Le traumatisme de Caporetto. Histoire, littérature et arts


Colloque international à l’occasion du centenaire de la bataille de Caporetto (1917)
Le traumatisme de Caporetto. Histoire, littérature et arts

9 -10 novembre 2017
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (Maison de la Recherche) et Maison d’Italie, Cité Internationale Universitaire de Paris

CIRCE (Centre Interdisciplinaire de Recherche sur la Culture des Echanges)
Équipe d’accueil : EA 3979 LECEMO
Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
LUCHIE (Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe)
Université Grenoble-Alpes

Responsables :
Maria Pia De Paulis-Dalembert : maria-pia.dalembert@univ-paris3.fr
Francesca Belviso : francescabelviso@u-picardie.fr
Alessandro Giacone : giaconea@gmail.com

Comité scientifique :Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Francesca Belviso (Université d’Amiens), Manuela Bertone (Univer-sité de Nice Sophia Antipolis), Bruna Bianchi (Université Ca’ Foscari, Venise), Angelo d’Orsi (Université de Turin), Maria Pia De Paulis-Dalembert (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Alessandro Giacone (Université Gre-noble-Alpes), Nicola Labanca (Université de Sienne), Christophe Mileschi (Université Paris-Nanterre), Fulvio Senardi (Istituto Giuliano di Storia Cultura e Documenta-zione di Trieste e Gorizia)

La bataille de Caporetto (24 octobre – 9 novembre 1917), soit la douzième bataille de l’Isonzo, a représenté un traumatisme profond pour la nation italienne. Aujourd’hui encore, dans le langage courant, le mot Caporetto est synonyme de défaite, de désastre. Les soldats italiens sont repoussés par les Autrichiens et les Allemands au-delà de l’Isonzo et du Tagliamento jusqu’au fleuve Piave, et subissent le choc supplémentaire d’une défaite assortie de l’accusation de désertion et de trahison par les Hauts Commandements. Cent ans après cette blessure individuelle et collective, dans une optique pluridisciplinaire et interdisciplinaire, et par le biais de la notion de traumatisme, ce colloque international interroge les aspects historiques, politiques, militaires à l’origine de la défaite. Il étudie aussi les formes par lesquelles les soldats-écrivains élaborent le témoignage d’un trauma individuel obsédant, inscrit dans une dimension collective et historique. Les stratifications temporelles – concernant aussi bien la lecture historiographique, militaire et politique que les écrits mémoriels et fictionnels – sont un facteur important pour la réappropriation d’un fait qui n’a eu de cesse de questionner l’histoire et l’identité italiennes. Dans le processus de remémoration (non seulement des faits, mais aussi du fonctionnement / bouleverse-ment du langage du corps), la représentation du choc subi est à appréhender autant dans la dimension de l’immédiateté du vécu que dans la revisitation mémorielle a posteriori. La restitution d’un traumatisme étant par essence reconstruction de la mémoire de l’expérience traumatique elle-même, il s’agira d’étudier les mécanismes par lesquels la rupture violente d’un équilibre déjà instable revit dans le langage autobiographique ou artistique entendu aussi comme exutoire et résilience.

Voir programme