Appel: L’Italie pour bagage. Migration, circulations et italianité XIXe-XXIe siècles

logo_du_musee_de_lhistoire_de_limmigration-jpeg

Appel à communication – Colloque international
L’Italie pour bagage. Migration, circulations et italianité XIXe-XXIe siècles

Paris, Musée national de l’histoire de l’immigration/ Institut culturel italien
15-17 juin 2017

Délai de soumission des résumés: 20 décembre 2016

L’émigration italienne à travers le monde depuis la fin du XIXe siècle constitue l’un des plus importants mouvements migratoires de l’histoire contemporaine. 26 millions d’Italiens ont quitté la Péninsule des années 1860 aux années 1960. Plus récemment, depuis le début des années 2000, une « nouvelle vague migratoire » d’Italiens plus qualifiés est apparue. Tant en Italie que dans les pays d’accueil, cette migration a donné lieu à une historiographie foisonnante principalement portée sur les conditions de départ et d’accueil comme en témoigne les deux volumes (Partenza et Arrivi) de l’importante Storia dell’emigrazione italiana (Bevilacqua, De Clementi, Franzina, 2002). L’action de l’État italien envers ses « colonies » à l’étranger (Choate, 2008) mais aussi les effets socio-économiques de l’émigration sur les territoires d’origine (Douki, 1996) ont été notamment examinés. L’immigration a souvent été abordée dans une perspective de distinction continentale, entre Europe et Amériques notamment, et nationales. L’attention s’est focalisée sur les modalités d’intégration, parfois dans une dimension comparative, entre New York et Buenos Aires (Baily, 1999) ou entre Paris et New York (Rainhorn, 2005). Les études sur les Littles Italies, étendues au-delà du seul cas américain (Blanc-Chaléard, Bechelloni, Deschamps, Dreyfus, Vial 2007), ont mis l’accent sur la dimension territoriale et sociale permettant notamment d’appréhender des «chaînes migratoires» (MacDonald 1964) fondées sur le double localisme. L’émigration italienne conduit en effet nécessairement à articuler le local, le régional et le national (Franzina, 2014).

Les approches diasporiques (Ramirez, Pozzetta 1992 ; Tomasi 1994 ; Gabaccia 2000) et transnationales (Tirabassi 2005, Waldinger 2006), de même que les travaux sur les retours (Wyman 1996) ont contribué au renouvellement des études en invitant au dépassement du couple émigration/immigration pour favoriser une approche plus globale, hier comme aujourd’hui, attentive à l’ensemble de l’«espace migratoire» (Simon 2008) ou du «territoire circulatoire» (Tarrius 1994), que vient entériner le volume Migrazioni de la Storia d’Italia (Corti, Sanfilippo 2009).

Cette nouvelle approche transnationale et globale des migrations invite ainsi à interroger le paradigme de l’intégration. L’historiographie nord-américaine, influencée par le courant des ethnic studies, s’est efforcée de le dépasser en distinguant l’identité politique de l’identité culturelle, sans pour autant les opposer. Plus généralement le maintien et même le développement de nouvelles formes d’Italianità, conçue de la manière la plus générique comme une manière « d’être ou de sentir italien » (Enciclopedia Treccani), ont été mis en exergue et discuté dans les sciences sociales.

Dans le prolongement de ces travaux, il apparaît utile de poursuivre la réflexion et les échanges en portant attention à l’articulation entre la circulation des Italiens dans le monde et leur rapport à l’Italie dans une perspective plus culturelle que politique.

Dans le cadre de l’exposition Ciao Italia! organisée au Musée national de l’immigration à Paris le colloque international «L’Italie pour bagage. Migration, circulations et italianité XIXe-XXIe siècles» entend réunir des chercheurs issus de différentes disciplines.

Le questionnement portera d’une part sur le maintien, la transformation ou l’affirmation d’une culture italienne dans le processus migratoire ou après celui-ci. La réflexion se positionnera donc par-delà l’intégration ou le settlement, phénomènes qu’il ne s’agira pas de nier mais d’examiner sous un autre angle. En d’autres termes il s’agira d’essayer de comprendre ce que la migration fait à l’italianité : que reste-t-il de la culture, des pratiques, de l’identité (ou des identités) italienne pendant ou au terme voyage? Les allers-retours, les liens de toute nature, matériels ou culturels, avec la famille ou le pays d’origine viennent-ils maintenir, transformer ou renforcer cette part de l’identité des migrants? A travers quelles institutions, quelles structures sociales, grâce à quels supports ces liens se construisent-ils? Comment se transmettent-ils et évoluent-ils dans le temps?

D’autre part, et inversement, il s’agira de s’interroger sur la façon dont la migration interroge l’italianité en Italie : en quoi les comportements des migrants influencent-ils l’histoire nationale italienne, en particulier la construction et la nature d’une citoyenneté dans laquelle il conviendra d’interroger le rôle éventuel du localisme renforcé par les liens entretenus avec les Italiens de l’étranger. Ici aussi la question des vecteurs et des moyens rendant possible ce jeu de miroir entre les Italiens de l’étranger et l’histoire de leur pays d’origine sera posée.

En réunissant dans une même interrogation l’étude des Italiens et des Italiennes, de leurs pratiques et de leurs cultures en Italie et dans leurs destinations d’adoption à l’époque contemporaine et des différences de parcours migratoires des hommes et des femmes, ce colloque entend renforcer une histoire globale et culturelle des migrations italiennes. On s’efforcera, ce faisant, de souligner ses spécificités, ou au contraire ses similitudes, par rapport à d’autres migrations.

Les communications proposées devront s’inscrire dans cette problématique générale et plus spécifiquement dans l’une des thématiques suivantes :

Voyage (s) : on interrogera ici la complexité des voyages des Italiens (allers et retours, voyages multiples, migrations par étape), mais aussi l’entre-deux voyages (attente, transit). On privilégiera une réflexion sur les liens entre la forme, la durée, le rythme du voyage et la question de l’italianité (réseaux, chaînes migratoires, mobilisation de ressources diverses en cas de difficulté)
Bagage (s) : on privilégiera ici une approche matérielle de l’examen du ou des bagages des Italiens, bien que la dimension métaphorique du bagage – ce que l’on emporte avec soi – ne soit pas exclue. On s’interrogera sur le choix des objets ou éléments transportés ; sur les périls liés au transport, au vol ou à la perte des bagages ; ou encore sur l’absence de bagages.
– Papier (s) : papiers d’identités, lettres, archives familiales, presse, récits autobiographiques, argent… le papier ou les papiers sont ici le coeur de l’interrogation en tant que liens entre les migrants et leurs familles, entre migrants à l’étranger, ou en tant que témoignages de la migration à l’intention des générations suivantes.
Mots : dans le même esprit que pour le(s) papier(s) il s’agira à travers une réflexion sur la langue italienne, d’identifier et d’examiner un support de l’italianité. On portera une attention spécifique à la langue, à son évolution, à sa perte en une ou plusieurs générations, ou au contraire aux efforts déployés pour la maintenir. La chanson et la littérature, prenant ou non la migration comme sujet, seront considérées comme des manifestations de la culture italienne contribuant au déploiement d’une culture globale au-delà des frontières nationales.
Geste (s) : le questionnement portera sur les pratiques culturelles relevant de transferts ou d’échanges, d’influences mutuelles, entre la culture d’origine des migrants et celle des sociétés d’accueil. Des exemples pourront être développés pour des domaines aussi divers que l’agriculture, le sport, la religion, la cuisine, les techniques professionnelles, etc.
– Institutions : on s’attachera spécifiquement à interroger le rôle des institutions dans la fabrication, le maintien ou le renforcement d’une italianité dans la migration. Les rôles des consulats, de l’Eglise, d’associations pourront faire l’objet d’une attention spécifique.
Temporalités : des années 1870 à aujourd’hui, la migration italienne a considérablement évolué dans ses rythmes, dans ses destinations, dans ses modalités. Dans quelle mesure ce que l’on appelle italianité s’est-elle transformée au cours de la période? Certaines périodes politiques (Risorgimento, fascisme, années de plomb, Italie Berlusconienne, etc.) ont-elles joué un rôle particulier en la matière? La mémoire de la migration italienne contribue-t-elle aujourd’hui à créer une forme d’italianité spécifique et si oui laquelle? Comment l’italianité est-elle transmise au sein d’une famille, que celle-ci soit restée unie ou au contraire ait été désunie par le processus migratoire? Quel est le rôle du genre dans cette transmission ou dans cette non-transmission?

Les propositions de communication d’un maximum de 1500 signes (espaces compris) sont à envoyer à recherche.immigration@palais-portedoree.fr le 20 décembre 2016 au plus tard, accompagnées d’un court CV présentant leur auteur.
Les communications d’une durée maximale de 20 minutes pourront se faire en français, en anglais ou en italien.

Appel: Mostra augustea della romanità (1937-1938), un enjeu politique et culturel

Appel à communication
La Mostra augustea della romanità (1937-1938), un enjeu politique et culturel

La journée d’études aura lieu à l’Université Lille3, vendredi 13 octobre 2017, avec le soutien de CECILLE (EA 4074)

Délai de soumission des résumés: 1er février 2017

Argumentaire

Considérée par Emilio Gentile comme « la consécration de la continuité spirituelle entre la Rome antique et la Rome fasciste »[1], la Mostra augustea della romanità fut inaugurée le 23 septembre 1937 afin de célébrer le bimillénaire de la naissance d’Auguste, un an après que Mussolini, dans l’euphorie de la victoire italienne en Éthiopie, eut proclamé la renaissance de l’Empire.

Beaucoup reste à dire sur cette exposition de grande ampleur (82 salles), qui a donné lieu à la publication d’un catalogue de près de 800 pages. C’est donc à une analyse approfondie de cet événement que sera consacrée la journée d’étude, au cours de laquelle les intervenants envisageront dans des perspectives diverses le thème de la romanité et la récupération de la figure (ou du mythe) d’Auguste à laquelle se livre l’exposition. Celle-ci sera ainsi mise en relation avec des enjeux politiques ou géopolitiques précis, sera abordée dans une optique nationale ou internationale ou sera replacée dans le contexte tourmenté des années précédant la Deuxième Guerre mondiale. La « matérialité » de l’exposition ne sera pas pour autant négligée : si elle répond à un objectif idéologique évident, à un moment d’apogée pour le fascisme, elle s’inscrit aussi dans une politique et dans des pratiques culturelles  de masse, dont elle est sans nul doute un exemple parmi les plus représentatifs.

 Un résumé de la communication, rédigé en français ou en italien et incluant une brève présentation biobibliographique, est attendu pour le 1er février 2017. Il devra être envoyé à :

Jean-Philippe BAREIL (jean-philippe.bareil@univ-lille3.fr) ou Barbara MEAZZI (barbara.meazzi@unice.fr).

[1] Emilio GENTILE, Fascismo di pietra, Roma-Bari, Laterza, 2007, p. 143.

Appel: La fabrique transnationale de la «science nationale» en Italie (1839-fin des années 1920)

Appel à contributions pour les MEFRIM- Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée.
Dossier coordonné par Marie Bossaert (EFR) et Antonin Durand (ENS)

Délai de soumission des résumés: 1er décembre 2016

Processus éditorial :

Le présent appel vise à rassembler des propositions de contributions qui seront sélectionnées par un comité scientifique composé des deux coordinateurs et de Fabrice Jesné, directeur des études de l’École française de Rome. Les propositions retenues seront ensuite discutées lors d’un atelier fermé qui se tiendra à l’École française de Rome les 02 et 03 mars 2017, ayant vocation à préparer un numéro thématique des Mélanges de l’École française de Rome ; les frais de transport et d’hébergement des intervenants seront pris en charge par les organisateurs. L’atelier aura également pour objet de discuter l’architecture de ce dossier et son introduction générale, afin de favoriser sa cohésion scientifique et éditoriale. A l’issue de l’atelier, le dossier sera soumis à la procédure d’évaluation normale des MEFRIM (expertise anonyme).

Argumentaire scientifique :

L’histoire des savoirs en Italie a été profondément renouvelée par l’histoire sociale et culturelle du Risorgimento, qu’elle a contribuée en retour à refonder. Ainsi les travaux de Mauro Moretti et d’Ilaria Porciani ont-ils contribué à rendre son importance à l’université comme facteur d’intégration de la nouvelle nation et à la science comme ciment de l’unité nationale, tout en pensant la constitution d’un champ académique national dans le nouvel État italien. Ces développements s’inscrivaient dans un renouveau plus vaste de l’histoire des savoirs, sur le plan international. Dans le même temps, en effet, de nouveaux horizons s’ouvraient pour cette historiographie avec l’essor considérable des études transnationales, qui proposaient plus généralement une relecture du nation building. Or l’historiographie italienne des savoirs est restée relativement à l’écart de ce mouvement. La science et ses praticiens ne sont certes pas complètement absents de ces études, mais l’articulation entre l’intensité précoce de leurs circulations transnationales et l’émergence de la science nationale comme vecteur d’intégration et de rayonnement national mérite d’être mieux connue.

En effet, l’Italie, construction nationale récente, qui doit intégrer des traditions scientifiques hétérogènes, constitue un cas particulièrement intéressant : ses savants se sont bien souvent formés à l’étranger, en exil d’abord, puis à l’occasion de séjours d’échanges. Plus généralement, les Italiens entendent donner à leur nation toute sa place sur la scène scientifique internationale, dans une perspective d’échanges et de rivalités. Nous proposons de nous interroger sur les dynamiques transnationales à l’œuvre dans l’élaboration de la science nationale italienne dans le long Risorgimento. L’objectif n’est pas de remplacer un paradigme par un autre, mais bien plutôt d’enrichir notre compréhension du phénomène de nationalisation de la science italienne, tout en contribuant par l’analyse du cas italien à la remise en question du « nationalisme méthodologique » dans l’histoire des sciences et des savoirs et en situant les Italiens sur la carte des échanges scientifiques internationaux.

La question sera abordée à partir de 1839, date de la première réunion des scientifiques italiens, tenue à Pise. Ce congrès, qui rassemble des savants originaires des différents États de la péninsule, a longtemps été considéré comme une étape importante du Risorgimento, et de la « renaissance » de la science italienne. L’étude prend pour terminus ad quem la fin des années 1920, temps de nationalisation de la science italienne, voulue par les autorités fascistes. Elle se traduit par la création de la Reale Accademia d’Italia en 1929, institution qui absorbe et reformule l’Accademia dei Lincei, et par l’utilisation des congrès internationaux comme vitrine de la science italienne – ainsi du Congrès des mathématiciens à Bologne, en 1928, ou de celui des physiciens à Côme un an plus tard. À Rome, à Bologne ou à Côme, l’objectif est le même : promouvoir le « génie » italien, et partant, le régime. La périodisation choisie enjambe volontairement deux transitions politiques fortes – l’Unité italienne, la naissance du régime fasciste, de manière à interroger l’entrelacs des enjeux nationaux et transnationaux en amont et en aval de la construction de ces deux césures fortes de l’histoire politique italienne.

Plusieurs thèmes ont été identifiés, déclinés dans les rubriques suivantes pressenties pour le dossier :

1/ Lieux de savoir :

 – congrès nationaux et internationaux : l’historiographie des congrès a eu tendance à dissocier artificiellement l’âge des congrès nationaux de la première moitié du XIXe siècle et celui des congrès internationaux, qui s’ouvre à la fin du siècle. Or les premiers, longtemps étudiés à l’aune du politique – comme autant d’étapes dans l’unification – présentaient un caractère ouvert, à l’image de leurs équivalents nationaux en Europe : environ 10 % des participants étaient étrangers, tandis que les Italiens se rendaient en nombre aux congrès allemands, français, anglais ou encore suisses. Il paraît donc important de remettre en avant la dimension transnationale de ces premiers congrès, tout en revenant sur le rôle des congrès internationaux dans la construction de la science nationale.

 – les institutions savantes, et leurs collaborateurs étrangers

 – la circulation des modèles institutionnels : en quoi les universités et institutions savantes italiennes s’inspirent-elles de leurs voisins européens, avec lesquels elles entendent dialoguer et rivaliser ? Les emprunts aux systèmes allemands, français et plus généralement européens ont été bien étudiés, dans une perspective essentiellement comparatiste : on cherchera ici à mettre l’accent sur les vecteurs concrets de circulation de ces modèles.

 – les revues savantes italiennes : quelle était la part de collaborateurs étrangers, et comment fonctionnaient ces collaborations ? S’inspiraient-elles de revues non-italiennes ? Quelle était leur diffusion hors d’Italie ?

 2/ Les pérégrinations scientifiques

 – les mobilités savantes : on sera attentif à la circulation des savants (et des artefacts) et aux réseaux. Plusieurs types de mobilité pourront être envisagés : contraintes (exil) ou volontaires (voyage, séjour d’études, mission) ; fruit d’initiative individuelles ou organisées par l’État (à travers l’octroi de bourses d’études, par exemple) ou par d’autres organismes. On s’interrogera sur l’institutionnalisation – étatique ou non – des circulations transnationales.

 – Ces pérégrinations seront envisagées dans les deux sens : les Italiens hors d’Italie, les savants étrangers en Italie – on y ajoutera, pour la période pré-unitaire, les déplacements de savants originaires des différents États italiens dans la péninsule même.

 3/ Savoirs sur l’étranger et construction nationale

 Dans quelle mesure les savoirs sur l’étranger participent-ils de la construction nationale italienne ? À travers l’histoire, l’anthropologie ou encore les langues et littératures étrangères, on réfléchira au rôle des connaissances sur les cultures étrangères – qu’elles aient été ou non en interaction avec les Italiens – dans le façonnement d’une histoire de la nation italienne.

 Ces propositions ne prétendent pas à l’exhaustivité : tout thème connexe permettant de traiter la problématique proposée sera pris en considération ; les rubriques elles-mêmes peuvent être matière à débat.

Modalités de soumission :

 Les propositions d’articles, présentées sous la forme de résumés de 5000 signes environ, précisant les sources utilisées et les liens avec la problématique et les thèmes exposés, devront être envoyées à Marie Bossaert (Marie.Bossaert(at)gmail.com) et Antonin Durand (Antonin.Durand(at)ens.fr) avant le 1erdécembre 2016. Elles pourront être rédigées en français, en italien ou en anglais.

Calendrier prévisionnel :

 1er décembre 2016 : soumission des résumés

 15 décembre 2016 : sélection des propositions

 2-3 mars 2017 : atelier fermé à l’École française de Rome.

 31 juillet 2017 : remise des articles pour expertise en vue d’une parution fin 2018.

Télécharger l’appel en français ici

 Scaricare il bando in italiano qui

Catherine Brice: De quoi le Risorgimento est-il (vraiment) le nom ?

Catherine Brice, « De quoi le Risorgimento est-il (vraiment) le nom ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, 52 | 2016, p. 65-79.

Que l’on nomme Risorgimento la période qui a vu les États italiens se constituer en un État unitaire dirigé par une monarchie constitutionnelle, avec à sa tête la dynastie des Savoie, anciens rois du Piémont devenus rois d’Italie, semble aujourd’hui une donnée acquise et généralement acceptée. Pourtant, ce terme reste extrêmement flou et recouvre des conceptions, des aspirations et des réalisations profondément différentes de l’Italie à naître. Le mot même, peu employé au moment des événements, renvoie à un arc chronologique encore débattu : le Risorgimento commence-t-il avec les Lumières italiennes, avec la Révolution française ou avec les premières révolutions de 1821 ? Cette question interroge la nature de l’événement : renaissance intellectuelle, littéraire ou d’abord politique ? Ou bien les trois inexorablement liées ? Et de quelle manière ? Comment une image littéraire peut-elle faire surgir un projet politique ? Si le Risorgimento signifie le re-surgissement de l’Italie, à quelle Italie fait-il référence ? Quel pays veut-on ressusciter ? L’Italie romaine, l’Italie catholique, l’Italie des Communes médiévales ? Une Italie des petites patries ou une Italie centralisée ? En fonction de ces objectifs, l’appréciation du succès de l’entreprise reste sujet à de nombreuses variations et à de possibles instrumentalisations, comme durant le fascisme. Mais c’est sans doute cette polysémie du mot qui, doublé de sa forte puissance évocatrice, a pu en faire son succès jusqu’à aujourd’hui. Polysémique et polémique, le Risorgimento reste toujours un combat perdu et à reprendre.

Musées d’histoire, musées de mémoire(s)

affiche_musees

Vendredi 25 novembre 2016, 14h30-18h00
Séance commune des séminaires ALHIM, ERESCEC et les italianistes de Paris 8
Laboratoire d’Etudes Romanes (L.E.R., EA 4385) : Axes Histoire, Mémoire et Politique dans l’Europe méridionale/ Historicités latino-américaines
Musées d’histoire, musées de mémoire(s)
Le Musée Mémorial de l’Exil: entre le militantisme mémoriel antifranquiste et l’Histoire
Jordi Font Agulló (Directeur du Museu Mémorial de l’Exili-MUME)
Du Risorgimento à la Résistance: la narration muséale de l’Italie contemporaine
Massimo Baioni (Université de Sienne)
Les filiations discursives du “Museo de la Memoria y los Derechos Humanos” de Santiago du Chili
Enrique Fernández Domingo (Université Paris 8 LER-ALHIM)

Colegio de Espana
Cité Internationale de Paris
7E Boulevard Jourdan
75014 Paris