranger comme c’est le cas de Mentana, peut-il faire irruption dans l’actualité, frapper les esprits, obliger à prendre position ?
En second lieu, nous voudrions examiner la place de Mentana dans les affrontements politiques à l’échelle européenne. Il s’agirait de retracer l’écho de Mentana dans les quelques organisations qui se voulaient supra-nationales, l’A.I.T évidemment, mais aussi plus largement le courant radical qui se rassemble autour de la Ligue de la paix et de la Liberté, voire dans les milieux libre-penseurs de ce temps. Mais aussi bien chercher à voir si, et dans quelle mesure, l’événement contribue dans différents pays (car les situations étaient diverses) à reconfigurer les engagements en faveur ou en défaveur du pouvoir temporel des papes, ce que Mentana a pu changer dans l’affrontement des « catholiques » et des « anticléricaux », en faveur ou en défaveur du « libéralisme » ou de la « Révolution », tous deux anathématisés par l’Eglise de Pie IX.
Enfin, nous aurions voulu envisager Mentana comme révolution manquée, qui marque la fin d’une époque, celle d’un Risorgimento qui aurait voulu se faire en dehors des cadres et de la logique des Etats, mais plus largement comme l’échec d’un modèle révolutionnaire typique du dix-neuvième siècle, qu’on pourrait qualifier de romantique à condition de rester attentif à la multiplicité des formes qu’il a pu prendre. En d’autres termes, les révolutions du vingtième siècle n’ont plus rien à voir avec Mentana, et plus grand’chose non plus, on le sait maintenant, avec la Commune de Paris. Peut-être en ayant à l’esprit la grande expérience révolutionnaire que furent la Gloriosa espagnole puis le sexennio democrático qui suivit (1868-74), il nous semble intéressant de réfléchir sur les leçons de Mentana, ce qui se termine avec l’échec de Garibaldi, et d’en rechercher les modalités et les causes.

Modalités pratiques :
Les propositions (2.000 signes environ), qui devront s’intégrer à l’un des trois axes du colloque, doivent être envoyées par courriel à colloquementana@gmail.com avant le 30 avril 2017. Elles seront assorties d’une brève présentation des auteurs (statut, affiliation institutionnelle et publications principales).
La réponse aux propositions interviendra aux alentours du 15 mai.
Les frais de transport et d’hébergement seront pris en charge par le Centre de recherches en histoire du XIXe siècle.
Une publication des actes est prévue.

Langue des communications :
Français

Dates du colloque :
Le colloque, organisé par le Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne), se tiendra en Sorbonne le 9 novembre, avec une possible prolongation le 10 en fonction du nombre de propositions retenues. Le calendrier, ainsi que le programme, seront envoyés aux contributeurs le 15 mai.

Comité d’organisation :
Pierre-Marie Delpu (Aix-Marseille Université, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)
Arthur Hérisson (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)
Vincent Robert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre de recherches en histoire du XIXe siècle)

Comité scientifique :
Jacques-Olivier Boudon (Université Paris-Sorbonne)
Philippe Boutry (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Catherine Brice (Universié Paris Est Créteil Val de Marne)
Jean-Yves Frétigné (Université de Rouen)
Daniele Menozzi (Scuola normale superiore di Pisa)

Mario Pieri, Memorie II (dicembre 1811- settembre 1818)

Mario Pieri
Memorie II (dicembre 1811 — settembre 1818)
a cura di Claudio Chiancone
premessa di Roberto Cardini
trascrizione del testo a cura di Angelo Fabrizi e Roberta Masini
Aracne editrice, 2017

Présentation de l’éditeur

Caso rarissimo di letterato che, per mezzo secolo, annota quotidianamente pensieri, letture, incontri e frequentazioni, Mario Pieri (Corfù 1776–Firenze 1852) nelle sue Memorie manoscritte ci ha lasciato un prezioso affresco dell’Italia di primo Ottocento e un vivace spaccato della vita culturale del suo tempo. Ma questi diari sono anche la testimonianza di un uomo alla ricerca della propria identità e della propria missione letteraria. Personalità complessa e frastagliata, consapevole ammasso di contraddizioni, egli ci offre una cronaca originale non solo per gli eventi che racconta, ma anche per il taglio fortemente soggettivo e psicologico che fa pensare a una lunga confessione, o a un interminabile romanzo di formazione. Il volume raccoglie la seconda tappa del suo percorso letterario e umano: il momento cruciale della sua formazione estetica e letteraria, tra il 1811 e il 1818, in non casuale coincidenza con eventi epocali della storia politica e culturale europea quali la caduta di Napoleone, l’inizio del dominio asburgico, gli albori della polemica classico–romantica.

Claudio Chiancone (Trévise, 1977) est professeur agrégé et chercheur en littérature et histoire culturelle italienne au Laboratoire LUHCIE (Université Grenoble Alpes). Ses recherches portent principalement sur la sociabilité littéraire et sur les écrits du for privé à l’époque moderne (correspondances inédites, salons, cercles littéraires et politiques, journaux, mémoires). Il est l’auteur de trois volumes et d’une cinquantaine d’essais portant sur plusieurs figures intellectuelles dont Cesarotti, Bettinelli, Foscolo, Leopardi, Stendhal, De Roberto. En 2014 il a donné naissance au projet “Archivio Sonoro 1968” qui vise à recueillir des témoignages inédits sur l’époque de la contestation. En 2015, avec Enzo Neppi, Chiara Piola Caselli et Christian Del Vento, il a dirigé le volume Foscolo et la culture européenne (Grenoble, ELLUG, 2015).

La république en Italie (1848-1948). Héritages, modèles, discours


Laboratoire italien n°19/ 2017 (exclusivement publié en ligne sur le portail Revues.org)
Sous la direction de Laura FOURNIER-FINOCCHIARO, Jean-Yves FRÉTIGNÉ et Silvia TATTI

Ce volume retrace le développement et la maturation de l’idée républicaine en Italie entre 1848 et 1948, par une double approche historique et littéraire. Le but est de déceler la spécificité d’une voie républicaine italienne, à partir des expériences locales de Rome, Venise, Milan et du Sud de l’Italie pendant le Risorgimento jusqu’aux années de la monarchie libérale et du fascisme. Les interventions sont regroupées autour de trois axes principaux : les mémoires des républiques italiennes de 1848-1849 et la construction d’un langage politique et littéraire local et en même temps national, les modèles et contre-modèles républicains étrangers à partir desquels se définit la voie italienne, les discours républicains sous la monarchie et sous le fascisme. La reconstruction de l’histoire d’un siècle à partir de cette perspective, entre la faillite du modèle républicain au moment de l’Unité et sa victoire après la deuxième guerre mondiale, explique la difficulté de l’Italie, encore aujourd’hui, à assumer son passé.

Sommaire

LA RÉPUBLIQUE EN ITALIE (1848-1948)
Laura Fournier-Finocchiaro, Jean-Yves Frétigné et Silvia Tatti • Introduction
Maurizio Ridolfi • La République du futur ! Projets et horizons républicains en Italie, du Risorgimento à la fin de la Monarchie

I. Héritages et mémoires des expériences républicaines italiennes
Eva Cecchinato • Mémoire, récits et héritage de la Révolution de 1848 à Venise
Gianluca Albergoni • Mémoire et héritage de la Révolution de 1848 à Milan, des Cinq journées à la fin du siècle
Silvia Tatti • Rhétorique et politique au cours du Risorgimento : la République romaine de 1849

II. La pensée républicaine italienne et ses modèles étrangers

Marco Barducci • Le projet républicain de Giuseppe Mazzini et l’Angleterre : de la démocratie éthique à la démocratie sociale, 1845-1850
Paolo Benvenuto et Jean-Yves Frétigné • Du modèle républicain français à sa marginalisation (1848-1914)
Daniele Fiorentino • Pas tout à fait un modèle : les États-Unis dans le mouvement risorgimental italien

III. De la difficulté de rester républicain

Antonino De Francesco • Après la révolution nationale : le républicanisme méridional dans l’Italie libérale
Matteo Palumbo • Les mots de la politique à l’ombre de la Sicile : Pisacane, Verga, De Roberto et Pirandello
Laura Fournier-Finocchiaro • L’évolution de l’inspiration poétique républicaine de Mameli à Carducci : de l’antimonarchisme mazzinien et jacobin à la « démocratie dynastique »
Stéfanie Prezioso • Guerre et « subversion patriotique » : les républicains italiens face au premier conflit mondial et à ses usages politiques

IV. Des républicains en résistance aux républicains aux portes du pouvoir
Éric Vial • L’idée républicaine dans l’émigration antifasciste en exil
Olivier Forlin • Fascisme et république
Frédéric Attal • Piero Calamandrei et la Constitution de 1948 : Calamandrei le juriste contre Piero l’intellectuel

Avis de parution Labo19