Consoli. Consuls et services consulaires italiens, XVIIIe-XXe siècles

Consoli

Le projet « consoli » est une enquête collective sur les consuls au service des États italiens, du XVIIIe au XXe siècle. Il s’agit d’examiner la naissance et l’évolution d’une administration au-delà des césures historiques que représentent généralement la Révolution française et l’Unité italienne, afin de privilégier une approche sur le temps long attentive aux pratiques sociales aussi bien qu’aux grandes scansions politiques. Ce projet repose sur la conviction que l’institution consulaire italienne est un observatoire historique fécond : il permet d’enquêter sur l’État, les conceptions de son service, de la citoyenneté, des modèles extérieurs. Il permet aussi d’étudier les Italiens comme « peuple monde », en s’intéressant à l’italianité hors d’Italie et à la pertinence de la catégorie nationale par rapport à des modèles civiques, régionaux ou impériaux. Par le jeu des échelles et le croisement des sources, le projet Consoli entend enfin contribuer à l’étude des sociétés urbaines de méditerranée orientale, en se concentrant sur les pratiques des acteurs plutôt que sur des catégories culturelles établies a priori.

Revoir la conférence: Les exilés politiques italiens à Paris dans les années 1830

La conférence du 13 octobre 2017 de Mme Ilaria Gabbani: Les exilés politiques italiens à Paris dans les années 1830 – L’exemple de la Gazette L’Italiano

est disponible à l’écoute en ligne sur le site de la BNF:
ÉVÉNEMENTS ET CULTURE – Conférences – Revoir les conférences: Les exilés politiques italiens à Paris dans les années 1830

Télécharger le diaporama de cette conférence [fichier .pdf – 3730 Ko – 13/11/17 – 32 p.]

Musique italienne et sciences médicales au XIXe siècle


Laboratoire italien n°20/2017

Musique italienne et sciences médicales au XIXe siècle
Sous la direction de Céline FRIGAU MANNING

Comment comprendre l’attention que les sciences médicales du XIXe siècle accordent à la musique italienne, et à certaines de ses figures emblématiques en particulier ? En quoi s’intéressent-elles moins aux œuvres qu’au phénomène musical en soi, et à son action sur les corps et l’imagination ? Comment la musique italienne nourrit-elle des approches médicales originales ou s’en empare-t-elle ? Ce sont là quelques-unes des interrogations abordées par ce dossier, qui s’engage ainsi sur un terrain peu exploré, tant par l’histoire de la médecine que par l’histoire de la musique, en proposant un parcours en trois sections. La première, intitulée « Soigner par la musique », se penche sur les expériences thérapeutiques menées à Aversa et à Palerme dans la première moitié du siècle. La seconde, « Anatomies de la voix », se concentre sur le corps du chanteur, entre virtuosité et savoirs médicaux. La troisième revient sur la question du génie musical tel qu’elle se trouve médicalisée par le regard de phrénologues ou de Cesare Lombroso.

DOSSIER
Céline FRIGAU MANNING: Peuple d’Italie, « peuple musical » : une question médicale au XIXe siècle [Texte intégral]

I. Soigner par la musique. D’une physiologie des passions aux expérimentations thérapeutiques
Carmel RAZ: Music, theater, and the moral treatment: the Casa dei Matti in Aversa and Palermo [Texte intégral]

II. Anatomies de la voix. Le corps du chanteur entre virtuosité et savoirs médicaux
Sarah HIBBERD: “La Voix humaine”: dissecting Luigi Lablache [Texte intégral]
Marco BEGHELLI: Un’occasione perduta: lo studio anatomico e fisiologico dei musici castrati [Texte intégral]

III. Le génie médicalisé. Penser l’exceptionnalité du compositeur
Simone BARAL: Un’«armonica e magnifica fronte». La persistenza della frenologia nei discorsi medici italiani intorno al genio musicale [Texte intégral]
Jean-Christophe COFFIN: L’exploration du musicien italien à la fin du XIXe siècle : entre médicalisation et paradoxe [Texte intégral]
Pierangelo GENTILE: L’anomalia Verdi, ovvero la resa del professore: il pensiero di Cesare Lombroso sulla musica [Texte intégral]

TEXTES ET DOCUMENTS
Céline FRIGAU MANNING: « Cette femme éminente a touché l’âme universelle ». Une théorie médicale du talent de l’actrice-chanteuse dans La Pasta nell’Otello de Luigi Morando De Rizzoni (Vérone, Crescini, 1830) [Texte intégral]

Radio radicale: registrazione del convegno « Per la costruzione dell’identità nazionale: Francesco De Sanctis e Pasquale Stanislao Mancini »

Registrazione audio di « LXVIII Congresso di Storia del Risorgimento – Per la costruzione dell’identità nazionale: Francesco De Sanctis e Pasquale Stanislao Mancini dalla provincia meridionale all’Europa »

In occasione del bicentenario della loro nascita, è dedicato a Francesco De Sanctis e Pasquale Stanislao Mancini, il tema del LXVIII congresso di storia del Risorgimento promosso nei giorni dal 25 al 28 ottobre 2017.

L’evento è stato organizzato dall’Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano.

Prima giornata (mercoledì 25 ottobre 2017) , registrato a Napoli alle 16:12 (3 ore e 13 minuti)

Sono intervenuti: Renata De Lorenzo (presidente della Società Napoletana di Storia Patria), Annunziata Berrino (presidente del Comitato di Napoli dell’Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano), Giuseppe Monsagrati (coordinatore del Consiglio Scientifico dell’Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano), Andreas Gottsmann (rappresentante dei Gruppi Esteri dell’Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano), Nino Daniele (assessore alla Cultura del Comune di Napoli), Anna Maria Rao (professoressa), Vincenzo De Luca (presidente della Regione Campania, Partito Democratico), Giuseppe Galasso (professore), Aurelio Cernigliaro (professore).

Sono stati discussi i seguenti argomenti: Austria, Cultura, De Sanctis, Democrazia, Diritto, Economia, Europa, Guerra, Intellettuali, Italia, Laicità, Letteratura, Liberalismo, Lxviii, Mancini, Mezzogiorno, Politica, Religione, Risorgimento, Società, Storia, Sud.

Seconda giornata (mattina) (giovedì 26 ottobre 2017) , registrato a Napoli alle 9:37 (3 ore e 5 minuti)

Sono intervenuti: Annunziata Berrino (presidente del Comitato di Napoli dell’Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano), Laura Nay (professoressa), Luigi Mascilli Migliorini (professore), Giuseppe Monsagrati (coordinatore del Consiglio Scientifico dell’Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano).

Sono stati discussi i seguenti argomenti: Anticlericalismo, Cattolicesimo, Chiesa, Croce, Cultura, De Sanctis, Diritto, Filosofia, Intellettuali, Italia, Letteratura, Liberalismo, Lxviii, Mancini, Mezzogiorno, Politica, Riformismo, Risorgimento, Storia, Sud.

Seconda giornata (pomeriggio) (giovedì 26 ottobre 2017), registrato a Napoli alle 15:28 (2 ore e 49 minuti)

Sono intervenuti: Annunziata Berrino (presidente del Comitato di Napoli dell’Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano), Andrea Ciampani (professore), Nicola De Blasi (professore), Guido Melis (professore), Roberto Balzani (professore), Renata De Lorenzo (presidente della Società Napoletana di Storia Patria).

Sono stati discussi i seguenti argomenti: Cultura, De Sanctis, Diritto, Donna, Europa, Intellettuali, Italia, Letteratura, Lingua, Mancini, Mezzogiorno, Politica, Risorgimento, Storia, Sud.

Terza giornata (mattina) (venerdì 27 ottobre 2017), registrato a Napoli (2 ore e 56 minuti)

Sono intervenuti: Jean-Yves Frétigné (rappresentante dei Gruppi esteri dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano), Paolo Macry (ordinario di Storia contemporanea all’Università di Napoli « Federico II »), Cosimo Ceccuti (presidente della Fondazione Giovanni Spadolini Nuova Antologia), Alfio Signorelli (professore di Storia contemporanea presso l’Università de L’Aquila), Marco Meriggi (professore di storia delle istituziuoni politiche, Università Federico II di Napoli).

Tra gli argomenti discussi: Cultura, De Sanctis, Europa, Firenze, Giornalismo, Istituzioni, Mancini, Politica, Storia, Università.

Terza giornata (pomeriggio) (venerdì 27 ottobre 2017), registrato a Napoli (5 ore e 30 minuti)

Sono intervenuti: Romano Ugolini (presidente dell’Istituto per la Storia del Risorgimento italiano), John Anthony Davis (professore di Storia italiana ed europea presso l’Università del Connecticut), Erik Jayme (professore di diritto privato ed internazionale presso l’Università di Heidelberg), Laura Fournier-Finocchiaro (professoressa di Storia italiana presso l’Università Paris8 Vincennes-Saint Denis), Renata De Lorenzo (professoressa di storia contemporanea e presidente della « Società napoletana di Storia Patria »).

Sono stati discussi i seguenti argomenti: Cultura, De Sanctis, Europa, Italia, Liberalismo, Mancini, Mezzogiorno, Napoli, Politica, Risorgimento, Storia, Sud.

Viaggiatori 1/1: L’esilio come viaggio: categorie, pratiche ed esperienze


Viaggiatori, Anno 1, Numero 1 (09/2017)

L’esilio come viaggio: categorie, pratiche ed esperienze

Indice

Fabio D’Angelo
Premessa

Pratiche amministrative e categorie dell’esilio

Amandine Gouttefarde
Faut-il accueillir ou non les exilés ? Représentation d’un dilemme dans la littérature grecque archaïque et classique
Alberto CarreraIl diritto del cittadino di abbandonare la patria. Il concetto di esilio ne Le Droit des Gens di Emer de Vattel (1714-1764)
Martin Biersack
Negotiating usefulness: The Utilitarian Approach to Immigration in Bourbon Spanish-America
Camille Cordier-Montvenoux
« Étranger d’origine, mais Français de coeur ». Une histoire des relations entre les exilés et la société d’accueil puydômoise, 1830-1940
Ronan Richard
« D’où venez-vous braves gens ? » L’exil de masse de réfugiés de la Prmière Guerre mondiale dans l’Ouest de la France
Monica Lanzoni
Les exilés politiques italiens et la Doctrine Mitterrand: le juridique, le politique et l’asile français

Scritture ed esperienze dell’esilio

Michaela Bjuggfält-Châteaux
Renault de Montauban: les exils de père en fils
Estela Bonnaffoux
Tamquam exul, ignotus et neglectus: deux italiens en terres étrangères. L’exemple de Pierre Martyr d’Anghiera et de Théodore Guaineri
Antonietta Angelica Zucconi
Un giornale dall’esilio. L’esule-L’exilé: giornale di letteratura italiana antica e moderna
Éric Vial
Les États-Unis vus par le parti communiste italien en exil en France, entre Fronts Populaires et débuts de la Seconde Guerre mondiale

Varia

Rosa Maria Delli Quadri
Alla ricerca di modelli politici. Latinoamericani e Vecchio Mondo nel XIX secolo
Julio Seoane
A non globalized cultural cosmopolitanism
Lorenzo Scillitani
Il viaggio in piroga della Luna e del Sole: la genesi della morale nell’antropologia mitologica di Lévi-Strauss

Fonti

Andrea Candela
Il viaggio settecentesco di Paolo Sangiorgio in Valsassina
Libera Paola Arena
L’alto novarese nei viaggi di Carlo Amoretti (1797-1798). Il viaggio osservativo-descrittivo di un poligrafo ligure di fine Settecento

Recensioni

Nicolas Bourguinat
M.-N. Bourguet, Le monde dans un carnet. Alexander von Humboldt en Italie (1805)
Maurice Carrez
A. Orlandini Carcreff, Au pays des vendeurs de vent. Voyager en Laponie et en Finlande (XVe-XIXe siècle)
Alexandre Dupont
C. Brice, D. Diaz (eds.), Mobilités, savoir-faire et innovations

Edmondo De Amicis et la mémoire des batailles du Risorgimento

La mémoire des batailles du Risorgimento est au cœur de la production journalistique et littéraire du jeune De Amicis, qui, contrairement à une opinion largement répandue, au lieu de se faire le chantre de l’armée nationale en donne une vision critique. Dans La vita militare, la défaite de Custoza (1866) est restituée de manière éclatée, mais historiquement exacte, dans trois nouvelles : Quel giorno, Il figlio del reggimento et Partenza e ritorno. Ricordi del 1866. La bataille de Solferino et San Martino (1859) est évoquée lors de l’inauguration de l’ossuaire sur les mêmes lieux – dans l’Album di Solferino e San Martino, puis dans les Ricordi del 1870-71 -, de manière tout aussi véridique et fort éloignée de la version officielle mettant sur un pied d’égalité les deux combats. Un point de vue que De Amicis défendra à nouveau en août 1870, lorsqu’il cherchera à rallier ses compatriotes à la France en guerre contre la Prusse, en leur rappelant le rôle déterminant de l’armée française dans la seconde guerre d’indépendance. Ce n’est que la prise de Rome, à laquelle il assistera en tant que journaliste, qui offrira à l’Italie une issue victorieuse et sans ambiguïté.

Mariella Colin, membre de la SEFRI: « Edmondo De Amicis et la mémoire des batailles du Risorgimento », Rassegna storica del Risorgimento anni 2014-2015-2016, p. 299-322.

La république en Italie (1848-1948). Héritages, modèles, discours


Laboratoire italien n°19/ 2017 (exclusivement publié en ligne sur le portail Revues.org)
Sous la direction de Laura FOURNIER-FINOCCHIARO, Jean-Yves FRÉTIGNÉ et Silvia TATTI

Ce volume retrace le développement et la maturation de l’idée républicaine en Italie entre 1848 et 1948, par une double approche historique et littéraire. Le but est de déceler la spécificité d’une voie républicaine italienne, à partir des expériences locales de Rome, Venise, Milan et du Sud de l’Italie pendant le Risorgimento jusqu’aux années de la monarchie libérale et du fascisme. Les interventions sont regroupées autour de trois axes principaux : les mémoires des républiques italiennes de 1848-1849 et la construction d’un langage politique et littéraire local et en même temps national, les modèles et contre-modèles républicains étrangers à partir desquels se définit la voie italienne, les discours républicains sous la monarchie et sous le fascisme. La reconstruction de l’histoire d’un siècle à partir de cette perspective, entre la faillite du modèle républicain au moment de l’Unité et sa victoire après la deuxième guerre mondiale, explique la difficulté de l’Italie, encore aujourd’hui, à assumer son passé.

Sommaire

LA RÉPUBLIQUE EN ITALIE (1848-1948)
Laura Fournier-Finocchiaro, Jean-Yves Frétigné et Silvia Tatti • Introduction
Maurizio Ridolfi • La République du futur ! Projets et horizons républicains en Italie, du Risorgimento à la fin de la Monarchie

I. Héritages et mémoires des expériences républicaines italiennes
Eva Cecchinato • Mémoire, récits et héritage de la Révolution de 1848 à Venise
Gianluca Albergoni • Mémoire et héritage de la Révolution de 1848 à Milan, des Cinq journées à la fin du siècle
Silvia Tatti • Rhétorique et politique au cours du Risorgimento : la République romaine de 1849

II. La pensée républicaine italienne et ses modèles étrangers

Marco Barducci • Le projet républicain de Giuseppe Mazzini et l’Angleterre : de la démocratie éthique à la démocratie sociale, 1845-1850
Paolo Benvenuto et Jean-Yves Frétigné • Du modèle républicain français à sa marginalisation (1848-1914)
Daniele Fiorentino • Pas tout à fait un modèle : les États-Unis dans le mouvement risorgimental italien

III. De la difficulté de rester républicain

Antonino De Francesco • Après la révolution nationale : le républicanisme méridional dans l’Italie libérale
Matteo Palumbo • Les mots de la politique à l’ombre de la Sicile : Pisacane, Verga, De Roberto et Pirandello
Laura Fournier-Finocchiaro • L’évolution de l’inspiration poétique républicaine de Mameli à Carducci : de l’antimonarchisme mazzinien et jacobin à la « démocratie dynastique »
Stéfanie Prezioso • Guerre et « subversion patriotique » : les républicains italiens face au premier conflit mondial et à ses usages politiques

IV. Des républicains en résistance aux républicains aux portes du pouvoir
Éric Vial • L’idée républicaine dans l’émigration antifasciste en exil
Olivier Forlin • Fascisme et république
Frédéric Attal • Piero Calamandrei et la Constitution de 1948 : Calamandrei le juriste contre Piero l’intellectuel

Avis de parution Labo19

Catherine Brice: De quoi le Risorgimento est-il (vraiment) le nom ?

Catherine Brice, « De quoi le Risorgimento est-il (vraiment) le nom ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, 52 | 2016, p. 65-79.

Que l’on nomme Risorgimento la période qui a vu les États italiens se constituer en un État unitaire dirigé par une monarchie constitutionnelle, avec à sa tête la dynastie des Savoie, anciens rois du Piémont devenus rois d’Italie, semble aujourd’hui une donnée acquise et généralement acceptée. Pourtant, ce terme reste extrêmement flou et recouvre des conceptions, des aspirations et des réalisations profondément différentes de l’Italie à naître. Le mot même, peu employé au moment des événements, renvoie à un arc chronologique encore débattu : le Risorgimento commence-t-il avec les Lumières italiennes, avec la Révolution française ou avec les premières révolutions de 1821 ? Cette question interroge la nature de l’événement : renaissance intellectuelle, littéraire ou d’abord politique ? Ou bien les trois inexorablement liées ? Et de quelle manière ? Comment une image littéraire peut-elle faire surgir un projet politique ? Si le Risorgimento signifie le re-surgissement de l’Italie, à quelle Italie fait-il référence ? Quel pays veut-on ressusciter ? L’Italie romaine, l’Italie catholique, l’Italie des Communes médiévales ? Une Italie des petites patries ou une Italie centralisée ? En fonction de ces objectifs, l’appréciation du succès de l’entreprise reste sujet à de nombreuses variations et à de possibles instrumentalisations, comme durant le fascisme. Mais c’est sans doute cette polysémie du mot qui, doublé de sa forte puissance évocatrice, a pu en faire son succès jusqu’à aujourd’hui. Polysémique et polémique, le Risorgimento reste toujours un combat perdu et à reprendre.

Présence italienne en Algérie

Présence italienne et niçoise (de langue italienne) dans Labyrinthe algérien, Passé masqué, Passé retrouvé de Maurice Mauviel.

Pour une grande part, au-delà d’une expérience fondatrice de l’auteur dans le Sersou steppique algérien, l’intention profonde qui a guidé l’auteur était de prolonger le projet qui anima Albert Camus dans son dernier ouvrage, Le premier homme, inachevé car interrompu par une mort brutale en janvier 1960. Il désirait arracher à l’oubli les muets de l’Histoire , souvent des humbles. Parmi ceux-ci on trouve très tôt de nombreux Italiens. Dès 1847, la baronne Speranza Schwartz, qui deviendra la grande amie de Giuseppe Garibaldi rencontra, lors d’une hardie chevauchée entre Guelma et Bône ‘ Annaba) un pauvre Toscan qu’elle présente ainsi dans un livre peu connu :

À ce moment un homme à la fierté toute militaire, dont les principes révolutionnaires se trahissaient à son apparence de Sans-culotte, prit mon cheval par la bride pour me faire traverser en toute sécurité le fort courant. Qui êtes-vous, mon ami ? demandai-je en français à cette obligeante personne, après qu’elle eût aidé mon cheval à traverser l’eau en prenant des risques. « Sono un povero colone », me répondit-il en pur toscan, « un povero cantiniere, abito una capanuccia vicino all’osteria del Ruisseau d’or » . Il poursuivit en me disant que des affaires exigeaient qu’il aille à Bona. Il supposait que nos Seigneuries lui permettraient de voyager avec elles « Giacchè questi stradaccie non essendo troppo sicure, si fanno tali .Je n’aurais pas été étonnée de rencontrer de nombreux Espagnols, Allemands, Polonais ou Hongrois à Bône. Mais, pénétrée comme je l’étais d’une grande prédilection pour tout ce qui touche l’Italie, de voir ce pauvre exilé me toucha profondément. Je lui exprimai mon étonnement : comment avait-il pu avoir le cœur d’échanger le jardin de l’Europe pour ces tristes steppes de l’Afrique?

[Elpis Melena (Speranza Von Schwartz), Leaves from a Lady’s Diary of her Travels in Barbary, Londres, Henri Colburn, 1850, vol. 2, pp. 12-13.]

Pensons à ces petits groupes de travailleurs exilés dans les villages du Constantinois peu après l’époque où un povero colone de Toscane vivait dans une misérable cabane près du Ruisseau d’or en 1847. Albert Lentin, jeune Français vivant seul enfant européen dans le village d’El-Hassi non loin de Sétif et communiquant uniquement en langue arabe avec les habitants, a croqué sur le vif, dans ses souvenirs, la vie quotidienne d’ouvriers italiens travaillant pour la puissante Compagnie capitaliste Genevoise à qui fut attribuée sous le Second Empire un immense domaine sur lequel elle régnait durement. Bien souvent leur conditions d’existence n’étaient pas très éloignée de celles de la population locale. En 1898 plusieurs dizaines d’ouvriers, en majorité italiens, assuraient un certain nombre de tâches dans l’Empire de la Compagnie genevoise. Bruno, le Piémontais, bohème ascétique, était tour à tour maçon, jardinier et apiculteur. Carlo (« le père Charles ») travaillait depuis quarante ans dans l’une des fermes de la Compagnie ainsi que son compatriote Casinelli. Le bon père Bruno entretenait des relations amicales avec la population musulmane du village . Albert Lentin , dans des souvenirs, rappelle qu’ à l’issue d’un modeste repas de polenta et de pâtes, Bruno , qui avait un grand cœur, conservait une part pour les enfants les plus pauvres d’El-Hassi.

Le Diario algérien de Giuseppe Bottai accorde une place importante aux soldats italiens qui avaient été capturés en Sicile par les troupes américaines. Les témoignages des captifs sont rares, on sait que Vittorio Sereni attendit vingt ans pour informer ses lecteurs qu’il avait été capturé vers treize heures trente le 24 juillet 1943 à Paeco près de Trapani, la veille de l’écroulement du régime. Le 25 juillet et le 8 septembre ( le jour de la morte della Patria) ont pesé sur les esprits et probablement suscité l’autocensure des prisonniers qui pouvaient narrer leur infortune. Si Giuseppe Bottai et Vittorio Sereni ont évoqué la silhouette, les gestes et les souffrance de certains prisonniers, nous sommes réduits imaginer la vie que des centaines d’autres captifs ont connue. Notamment les centaines d’entre eux qui ont construit ce qu’on appelait la « rocade sud », route reliant, d’Est en Ouest, les villes des Hauts-Plateaux. On imagine la vie très difficile qu’ont connue ces hommes, retenus dans des camps entourés de barbelés comme ceux qu’a décrits Vittorio Sereni en Oranie. Les chaleurs excessives en plus.

En Algérie Giuseppe Bottai s’est entretenu dans un train avec deux prisonniers un Napolitain et un gars des Marches qui venaient d’être libérés après de longues épreuves et une détention difficile. Bottai évoque également deux prisonniers italiens, Pasquale et Bruno travaillant comme des esclaves dans une ferme des Boers d’Afrique du Sud.
Bottai s’attarde également sur les légionnaires de divers pays dont les Italiens. Les pages qu’il consacre à deux amis proches, Gottardo et le Calabrais Pelaja sont croquées sur le vif et mettent en relief les conséquences d’une longue acculturation sur leur personnalité et leur langue originelle. L’un d’eux, en dépit de ses efforts, ne peut plus trouver un mot d’italien après les nombreuses années passées à la Légion. Ses camarades de chambrée, au grand étonnement de Bottai, lui assurent qu’il utilise son ancien idiome, la nuit, lorsqu’il sommeille et rêve à voix haute.
Le dernier fragments d’Algeria, Carnet d’Algérie, s’intitule Male del Reticolato, avec la mention « 1945 » ; le Mal des barbelés dans les camps, lieux d’exil et d’attente où les prisonniers foulaient chaque jour quelques mètres carrés, imprègne le texte qui a probablement été remanié ou complété ultérieurement.
Vittorio Sereni écrit :

Già un male si è insinuato in questi versi. Lo chiamerò male del reticolato, seppure non sia il caso di riccorrere a un termine che vada o venga oltre o da oltre il filo spinato.

[Gli strumenti umani et Diario d’Algeria (Arnaldo Mondadori, Milan, 1986) sont disponibles en version bilingue, Les instruments humains précédé de Journal d’Algérie, traduit de l’italien par Philippe Renard et Bernard Simeone, Préface de Bernard Simone , Postface de Philippe Renard, Verdier, Collection « Terra d’altri », 1986. Il semble que ce livre ne soit guère connu des historiens de l’Algérie.]

La réédition de Gli immediati dintorni dans Vittorio Sereni : Poesie e Prose (Mondadori, 2013) permet de voir quels sont les petits textes en prose écrits par Sereni sur l’Algérie. Taccuino d’Algeria (1944), édité par Via del Vento en 2000 reprend ceux qui ont été édités dans Gli immediati dintorni et en ajoute cinq. Le Taccuino reprend également Male del Reticolato (il s’agit bien sûr des barbelés des camps d’internement d’Algérie (et du Maroc).

La préface de Pier Vincenzo Mengaldi au gros recueil Poesie e Prose (2013) permet de mieux comprendre que Vittorio Sereni a difficilement fait un retour sur sa vie dans les camps d’Algérie, il lui a fallu une vingtaine d’années pour l’évoquer partiellement. Taccuino d’Algeria est paru après sa disparition. Ce qui explique le caractère incisif, allusif et hermétique de Diario d’Algeria et d’autres poèmes. Observons qu’il en a été de même pour le Diario 1944-1948 (Journal d’Algérie) de Giuseppe Bottai qu’i n’a pas désiré faire paraître de son vivant.

La moyenne statistique des prisonniers italiens en Afrique du Nord entre juin et novembre 1944 s’établit comme suit : 16170 détenus par les Anglais, 56000 par les Américains et 4300 par les Français. Nous ne possédons pas d’études sur eux, ce qui rend les témoignages de Giuseppe Bottai et de Vittorio Sereni très précieux.

Les Scene della vita militare in Algeria d’Aristide Calani ont été largement exploitées dans mon livre pour diverses raisons. Tout d’abord c’est un récit totalement oublié et d’un accès difficile (nous avons utilisé l’édition de 1856, Napoli, Stabilimento Tipografico.) Le Piémontais Aristide Calani fut, un temps le protecteur de Giuseppe Beghelli, auteur de Grimaldi-Lascaris ed I bastardi di Casa Savoia, Turin, 1872.) Pour ce qui est de l’Algérie nous pensons que le jeune auteur natif de Briga (La Brigue, Alpes-Maritimes) a été influencé par le récit de son protecteur de Turin. D’autre part, contrairement à ce qu’on pourrait croire au premier abord, Aristide Calani dans Scene della vita militare in Algeria fait preuve d’un sens de l’observation ethnographique aigu. L’idylle entre un ancien captif sarde (capturé avant 1830) et une Algérienne ne semble pas relever de la seule fiction, un certain nombre d’éléments attestent d’un solide fond de vérité.

Œuvres de Niçois de langue italienne dans Labyrinthe algérien, Passé masqué, Passé retrouvé

Avant l’annexion de 1860 et encore un peu après, tant que la littérature de langue italienne a survécu au rouleau compresseur de la francisation. Dès la rentrée scolaire d’octobre 1860 l’enseignement de la langue italienne fut supprimé dans l’enseignement public et les collégiens qui suivaient un cursus italien dominant durent s’exiler à Cuneo, San Remo, Turin… pour achever leurs études secondaires. Ce fut le cas de Giuseppe Beghelli que ses parents envoyèrent au collège de Cuneo.

Nous avons retenu des poètes, historiens et romanciers chez lesquels la fascination de l’Orient est souvent mise en scène. Les Niçois de naguère étaient de grands voyageurs, d’autre part, avant 1860, le souvenir des expéditions barbaresques était très vivant dans la mémoire collective (comme la correspondance de Garibaldi le montre en ses dernières années).

I Provenzali a Nizza (Nice, 1852) de Francesco Trucchi accorde un large place au Moyen Orient ainsi qu’au Maghreb et aux déserts. Dès 1844, dans la Strenna nicese (Nice, Tipografia dei Fratelli Panis), l’auteur de Dei primi scopritori del nuovo mondo (Florence, 1842) écrivait L’Urri del Paradiso (Lirica da un Romanzo Orientale), pp. 37-41.

L’agent secret de Mazzini, le Niçois Henri( Enrico) Sappia fit paraître à Londres, en 1871, dans la « Gazzetta Italiana di Londra », dont il était le rédacteur, sous le pseudonyme de A. Pietri, un roman intitulé La Fioraia d’Holborn. On y découvre un conspirateur républicain italien qui trouve refuge dans une tribu algérienne jalouse de sa liberté. Dans la « Gazzetta italiana di Londra » Sappia suivait de près la politique française en Algérie et la répression des soulèvements (c’est en 1871 que celui du célèbre insurgé El-Mokrani fut écrasé).

Dans Grimaldi-Lascaris ed i Bastardi di Casa Savoia de Giuseppe Beghelli (Turin, 1872) on trouve de nombreuses allusions aux incursions des Barbaresques dans les Alpes-Maritimes et une pochade burlesque sur la fuite du duc de Savoie, sur la plage de Villefranche-sur-Mer, devant une poignée d’Algériens conduits par des corsaires sardes.

En 1865, Beghelli, âgé seulement de 18 ans, écrivit dans le périodique « Il BuonUmore » de Turin (dont il deviendra très vite le rédacteur) une charge contre la politique répressive menée en Algérie contre les autochtones.

Quelques années plus tard, Enrico Sappia écrira dans la « Gazzetta italiana di Londra », le 13 octobre 1871 :

Il Gaulois ( quotidien parisien) di ieri ha la sfrontezza di rendere responsabile dell’asilio che il Bey di Tunisia vienne accordato ai Capi rebelli del’ultima insurrezione algerina.

D’autres Niçois ont également écrit sur l’Orient. Notamment Gian Battista Bottero, futur député de Nice au Parlement subalpin. Très opposé à l’annexion de Nice à la France il s’exilera à Turin après 1860 où il fondra « La Gazzetta del Popolo ». À peine âgé de 22 ans il écrivit et publia à Nice, en 1844, dans le premier numéro de la « Strenna Nicese » un long poème intitulé Matilde (sous titré Leggenda). Le jeune poète y rêve d’amours orientaux.

Il faudrait faire une place particulière au fils de pauvres émigrés siciliens, Mario Scalesi, né à Tunis en 1892. Comme il a fréquenté l’école française dans cette ville son recueil de Poèmes d’un maudit est écrit en langue française. Estropié très jeune, il mourut à trente ans dans un asile à Palerme. Il adorait sa mère usée par les travaux et n’osait exprimer ses sentiments, un peu comme le jeune Albert Camus à Belcourt, le faubourg populaire d’Alger.

[Les Poèmes d’un Maudit suivis de Poèmes d’Orient et Poèmes de guerre et divers, textes recueillis et annotés par Abderrazak Bannour, Université de Tunis, 1996 présentation d’Yvonne Fracassetti Brondino (première édition, 1923, puis 1930 et 1935).]

Source: Maurice Mauviel (avril 2016)