Les historiens français du XIXe siècle face au Risorgimento

Par Angelo Morabito, Université Paris-Est Créteil (UPEC), Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée (CRHEC-E.A. 4392)

Les historiens français du XIXe siècle face au Risorgimento : regards sur l’autre et discours sur soi aux temps de l’affirmation des identités nationales (1848-1914)

Résumé : Le phénomène d’affirmation de l’identité nationale italienne aboutissant à l’unité de la péninsule a suscité en France une très abondante littérature. Très tôt, des historiens français se sont penchés sur la question. L’étude de l’évolution de leurs récits élaborés sur la marche à l’unité italienne révèle par un jeu de miroir les changements d’interrogations concernant les représentations qu’ils élaborent en creux sur la France et son identité. Dans un premier temps, jusqu’en 1878, la situation de la péninsule est analysée comme un laboratoire expérimentant des formes politiques dont la connaissance peut être utile pour la France qui recherche à la même époque les voies pour stabiliser ses propres institutions. Dans un second temps, une fois l’unité réalisée et l’Italie s’affirmant comme une rivale potentielle dans le jeu international, le regard se décale : le processus unitaire n’est plus vu sous son versant institutionnel mais en fonction des enjeux des relations diplomatiques, pour en appeler à un rapprochement entre la France et l’Italie.

Lire le texte intégral:

Les Cahiers des Ecoles Doctorales de Montpellier: Histoire et imaginaire dans la construction des identités en Europe et dans le bassin méditerranéen.