Napoléon et l’Italie : Histoire militaire de l’Italie napoléonienne, 1805-1815


Napoléon et l’Italie
Histoire militaire de l’Italie napoléonienne, 1805-1815
Juan-Carlos Carmigniani, Gilles Boué
Histoire et collections , Paris, 2016
ISBN : 978-2-35250-291-3
272 pages

Quatrième de couverture

Le fait le plus remarquable dans la carrière politique de Napoléon, c’est qu’il n’a jamais séparé, en sa pensée et dans son cœur la France de l’Italie. Au fronton de l’Arc de triomphe du carrousel, il y a gravé à la même hauteur les Armes de France et les Armes d’Italie. L’Empereur a toujours porté la décoration de la Couronne de Fer à côté de la légion d’honneur ; et jusqu’à Sainte Hélène, jusqu’à son dernier soupir, on pouvait voir, confondues sur sa poitrine le rouge de la Légion d’honneur de France et l’orange liseré de vert de la couronne d’Italie. L’Empereur montrait ainsi combien Metternich avait tort lorsqu’on lui prêtait cette célèbre expression : « Italie n’est rien qu’une expression géographique ». Expression géographique peut être aux yeux des Autrichiens, mais pièce maîtresse dans la réécriture de l’Europe napoléonienne.

Les liens entre Napoléon et l’Italie restent trop souvent réduits à ses fulgurantes campagnes de 1796 et de 1800. Cette histoire d’amour, faite de moments de bonheur mais aussi de rancoeur, se poursuivit bien au-delà de Marengo. L’histoire de Napoléon et l’Italie de 1805 à 1815, c’est d’abord celle d’une absence. Napoléon ne revit que deux fois l’Italie en 10 ans (du 19 avril au 8 juillet 1805, puis du 21 novembre au 28 décembre 1807). Et pourtant, il n’y eut pas un seul jour sans que deux, trois ou quatre lettres ne partent par la poste ou le télégraphe (à partir de 1809), pour Milan, Rome ou Naples. Cette permanence dans la pensée impériale, illustrait la volonté de faire de l’Italie un état modèle « à la française ».

L’Italie, c’est le petit frère que l’on aide à grandir sous un regard sévère, permanent et vigilant mais aussi plein de tendresse.

L’intégration des étrangers et des migrants dans les États de Savoie depuis l’époque moderne

Appel à communications – Call for papers

XIe colloque du P. R. I. D. A. E. S.
Programme de Recherche sur les Institutions et le Droit des Anciens États de Savoie
« L’intégration des étrangers et des migrants dans
les États de Savoie depuis l’époque moderne »
Torino, Campus Luigi Einaudi
23-24-25 Novembre 2017

Par leur position géographique à cheval sur les Alpes, les États de Savoie, constituent, depuis les temps modernes, un carrefour pour la circulation des hommes, des idées et des biens. Entre la France à l’ouest et, à l’est, la puissance autrichienne qui contrôle longtemps la plaine du Pô, mais en même temps tendus vers le sud et la Méditerranée (Nice, Gênes, la Sardaigne), les États de Savoie se sont construits en considérants les flux de population étrangère ou migrante comme une incontournable réalité.
L’objet du présent colloque est de mettre en lumière les modalités politiques, juridiques ou plus largement sociales mises en œuvre par les États de Savoie pour appréhender ces phénomènes et assurer l’intégration des étrangers et des migrants. En effet, dès le moyen-âge, on trouve dans les statuts des villes des dispositifs permettant d’associer les étrangers à la vie de la cité, leur réserver un statut, encadrer leurs activités et en tirer profit. Depuis, les mouvements de populations n’ont cessé de se multiplier pour de multiples raisons : migrations internes liées à l’exode rural ou aux activités économiques (commerce, industrie, chantiers navals, transports maritimes ou routiers, besoins de main d’œuvre, transhumance, activités agricoles, rizicoles ou forestières) ; mouvements de populations réfugiées à cause des guerres ou de régimes politiques que l’on cherche à fuir; déplacements de populations liés à des nécessités de peuplement ou véritables déportations; mouvements liés à l’appartenance religieuse (protestants, juifs, vaudois) ; mouvements liés à l’administration concernant les fonctionnaires en déplacement ou en poste. Selon les cas, l’étranger est aussi l’occupant, qui, à l’occasion de la guerre, s’installe plus ou moins durablement et qu’il faut aussi intégrer, parfois le mercenaire, ou bien celui qui menace les côtes ou les frontières, et qu’il faut contrôler ou repousser, ou bien encore l’espion qu’il faut surveiller. De même, les changements de souveraineté intervenus au milieu du XIXe siècle (annexion par la France de la Savoie et de Nice puis naissance du royaume d’Italie) créent de nouveaux étrangers dont il faut pareillement fixer le statut et garantir les droits. Enfin, selon les régions, le développement économique peut prendre appui sur de nouvelles catégories : le touriste étranger qui s’installe parfois durablement ou le migrant de l’intérieur dont on exploite la force de travail.
À chaque fois, la présence de l’étranger, du migrant (qu’il soit lui-même étranger (nonrégnicole) ou migrant de l’intérieur) pose question, et, sur le plan du droit et des institutions, cela se traduit par l’élaboration de politiques publiques spécifiques, de règles, de statuts, de droits réciproques (droit des personnes, droit d’asile, fiscalité, citoyenneté, statut professionnel) qui apparaissent comme des contraintes mais qui ouvrent aussi des perspectives d’échange et d’enrichissement mutuel. Parallèlement, des institutions, telles que l’Eglise, les confréries, les œuvres pies œuvrent pour l’accueil des étrangers et des migrants.
D’un point de vue davantage socio-économique, la présence d’étrangers et de migrants pose évidemment la question de leur intégration sociale et matérielle (accueil, intégration professionnelle, familiale, mariages mixtes, conditions d’existences) ou au contraire de leur mise à l’écart et de leur marginalisation. Enfin, sur le plan culturel, se posent de multiples questions en termes d’éducation, de langue, d’influences mutuelles voire de métissage culturel, mais également au regard des représentations que l’on se fait de l’étranger et du migrant. Se pose aussi la question des artistes étrangers, de leurs apports et de leur intégration. La problématique de ce colloque, aux profondes racines historique mais aux résonances très contemporaines, prend d’autant plus de relief dans le cadre des États de Savoie, en raison des expériences que fournit leur histoire d’État frontalier, mais aussi parce qu’ils donnent naissance à l’Italie, où se prolonge jusqu’à nos jours, avec une acuité particulière, la question de l’intégration des étrangers et des migrants. Aussi, le colloque est envisagé sur une longue période, des temps modernes jusqu’à nos jours, dans l’espace géographique des anciens États de Savoie, et en croisant les approches historiques, politiques, sociologiques, institutionnelles et juridiques.

Les langues du colloque étant l’italien et le français, la communication faite dans l’une des deux langues fera l’objet d’un résumé d’une page dans l’autre langue, distribué au moment du colloque.
Les propositions de communication devront parvenir à l’adresse suivante :
pridaes@unice.fr
en mentionnant :
– les coordonnées de l’auteur (adresse mail, téléphone)
– le titre (même provisoire) de la communication
– un bref résumé (10 lignes maximum)
– une présentation de l’auteur (10 lignes maximum)
Délai de réponse à l’appel à communication : au plus tard le 1er mai 2017

Dates du colloque : 23-24-25 novembre 2017

Comité scientifique
Gian Savino Pene Vidari (Pr. Histoire du droit, Turin)
Riccardo Ferrante (Pr. Histoire du droit, Gênes)
Renata Allio (Pr. Histoire économique, Turin)
Michel Bottin (Pr. Histoire du droit, Nice)
Enrico Genta (Pr. Histoire du droit, Turin)
Olivier Vernier (Pr. Histoire du droit, Nice)
Bruno Berthier (MCF. Histoire du droit, Chambéry)
Marc Ortolani (Pr. Histoire du droit, Nice)
Christian Sorrel (Pr. Histoire contemporaine, Lyon II)
Philippe Didier (Pr. Histoire du droit, Grenoble II)
Paola Casana (Pr. Histoire du droit, Turin)
Jean-Yves Coppolani (Pr. Histoire du droit, Corte)

Ugo Niccolò Foscolo entre Italie et Grèce

Colloque international interdisciplinaire
Ugo Niccolò Foscolo entre Italie et Grèce
9, 10 et 11 mars 2017 à Nice et à Vintimille
Organisation: Francesca Irene Sensini (Université de Nice Sophia Antipolis); Alberto Beniscelli (Università degli Studi di Genova); Christian Del Vento (Université Paris 3 Sorbonne)
Renseignements : Francesca Irene Sensini
convegnofoscolo2017@gmail.com

Programme

Jeudi 9 mars, 9h

Nice, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
Université Nice Sophia Antipolis
Pôle Universitaire Saint-Jean d’Angély 3, 25 av. François Mitterrand, Nice.

Allocutions d’ouverture

9 h 30, Francesca Irene Sensini (Université de Nice Sophia Antipolis), Introduction

Première Session Réceptions croisées

Président de séance, Giuseppe Nicoletti (Università degli Studi di Firenze)

10 h

  • Michael Paschalis (University of Crete), Andreas Kalvos, Ugo Foscolo and the Birth of the Later Phase of Modern Greek Literature;
  • Maria Tsoutsoura (Université Sorbonne nouvelle Paris 3), Exils, langues et nations chez trois poètes de Zante : Foscolo, Calvos et Solomos;

11 h Pause

11 h 30

  • Serena Ferrando (Università degli Studi di Genova), La dialettica mitopoiesi-realtà-illusione in Ugo Foscolo e Dionysios Solomos;
  • Roberto Capel Badino (Scuola Superiore di Studi Storici di San Marino), Ritorno a Zacinto: immagini della conversione linguistica di Andreas Kalvos;

12 h 30, Débat

13, Déjeuner

Présidente de séance, Aurélie Moioli (Université Nice Sophia Antipolis)

14 h 30

  • Alessandra Cenni (Université degli Studi di Roma « Tor Vergata »), Dalle «sacre sponde». Foscolo, Kalvos, Solomos : contatti, relazioni, scambi tra Grecia e Italia dei tre massimi poeti delle isole Ionie;
  • Claudio Chiancone (Université Grenoble Alpes), Nostalgia, frustrazione, ricerca di identità. Italia e Grecia negli scritti inediti di Mario Pieri

15 h 30, Pause

16 h

  • Maurizio Perugi (Université de Genève), La presenza di Guido Cavalcanti in Foscolo (e in Dionisio Solomós)

17 h, Débat

Vendredi 10 mars 9h

Nice, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

Deuxième Session, Foscolo et la Grèce classique

Enzo Neppi (Université Grenoble Alpes)

9 h 00

  • Agnieszka Fulinska (Université Jagellonne, Cracovie) Foscolo, Bonaparte and graeco-roman Imagery
  • Erminio Risso (Università degli Studi di Genova), Foscolo, Ettore, Plutarco: Jacopo Ortis lettore dei «Sepolcri»

10 h 30, Pause

11 h

  • Donatella Martinelli (Università degli Studi di Parma), La svolta del 1803: Foscolo riscopre la letteratura della Grecia antica nei testi originali
  • Francesca M. Falchi (Università degli Studi di Parma), Nel solco di Callimaco: La Chioma di Berenice tradotta da Ugo Foscolo
  • Gloria Larini (Istituto di Scienze Umane e Sociali, Firenze), Pensare in greco: possibili calchi strutturali e semantici dall’epica, dalla tragedia e dalla lirica greca nella poesia di Ugo Foscolo

12 h 30, Débat

13 h, Déjeuner

Président de séance: Arnaldo Bruni (Università degli Studi di Firenze)

14 h 30

  • Paola Cosentino (Università degli Studi di Genova), Foscolo lettore di Sofocle: sull’Aiace e dintorni;
  • Silvia Tatti (Università degli Studi di Roma «La Sapienza»), L’inarrivabile sublimità di Pindaro e l’ufficio della letteratura in Foscolo;
  • Beatrice Alfonzetti (Università degli Studi di Roma «La Sapienza»), Ettore e Ajace: allegoria politica e mito dei vinti in Foscolo;

16 h, Pause

16 h 30

  • Chiara Piola Caselli (Università degli Studi di Perugia), La cultura greca nella biblioteca londinese di Foscolo (1817-1826);
  • Ilaria Mangiavacchi (Università degli Studi di Firenze), La Grecia in Inghilterra: Foscolo autore di un’antologia classica.
  • Matteo Navone (Università degli Studi di Genova), Storia e storiografia greca negli scritti politici giovanili di Foscolo

18 h, Débat

Sabato 11 mars, 9h30

Vintimille, Jardin botanique Hanbury

9 h 30, Alberto Beniscelli (Università degli Studi di Genova), Introduction

Troisième Session, Foscolo philhellène

Président de séance

Président de séance: Alberto Beniscelli (Università degli Studi di Genova)

10 h

  • Paolo Borsa et Amalia Kolonia (Università degli Studi di Milano «La Statale»), Foscolo e la Grecia nell’epistolario «inglese»
  • Andrea Scardicchio (Università del Salento, Lecce), Foscolo, Mustoxidi e «la saggia Isabella»

11 h, Pause

11 h 30

  • Gerassimos Pagratis (University of Athens), Le Isole Ionie negli anni di Ugo Foscolo: società e cultura in transizione
  • Luca Beltrami (Università degli Studi di Genova) Foscolo e la questione delle Isole Ionie

12 h 30, Débât

13 h, Déjeuner

Président de séance: Christian Del Vento (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)

14 h 30

  • Stefano Verdino (Università degli Studi di Genova), Il caso Parga, Foscolo e gli interventi italiani coevi
  • Stathis Birtachas (University of Thessaloniki), Esilio risorgimentale e filellenismo combattente al tempo di Ugo Foscolo: il conte Giacinto Provana di Collegno in Grecia (1824-25)

15 h 30, Pause

16 h

  • Olimpia Gargano (Université de Nice Sophia Antipolis), «A frontier against the advance of the Mahometans»: l’Albania nelle pagine londinesi di Ugo Foscolo
  • Quinto Marini (Università degli Studi di Genova), Nievo, Foscolo, la Grecia

17 h Christian Del Vento (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), Conclusions

Visible dans la salle du colloque la vidéo-installation inspiré d’Ugo Foscolo et son œuvre, “Carta bianca”, réalisée par le collectif italien Augenblick (Italie, 2017)

Télécharger le programme

Le Palais Farnese

Le Palais Farnese / Il Palazzo Farnese
Ambassade de France en Italie / Ambasciata di Francia in Italia
Jean-Yves Frétigné, Carolina Vincenti
Editions internationales du patrimoine, Paris, décembre 2016
ISBN : 979-10-90756-21-2
306 pages, 79€

Préface:

En 1874, Rome, ville éternelle, était depuis peu la capitale d’un État beaucoup plus jeune qu’elle. C’est à cette date qu’Emmanuel de Noailles, nommé ambassadeur de France en Italie, s’installa au palais Farnèse devenu ainsi le siège de l’ambassade, et qui accueillera également l’École française de Rome. Noailles n’était cependant pas le premier Français à en avoir goûté la beauté, le palais ayant déjà, plus tôt dans l’Histoire, logé nombre d’ambassadeurs du roi de France auprès du souverain pontife. Les envoyés d’Henri II, de Louis XIII, de Louis XIV, eurent ainsi l’honneur de travailler, entre deux courbes du Tibre, dans ce joyau emblématique de la Renaissance et dont Stendhal louera après eux la « majesté farouche ». Depuis plus de 140 ans, la République française y a sa représentation en Italie.

Né du génie d’artistes glorieux, né également des rêves de magni-ficence de celui qui deviendrait Paul III, Alessandro Farnèse, ce palais est ainsi lié à l’histoire de la France, ou plutôt : l’histoire de la France lui est liée. Lui rendre hommage, et par là exprimer notre reconnaissance envers l’Italie, est l’intention de cet ouvrage.

Le palais Farnèse appartient à l’Italie et il occupe une place de choix dans le cœur des Italiens. De même, l’hôtel de La Rochefoucauld-Doudeauville, qui abrite l’ambassade d’Italie à Paris, appartient à la France : c’est en vertu de la réciprocité de baux emphytéotiques que nos deux pays bénéficient de demeures historiques pour leurs représentations diplomatiques.

La plus belle des ambassades sises à Rome ? On le dit, mais quoi qu’il en soit je reste certaine, à l’instar de mes prédécesseurs, qu’avoir la responsabilité de protéger et de faire vivre ce patrimoine exceptionnel est un honneur — et j’ai eu celui de mener à son terme en 2015 la magnifique restauration de la célèbre Galerie des Carrache.

Quatre siècles après la réalisation des fresques lumineuses de la galerie par les frères Carrache, cinq siècles après la reconstruction du palais acquis par Alessandro Farnese, nous voici encore éblouis devant cet édifice, raffiné et imposant à la fois — expression de l’idéal de la Renaissance. Sangallo, puis l’immense Michel-Ange, Giacomo della Porta et Vignola ont élevé le Farnèse, ils sont la preuve, s’il en était besoin, que les architectes sont des artistes majeurs. Daniele da Volterra, les frères Zuccari, les frères Carrache déjà nommés, Salviati, le Dominiquin… on pourrait continuer la liste des artistes qui ont contribué à faire du Farnèse celui que l’on connaît encore aujourd’hui. Aussi nombreux et divers furent-ils, ces architectes et peintres œuvrant à la construction et à l’aménagement du palais au long des années lui ont donné son style et sa cohérence reconnus par-delà les époques. « Il semble jeté au moule, tant il est uni ; c’est un dé », écrivait Montesquieu.

De la Renaissance au Risorgimento, du Risorgimento à aujourd’hui et pour longtemps encore : le Farnèse symbolise l’esprit de fraternité qui unit les deux peuples italien et français.

Au-delà de la magnificence architecturale qui le caractérise, il incarne en effet le lien entre deux pays, la France et l’Italie, qui entretiennent depuis si longtemps des relations d’amitié riches, construites sur des liens anciens. Liens tissés par l’histoire tant il est vrai qu’au fil des siècles, nos peuples et nos cultures se sont bien souvent définis et construits l’un par rapport à l’autre, l’un à travers l’autre. Liens profonds, car les deux pays sont l’un comme l’autre héritiers de la civilisation latine, et la passion italienne en France comme la passion française en Italie ont profondément influencé nos modes de vie et de pensée.

C’est pour honorer et sans cesse renforcer ces liens qu’il est de notre devoir d’animer le palais et de lui donner vie. C’est par exemple dans cet esprit qu’a été conçue hier l’exposition « Palais Farnèse : de la Renaissance à l’Ambassade de France » en 2010- 2011 qui marqua le public italien avec le retour momentané des collections de la famille Farnèse en leur palais. C’est cette même logique qui a été adoptée pour Design@Farnèse, organisé durant tout l’été 2016, permettant aux designers français contemporains de montrer l’expression de leur créativité, et faisant par là même du palais un symbole d’un mariage réussi entre le patrimoine et la création. Il est aussi ouvert aux visites neuf fois par semaine. Le palais Farnèse, lieu historique d’exception, est un lieu vivant.

Il est enfin et surtout pour notre pays un outil de travail à nul autre pareil, qui lui permet d’être au centre de la vie politique, économique, diplomatique et culturelle à Rome et dans toute l’Italie. Il contribue ainsi au rayonnement de la France et au développement de relations bilatérales denses au service d’une Europe en paix et solidaire.

Ce beau livre est une première découverte du monument qui nous a été confié ; dans l’espoir que ses lecteurs feront le pas de venir le visiter et avec la certitude qu’ils en deviendront, s’ils ne le sont pas déjà, ses admirateurs voire ses amoureux.

Catherine Colonna
Ambassadrice de France en Italie

Images du soldat au XIXe siècle

Images du soldat au XIXe siècle
Italies n°20, 2016
Stefano Magni, dir.
ISBN: 9791032000892
220 pages.

Résumé:
Ce numéro 20 d’Italies est consacré aux images du soldat italien. Il poursuit l’expérience du numéro 19. Si le premier numéro a été focalisé sur le XXe et XXIe siècles (les guerres mondiales et les récentes missions internationales de l’armée italienne), celui-ci accueille des contributions concernant le XIXe siècle (le Risorgimento et les premières considérations sur la nouvelle armée nationale). L’idée d’aborder le sujet de l’image du soldat italien dans la revue Italies s’insère dans un projet de recherche affirmé et naît de la volonté de créer une collaboration sur ce sujet entre toutes les forces intellectuelles du CAER. En effet, si c’est la vie culturelle qui intéresse les études littéraires, il est aussi vrai que ce sont les faits d’armes qui ont souvent dessiné le visage de la nation italienne et que ces événements ont captivé l’attention des intellectuels : des volontaires garibaldiens aux milices envoyées endiguer le phénomène du brigandage ; des masses de fantassins dans les tranchées aux héros de la Résistance, jusqu’aux missions en Afghanistan.
Ce numéro accueille une vaste réflexion sur le Risorgimento. C’est avec ce moment historique que les intellectuels se confrontent véritablement avec la pensée militaire. Et nombre d’articles nous montrent les différents facettes et auteurs de ce vaste phénomène : Massimo D’Azeglio, Ippolito Nievo, Caterina Percoto, Francesco Faà di Bruno, jusqu’à De Amicis, Pascoli et Carducci.

Sommaire:

Stefano Magni, Pourquoi s’interroger encore sur l’image du soldat italien?
Maria Luisa Pani, « Fuggiro al par del vento, al par del lampo » Parodia della guerra e eroismo nei Paralipomeni di Leopardi
Laura Guidobaldi, Dal pennello alla parola, dalla spada all’azione Il soldato Massimo d’Azeglio
Alessandro Marignani, Figure del soldato in Le Confessioni d’un Italiano di Ippolito Nievo
Anne Demorieux, L’image des soldats dans les écrits de Caterina Percoto ou comment mettre sa plume au service de « la santa causa dei popoli »
Rémy Fuentes, Francesco Faà di Bruno. Portrait d’un soldat à la lumière de sa correspondance
Federico Lenzi, La présence du soldat dans l’opéra italien du xixe siècle
Laura Fournier-Finocchiaro, Mythes et figures du soldat patriote et de la nation armée chez Carducci et Pascoli
Fabrice De Poli, I soldati di Pascoli Tra « nazione armata » ed « esercito permanente »
Luca Bani, « Un’istituzione che io mi proponevo di abbattere » La rappresentazione del soldato e della vita militare in Una nobile follia di Igino Ugo Tarchetti
Marco Caccavo, Carmine Crocco e il brigantaggio meridionale
Mariella Colin, Les soldats et l’armée nationale vus par les livres d’école et la littérature enfantine de l’Italie libérale (1860-1900)

Télécharger le sommaire