L’administration des institutions culturelles en France et en Italie (1860-1945)

colloque-rouen-8-9dec2016

L’administration des institutions culturelles en France et en Italie, approches comparées (des années 1860 à la Libération)

8-9 décembre 2016 – 9:30 – 18:00
Université de Rouen – Maison de l’Université – salle des conférences
Organisation: Jean-Yves Frétigné et Aurélien Poidevin (Université de Rouen-Normandie)

L’objet de ce colloque est de réfléchir aux enjeux de la législation et de la réglementation publiques en matière de vie culturelle, dans les secteurs du patrimoine, du théâtre, de l’opéra, des musées, de l’édition et du cinéma, sans oublier l’enseignement de l’histoire de l’art. Encore trop peu étudiée par les historiens, l’administration de la culture se prête à un riche dialogue interdisciplinaire entre juristes, politistes et historiens.
En nous questionnant sur la manière dont la fabrique des politiques de la culture est appréhendée en France et en Italie de la fin de l’Ancien Régime à la Libération, nous avons pour objectif de mieux comprendre la chaîne de production des textes réglementaires et le degré d’implication des acteurs dans la régulation de la vie artistique et culturelle.
Une attention particulière sera portée à la démocratisation de l’accès aux biens culturels qui caractérise depuis le tournant du XIXe et du XXe siècles la naissance et l’essor des politiques publiques de la culture.
Le colloque s’articule en trois temps :

Les prémisses des politiques culturelles
Approches générales des politiques culturelles en France et en Italie
Études de cas

Programme:
programme-rouen-8-9dec2016

La France et l’Italie. Histoire de deux nations soeurs, de 1660 à nos jours

histoire-de-deux-nations-soeurs

La France et l’Italie
Histoire de deux nations soeurs, de 1660 à nos jours

Gilles Bertrand
Jean-Yves Frétigné
Alessandro Giacone
octobre 2016
464 pages, 26.90 €

Sous l’Ancien Régime, des relations paradoxales se nouent entre la mosaïque des États italiens et le royaume de France. Celui-ci ne parvient pas à assurer sa domination politique sur la péninsule, tandis qu’Italiens et Français rivalisent sur le plan scientifique et artistique. L’irruption de la présence française sous Napoléon agit comme un électrochoc, rendant incontournables, des deux côtés des Alpes, les héritages révolutionnaires.
De la chute de l’empereur à l’arrivée au pouvoir de Mussolini, la France et l’Italie se pensent plus que jamais comme deux soeurs, dont les liens sont tissés d’estime et de solidarité mais aussi de mépris et de rivalité. Les tensions et les apaisements autour de la question romaine puis de la question coloniale vont rythmer leurs relations pendant plus d’un siècle.
Au cours du premier XXe siècle, les relations sont à la fois conflictuelles (en raison du fascisme et de la Seconde Guerre mondiale) et étroites (du fait de l’émigration italienne) ; depuis 1945, les deux États tentent ensemble de construire l’Europe, tandis que leurs peuples s’interpénètrent toujours davantage.
(présentation éditeur)

Table des matières

L’héritage du long XVIIIe siècle (1660-1789).
Le legs politique de l’Ancien Régime.
Pratiques de l’espace, échanges économiques et mobilité des individus.
Aller chercher chez l’autre ce qu’on n’a pas chez soi.
Un espace intellectuel et scientifique commun… et européen.

La secousse du moment révolutionnaire et impérial (1789-1815).
L’impact de la Révolution française et les effets de l’émigration.
Le « trienno » jacobin entre espoirs et désillusions (1796-1799).
Les années Napoléon.

Le temps des restaurations et des complicités romantiques (1815-1830). Une relation ambivalente entre les relents de la domination française et les débuts du Risorgimento.
Refuge sentimental et amitiés intellectuelles.
Un chassé-croisé politique.

De la question romaine à la question coloniale (1830-1922), les rapports entre Français et Italiens: entre l’estime et le mépris.

La France : un modèle pour les patriotes italiens (1830-1848)?
La naissance de la question romaine (1848-1849).
Napoléon III et l’Italie (1850-1861).
Entre Paris et Berlin (1861-1922).

La montée du fascisme italien et la Seconde Guerre mondiale (1922-1945).
Le temps de Mussolini.
France et Italie dans les années 1930.
La France et l’Italie en guerre.

La détente (1945-1981).
La reprise des rapports diplomatiques.
L’Italie devant le modèle gaulliste.
France et Italie pendant les années 1970.

Les deux soeurs latines dans le monde contemporain (1981-2015).
Les deux septennats de François Mitterrand.
La présidence Chirac et l' »anomalie Berlusconienne ».
Les relations franco-italiennes de 2007 à nos jours.
Les relations culturelles franco-italiennes

Massimo D’Azeglio, Epistolario (1819-1866), vol. IX (2 gennaio 1857 – 27 dicembre 1859)

epistolario-dazeglio

Massimo D’Azeglio, Epistolario (1819-1866), IX (2 gennaio 1857 – 27 dicembre 1859)
A cura di GEORGES VIRLOGEUX
Torino, Centro Studi Piemontesi, pagg. LVIII-526, 2016.
Prezzo di copertina € 36,00
ISBN: 978-88-8262-246-6

Oltre 5000 lettere finora acquisite (di cui un terzo inedite) e indirizzate a 400 destinatari costituiscono il corpus dell’Epistolario, offerto in una edizione filologicamente corretta, prevista in almeno 10 volumi. Oltre ai grossi fondi archivistici di Roma, Milano, Torino, Saluzzo, Forlì, Ravenna e Livorno vi confluiscono gli autografi provenienti da tutte le altre sedi che è stato possibile interrogare cercando di porre fine, almeno in gran parte, alla “diaspora” lamentata da tutti gli studiosi di Massimo d’Azeglio.
Ad opera ultimata, la conoscenza dell’azione e del pensiero dello Statista ne uscirà più completa ed esatta. La personalità dell’Azeglio (politico, uomo di mondo, scrittore, pittore, viaggiatore) ne risulterà incontestabilmente approfondita, illustrata anche negli aspetti più sottilmente e psicologicamente legati all’uomo Tout court.
Questa edizione fa intera luce sull’ampio giro di relazioni che l’Azeglio intrattenne con corrispondenti vari, con amici e con familiari.
Gli storici dell’arte non hanno avuto finora disponibile per i loro studi se non il testo dei Ricordi e qualche frammento della corrispondenza. Le lettere del primo periodo romano (1819-1829) e del periodo milanese (1831-1844), durante i quali l’attività dell’Azeglio è quasi esclusivamente letterario e artistica, erano fino ad oggi per la maggior parte inedite.
Alle molte lacune e alle vecchie imperfezioni hanno posto rimedio, per il periodo che va dal 1819 al dicembre 1859 i primi nove volumi usciti finora, che possono essere messi subito a disposizione di chi voglia sottoscrivere l’opera intera. Alle imperfezioni e lacune restanti attenderanno i volumi successivi che saranno via via pubblicati in un arco di tempo ragionevolmente breve.
L’Epistolario azegliano, frutto di un’imponente mole di lavoro, è curato da Georges Virlogeux, italianisant dell’Università di Aix-en-Provence, che ha censito, raccolto, ordinato, annotato l’intero materiale con filologica acribia e dedizione appassionata.
(présentation éditeur)

Per info e acquisti:
CENTRO STUDI PIEMONTESI
Via Ottavio Revel 15-10121 Torino
Tel: 011 537486
e-mail: lara.ferrando@studipiemontesi.it