(De)scrivere Roma nell’Ottocento: alla ricerca del museo delle radici culturali europee

Vincenzo Giovannini, Veduta del Colosseo

Call For Papers: Convegno internazionale a Roma

(De)scrivere Roma nell’Ottocento: alla ricerca del museo delle radici culturali europee/

Rom (be)schreiben im XIX. Jahrhundert: auf der Suche nach dem Museum für die kulturellen Wurzeln Europas

12-13 Aprile 2018

Sede: Istituto Storico Austriaco in Roma e Accademia di Romania in Roma

Istituzioni coinvolte: Leopold-.Franzens Universität Innsbruck, Istituto Storico Austriaco in Roma, Accademia di Romania in Roma

Nei testi di diversi scrittori europei dell’Ottocento, come Goethe, Stendhal, Asachi, Shelley, Grillparzer, giocano un ruolo importante le descrizioni di opere d’arte viste durante i viaggi in Italia. Da queste descrizioni si costituisce una sorta di museo, inteso come somma di riferimenti al patrimonio della cultura classica, ma anche come comune serbatoio di storie, temi, motivi mitologici, letterari e plastici destinati a circolare nelle culture europee dell’Ottocento. Nel convegno ci si propone di analizzare in che modo il viaggio in Italia e la descrizione delle opere d’arte abbiano contribuito alla genesi di un’identità europea.
Si porrà l’accento sulle descrizioni dei monumenti ammirati in Italia, e in particolare a Roma, da parte degli scrittori dell’Ottocento, come segno di appartenenza a una stessa « famiglia di spiriti » europea. Si può affermare che questi scrittori, venendo tutti nello stesso periodo in Italia, abbiano trovato un museo dei “lari” europei che hanno poi descritto con rispetto nelle loro opere, operazione che ha generato in seguito una comune “identità culturale europea”? Considerando che l’Ottocento era anche il momento in cui si stava definendo il concetto delle culture nazionali, sarebbe interessante capire in che modo il viaggio nel “museo Italia” desse a questi scrittori l’impressione di (ri)trovare le fonti della cultura europea.
Il secondo nucleo di interesse del convegno riguarda il punto di vista degli scrittori italiani: in che misura anche per loro il viaggio nelle città d’arte italiane era centrale per definire la propria identità culturale? Esiste un Grand Tour degli scrittori italiani in Italia, prima e dopo l’unificazione nazionale? Vedevano anch’essi in Roma e nelle altre città d’arte italiane un “museo” della cultura europea oppure un simbolo specifico della cultura nazionale? Ad esempio nella Roma napoleonica dei primi dell’Ottocento la romanità antica costituiva un’eredità da far rivivere, un mito che sarebbe ritornato in seguito, dopo l’unificazione, con la « terza Roma ». Si potrebbe pensare alla Firenze di Foscolo, alla Roma di Leopardi, oppure ai Sonetti romaneschi e al diario del viaggio a Milano di Belli, fino alle Odi barbare di Carducci. Anche per gli scrittori italiani si dovrebbe discutere il ruolo svolto dalla descrizione delle opere d’arte nel processo della costruzione dell’identità nazionale. Saranno accolti contributi pertinenti di italianisti, comparatisti e specialisti delle letterature europee dell’Ottocento, con interventi su autori che facciano luce su queste problematiche.

Discipline coinvolte: anglistica, comparatistica, francesistica, italianistica, germanistica, romenistica, storia.

Lingue del colloquio: italiano, inglese, francese

Termine per l’invio della proposte: 15 gennaio 2018

Si prega di inviare un titolo, un abstract di circa 200 parole e una breve autopresentazione di circa 200 parole (interventi di 20 minuti + discussione).

Le proposte saranno valutate entro il 1 febbraio 2018.

Comitato scientifico:
Francis Claudon (Université Paris Est Créteil)
Silvia Tatti (La Sapienza Università di Roma)
Alexandra Vranceanu (Universitatea Bucuresti – Accademia di Romania in Roma)
Angelo Pagliardini (Universität Innsbruck)

Organizzazione:
Angelo Pagliardini (angelo.pagliardini@uibk.ac.at)
Alexandra Vranceanu (alexandra.vranceanu@g.unibuc.ro)

Consoli. Consuls et services consulaires italiens, XVIIIe-XXe siècles

Consoli

Le projet « consoli » est une enquête collective sur les consuls au service des États italiens, du XVIIIe au XXe siècle. Il s’agit d’examiner la naissance et l’évolution d’une administration au-delà des césures historiques que représentent généralement la Révolution française et l’Unité italienne, afin de privilégier une approche sur le temps long attentive aux pratiques sociales aussi bien qu’aux grandes scansions politiques. Ce projet repose sur la conviction que l’institution consulaire italienne est un observatoire historique fécond : il permet d’enquêter sur l’État, les conceptions de son service, de la citoyenneté, des modèles extérieurs. Il permet aussi d’étudier les Italiens comme « peuple monde », en s’intéressant à l’italianité hors d’Italie et à la pertinence de la catégorie nationale par rapport à des modèles civiques, régionaux ou impériaux. Par le jeu des échelles et le croisement des sources, le projet Consoli entend enfin contribuer à l’étude des sociétés urbaines de méditerranée orientale, en se concentrant sur les pratiques des acteurs plutôt que sur des catégories culturelles établies a priori.

Revoir la conférence: Les exilés politiques italiens à Paris dans les années 1830

La conférence du 13 octobre 2017 de Mme Ilaria Gabbani: Les exilés politiques italiens à Paris dans les années 1830 – L’exemple de la Gazette L’Italiano

est disponible à l’écoute en ligne sur le site de la BNF:
ÉVÉNEMENTS ET CULTURE – Conférences – Revoir les conférences: Les exilés politiques italiens à Paris dans les années 1830

Télécharger le diaporama de cette conférence [fichier .pdf – 3730 Ko – 13/11/17 – 32 p.]

Entre estime et rivalité : les relations entre la France et le Royaume d’Italie de la défaite de Sedan à la marche sur Rome (1870-1922)

« La Question tunisienne », Le Monde illustré, 20 avril 1881.

Vendredi 15 décembre 2017, de 18h30 à 20h
BnF I François Mitterrand
quai François Mauriac, Paris 13e Salle 70

Conférence: Entre estime et rivalité : les relations entre la France et le Royaume d’Italie de la défaite de Sedan à la marche sur Rome (1870-1922)

Monsieur Jean-Yves Frétigné, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université de Rouen, GRHis. Président de la Société d’études françaises du Risorgimento italien.

Après les périodes d’incompréhension (Napoléon III et la question romaine) et les combats communs entre Français et Piémontais sur les champs de bataille contre les Autrichiens qui ont joué un grand rôle dans le Risorgimento et dans la naissance du Royaume d’Italie, les relations entre les deux peuples restent tissées d’estime et de solidarité mais aussi de mépris et de rivalité. Les frictions, parfois très vives, et les apaisements autour de la question romaine puis de la question coloniale vont rythmer les rapports diplomatiques, économiques et culturels jusqu’à l’arrivée de Mussolini au pouvoir. Plus fortement que jamais, entre 1870 et 1922, les deux États latins se considèrent comme deux sœurs profondément attachées l’une à l’autre mais parfois incapables de se comprendre.

Cycle de conférences Histoire de l’Italie : les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles
Coordination: Emanuela Prosdotti, chargée de collections en histoire de l’Italie. Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF

Entrée libre

Verdi et Shakespeare. Le cas Macbeth


Vendredi 15 décembre 2017, de 10h à 12h
Ecole Normale Supérieure
Salle Daniel Reig, esc. A, 1er étage

Conférence: Verdi et Shakespeare. Le cas Macbeth

M. Alessandro Di Profio, Professeur d’études théâtrales et italiennes, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3).

Cycle de conférences Giuseppe Verdi. Opéra, littérature, politique, organisées par Pierre Musitelli, département Littérature et langages
Cours et conférences, ouverts à tous.

Contact: pierre.musitelli@ens.fr

Télécharger le programme complet du cycle

1997-2017 : vingt ans d’Italiques, vingt ans d’échanges culturels franco-italiens


Colloque Italiques 2017
1997-2017 : vingt ans d’Italiques,
vingt ans d’échanges culturels franco-italiens*
Paris, 7-8 décembre 2017

Italiques, association culturelle franco-italo-belge, célèbre en 2017 le vingtième anniversaire de sa création. À travers la grande variété des activités que l’association a promues au cours de ces vingt années, des thématiques qu’elle a abordées et des personnalités qu’elle a mobilisées, Italiques a constitué, à son échelle, une sorte de sismographe des échanges culturels entre la France et l’Italie. Elle en a reflété les tendances, les fluctuations, les innovations.
Le présent colloque nous offre l’occasion de revenir sur ce cheminement. Et de jeter un regard rétrospectif sur ce qui s’est passé de significatif durant ces vingt ans sur le front culturel dans chacun de nos deux pays et dans la texture de leur relation. Non pour céder à un quelconque goût commémoratif mais pour tenter de discerner, à la lumière du passé récent et à travers le témoignage et l’analyse de ceux qui en sont les acteurs, comment se profile et se construit le futur proche des échanges culturels entre les deux pays.
* I lavori si svolgeranno in francese e in italiano.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Informations pratiques:

7 décembre, 14h-17h30
Istituto italiano di cultura
73 rue de Grenelle
75007 Paris

8 décembre, 10h-13h et 14h30-17h30
Grand Salon de la Sorbonne
47 rue des Écoles
75005 Paris

Entrée sur inscription à : secretariat.italiques@gmail.com

1ère session: Bilan. Vingt ans de mutations (7 décembre, 14h-17h30)
Le panorama des échanges culturels s’est fortement modifié au cours des deux décennies écoulées sous l’effet de l’accélération de la mondialisation, de la révolution numérique, de la montée des tensions identitaires. Comment les relations entre les mondes culturels de nos deux pays en ont-elles été affectées, en positif ou en négatif ? Quels chemins a pris le renouvellement du dialogue après la disparition de figures de proue et l’entrée en scène de nouveaux talents ?

En présence de :
Fabio GAMBARO, Jean MUSITELLI (président d’Italiques), Walter VELTRONI, Aurélie FILIPPETTI, Paolo FABBRI, Yves HERSANT, Marc LAZAR, Alain LE ROY, Jean-Pierre DARNIS, Alessandro GIACONE, Bruno RACINE, Corrado AUGIAS, Michele CANONICA, Philippe RIDET, Paolo ROMANI

2ème session: État des lieux. L’intérêt réciproque et la curiosité pour l’autre (8 décembre, 10h-13h)
Comment les deux pays, leurs créateurs, leurs intellectuels, forts de leurs affinités, font-ils face à ces mutationsqui les interpellent semblablement? En quoi les réponses apportées sont-elles convergentes ou discordantes ? Le rapport privilégié, en miroir, des deux cultures n’est-il pas remis en cause par la globalisation déferlante ? Assiste-t-on à une intensification ou à une banalisation des échanges ? À une persistance ou à un recul des stéréotypes ?

En présence de :
Frédéric ATTAL, Jean-Yves FRÉTIGNÉ, Maurizio SERRA, Valdo SPINI, Renato BERTA, Jean GILI, Gilles PÉCOUT, Fabio ROVERSI MONACO, Rossana RUMMO, Patrick TALBOT, Gennaro TOSCANO

3ème session: L’avenir des échanges culturels franco-italiens (8 décembre, 14h30-17h30)
Comment densifier et démultiplier les échanges entre nos pays dans les temps incertains qui se profilent? Peut-on conjointement élaborer un projet/modèle franco-italien combinant tradition et innovation, enracinement et ouverture face aux défis de la globalisation et au risque de standardisation des cultures ?

En présence de :
Enrico LETTA, Claudia FERRAZZI, Carole CAVALLERA, Miguel Ángel CUEVAS, Jean-Charles VEGLIANTE, Teresa CREMISI, Jean-Pierre FERRINI, Fabio GAMBARO, Monique VEAUTE, Jean-Claude ZANCARINI, Raffaele SIMONE, Carlo OSSOLA

Télécharger le programme

La diplomatie des lettres au XVIII siècle: France Italie


IIe colloque bilatéral parrainé et soutenu par la Société Française d’Etude du Dix-huitième Siècle et par la Società Italiana di Studi sul Secolo XVIII

La diplomatie des Lettres au XVIIIe siècle : France-Italie/
La diplomazia delle lettere nel XVIII secolo : Francia-Italia
7-8-9 décembre 2017

Les travaux se tiendront :
le jeudi 7 décembre 2017, dans la Salle Athéna de la Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle, 4 rue des Irlandais (75005 Paris), à partir de 15 h ;

le vendredi 8 décembre 2017, à l’Institut de Culture Italienne de Paris, 50 rue de Varenne (75007 Paris), à partir de 9 h ;

le samedi 9 décembre 2017, dans la Salle des Actes (esc. A, 1er étage) de l’Ecole Normale Supérieure de Paris, 45 rue d’Ulm (75005 Paris), à partir de 9 h 30.

Vous êtes tou(te)s les bienvenu(e)s

Comité d’organisation:
Christian Del Vento et Jean-Paul Sermain (université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Pierre Musitelli (Ecole Normale Supérieure de Paris), Beatrice Alfonzetti et Silvia Tatti (université de Rome « La Sapienza »), Duccio Tongiorgi (université de Modène et Reggio Emilia)

Le colloque parrainé par les Sociétés française et italienne d’Etude du Dix-huitième Siècle portera sur l’activité culturelle des diplomates européens, notamment eu égard aux relations entre l’Italie et la France au 18e siècle. Au Siècle des Lumières, les diplomates non seulement jouèrent un rôle important au niveau des relations politiques et institutionnelles, mais ils eurent aussi une fonction décisive de médiateurs culturels de très haut niveau dans un certain nombre de domaines culturels, tels la circulation des livres, les études sur l’antiquité, la production artistique, l’activité de traduction, l’édition. L’objectif du colloque est d’inscrire les profils des nombreux protagonistes de ce système d’échanges dans une cartographie européenne qui permette d’étudier le fonctionnement global de ces réseaux qui, à travers la circulation des ouvrages littéraires et des œuvres d’art, favorisèrent la diffusion de thématiques politiques, de nouveaux paradigmes philosophiques et de modèles scientifiques qui se retrouvent progressivement au cœur d’un débat supranational, crucial pour la délimitation même de l’espace européen, de ses frontières idéales, de son identité hétéroclite.

Le rapport privilégié existant entre l’Italie et la France, en raison de leur proximité linguistique et culturelle, fait de l’étude de ces activités liées à la diplomatie un observatoire de choix susceptible de produire des résultats importants. A travers l’identification et l’étude de sources de nature différente, souvent peu ou pas exploitées, pourront émerger plusieurs éléments essentiels pour reconstruire davantage l’histoire des relations intellectuelles et culturelles entre France et Italie, au dix-huitième siècle, tout en les replaçant dans le cadre plus vaste d’un système européen complexe.

Programme Diplomatie des Lettres au XVIII

Musique italienne et sciences médicales au XIXe siècle


Laboratoire italien n°20/2017

Musique italienne et sciences médicales au XIXe siècle
Sous la direction de Céline FRIGAU MANNING

Comment comprendre l’attention que les sciences médicales du XIXe siècle accordent à la musique italienne, et à certaines de ses figures emblématiques en particulier ? En quoi s’intéressent-elles moins aux œuvres qu’au phénomène musical en soi, et à son action sur les corps et l’imagination ? Comment la musique italienne nourrit-elle des approches médicales originales ou s’en empare-t-elle ? Ce sont là quelques-unes des interrogations abordées par ce dossier, qui s’engage ainsi sur un terrain peu exploré, tant par l’histoire de la médecine que par l’histoire de la musique, en proposant un parcours en trois sections. La première, intitulée « Soigner par la musique », se penche sur les expériences thérapeutiques menées à Aversa et à Palerme dans la première moitié du siècle. La seconde, « Anatomies de la voix », se concentre sur le corps du chanteur, entre virtuosité et savoirs médicaux. La troisième revient sur la question du génie musical tel qu’elle se trouve médicalisée par le regard de phrénologues ou de Cesare Lombroso.

DOSSIER
Céline FRIGAU MANNING: Peuple d’Italie, « peuple musical » : une question médicale au XIXe siècle [Texte intégral]

I. Soigner par la musique. D’une physiologie des passions aux expérimentations thérapeutiques
Carmel RAZ: Music, theater, and the moral treatment: the Casa dei Matti in Aversa and Palermo [Texte intégral]

II. Anatomies de la voix. Le corps du chanteur entre virtuosité et savoirs médicaux
Sarah HIBBERD: “La Voix humaine”: dissecting Luigi Lablache [Texte intégral]
Marco BEGHELLI: Un’occasione perduta: lo studio anatomico e fisiologico dei musici castrati [Texte intégral]

III. Le génie médicalisé. Penser l’exceptionnalité du compositeur
Simone BARAL: Un’«armonica e magnifica fronte». La persistenza della frenologia nei discorsi medici italiani intorno al genio musicale [Texte intégral]
Jean-Christophe COFFIN: L’exploration du musicien italien à la fin du XIXe siècle : entre médicalisation et paradoxe [Texte intégral]
Pierangelo GENTILE: L’anomalia Verdi, ovvero la resa del professore: il pensiero di Cesare Lombroso sulla musica [Texte intégral]

TEXTES ET DOCUMENTS
Céline FRIGAU MANNING: « Cette femme éminente a touché l’âme universelle ». Une théorie médicale du talent de l’actrice-chanteuse dans La Pasta nell’Otello de Luigi Morando De Rizzoni (Vérone, Crescini, 1830) [Texte intégral]

Cesare Lombroso et la culture française – débats, conflits et collaborations


Colloque international
4-6 décembre 2017
Cesare Lombroso et la culture française – débats, conflits et collaborations
Torino

Présentation
Cette rencontre a pour intention de fournir une analyse des relations que Cesare Lombroso et l’école positiviste de droit pénal ont entretenues dans plusieurs domaines (criminologie, psychiatrie, littérature et critique d’art, sciences historiques et politiques) avec le monde français de la deuxième partie du XIXe siècle. Ces relations, bien que connues depuis longtemps, n’ont pas encore été étudiées dans leur ensemble. Lors du IIe Congrès international d’Anthropologie criminelle, qui eut lieu à Paris en 1889, les théories lombrosiennes furent rejetées par les principaux représentants de l’anthropologie française. De ce fait, les chercheurs se sont davantage intéressés à ceux qui les critiquaient qu’à ceux qui les suivaient, et à la circulation de ses idées au sein de la culture positiviste. Des études plus récentes ont au contraire démontré l’existence d’une action conjointe. La correspondance entre Lombroso et certaines figures clés de l’intelligentsia française de l’époque permet d’aborder aujourd’hui cette question de façon plus systématique, en confrontant les discussions, les thèmes et les points de désaccord, mais aussi les influences et les collaborations réciproques.

Programme
Lundi 4 décembre, 14h30
Palazzo degli Instituti Anatomici, salle C
Corso Massimo d’Azeglio 52

SALUTATIONS AUX AUTORITÉS
INTRODUCTION par Silvano Montaldo et Xavier Tabet
Première section: L’HOMO CRIMINALIS DES LUMIÈRES À LOMBROSO
Michel Porret (Université de Genève), La peine de mort dans l’école française et dans l’école italienne
Simone Baral (Université de Turin – Doctorat), De la phrénologie à l’anthropologie criminelle
Jean-Yves Frétigné (Université de Rouen), Les correspondants français de Lombroso
Anne Devarieux (Université de Caen), Tarde et Lombroso
Xavier Tabet (Université Paris 8), Zola et Lombroso

Mardi 5 décembre, 9h00
Fondazione Einaudi
Via Pincipe Amedeo 34

Deuxième section: LES PATHOLOGIES DE LA POLITIQUE
Nathalie Richard (Université du Maine, Le Mans), Taine et Lombroso
Elena Bovo (Université de Franche-Comté), De l’anthropologie criminelle à la psychologie des foules
Ernesto De Cristofaro (Università de Catania), Les anarchistes et le délit politique entre la France et l’Italie
Martine Kaluszynski (Université de Grenoble), Lacassagne versus Lombroso. Mythe et réalité
Alessio Petrizzo (Collegium Institut d’études avancées de Lyon), L’étude du tatouage entre Turin et Lyon

Mardi 5 décembre, 15h00
Fondazione Einaudi
Via Pincipe Amedeo 34

Troisième section: HISTOIRE, PHILOLOGIE, RACISME
Enrico Artifoni (Université de Turin), Les études historiques et l’anthropologie criminelle entre l’Italie et la France à l’époque de Lombroso
Emanuele D’Antonio (Université de Turin), Le judaïsme, l’antisémitisme et l’affaire Dreyfus
Claude Olivier Doron (Université Paris VII), Lombroso, Féré et Dallemagne
Silvano Montaldo (Université de Turin), Liaisons dangereuses: Lombroso, Richet, Maxwell, Forel et l’eugénisme

Mercredi 6 décembre, 9h00
Fondazione Einaudi
Via Pincipe Amedeo 34

Quatrième section: DE LA DÉGÉNÉRESCENCE À LA SOCIOLOGIE
Jean-Christophe Coffin (Université Paris 8), Morel et Lombroso
Gianfranco Venturini (Doctorat en Histoire des sciences, Université de Pise), Entre Leopardi et Zola: la pathobiographie des écrivains
Lydia Couet (Doctorante contractuelle, Université de Bourgogne – Centre Georges Chevrier), Lombroso et son influence sur les premiers collectionneurs d’ « Art des fous » en France à la fin du XIXème et au début du XXème siècle
Maddalena Carli (Université de Teramo), Lombroso et Sorel
Francesco Paolo De Ceglia (Université de Bari), Vaincus par une sorcière. Lombroso, Richet et les recherches métapsychiques sur Eusapia Palladino

Congresso Lombroso

La France d’Antonio Gramsci


Colloque international
La France d’Antonio Gramsci
23-24-25 novembre
ENS Lyon

Lieu: Site Descartes
Salles : D8.006 les jeudi 23 novembre et vendredi 24 novembre
D2.034 le samedi 25 novembre

Intervenants:
Francesca Antonini, Giulio Azzolini, Leonardo Casalino, Vincent Charbonnier, Giuseppe Cospito, Romain Descendre, Jean-Yves Frétigné, Antony Crézégut, Yohann Douet, Michele Fiorillo, Gianni Francioni, Fabio Frosini, Natalìa Gaboardi, Jacques Guilhaumou, Giuliano Guzzone, Robert Jackson, Marie Lucas, Jean-Pierre Potier, Giuseppe Vacca, Jean-Claude Zancarini

Organisateurs:
Triangle. Action, discours, pensée politique et économique
Labex COMOD
Fondazione Gramsci
Università di Pavia

Description
Pour contribuer à célébrer en France le quatre-vingtième anniversaire de la mort du grand penseur italien (1891-1937), nous invitons les chercheurs à un travail collectif sur « la France d’Antonio Gramsci », dans le cadre d’un colloque qui se tiendra à Lyon (lieu important pour l’histoire du communisme italien et du rôle qu’y joua Gramsci, puisque s’y tint, en janvier 1926, le 3e congrès du PC d’I).

Comme cela se vérifie également à l’échelle mondiale, le nom de Gramsci est depuis quelques années très présent dans l’espace public français, tant dans les champs politique et journalistique que dans les débats théoriques et les sciences sociales ; on note aussi des travaux français récents sur Gramsci et sa réception en France. En revanche, bien peu a été fait sur la présence de la France dans son œuvre et c’est bien cet aspect que nous entendons traiter.

Le colloque « la France d’Antonio Gramsci » se penchera donc sur la place et la fonction de l’histoire, de la politique et de la culture françaises dans la réflexion de Gramsci. Cette question n’a jusqu’ici pas fait l’objet d’études systématiques. Il est pourtant incontestable que la formation de Gramsci est en large part constituée de culture française et que, tout au long de son œuvre, la France lui sert de point de référence à partir duquel penser la situation italienne. C’est particulièrement vrai dans la mise en évidence du rôle de la politique française – avec l’économie anglaise et la philosophie allemande – comme une des trois sources du marxisme. Au delà de cette première constatation, la présence d’auteurs, événements et thèmes français dans ses textes – au premier rang desquels les Cahiers de prison – est particulièrement forte et bien connue de la critique. Il s’agira donc d’examiner certains de ses concepts les plus importants (jacobinisme, national-populaire…), certaines de ses thématiques historiques (les Lumières, la Révolution française, les rapports ville-campagne…), politiques (syndicalisme révolutionnaire, Maurras et l’Action française…) et culturelles (culture française, intellectuels français…) en les mettant en résonance avec sa réflexion d’ensemble et le rythme de sa pensée. Gramsci pense la France, son histoire et sa culture, mais son intention vise bien au-delà !

Ce colloque se tiendra malheureusement en l’absence d’André Tosel, qui fit tant pour la diffusion de l’œuvre de Gramsci en France. André avait chaleureusement soutenu l’idée d’organiser à Lyon un événement commémorant le penseur italien et il devait bien sûr faire partie de son conseil scientifique. Sa générosité et son enthousiasme nous manqueront autant que sa science. Un hommage lui sera rendu pendant le colloque.

Conseil scientifique: Giuseppe Cospito (Università di Pavia), Romain Descendre (ENS de Lyon), Gianni Francioni (Università di Pavia), Fabio Frosini (Università di Urbino), Pierre Girard (Université Lyon 3), Guido Liguori (Università della Calabria), Giuseppe Vacca (Fondazione Gramsci), Jean-Claude Zancarini (ENS de Lyon)

Entrée libre

Contacts:
Romain Descendre Mail: romain.descendre@ens-lyon.fr
Jean-Claude Zancarini Mail: jean-claude.zancarini@ens-lyon.fr

Voir programme